You have activated a Bronze+ WP Symposium feature, but you have not entered your Activation Code. Get one on the Membership page on the WP Symposium website.

tweets « franceaudiologie »

la mesure in vivo

Diverses constantes de temps d’une mesure in vivo

Written by xavdelerce on . Posted in Affinity, Astuces sur les appareils, Chaînes de mesure, mesure in vivo, mesure in-vivo, SPLoGramme

La mesure in vivo est souvent vue comme une mesure du spectre à long terme d’un signal après son amplification par l’appareil auditif. Donc une mesure spectrale.

Les cibles de gain ou de niveau de sortie nous donnent des indications afin, dans chaque bande de tiers d’octave, de fournir tel ou tel gain ou niveau de sortie.

Mais si un bruit blanc ou rose est constant dans le temps (que son spectre soit mesuré sur 1 ou 30″, il est le même), cela fait bien longtemps que l’on ne teste plus les appareils avec ce genre de signal. Aujourd’hui, le signal de test le plus utilisé est l’ISTS, au caisson ou in vivo. Ce signal est un signal de parole, très fluctuant dans le temps et dont le spectre dans les premières secondes n’est pas forcément représentatif du spectre à long terme (sur 1 minute par exemple) :

istsLorsque l’on regarde ce signal, plusieurs interrogations :

  • Combien de temps mesurer ? la minute complète du signal ou 5 secondes ?
  • Comment avoir une idée de la répartition de l’énergie dans le temps ? (en clair, est-il possible d’avoir une représentation temporelle et non spectrale du signal)
  • Doit-on faire la mesure sur la moyenne des derniers événements acoustiques qui se sont passés dans la seconde ? Des 5 dernières secondes ? Plus ?

 

  • La mesure du spectre à « long » terme :

En mesure in-vivo du niveau de sortie appareillé (REAR) la cible (DSL ou NAL) correspond au spectre moyenné sur le long terme. Mais « long terme » combien ? Si vous mettez « 1 seconde », le spectre va changer en permanence en fonction de la composition fréquentielle au cours du temps, et si vous mettez « 30 secondes » votre courbe sera certes être très stable, mais après un changement de réglage pendant la mesure, il vous faudra 30 secondes pour en voir l’effet…

L’astuce consiste alors à effectuer une moyenne glissante : la mesure se fait en continu (case « Mesure continue » cochée), mais, par exemple ici, seuls les événements des 8 dernières secondes comptent dans la moyenne (« Temps de mesure » = temps d’intégration sur 8 secondes) :

RéglagesREAR65

  • Combien de temps mesurer :

Là, ce n’est pas paramétrable, ou alors il faut définir le paramètre « Temps de mesure » et décocher « Mesure continue » : la mesure s’arrêtera quand le temps sera atteint. Dans ce cas, le spectre à long terme serait intégré sur 8 secondes puis la mesure s’arrêterait.

Une autre solution consiste à laisser le signal tourner en boucle avec « Mesure continue », et à arrêter ni trop tôt ni trop… quoi ? J’en avais déjà parlé : il est important de laisser la mesure en niveau de sortie appareillé (REAR) se faire au moins 10 secondes, et laisser passer le phonème /ch/ présent dans l’ISTS et qui fait littéralement exploser le niveau de sortie à 2/4KHz avec certains appareils; il est présent vers 12/15 secondes.

En conséquence, une mesure sur 15 à 20 secondes semble bien et permet de modifier un ou deux réglages et d’avoir le temps d’en visualiser l’effet (8 secondes après dans l’illustration ci-dessus). Le temps de mesure se fait au jugé par l’audioprothésiste, et en général, on peut se fixer un repère d’arrêt, par exemple vers ce qui ressemble à « poderos » dans l’ISTS (env. 18 secondes).

AN: bien sûr, en mesure de gain d’insertion, le temps n’est pas aussi important puisqu’en général le REIG est le même au cours du temps (à 1 ou 2dB près). Les premières secondes de la mesure donnent la « bonne » mesure. Compter donc 5 à 10 secondes de mesure en REIG pour laisser à l’appareil le temps de se stabiliser.

  • Analyse temporelle « de base » = min/max :

Jusqu’à maintenant c’est du spectral (niveau/fréquence), mais la chaîne de mesure peut analyser, dans le temps et dans chaque tiers d’octave, les événements les plus forts (les crêtes du signal, niveaux dépassés seulement 1% du temps) et de plus faibles intensités (les vallées du signal, niveaux dépassés 70% du temps).

Case à cocher: « Afficher min. -max », sans cocher aucune des autres cases (très important). Vous obtiendrez alors la dynamique du signal de parole (à environ +12/-18dB du spectre à long terme). Cette dynamique n’est pas calculée avec la même moyenne que « Temps de mesure » (ici les 8 dernières secondes du signal mesuré en sortie), mais elle a sa propre constante de mesure, qui est de 5 secondes, non modifiable. Donc vous pouvez avoir une constante de mesure pour le spectre à long terme, alors que les événements « min/max » (vallées/crêtes) ont leur propre constante de temps de 5 secondes. Pourquoi 5 secondes ? parce que la fenêtre temporelle d’analyse est de 23ms, mais que le câble USB ne pouvant pas transporter autant d’informations, deux blocs d’analyse de 23ms sont moyennés, ce qui donne une fenêtre globale de 46ms (information reprise brute d’Interacoustics). Et comme il faut faire au minimum 100 mesures pour faire une analyse percentile correcte, on a donc 100*43ms= environ 5 secondes, temps minimal d’intégration.

Cet affichage vous donne la dynamique du signal avec une résolution fréquentielle de 43Hz.

  • Analyse temporelle « renforcée » :

Au lieu de cocher « Afficher min. _max », qui correspond à des valeurs « percentile 30<–>percentile 99″, vous souhaitez définir vous même l’analyse percentile du signal. Vous allez donc cocher et définir les zones qui vous intéressent dans « Analyse percentile ». En passant, si vous cochez 30% et 99%, ça revient au même que «  »Afficher min. _max »…

Donc à réserver à ceux d’entre nous qui veulent plus… pointu, genre analyse du 39ème percentile !

Cette analyse se fait sur les mêmes constantes que « min/max. »= 5 secondes, quelle que soit la constante de temps utilisée pour l’intégration du LTASS, et pour les mêmes raisons citées précédemment.

Cet affichage vous donne la dynamique du signal avec une résolution fréquentielle de 43Hz.

  • Analyse percentile « idéale » (normalisée) :

Toutes les chaînes de mesure analysent le signal par fenêtres temporelles successives. Certaines par fenêtres de 125ms, d’autres par fenêtres plus courtes. C’est le cas de l’Affinity qui peut réaliser une analyse toutes les 23ms, mais dont le port USB limite en réalité la vitesse. Comme son nom ne l’indique pas vraiment, l’analyse percentile analyse le signal dans le temps (ce n’est plus du spectral) afin d’en donner la répartition des différents niveaux en pourcentage, par tranches de 1%.

Après une analyse percentile en règle, la chaîne de mesure sera capable de vous dire que 37% du temps, le signal a dépassé telle valeur; que 2% du temps il a dépassé telle valeur, etc.

Donc, pour faire une analyse percentile correcte, il faut faire 100 mesures, au minimum. C’est ce à quoi correspond la case à cocher « Centiles pour mesure complète ». Certes, vous le remarquerez, la chaîne de mesure affichera bien la dynamique du signal sous forme de petits rectangles dans chaque bande de tiers d’octave (voir graphique ci-dessous pour analyse percentile 30/99) avant d’avoir atteint 15 secondes, mais cette analyse percentile ne sera complète (et donc fiable) qu’à partir de 15 secondes (après 200 mesures environ) , mais dans certains cas (plusieurs zones percentiles analysées), cette intégration pourra prendre jusqu’à 45 secondes (les crêtes et vallées se figent alors progressivement au cours de la mesure):

REAR65

Ce qui implique que si vous décidez de cocher cette option (recommandée…), vous avez alors deux constantes de temps en jeu: le spectre à long terme qui évolue ici dans une fenêtre glissante de 8 seconde, et l’analyse percentile qui elle, évolue dans un autre espace-temps (Igor et Grichka BOGDANOV, sortez de ce corps !!!!!), de 15 à 45 secondes. Vous l’avez peut être expérimenté: vos changements de réglages se voyaient relativement vite sur le LTASS, mais très lentement sur les crêtes/vallées en cochant « Centiles pour mesure complète ». Mais peut être n’aviez-vous pas osé…

AN: sans cocher cette option, il ne sera pas possible de cocher et donc d’obtenir la valeur suivante « Ratio de compression de la dynamique vocale ».

A l’écran, la zone dynamique donne progressivement la sensation de se « figer » au fur et à mesure que le test progresse. Une modification de réglage ne se visualisera alors quasiment pas sur la dynamique (à moins de refaire une mesure) alors qu’elle se visualise plus rapidement sur le spectre à long terme.

  • 1/3 octave and overlapping time windows:

Paramètre modifiant la zone temporelle d’analyse, en l’élargissant sur une fenêtre de 92ms, ce qui correspond à la norme de mesure IEC 60118-15. Cette norme définit les paramètres de mesure permettant une analyse percentile standardisée, mais également, pour ce qui suit, le calcul du ratio de compression de la dynamique vocale.

Vous trouverez des informations sur ces points dans ce document de travail qui a précédé la norme IEC 60118-15.

Cet affichage vous donne la dynamique du signal avec une résolution fréquentielle d’un tiers d’octave (et non plus 43Hz).

  • Ratio de compression de la dynamique vocale:

Ca c’est encore une autre histoire et je vous en avais déjà parlé.

Il s’agit de la case à cocher « Show dynamic compression ratio » qui vous donne dans chaque tiers d’octave la compression de la dynamique vocale entre l’entrée et la sortie sous forme de chiffres de 0.xx à plus de 2 (mais rarement plus de 2 quand même). Ce calcul n’est pas possible sans avoir modifié la fenêtre temporelle d’analyse à 92ms par le paramètre « 1/3 octave and overlapping time window ».

Afin de pouvoir mesurer la compression entre le signal à l’entrée de l’appareil et le signal à la sortie, il va falloir que la chaîne de mesure les aligne temporellement de façon très précise (précision du décalage inférieure à 10ms):

T_shift_speech_signalSans cet alignement, les mêmes zones temporelles (et donc spectrales) ne seraient pas analysées avant/après, ne permettant pas un calcul fiable du ratio de compression de la dynamique vocale.

AN: ce calcul de ratio nécessitant de connaître le signal à l’entrée pour le comparer au signal de sortie (d’où l’alignement des deux signaux), la chaîne de mesure crée alors un fichier .spectra avant la mesure. Il n’est donc pas possible d’effectuer ce calcul « à la volée », c’est à dire en live avec le Visible Speech.

Pour aller plus loin dans la compréhension de ces analyseurs spectraux et temporels que sont nos chaînes de mesure, je vous conseille la lecture de ce document passionnant in french dans le texte pour une fois (merci Franck ;-) ).

 

Bons paramétrages !

Et bon WE à tous !!

Merci à Dennis Mistry (Interacoustics) pour ses explications.

Enseignement continu des audioprothésistes

Written by genyseb2 on . Posted in Astuces sur les appareils

Vous avez tous reçu l’invitation à participer à l’EPU 2014 ! J’avoue que j’attends avec impatience cette formation qui, sans nul doute, nous apportera une meilleure compréhension des algorithmes sous tendants nos méthodologies fétiches :-)
 
 Seul petit hic, quid de DSL ? il n’est pas mentionné dans le programme :-(
 
 

Location:Rue des Châtaigniers,Marcq-en-Baroeul,France

RIC: The « Meteoric Rise »

Written by xavdelerce on . Posted in Coup de gueule, économie, Les chiffres, Marques

Tiré d’un article de Hearing Review, la courbe de progression des aides auditives type « Ecouteur dans le conduit » (RIC), que l’auteur qualifie de « Meteoric Rise », on devine pourquoi:

 

Nous on est français, alors on va faire ce qu’on sait faire le mieux: râler ! —> Est-il normal qu’un fabricant nous garantisse 4 ans (moyennant finance, ce qui est normal) un contour ou intra « classique », écouteur compris, et pas l’écouteur sur la même durée lorsqu’il s’agit d’un RIC ?  Ce dernier est garanti un an ou deux au mieux et n’est pourtant pas plus exposé (et pas moins) à la panne que dans le cas de l’intra-auriculaire ? C’est un peu le point négatif de cette « meteoric rise ».

Voilà, c’est dit !

Progression très impressionnante quand même…

Nouveau remboursement CMU

Written by xavdelerce on . Posted in Mutuelle

C’était une demande de l’UNSAF depuis longtemps déjà: la CMU vient d’être revalorisée à 700€ par appareil au JO de ce matin.

Ce que dit le texte:

  • 700€ par appareil auditif (AMO, forfait CMU-C et CMU-C)
  • Appareil de classe C minimum
  • garantie 4 ans incluse
  • Pas de renouvellement autorisé avant 4 ans minimum

Au-delà de cette bonne nouvelle pour les assurés concernés, ce texte met en évidence et reconnait indirectement quelque chose de très intéressant: il n’y a pas de travail correct (technologie choisie, réglages, suivi, investissements des centres d’audio dans la qualité du travail) à moins de 700€ par appareil. Lorsque certaines OCAM voudraient imposer (ou imposent carrément) des prix pour certains appareils à moins de 700€, aucun service de qualité ne peut être inclus dans ce tarif… A bons entendeurs !

700€: pour rappel, la CMU est un effort social de tous les professionnels de santé concernés (ici les audios). Implicitement, si l’état accorde ce remboursement et considère cette somme comme un effort, c’est bien qu’une adaptation de qualité, à « appareil simple » (je ne parle que du forfait d’adaptation…) n’est quasiment pas viable à moins de 1000€.

Oui, « consommateurs », en audioprothèse plus que partout ailleurs, notre métier est « service dépendant », ce qui signifie que le suivi permanent d’une aide auditive, les investissements professionnels (matériel, formation, etc;), le personnel présent, ont un coût. Ce coût protège la qualité de votre adaptation et tout n’est pas compressible.

Précisions de Luis GODINHO: la prise en charge CMU-C (complémentaire) se décompose ainsi:

  • CMU base: 199€71 par appareil
  • CMU-C (celle qui vient de changer): 500€29 par appareil (auparavant, un seul appareil)
  • Total CMU+CMU-C: 700€ par appareil

Précisions de Gilles LEBLANC: la CMU est la couverture de base des personnes dont les resources, faibles, le justifient OU BIEN de ceux qui auraient des resources mais pas de régime de base. Pour les premiers, la prise en charge est de 700€ par appareil auditif avec les contraintes citées puisque vient s’ajouter la CMU-C à la CMU base. Pour les seconds, aucune contrainte de prix ne s’applique et la prise en charge est « classique », càd 199,71€ par appareil.

 

Source: UNSAF

La confiance règne… par intervalles*

Written by xavdelerce on . Posted in Audiométrie vocale, Investigations audiologiques, Le gain, Réglages des appareils

« Après appareillage, et à intensité de 60dB SPL, l’intelligibilité de mon patient passe à 70% contre 30% avant appareillage à la même intensité ! »

 

Question: est-ce significatif ?

Indice: je teste en listes de Fournier disyllabiques.

Réponse: à vous de chercher dans le tableau joint plus loin…

Tout d’abord, rendons à César l’idée de ce post:

Suite à l’atelier du congrès 2014 de Xavier BASCLE et Jean-Yves MICHEL (page 21), ils ont eu l’amabilité de m’envoyer leur présentation en pdf dans laquelle j’ai retrouvé un document mis à jour en 2007: une table de « significativité » (ce mot…) de test, puis re-test (conditions différentes) en audiométrie vocale.

L’article originel date de 1978: il s’agit d’une table permettant savoir pour un même patient testé dans deux conditions différentes (ex: avant/après appareillage), en fonction des scores obtenus, si la différence entre les deux scores est « significative » ou « non-significative ».

Tout d’abord, qu’est-ce que la notion de différence significative ? En statistique, on retrouve souvent la notion de p-value, ou en quelque sorte la robustesse des résultats des tests statistiques. Elle est souvent fixée à 0.05, ce qui veut dire qu’entre deux conditions de tests, il y a moins de 5% de risque que la différence observée (ex: intelligibilité avant appareillage et après) soit le fruit du hasard uniquement. Si P<0.05, le résultat est alors considéré comme le fruit d’une amélioration réelle par le traitement ou l’appareillage dans ce qui nous concerne.

Tout aussi intéressante, voire plus, est la notion statistique d’intervalle de confiance d’une valeur. Par exemple en ce qui nous concerne, le score d’intelligibilité avant puis après appareillage.

Pour cela, les statisticiens considèrent les résultats d’une l’audiométrie vocale comme une variable aléatoire discrète (…) obéissant donc à une loi de probabilité binomiale (re-…). En gros, comme des lancés de dé, à dix faces (dissyllabiques de Fournier), 50 faces (l’arrondi de 51 pour les cochléaires de Lafon), 20 faces (phrases du HINT), etc.

Mais si l’audiométrie vocale obéit à une loi de probabilités, celà n’empêche pas son résultat de fluctuer de manière très importante alors que les conditions de réalisation peuvent être les mêmes (appareillé ou non et réglage identique pour chaque condition). Selon l’état de fatigue ou la concentration, l’effet placebo, la chemise ou le décolleté de l’audioprothésiste, etc., ce ne sera pas 40% ou rien ! Ce sera certains jours 60% et d’autres 30% dans les mêmes conditions, avec quand même un « pic » de probabilité d’intelligibilité. Autour de ce maximum de probabilité d’intelligibilité existe un intervalle de fluctuation souvent important: le fameux intervalle de confiance. En statistique, il est souvent calculé à 95%, c’est à dire que la moyenne (le pic de probabilité) a 95% de chances de se trouver dans cet intervalle.

Cela donne, par exemple, les probabilités suivantes de répétitions de mots avant et après appareillage:

Proba binom fournier

 

Pas besoin d’être un expert statisticien pour comprendre deux choses:

  • les « courbes » se superposent, et entre 40 et 70% de répétition il est difficile de démêler ce qui serait de l’ordre d’un « coup de chance » sans appareil ou d’une « contre performance » avec appareil.
  • Les intervalles de confiance de la moyenne « sans » et « avec » se chevauchent beaucoup lorsque les échantillons (la grandeur des listes ici) sont faibles. 10 mots ça semble un peu court pour être sûr de départager les performances des deux conditions avec 95% de certitude, puisque 1 mot de travers, c’est 10% d’erreur d’un coup. On voit aisément que 20 phrases, voire 50 phonèmes, ce serait tout de suite mieux.

Afin de répondre à la question posée au début de ce billet: en 1978, Thornton & Raffin on publié une table de « Intervalles critiques à 95% » permettant par une lecture facile de savoir si les résultats d’une audiométrie vocale sont significativement différents (à risque de 5% d’erreur maximum).

Voici un tableau extrait de la page 515 de l’article de Thornton et Raffin, et tiré également de Essentials of Audiology de Gelfand (2011):

IC95_vocale_1978

Comment lire (et interpréter) ce tableau: dans l’exemple du début, le score sans appareil est de  30% d’intelligibilité, à lire dans la première colonne nommée « % score« . En recherchant dans la colonne « n=10 » (parce que ce sont des listes de 10 mots) on s’aperçoit que l’intervalle critique à 95% est compris entre 10 et 70%. Ce qui veut dire que tout résultat avec appareillage se situant dans cet intervalle n’est pas significativement différent du premier (30%).

Donc dans notre cas: amélioration non significative. De justesse, certes…

Ces tables ont été récemment mises à jour, et je remercie encore Xavier BASCLE et Jean-Yves MICHEL d’en avoir fait part à la communauté lors de leur atelier; une mise à jour de ces intervalles critiques à été faite par Carney et Sclauch en 2007 et diffère dans 23% des entrées de celle de 1978. A privilégier donc (toujours repris de Essentials of Audiology):

IC95_vocale_2007

En reprenant notre exemple, c’est toujours non-significatif: 70% après appareillage est une valeur se trouvant encore dans la zone critique 10% <—> 70%.

Mais regardez-bien: si on avait eu toujours 30% de score avant appareillage, mais avec des listes cochléaires de Lafon (50 phonèmes) cette fois ci. Vous constaterez que l’intervalle critique passe à 16% <—> 48%. Un score après appareillage de 70% serait donc hors de la zone d’incertitude des deux distributions. Les tests diffèreraient significativement (meilleur après appareillage, avec 5% ou moins de risque de se tromper).

Conclusions de tout ceci:

  • Les résultats en audiométrie vocale sont des variables… très variables, y compris pour un même individu et dans les mêmes conditions
  • Les listes courtes sont quasiment inexploitables pour mettre en évidence une quelconque différence statistique, à éviter donc si on cherche à prouver quelque chose (mémoires, recherches, preuve, …) ou alors utiliser 2 listes de 10 mots pour faire une moyenne
  • Par honnêteté intellectuelle, il est peut être bon d’avoir ce second tableau à porté de main et d’audiomètre…

 

* citation reprise de Denis POINSOT et de son ouvrage « Statistiques pour Statophobes« , un régal de clarté, et de l’humour…

 

Les commentaires récents

José SCANDELLA

|

Ce style de vente est à déconseiller sincèrement. Surtout pour de l’appareillage auditif qui est malgré tout encore coûteux Siemens I pure à 1290 euros pièce! cela fait quand même 16000,00 F, (gym euro /francs)
par ailleurs, impossible de laisser des commentaires sur le site.
Egalement, vous ne rencontrez le vendeur qu’à la commande et 8 jours après pour l’achat ! ensuite pour des problèmes de panne au bout de 8 jours! une bonne dizaine de mails,des messages sur répondeur, bref j’ai attendu 3 mois! je ne suis pas le seul dans ce cas. je recommande plutôt l’achat chez un audioprothésiste, que vous pouvez rencontrer en passant au magasin. le cas présent, ce sont des permanences qui doivent être assurées suivant des jours précis, mais la grille est toujours baissée (avenue très commerçante à Toulon) ( les autres boutiques témoignent) et on prétexte être en déplacement ! je regrette d’être passé par ce système. Je suis ancien correspondant de la mutuelle hospitalière la MNH. Mieux vaut aller chez un audioprothésiste qui est présent et qui vous suit, c’est essentiel .

xavdelerce

|

Non, DSL n’est pas une méthodologie assez mature encore…
Oeufs, farine, sucre vanillé, vin blanc, pastis: lou pastis Gascoun… boudiou ! Voilà une méthodologie qui marche !

xavdelerce

|

Marrant de voir qu’en 5 ans, tous les liens sont « morts »… Le net a la mémoire bien courte et bien longue à la fois !

MOREL

|

Bonjour, je réalise mon mémoire de fin d’étude d’audioprothese sur les piles rechargeables et votre article m’a beaucoup intéressé …
Je peux vous poser quelques questions par mail si possible ?
en vous remerciant et dans l’attente de vous lire

bien cordialement

Instagram @Audioprothese