You have activated a Bronze+ WP Symposium feature, but you have not entered your Activation Code. Get one on the Membership page on the WP Symposium website.

Le réseau de l’audition : le web, l’avenir de l’audioprothèse…

Written by genyseb2 on . Posted in DISTRIBUTEURS, Législation

Un peu débordé par le web, nos cousins opticiens ? Moult entreprises du web se sont lancés dans la vente en ligne de lunettes ou dans l’intermédiation : la mise en relation du client avec le fournisseur. De grands acteurs iMarchands piaffent d’impatience : sensee.com (racheté par Marc Simonsini, l’ex patron de Meetic...), malentillemoinschere.com et cie….

L’arrivée de ces startup gavées aux tours de tables financiers provoquent un chambardement juridique : Des modifications législatives majeures sont en prévision pour essayer de répondre aux problématiques de la vente en ligne de lunettes, exemple :

Quand j’achète une paire de lunettes, je suis obligé de consulter un opticien. Si j’achète mes lunettes en ligne, suis je sûre que la personne qui me conseille est un opticien (comme l’impose le code de la santé publique) ? Peut on simplement vendre des produits santés sans contrôle à postériori, mais seulement à priori (par exemple, les lentilles…)

Le projet de Loi Lefebvre, qui a pour objectif de moderniser le marché de l’optique, affiche quelques mesures phares pour répondre aux nouvelles problématiques du web ; certaines ont pour but de mettre en conformité le droit Français avec celui produit par l’assemblée Européenne, d’autres essayent d’arbitrer le match opticiens versus e-opticiens… Celui-ci ne fait que commencer…

Voici un florilège des  points clefs de ce projet qui sera voté (ou non) par les nouvelles assemblées à compter de Juin prochain…

– Les « non-diplômés » de l’optique pourront gérer ou posséder des magasins d’optique.L’article 5 bis supprime l’obligation actuelle selon laquelle les magasins d’optique « ne peuvent être dirigés ou gérés que par une personne remplissant les conditions requises pour l’exercice de la profession d’opticien-lunetier ».

– L’ordonnance devient obligatoire dans tous les cas. Les opticiens devront « vérifier l’existence d’une ordonnance en cours de validité » pour toute délivrance de verres correcteurs, « fixés ou non sur des montures », et de lentilles de contact correctrices. Cette obligation pourrait être interprétée comme un recul de vos prérogatives : aujourd’hui, il est en effet possible de pratiquer la réfraction et de vendre des verres correcteurs sans ordonnance, à condition que le client accepte de ne pas se faire rembourser par la Sécurité sociale (les décrets de 2007 n’imposent pas l’ordonnance, mais permettent le remboursement par le Régime Obligatoire d’un équipement dont la correction a été modifiée par l’opticien, sur la base d’une prescription médicale datant de moins de trois ans). Un décret listera les situations où cette « vérification » de l’ordonnance ne sera pas obligatoire (par exemple : client en vacances, loin de son domicile…).

– La durée de validité de l’ordonnance sera allongée : actuellement les opticiens peuvent adapter la correction de leurs clients de plus de 16 ans sur la base d’une ordonnance datant de moins de 3 ans. Ce délai est supprimé par l’article 5 bis du projet de loi, qui dispose qu’un décret fixera « la durée de validité de l’ordonnance », (selon nos informations, il est probable qu’elle passe à 5 ans, mais ce décret pourrait supprimer la possibilité d’adapter la correction des clients de plus de 50 ans).

– Les prises de mesures devront être certifiées : cette procédure de certification s’appliquera aux prises de mesures manuelles ou effectuées par un logiciel, et sera établie par la Haute Autorité de santé.

– La vente de lunettes et de lentilles sur Internet sera encadrée : toutes les obligations mentionnées plus haut (vérification de l’ordonnance, certification des prises de mesure…) s’imposeront aux e-opticiens. Ils devront en plus mettre à la disposition des internautes « un professionnel de santé qualifié apte à répondre à toute demande d’informations ou de conseil ». Un décret définira plus précisément les conditions de cette « mise à disposition ». Ils devront aussi proposer à leurs clients un droit de rétractation au moins égal à 7 jours. Dans le cas de la vente en ligne de lentilles, ce droit de rétractation ne sera pas obligatoire si la boîte a été « descellée », c’est-à-dire ouverte, par le consommateur après la livraison.

C’est bien gentil tout ça, mais nous ne sommes pas opticiens, me répondrez vous ! Evidemment !

Ainsi, le concept de vente en ligne d’aides auditives me parait difficile, voir impraticable (eu égard au travail d’adaptation des aides auditives et de réhabilitation de l’audition résiduelle). Cependant, celui-ci de mise en relation du client vers l’audioprothésiste, sous prétexte de promo, me parait, hélas, plus facile à mettre en oeuvre (les mutuelles le font déjà tellement bien !).

La soif d’informations et de comparaisons des prix des clients est telle aujourd’hui que l’émergence de tels réseaux est probable… Voici quel était l’état de ma réflexion sur ce sujet il y a encore quelques jours !

C’était sans compter ça :

Je m’attendais pas à ce que le « lafourchette.com » de l’audioprothèse débarque aussi rapidement… C’est dans l’air du temps…

Pas mal de petits trucs me chiffonnent au delà du seul problème de casse des prix…

Je pensais bêtement que l’affichage des prix sans devis était interdit… mon code de la santé publique ne doit pas être à jour. Autres choses qui m’ennuient, c’est de déléguer l’information aux clients/patients… Je ne sais même pas qui répondra, ce qui sera dit et j’ai détecté des erreurs dans les conseils en ligne…

Nous ne sommes pas encore dans la vente en ligne… Mais on s’en approche…

Et vous, qu’en pensez vous ? Prêt à vous faire « intermédiatiser » ?

 

Tags: ,

Trackback from your site.

Comments (2)

  • José SCANDELLA

    |

    Ce style de vente est à déconseiller sincèrement. Surtout pour de l’appareillage auditif qui est malgré tout encore coûteux Siemens I pure à 1290 euros pièce! cela fait quand même 16000,00 F, (gym euro /francs)
    par ailleurs, impossible de laisser des commentaires sur le site.
    Egalement, vous ne rencontrez le vendeur qu’à la commande et 8 jours après pour l’achat ! ensuite pour des problèmes de panne au bout de 8 jours! une bonne dizaine de mails,des messages sur répondeur, bref j’ai attendu 3 mois! je ne suis pas le seul dans ce cas. je recommande plutôt l’achat chez un audioprothésiste, que vous pouvez rencontrer en passant au magasin. le cas présent, ce sont des permanences qui doivent être assurées suivant des jours précis, mais la grille est toujours baissée (avenue très commerçante à Toulon) ( les autres boutiques témoignent) et on prétexte être en déplacement ! je regrette d’être passé par ce système. Je suis ancien correspondant de la mutuelle hospitalière la MNH. Mieux vaut aller chez un audioprothésiste qui est présent et qui vous suit, c’est essentiel .

    Reply

  • Hugo

    |

    Effectivement plus aucun domaine (comme les opticiens ou les audioprothésistes) ne peuvent compter sans internet.
    Mais par contre même si le e-commerce présente beaucoup d’avantages, pour les appareils auditifs rien ne vos les conseils en directe de votre audioprothésiste.
    Un article très intéressant néanmoins.

    Reply

Leave a comment

Les commentaires récents

Anonyme

|

Bonjour Xavier,
Merci pour ta question très pertinente.

Je ne pense pas que cela ait été fait car il faut savoir utiliser, à la fois, la liste de recrutement et le TEN TEST.

Pour ma part, je ne pratique (malheureusement) pas, pour l’instant, le TEN TEST et ceux qui pratiquent le TEN TEST ne connaissent peut-être pas l’existence de la liste de recrutement.

Sans aucun doute un très bon sujet de mémoire pour un étudiant de troisième année.
J’espère que ta question va susciter une (ou plusieurs) recherche en ce sens

xavdelerce

|

Bonjour Jean-Yves, et merci pour toutes tes remises à niveau.

Une éventuelle corrélation a t-elle déjà été recherchée entre un mauvais résultat au test de recrutement et un TEN Test positif ?

Jean-Yves MICHEL

|

Bonjour Xavier,
Merci pour tes questions.

1/ Le Professeur LAFON écrit, pour la liste cochléaire émise en exploration du champ auditif, en page 141 de son livre « le test phonétique et la mesure de l’audition » :
« La mesure est effectuée pour chaque oreille séparément, si la surdité est asymétrique, elle peut-être faite en biauriculaire pour deux courbes tonales identiques ».
Donc on peut comprendre que l’émission puisse être faite au casque.
J’ai choisi le champ libre car cela me permet de visualiser le gain prothétique vocal (différence entre le nombre d’erreur phonétique sans appareil versus avec appareil) alors que je ne le pourrai pas si la liste avait été émise au casque.
A l’appui de mon option champ libre je peux citer l’exemple en page 201-202 du Bulletin d’Audiophonologie année 1972 Volume 2 « Le Test Phonétique Théorie et Pratique » :
« …Atteinte auditive bilatérale d’étiologie inconnue. La perte moyenne est de 60 dB à droite comme à gauche. Appareillage biauriculaire par deux contours d’oreille. Le test phonétique montre une nette distorsion liminaire avec cependant une atteinte du champ auditif puisque l’on trouve à droite et à gauche une distorsion de 6 à 10% à 100 dB. L’usage des prothèses est bon, il ne reste que 4% d’erreurs avec les deux contours d’oreille 18% et 16% respectivement à droite et à gauche avec chaque contour utilisé isolément. Ce résultat montre que lorsque la distorsion n’est pas trop importante l’appareillage des deux oreilles séparément par contour améliore très nettement la perception de la parole (erreurs réduites des trois quart)… »

2/ Je balaye systématiquement, sans appareil, de 90 dB SPL jusqu’à 40 dB SPL sauf si avant 40 dB SPL j’atteins les 100% d’erreurs phonétiques, auquel cas je m’arrête là évidemment. Avec appareil, j’émets à nouveau les mêmes éléments aux mêmes niveaux. Je n’ai donc pas d’intensité de « départ » calculée à « seuil 2K + 10dB » ou autre.

3/ J’accorde une importance aux hauts niveaux (80 – 90 dB SPL) car il me semble important que mon appareillage ne génère pas plus d’erreurs phonétiques que ce que la personne en fait sans appareil. Je le vérifie donc.

J’espère avoir répondu à tes questions.

JYM

xavdelerce

|

Bonjour Jean-Yves

J’ai plusieurs interrogations:
1/ tu parles de niveaux d’émission en dB SPL pour l’administration des listes. Est-ce que ça veut dire que le test doit se faire en champ libre (ce que tu fais) ?
2/ comment est calculée l’intensité de « départ » (le confort) ? J’avais entendu dire « seuil 2K + 10dB » ?
3/ est-il réaliste de tester, à ton avis, l’intelligibilité au-delà de 75dB HL (au casque/inserts), en sachant alors que l’on va stimuler plusieurs bandes critiques avec l’augmentation globale de niveau, perdant du même coup en résolution fréquentielle et alors que l’appareillage, lui, n’aura pas une augmentation de niveau identique à toutes les fréquences et toutes les intensités ? Ce qui était valable à l’époque du Pr LAFON (technologie linéaire) avec une augmentation de niveau est-il valable aujourd’hui ?

Instagram @Audioprothese

 
viagra pour homme sans ordonnance
achat cialis livraison rapide
achat cialis en pharmacie
donde comprar levitra
comment acheter viagra montreal
ranitidine baby
acheter viagra sans ordonnance en suisse
acheter cialis authentique
acheter cialis black
provigra acheter viagra ligne
finasterine
achat levitra internet
achat de viagra en france
acheter kamagra en pharmacie
viagra 100mg online
ranitidine tablet
vente viagra sans ordonnance france
what is metoprolol succinate used to treat
achat cialis tadalafil
generique viagra sans ordonnance
acheter viagra chez pfizer
acheter viagra france ligne