You have activated a Bronze+ WP Symposium feature, but you have not entered your Activation Code. Get one on the Membership page on the WP Symposium website.

Facebook le refuge des rebelles contre la prise de participation de PHONAK Chez AS !

Written by genyseb2 on . Posted in DISTRIBUTEURS, PHONAK

FACEBOOK le génial réseau social d’environ  milliard d’utilisateurs permet aux audioprothésistes d’entrer en résistance. un groupe a été ouvert par un petit groupe de « rebelles » !

Pour vous inscrire :

on.fb.me/MY2LNg

Trackback from your site.

Comments (15)

  • stansolo

    |

    et moi et moi, je peux jouer ?
    (alexandre stanimirovic sur FB)

    Reply

  • leblanc gilles

    |

    vous pourriez m’inviter à la petite fête!

    Reply

    • leconcombremasqué

      |

      fait !

      Reply

  • stansolo

    |

    Quel intérêt du groupe « secret » ?
    Au contraire, il faut faire éclater à la face (du monde) ce mécontentement non ?

    Reply

  • bricedebrest

    |

    Ca sert à quoi un groupe « secret » qui s’affiche avec 1/4 des audios ?
    Il suffit de douze personnes pour trouver un traitre…

    En revanche ce serait bien de leur dire de voter (ça vaut ce que ça vaut) sur le petit sondage mis en ligne par Sébastien Gény.

    650 votes ça aurait de la gueule non ?

    Reply

      • xavdelerce

        |

        Mais ce sont deux choses différentes:
        – contre une « dérive commerciale » de la profession
        – contre SONOVA et lettre ouverte à son PDG

        Vous pensez envoyer cette lettre ouverte aussi à AUDIKA, AMPLIFON, etc. ? A tous les audios à partir de deux centres, trois, dix ?

        La « dérive commerciale » est dans ce cas autant de la responsabilité des praticiens que des grosses chaînes, ou fabricants maintenant.
        J’ai peur que ce genre de chose fasse « On ne voudrait pas de SONOVA sur le marché de l’adaptation parce que l’on était bien entre nous comme ça ».

        Il n’y a pas de demie mesure dans le « non-commercial ». Si on décide de ne plus être « commerçants » et donc inscrits au registre du commerce, nous allons donc passer en profession para-médicale, avec (peut-être) un conseil de l’ordre qui sera chargé de dissoudre les groupements et autres multi-propriétaires (bon courage…). Un centre/un diplômé. Pourquoi pas, mais cela me semble illusoire au vu de la situation actuelle. Il est vrai que pour reprendre en exemple la situation suisse, il semble toujours beaucoup plus facile de déréguler que d’encadrer strictement et de réguler…

        Les « 650 audios » qui ne veulent pas d’un nouveau concurrent en la personne de SONOVA (et qui veut un nouveau concurrent, dans tous les domaines d’activité ?), sont-ils tous prêts à s’engager totalement dans une vraie voie non-commerciale et donc à signer une pétition pour une profession à deux niveaux (je n’ai pas dit « vitesses », mais presque…):

        1/ Audio unique sur son centre. Pas de pub, pas de multi propriété. Soumis à un conseil de l’ordre. Prestations REMBOURSEES par les OCAM.
        2/ Audio « chaîne » ou « groupe ». Secteur libre de contraintes. Prestations NON REMBOURSEES.

        Choisissez votre camp.

        Ca, oui, comme pétition, ça aurait « de la gueule » !

        Reply

        • Etienne.B

          |

          la page facebook va devoir être transféree, est ce que vous accepteriez d’accueillir les débats ici?

          Reply

          • genyseb2

            |

            Why not ! Appelez moi !

            Reply

        • Bricedebrest

          |

          Xav,

          Pour ce qui est de la « dérive commerciale », tt à fait d’accord, cela n’a pas grand chose à voir avec Sonova en particulier. Le problème de Sonova c’est plus un problème de concurrence (que tu décris mais aussi de risque de création d’oligopole avec 3 fournisseurs et qq miettes) , enfin c’est trop long à décrire ici et ce n’est pas le lieu.

          Sinon, j’aime tes idées et celles-ci me paraissent plutôt novatrices … mais… il y a un hic !
          Dans un contexte de déremboursement généralisé au profit d’assureurs privés et de contrat obligatoires par les employeurs, comment serait-il possible d’obliger les OCAM à rembourser chez ceux qui ne font pas de pub et à ne pas rembourser chez les autres.
          Le RO, je dis pas, c’est possible mais les autres ?

          alors voila : je voterais 1) mais à deux conditions, la première est de pouvoir avoir un-e audio salarié pour assurer qd je suis en congé (5 semaines dans l’année). La deuxième-troisième est la certitude que les OCAM rembourse mon travail sans m’imposer de prix.

          Reply

          • xavdelerce

            |

            Je me demande quel serait le pouvoir des assureurs face à une organisation légale de la profession, type conseil de l’ordre. Toute négociation ne pourrait se faire qu’avec cette représentation, alors qu’aujourd’hui, les assureurs négocient audio par audio. Ils ont out à fait compris le « diviser pour régner », et qui est gagnant à long terme dans un deal Kalivia/audio tout seul ou Santéclair/idem ?
            Une instance unique de négociation serait une vraie force face à ces groupes.
            Concernant le remboursement, un si faible remboursement des caisses d’assurance maladie aurait du mal à justifier un blocage de nos prix. Et encore une fois, une instance représentative légitime et puissante, parlant d’une voix au nom de tous, devrait nous assurer un poids, même modeste, lors de négociations.
            Pour ce qui est de l’organisation des congés, j’ai souvenir de mon père, kiné, qui fermait son cabinet ou au mieux trouvait un remplaçant qui de toute façon était rémunéré sur 100% des actes effectués. Quand il n’était pas logé à titre gratuit… Mais bon, on n’en est pas là !

            Reply

  • davidou37

    |

    On doit être invité par un des participants pour rentrer dans le groupe. C’est un groupe secret!!! Tin tin tin!!! ^^

    Reply

  • Abc

    |

    Dead link ?

    Reply

Leave a comment

Les commentaires récents

xavdelerce

|

Bonjour madame,

Je farfouillais dans les entrailles du blog pour les MAJ et je vois votre commentaire… dans les indésirables ! Juré, ce n’est pas moi ou Sébastien GENY, c’est le moteur Askimet (trie les indésirables).
Donc votre commentaire n’est pas indésirable, bien que le blog ne soit pas un espace pour ce genre de commentaires de malentendants, mais plutôt tourné vers les professionnels. Vous l’aurez compris, notre démarche à travers ce blog est d’élever, dans la mesure de nos petits moyens intellectuels, l’intérêt de nos confrères pour des sujets que nous jugeons importants pour l’audioprothésiste et donc en retour, pour son patient.
Son PATIENT, oui, ce nom n’est pas choisi au hasard. Vous êtes certes un consommateur (puisque nous sommes des commerçants..), mais nous sommes également des paramédicaux avec nos obligations. Autant je ne supporte pas en tant que professionnel d’avoir à fournir un devis sur un coin de bureau quand un malentendant me tend l’audiométrie de l’ORL en me demandant « Combien ? », autant, comme vous le décrivez, un devis ne doit pas se faire à la légère.
Pour faire simple, l’audioprothésiste se doit de faire des tests COMPLEMENTAIRES à ceux de l’ORL (ne s’y substituent pas, mais les enrichissent): tests vocaux différents des FOURNIER disyllabiques, recherche d’inconfort vocal et tonal, mesure audiométrique largement préférable aux inserts (et pas au casque), REUR, RECD, empreintes (ne serait-ce que pour avoir l’orientation des CAE et la faisabilité de tel ou tel couplage auriculaire). Et avant tout, une anamnèse sérieuse: qui êtes-vous ? que recherchez-vous ? que pouvez-vous/voulez-vous financièrement (n’oubliez pas que ce choix vous appartient) ? Quels sont vos possibilités de prise en charge (vous êtes en activité, vous avez peut être droit à l’AGEFIPH) ? L’état/la taille de vos CAE permet-il toutes les formes d’appareillage ? etc. etc.
Vous n’avez manifestement pas eu ces services que vous étiez en droit d’attendre, je le déplore. Faites jouer la concurrence.
Mais ne pensez pas non plus l’appareillage en tant que « consommateur »: ce n’est pas un produit « à emporter ». Les termes de « refaire à l’identique », « refaire une empreinte sur un scan existant », « faire un devis d’après l’audiométrie de l’ORL », non, ces demandes ne sont et ne seront pas acceptables par un audioprothésiste qui se respecte ! Le tout au bas mot pour un bilan pré-prothétique de 1 heure minimum…

sab

|

bonjour,
j’ai 43 ans, suis appareillée depuis l’âge de 3 ans…
je suis professionnel de santé et je travaille dans mon cabinet médical +domicile.
je suis actuellement appareillée du côté droit pour convenance personnelle. Ayant besoin d’un deuxième appareil identique au premier pour m’en servir « d’appareil de secours » si le premier tombe en panne, je suis allée voir plusieurs audiopr afin de leur demander des devis. je suis rentrée chez moi bredouille. Aucun devis ne m’a été proposé. ce que l’on m’a proposé :
-une autre marque
-un café
-une empreinte dont je n’ai pas besoin car avec le numéro de série de mon appareil elle est reproduite en 3D par le fabriquant
-un audiogramme car soi-disant le prix varie en fonction de la surdité (ah bon????) que j’ai refusé aussi car je demande le « duplicata de mon premier appareil acquis en sept 2012. Pas besoin d’audiogramme pour en savoir le prix.
Au vu de ces sympathiques rdv qui m’ont fait perdre du temps, je me suis dépêchée de téléphoner au fabriquant, lui expliquant que je ne parvenais pas à obtenir un devis .
L’audio de la marque m’explique ce que je sais : les audiop ont une obligation légale de fournir des devis avant de vendre un appareil. Et qu’il peut me refaire le mien à l’identique, avec le numéro de série et le lieu d’achat du premier exemplaire.
je considère que les malentendants sont pris rééllement pour des imbéciles par ces vendeurs. Car à mon avis ils ne sont plus audioprothésistes mais vendeurs. Les deux que j’ai vus étaient littéralement nuls. Je retourne chez le premier qui m’a vendu le premier appareil . Il était tellement vexé que j’aie pu tel au fabriquant qui lui a demandé pourquoi il ne faisait pas de devis que j’ai obtenu un appareil à 1000 euros, deux fois et demi moins cher que mon premier achat où j’avais considéré être volée.
J’espère que ce commentaire ne sera pas effacé car manifestement lorsqu’un sourd est un peu habile, il est effacé car « gênant ».
je reçois des sourds dans mon cabinet et je vois leur fragilité et leur dépendance face à ces prothèses. Il est vite fait de leur faire avaler n’importe quoi quant à l’achat. Pour les personnes âgées, c’est le même problème, la plupart ont des prothèses très mal adaptées qui finissent dans des tiroirs… avec des audioprothésistes impossibles à joindre dès que l’achat est fait , barrière de secrétariat intéressante dans ce cas….

Hugo

|

Effectivement plus aucun domaine (comme les opticiens ou les audioprothésistes) ne peuvent compter sans internet.
Mais par contre même si le e-commerce présente beaucoup d’avantages, pour les appareils auditifs rien ne vos les conseils en directe de votre audioprothésiste.
Un article très intéressant néanmoins.

Instagram @Audioprothese