You have activated a Bronze+ WP Symposium feature, but you have not entered your Activation Code. Get one on the Membership page on the WP Symposium website.

tweets « franceaudiologie »

la mesure in vivo

LAFON 2 Le mécanisme d’intégration

Written by Jean-Yves MICHEL on . Posted in Audiométrie vocale, Audioprothese, Histoire de l'audioprothèse, Investigations audiologiques, Tests phonétiques de LAFON

L’article « LAFON 1 Qu’est-ce que l’audition ? » permet de s’interroger sur la signification du verbe intégrer.
Le Professeur LAFON définit le mécanisme d’intégration en page 7 du livre Le Test Phonétique et la Mesure de l’Audition (1964) :

« Le mécanisme d’intégration
…Nous appellerons intégration le fait de la superposition dans un même système et au même moment de deux phénomènes éloignées dans le temps ou l’espace. Reconnaître dans un ensemble de sons un message significatif, c’est comparer cette structure acoustique à une autre dont on a eu connaissance antérieurement. C’est la comparaison au temps présent de deux signaux, l’un mémoriel, l’autre actuel ou passé récemment…L’intégration permet de comparer, donc de connaître : c’est le mécanisme de la fonction gnosique…on superpose la forme reçue à une forme mémorisée à laquelle on l’identifie par opposition à d’autres formes mémorisées. Si elle correspond à quelque chose de connu si elle est significative, elle peut être identifiée comme une forme abstraite, donc correspondre à un déchiffrage du message. Si elle est non significative, elle est refusée, s’identifiant à un bruit… »

Ces mêmes passages, en langue anglaise, page 7 du livre The Phonetic Test and the Measurement of Hearing (1966) pour une diffusion internationale :)
« The mecanism of integration
…We will call integration the fact of the superposition in the same system and at the same moment of time of two phenomena which are separated in time or in space. Recognizing a significant message in a combination of sounds involves comparing this acoustical structure with another which one has known previously, i.e. comparing at the present time two signals, one from the memory and the other from the present or the recent past…Integration allows us to compare, that is to know ; it is the mecanism on which all our knowledge is based…the form received is surimposed on a memorized form, with which it is identified in opposition to other memorized forms. If it corresponds to something known, and if it is signifiant, it can be identified as an abstract form, which thus corresponds to deciphering the message. If it is not signifiant, it is rejected, and is identified with noise… ».

J’y ajoute la traduction en espagnol faite par mon fils aîné :

« El mecanismo de integración

…Llamaremos integración el hecho de la superposición en un mismo sistema y al mismo momento dos fenómenos alejados en el tiempo o espacio. Reconocer dentro de un conjunto de sonidos un mensaje significativo, es comparar esta estructura acústica a otro cuya hemos tenido conocimiento anteriormente. Es la comparación presente de dos señales, uno memorial, el otro actual o recién ocurrido…La integración permite comparar pues bien conocer : es el mecanismo sobre aquello está basado nuestro conocimiento…Superponemos la forma recibida a una forma memorizada aquella identificamos por oposición a otras formas memorizadas. Si corresponde a algo conocido, si es significativa, puede estar identificada como una forma abstracta así pues corresponder a un descifrado del mensaje. Si no es significativa, esta rechazada, identificándose a un ruido… »

Vous allez sûrement relire ces phrases plusieurs fois.
Peut-être pour les trouver d’une banalité affligeante, peut-être pour les trouver géniales car elles répondent à une question que vous vous posez depuis longtemps.

Information complémentaire 1 :
Le Professeur Georges STRAKA évoque, dans sa préface au livre du Professeur LAFON Message et Phonétique (1961), l’intégration auditive en ces termes : « … »l’intégration auditive », c’est-à-dire…la prise de conscience des images neurologiques représentatives des faits linguistiques… »
Georges STRAKA était, à ce moment là, Professeur à la Faculté des Lettres et Sciences humaines, Directeur de l’Institut de Phonétique de l’Université de Strasbourg.

Information complémentaire 2 :
Le Professeur LAFON, a collaboré avec le Professeur Georges STRAKA et le Professeur Pierre MOUNIER-KHUN sur Strasbourg avant de rejoindre le Professeur MOUNIER-KHUN à Lyon.
Les Professeurs MOUNIER-KHUN et LAFON ont créé ensemble l’Institut d’Audiophonologie à Lyon en 1958.
Le Professeur LAFON a dédié « A mon Maître Pierre MOUNIER-KHUN » le Bulletin d’Audiophonologie 1996 volume XII N°3&4, qui a comme titre : « transposition & modulation, pour que les sourds entendent ». Je pense évoquer plus tard les recherches du Professeur qui ont abouti à la commercialisation dans les années 1990 de sa prothèse Alpha-Bêta spécialement étudiée pour que « les sourds entendent ».

Dans la suite logique de cet article, j’évoquerai dans le prochain blog ce que le Professeur LAFON appelle « les altérations de l’identification ».

JYM

Spéléologie

Written by xavdelerce on . Posted in Affinity, Appareillage ouvert, Audiométrie tonale, Audiométrie vocale, Audition binaurale, BICROS, Chaînes de mesure, Conduction osseuse, CROS, Investigations audiologiques, mesure in vivo, mesure in-vivo, RECD, Tests phonétiques de LAFON

Un peu pour information, un peu pour une question, voici le résultat de mesures audiométriques (tonale/vocale) et acoustiques sur un patient présentant une cavité d’évidement et des cryptes à droite.

Séquelles de coups dans l’enfance… OD et OG opérées à de multiples reprises (7 fois en tout).

L’audiométrie tonale (merci les inserts: pas de masking nécessaire même sur ces seuils, en tonale):

CA

La nature étant bien faite, ce patient réussit quand même (OG masquée) à obtenir ce score en listes cochléaires de LAFON:

Voc

Les mesures acoustiques des CAE mettent en évidence des valeurs totalement atypiques à droite, liées à l’évidement (longueur et volume hors norme).

La mesure oreille nue (REUG):

REUG

On a à droite un pic à 1600Hz, ce qui donne une approximation de longueur de conduit de (340000/1600)/4 = 53,1mm !!!

5 cm de conduit, ou plutôt de cavité(s)…

La mesure RECD:

RECD

Le coupleur fait 2cc. Un RECD HA1 « standard » (courbe bleue en pointillés) est à environ 12dB à 4KHz, ce qui fait une différence de volume de facteur 4 entre le coupleur et le conduit auditif bouché par la mousse (volume conduit 4 fois plus petit que le volume coupleur, soit 0,5/0,6cc, valeurs admises chez l’adulte).

Ici à droite, le RECD est d’environ -6dB, voire moins encore, ce qui signifie que le volume résiduel (résiduel, façon de parler !) du « conduit » ou de ce qu’il en reste est 2 fois plus important que le volume coupleur, donc entre 4 et 5cc, dû aux 3 cryptes que j’ai pu y voir.

Il est évident que si un appareillage était nécessaire à droite (ce que je ne ferai pas), toute approximation statistique logicielle serait totalement à la rue.

Je conclurai par une question simple : en sachant qu’il n’est pas recommandé de fermer l’oreille gauche, toujours plus ou moins humide et que ce patient a perdu depuis bien longtemps la localisation spatiale, appareilleriez-vous cette oreille gauche, de 2K à 3KHz, et qui présente 90% d’intelligibilité à 40dB HL ?

That is the question…

LAFON 1 Qu’est-ce que l’audition ?

Written by Jean-Yves MICHEL on . Posted in Audiométrie vocale, Audioprothese, Histoire de l'audioprothèse, Investigations audiologiques, Tests phonétiques de LAFON

Je me rends compte combien il est difficile de présenter une information parmi toutes celles transmises par le Professeur LAFON.

Prenons celle-ci qui devrait susciter votre intérêt : en page 4 du livre le Test Phonétique et la Mesure de l’Audition (1964), le Professeur LAFON pose la question suivante (et y répond de suite après) :
« Qu’est-ce que l’audition?
Faculté d’entendre, réception des phénomènes sonores, ouïr est à la fois recevoir une information du plan physique à partir de variations d’intensité acoustique, l’adapter en un message qu’on appelle nerveux et intégrer ce message en l’identifiant à une structure dont on a eu conscience par conditionnement. »

Ce même passage, en langue anglaise, page 4 du livre The Phonetic Test and the Measurement of Hearing (1966) pour une diffusion internationale :)
« What is hearing?
The faculty of hearing, the reception of sonic phenomena, is at one and the same time the reception of information conveyed on the physical plane by variations in the acoustic intensity, the conversion of this into what one calls a nervous message and the integration of this message by identifying it with a structure of which one has knowledge via conditioning ».

J’y ajoute la traduction en espagnol faite par mon fils aîné :)
« Que es la audición?
Facultad de escuchar, recepción de los fenómenos sonoros, oír es a la vez recibir una información traducida del plan físico a partir de variaciones de la intensidad acústica, adaptarla en un mensaje llamado nervioso e integrar este mensaje identificándole a una estructura cuya tenemos conciencia por condicionamiento. »

Vous allez sûrement relire cette phrase plusieurs fois.
Peut-être pour la trouver d’une banalité affligeante, peut-être pour la trouver géniale car elle répond à une question que vous vous posez depuis longtemps.

La partie la plus délicate me semble en être celle-ci : « …intégrer ce message en l’identifiant à une structure dont on a eu conscience par conditionnement ».
Et plus spécialement le verbe : « …intégrer… »
Intégrer : qu’èsaquo ?
Je mettrai dans le prochain blog ce que le Professeur LAFON appelle « le mécanisme d’intégration ».

JYM

La semaine du Son, les pieds dans les starting blocks :-)

Written by genyseb2 on . Posted in Agendas & évenements, Audioprothesiste

Pour engager cette semaine du son, un retour sur la conférence de presse qui fait la part belle aux jeunes et à l’usage inconséquent des « iPOd » et autres « MP3″. A visualiser avant de recevoir le public lors des 15 prochains jours !

 

La Semaine du Son 2015 – Conférence de presse – Sondage Ipsos from VideoScopie Production on Vimeo.

 

Les commentaires récents

xavdelerce

|

Non, j’ai bien dit « oreille gauche ». Cette (ces) oreille(s) coule(nt), et on est en permanence à la limite de l’otite. Dans l’idéal, si l’on voulait corriger les BF à gauche, pas de secret, il faudrait fermer. J’ai peur d’enclencher un cycle d’infections. Ensuite pour les HF à gauche: une correction qui démarre après 2KHz et qui s’arrête à 3KHz, c’est bien peu.
Tu comprends ma question: pas vraiment de possibilité de corriger BF et une bande passante HF très réduite, le tout associé à une intelligibilité finalement de bonne tenue (90%@40dB HL).
Alors oui, éventuellement un « petit » BiCROS.

leblanc

|

Je pense que tu veux dire « pas recommandé de fermer l’oreille droite »? Rien n’empêche d’essayer d’appareiller la droite et voir comment réagit l’oreille, en cas de suintements evidemment, passer en bicros.
L’OG est bien sur à appareiller à mon avis, en prévoyant un appareil compatible en bicros

genyseb2

|

Bien vu ! Et merci pour tes explications ! Bonne années !!!!!

xavdelerce

|

En cherchant « scoring span test » sur Google, on trouve pas mal de choses, notamment ce doc qui revient souvent.

Instagram @Audioprothese