En guise de conclusion à propos de l’AUDITION PRIMAIRE :

« Nous rencontrons chez l’enfant sourd des difficultés qui induisent des troubles de comportement. Dès le premier âge l’enfant se situe dans un milieu frustrant par l’absence d’information sur une partie déterminante de la communication. D’un côté la parole et la voix ne lui parviennent pas, mais d’un autre côté tous les signes acoustiques du monde extérieur, ceux de l’espace qui l’entoure ont perdu toute acuité. Quand il vient à se déplacer au moment où il commence à marcher, l’espace où il évolue n’a pas d’existence acoustique. Contrairement à ce que l’on pense l’espace est très marqué de traits acoustiques. Nous vivons dans un monde acoustique. Nous apprécions la distance des objets, la profondeur du champ perceptif, le volume de l’environnement à l’oreille. L’œil apporte la perspective, l’oreille la direction, la profondeur. Pour l’enfant sourd, le monde est plat. L’œil lui apportera la perspective qui suppléera le manque acoustique à force d’apprentissage. En se heurtant aux personnes, aux objets, l’enfant apprend à mesurer ses pas pour connaître la distance, il prend conscience des réalités indirectement ne pouvant d’emblée les percevoir… … double handicap, celui qu’on connait de la relation verbale, et celui méconnu de la vie dans l’environnement plein d’embûches, où il est difficile d’en percevoir l’état, de s’y déplacer et encore plus d’en concevoir la réalité… »(1).

L’audioprothésiste, son expertise lui permettant d’appareiller l’enfant sourd, va permettre à cet enfant sourd de prendre conscience de la distance, du volume et par là-même de lui donner les meilleures conditions pour monter un langage de qualité.

JYM

(1) Professeur J.C. LAFON « handicap sensoriel et personnalité » Psychologie médicale 1989. 21. 13. page 1934/125.

Vous aviez peut être répondu, par l’intermédiaire de ce blog, au sondage réalisé l’année dernière par Mme Capucine MARMORAT qui faisait alors une collecte d’informations sur la pratique de la mesure in vivo en France dans le cadre de son mémoire de D.E. d’audioprothèse.

Certains d’entre-vous ont également répondu à un questionnaire plus poussé, et peut être aussi demandé à leurs patients leur ressenti sur la pratique de la MIV par leur audioprothésiste.

Je voulais donc revenir, avec Mme MARMORAT, sur les résultats de son mémoire sous la forme d’un « mini-débat ».

Vous pouvez si vous le souhaitez télécharger son travail très instructif.

« Entrevue » :

Continue reading

Autant un écouteur vieillissant, un circuit défaillant, un bruit de fond quelconque sont faciles à détecter (BDF, distorsion harmonique ou d’intermodulation, etc.), autant la panne d’un microphone arrière est assez délicate à percevoir.

C’est pourtant une panne très handicapante pour le patient, car il n’y a plus de directivité dans le bruit, voire un déséquilibre D/G lorsque les appareils sont censés communiquer.

L’écoute de l’appareil ne donnera rien, et un test de directionalité au caisson n’est pas facile à mener : il faut avoir un caisson dédié, et le plus souvent, forcer l’appareil en directionnel par logiciel de programmation. Bref, il faut vraiment en vouloir…

Continue reading

Terminons par le volume.

………. 3) RÉVERBÉRATION / VOLUME :

Jusqu’à 5 millisecondes entre l’émission vocale et le retour à l’oreille, on entend une réverbération. Ce qui correspond, dans l’air, à environ 2 mètres de parcourus par le son. Donc à un objet situé à 1 mètre.

Exemple : prenons 6 millisecondes (pour être supérieur à 5 millisecondes et faciliter le calcul). Dans l’air, la vitesse du son est d’environ 340 m/s. Comme x = vt (distance x, vitesse v, temps t), on trouve x = 340 x 0.006 donc x = 2 mètres. Pour que le son parcourt au total aller/retour ces 2 mètres, la paroi réverbérante est située à 1 mètre.

Continue reading

Continuons par la distance.

………. 2) ÉCHO / DISTANCE :

Quand on est en montagne et que l’on crie, on entend un écho qui nous revient. Si le temps entre le moment de l’émission vocale et le retour à nos oreilles est supérieur à 60 millisecondes, on perçoit un écho.

« Nous entendons le temps qui sépare deux signaux acoustiques. S’il est supérieur à 60 millisecondes on entend un écho : il y a séparation auditive, intervalle, entre un son et son renvoi. Cette distance dans l’air est de vingt quatre mètres, elle correspond donc à une paroi réverbérante située à 12 mètres et plus »(1).

Continue reading

L’audition PRIMAIRE c’est ce qui nous permet d’être alerté, d’avoir la notion de direction, la notion de distance, la notion de volume. Ouaouhhhh, tout ça ? 😉 La fonction primaire de l’oreille « … est celle de la perception de l’environnement »(1).

Commençons par la direction.

………. 1) ALERTE / DIRECTION :

Dès que nous avons dans notre environnement une variation brusque du volume sonore, nous allons nous tourner automatiquement vers le lieu de cette variation brusque.

Cette alerte induit l’attention, automatiquement.

Continue reading

On peut faire varier la voix, c’est ce qui donne la mélodie.

Cette mélodie se déroule dans le temps.

Il faut donc être capable de penser à ce que l’on va dire avant de le dire.

Parce que c’est un déroulement dans le temps de quelque chose.

Ce quelque chose, il faut être capable de le concevoir.

Continue reading

Bienvenu

Bienvenu chez Blog-Audioprothesiste.fr !

Qui Sommes nous ?

Contactez nous !

Je contacte Sébastien
Je contacte Xavier
Je contacte Jean Michel