You have activated a Bronze+ WP Symposium feature, but you have not entered your Activation Code. Get one on the Membership page on the WP Symposium website.

Beautiful Graphs

Written by xavdelerce on . Posted in Audiologie, formation, Formation initiale, mémoire

 

 

 

Un problème souvent posé par les étudiants préparant un mémoire est l’exploitation statistique et graphique de leurs données.

Les logiciels du commerce, commençant par E et finissant par L, chers (malgré les « offres étudiants), ne permettent pas toutes les analyses parfois nécessaires à l’étude des résultats d’un échantillon, et les graphiques produits se ressemblent tous et sont limités. Et vous ne voulez pas pirater MATLAB (c’est vilain !), et en plus il faut apprendre à s’en servir (c’est compliqué !)…

Le logiciel R mérite vraiment qu’on s’y plonge. Il permet des analyses statistiques ultra-puissantes, rapides (une seule commande pour un t-test contre 15 clics dans E…L), il est gratuit, configurable à l’infini, et cerise sur le gâteau, permet des graphiques « professionnels » et de toute beauté.

Un pense bête, en chantier, pourra vous aider dans l’approche graphique. Une partie consacrée à l’analyse statistique est à venir. Des exemples basiques et revenant 90% du temps y sont détaillés et les codes que vous pouvez copier/coller, pourvu que vous les adaptiez à vos fichiers de données, vous permettront de ne pas (trop) vous prendre la tête dès le départ. On n’a rien sans rien…

R est téléchargeable sur le site du CRAN. Evidemment, à l’ouverture du logiciel, se retrouver devant la ligne de console, ça peut effrayer… Pas de panique, la lecture de quelques manuels très bien faits devrait, pas à pas, vous débroussailler la chose. Parmi ceux-ci, je vous conseille les incontournables « R pour les débutants » et « R pour les statophobes« .

Au final, la maîtrise des bases de R en vaut la chandelle: exploitation rapide des données et possibilités graphiques infinies. Quelques aperçus:

 

Ce pense bête est disponible et détaille pas à pas les procédures permettant d’aboutir à quelques graphiques de base les plus couramment utilisés. SI vous êtes intéressés, contactez-moi, je vous le ferai parvenir en version 0.00. Mais faites auparavant un petit tour sur le site du CRAN et téléchargez le joujou et les B.A.-BA pour voir à quoi tout ça ressemble.

Une seule chose: donnez nous des idées, vos avis, vos suggestions en retour afin de faire évoluer tout celà. Merci.

Tags: , ,

Trackback from your site.

Comments (7)

  • xavdelerce

    |

    … et puis Sébastien a dit « logiciel pour nos chères têtes blondes ».
    Sont Geeks les gosses ;-)

    Reply

  • xavdelerce

    |

    C’était le but de la démarche: fournir un B.A. BA facilement assimilable et utilisable (copier/coller), avec des exemples concrets de fichiers .txt téléchargeables sur un serveur et déjà mis en forme directement pour l’utilisation (et donc modifiable avec vos données).
    Une très grande partie du travail était donc faite. Mais bon, je ne voulais pas mettre ça en téléchargement direct; je voulais que ça reste une démarche volontaire, car effectivement ça demande un investissement en apprentissage. Je suis toujours surpris du temps que l’on peut passer sur un ordi à faire l’apprentissage d’un logiciel de montage vidéo par exemple. R n’est pas si inabordable, et des frontends plus « amicaux » commencent à voir le jour: saisie directe sur Excel, voire dans R.
    A titre personnel, ni fondu de stats et juste un peu attiré par la ligne de commande, j’ai été bluffé par la puissance R, pour avoir à la fois trop galéré sur Excel (ex: un simple boxplot…) et pas vraiment compris ce que je faisais. R a l’avantage d’obliger à comprendre ce que l’on fait.

    Reply

  • Anonyme

    |

    Le problème est l’austérité de R. Pour un étudiant audioprothésiste, non fondu de statistiques et non programmeur, R représente une sacré gageure. Des logiciels avec un frontend plus ergonomique sont plus facile d’accès dans le temps imparti du mémoire (toujours trop court). Il faut rentrer en ligne de code, soi-même, le transfert des données du tableur vers R, puis leur analyse statistique et enfin le graphique correspondant. Dixit un ancien étudiant qui a développé ses propres outils sous SCILAB pour analyser et mettre sous forme graphique des données issues d’implant cochléaire.

    Reply

  • xavdelerce

    |

    Yeah !!!

    Reply

  • genyseb

    |

    Real men don’t click !

    Reply

  • xavdelerce

    |

    Très intéressant.
    Pas plus facile comme langage. Quant aux possibilités, pour les besoins …

    Reply

  • visiteur

    |

    Au passage, il existe une autre solution plus puissante ie offrant beaucoup plus de possibilités que R tant au niveau de la représentation des données que leurs analyses qui est python utilisé avec les librairies matplotlib et numpy. Gratuit et libre.

    Reply

Leave a comment

Les commentaires récents

xavdelerce

|

Bonjour madame,

Je farfouillais dans les entrailles du blog pour les MAJ et je vois votre commentaire… dans les indésirables ! Juré, ce n’est pas moi ou Sébastien GENY, c’est le moteur Askimet (trie les indésirables).
Donc votre commentaire n’est pas indésirable, bien que le blog ne soit pas un espace pour ce genre de commentaires de malentendants, mais plutôt tourné vers les professionnels. Vous l’aurez compris, notre démarche à travers ce blog est d’élever, dans la mesure de nos petits moyens intellectuels, l’intérêt de nos confrères pour des sujets que nous jugeons importants pour l’audioprothésiste et donc en retour, pour son patient.
Son PATIENT, oui, ce nom n’est pas choisi au hasard. Vous êtes certes un consommateur (puisque nous sommes des commerçants..), mais nous sommes également des paramédicaux avec nos obligations. Autant je ne supporte pas en tant que professionnel d’avoir à fournir un devis sur un coin de bureau quand un malentendant me tend l’audiométrie de l’ORL en me demandant « Combien ? », autant, comme vous le décrivez, un devis ne doit pas se faire à la légère.
Pour faire simple, l’audioprothésiste se doit de faire des tests COMPLEMENTAIRES à ceux de l’ORL (ne s’y substituent pas, mais les enrichissent): tests vocaux différents des FOURNIER disyllabiques, recherche d’inconfort vocal et tonal, mesure audiométrique largement préférable aux inserts (et pas au casque), REUR, RECD, empreintes (ne serait-ce que pour avoir l’orientation des CAE et la faisabilité de tel ou tel couplage auriculaire). Et avant tout, une anamnèse sérieuse: qui êtes-vous ? que recherchez-vous ? que pouvez-vous/voulez-vous financièrement (n’oubliez pas que ce choix vous appartient) ? Quels sont vos possibilités de prise en charge (vous êtes en activité, vous avez peut être droit à l’AGEFIPH) ? L’état/la taille de vos CAE permet-il toutes les formes d’appareillage ? etc. etc.
Vous n’avez manifestement pas eu ces services que vous étiez en droit d’attendre, je le déplore. Faites jouer la concurrence.
Mais ne pensez pas non plus l’appareillage en tant que « consommateur »: ce n’est pas un produit « à emporter ». Les termes de « refaire à l’identique », « refaire une empreinte sur un scan existant », « faire un devis d’après l’audiométrie de l’ORL », non, ces demandes ne sont et ne seront pas acceptables par un audioprothésiste qui se respecte ! Le tout au bas mot pour un bilan pré-prothétique de 1 heure minimum…

sab

|

bonjour,
j’ai 43 ans, suis appareillée depuis l’âge de 3 ans…
je suis professionnel de santé et je travaille dans mon cabinet médical +domicile.
je suis actuellement appareillée du côté droit pour convenance personnelle. Ayant besoin d’un deuxième appareil identique au premier pour m’en servir « d’appareil de secours » si le premier tombe en panne, je suis allée voir plusieurs audiopr afin de leur demander des devis. je suis rentrée chez moi bredouille. Aucun devis ne m’a été proposé. ce que l’on m’a proposé :
-une autre marque
-un café
-une empreinte dont je n’ai pas besoin car avec le numéro de série de mon appareil elle est reproduite en 3D par le fabriquant
-un audiogramme car soi-disant le prix varie en fonction de la surdité (ah bon????) que j’ai refusé aussi car je demande le « duplicata de mon premier appareil acquis en sept 2012. Pas besoin d’audiogramme pour en savoir le prix.
Au vu de ces sympathiques rdv qui m’ont fait perdre du temps, je me suis dépêchée de téléphoner au fabriquant, lui expliquant que je ne parvenais pas à obtenir un devis .
L’audio de la marque m’explique ce que je sais : les audiop ont une obligation légale de fournir des devis avant de vendre un appareil. Et qu’il peut me refaire le mien à l’identique, avec le numéro de série et le lieu d’achat du premier exemplaire.
je considère que les malentendants sont pris rééllement pour des imbéciles par ces vendeurs. Car à mon avis ils ne sont plus audioprothésistes mais vendeurs. Les deux que j’ai vus étaient littéralement nuls. Je retourne chez le premier qui m’a vendu le premier appareil . Il était tellement vexé que j’aie pu tel au fabriquant qui lui a demandé pourquoi il ne faisait pas de devis que j’ai obtenu un appareil à 1000 euros, deux fois et demi moins cher que mon premier achat où j’avais considéré être volée.
J’espère que ce commentaire ne sera pas effacé car manifestement lorsqu’un sourd est un peu habile, il est effacé car « gênant ».
je reçois des sourds dans mon cabinet et je vois leur fragilité et leur dépendance face à ces prothèses. Il est vite fait de leur faire avaler n’importe quoi quant à l’achat. Pour les personnes âgées, c’est le même problème, la plupart ont des prothèses très mal adaptées qui finissent dans des tiroirs… avec des audioprothésistes impossibles à joindre dès que l’achat est fait , barrière de secrétariat intéressante dans ce cas….

Hugo

|

Effectivement plus aucun domaine (comme les opticiens ou les audioprothésistes) ne peuvent compter sans internet.
Mais par contre même si le e-commerce présente beaucoup d’avantages, pour les appareils auditifs rien ne vos les conseils en directe de votre audioprothésiste.
Un article très intéressant néanmoins.

Instagram @Audioprothese