You have activated a Bronze+ WP Symposium feature, but you have not entered your Activation Code. Get one on the Membership page on the WP Symposium website.

Simulateur de perte auditive

Written by genyseb2 on . Posted in Astuces sur les appareils

Xavier nous a fait une démonstration d’un logiciel à usage statistique à destination de nos chères têtes blondes ! Au grès de mes pérégrinations « webistiques », je vais vous faire partager la découverte d’un  logiciel de simulation de perte auditive  executable permettant aux accompagnants de saisir les difficultés de communications inhérentes à la perte de l’audition partielle à sévère.

Vous pouvez télécharger le logiciel ici : http://bit.ly/MvKiFG

Dans le cadre d’une démarche de conseils auprès de l’entourage du malentendant, cet outil est à privilégier pour faire prendre conscience aux parents, à la compagne ou compagnon des difficultés quotidiennes rencontrées par le malentendant.

Avantage de ce logiciel par rapport à ceux proposer sur les plateformes de programmation des fabricants :

  • l’indépendance vis à vis des plateformes fournisseurs… En ces temps obscurs, il est intéressant de ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier ;-) !
  • La possibilité de régler finement les paramètres de la défaillance auditive : amplitude de la perte, dégradation fréquentielle de l’audition, sélectivité fréquentielle de l’oreille !
Ce qui m’a toujours déçu dans les simulateurs de perte auditive actuelles, c’est qu’ils n’intégraient pas le « flou » du à la réduction de la sélectivité fréquentielle dans le cas de pertes auditives neuro-sensorielles : c’est désormais chose faite !
cherry on the cake (mouarf elle est bonne celle là !), on peut simuler la perte avec les fichiers sonores que l’on désire ! il suffit juste de rebaptiser vos fichiers :
  • speech.wav
  • music.wav
  • noise.wav
Bon, attention, n’oubliez pas de transférer vos fichiers en format propriétaire windows (wav).
Ainsi une fois que vous aurez exécuté le logiciel, vous tomberez sur la page suivante :

Le tableau suivant permet de régler les paramètres du logiciel pour « mimer » des pertes auditives selon l’échelle que nous connaissons bien : légère à sévère dans les hautes fréquences !

Hearing niveau de la perte largeur de la bande passante de la perte auditive détail spectral
Normal 0dB 20,000Hz 1 bark
Mild -25dB 5,000Hz 2 bark
Moderate -50dB 2,000Hz 3 bark
Severe -75dB 1,000Hz 4 bark

Bonne démonstration !

Tags: ,

Trackback from your site.

Comments (4)

  • xavdelerce

    |

    Si je me souviens bien de mes cours moi aussi, l’échelle des barks a été définie par Zwicker, avec le concept de « bandes critiques ». Elle associe une bande critique à un bark. Pour Zwicker il y avait 24 « bandes critiques », donc 24 Barks. Ex: la bande 3150Hz est à 16 Barks et fait environ 450Hz de largeur.
    Plus on va vers les HF, plus les bandes critiques s’élargissent. Les premières bandes critiques (de 0 à 4 Barks) font env. 100Hz de large.
    Ce logiciel semble donc être capable de simuler l’élargissement des filtres auditifs au fur et à mesure que le seuil diminue. La résolution d’un son complexe par la cochlée, au lieu de se faire sur 1 Bark (meilleur théorique), va alors se faire sur 2, voire 3 Barks (perte de sélectivité).
    Voir ce doc en français pour l’échelle des Barks:
    http://www.blog-audioprothesiste.fr/wp-content/uploads/2010/03/MUS3321_cours05_sonie_complex-1.pdf

    En réalité, les « filtres cochléaires » ont été remesurés plus étroits ces dernières années (échelle ERB, en Cams cette fois…).

    Reply

  • Alex

    |

    Avez vous des précisions sur l’unité « Bark » et sa correspondance ? … Je cale un peu et/ou devait être absent ce jour la en cours ;-) … Wiki n’est pas très clair la dessus ou trop succinct …
    Merci d’avance …

    Reply

  • xavdelerce

    |

    Aussi: « la guinda del pastel »
    ;-)

    Reply

  • xavdelerce

    |

    Le coup de la perte de sélectivité est bien pensé et unique en son genre. Manque juste le recrutement: les publicitaires savent faire gênant à niveau moyen, ça doit pouvoir être implémenté dans ce simulateur et ce sera presque parfait.

    Reply

Leave a comment

Les commentaires récents

xavdelerce

|

Bonjour madame,

Je farfouillais dans les entrailles du blog pour les MAJ et je vois votre commentaire… dans les indésirables ! Juré, ce n’est pas moi ou Sébastien GENY, c’est le moteur Askimet (trie les indésirables).
Donc votre commentaire n’est pas indésirable, bien que le blog ne soit pas un espace pour ce genre de commentaires de malentendants, mais plutôt tourné vers les professionnels. Vous l’aurez compris, notre démarche à travers ce blog est d’élever, dans la mesure de nos petits moyens intellectuels, l’intérêt de nos confrères pour des sujets que nous jugeons importants pour l’audioprothésiste et donc en retour, pour son patient.
Son PATIENT, oui, ce nom n’est pas choisi au hasard. Vous êtes certes un consommateur (puisque nous sommes des commerçants..), mais nous sommes également des paramédicaux avec nos obligations. Autant je ne supporte pas en tant que professionnel d’avoir à fournir un devis sur un coin de bureau quand un malentendant me tend l’audiométrie de l’ORL en me demandant « Combien ? », autant, comme vous le décrivez, un devis ne doit pas se faire à la légère.
Pour faire simple, l’audioprothésiste se doit de faire des tests COMPLEMENTAIRES à ceux de l’ORL (ne s’y substituent pas, mais les enrichissent): tests vocaux différents des FOURNIER disyllabiques, recherche d’inconfort vocal et tonal, mesure audiométrique largement préférable aux inserts (et pas au casque), REUR, RECD, empreintes (ne serait-ce que pour avoir l’orientation des CAE et la faisabilité de tel ou tel couplage auriculaire). Et avant tout, une anamnèse sérieuse: qui êtes-vous ? que recherchez-vous ? que pouvez-vous/voulez-vous financièrement (n’oubliez pas que ce choix vous appartient) ? Quels sont vos possibilités de prise en charge (vous êtes en activité, vous avez peut être droit à l’AGEFIPH) ? L’état/la taille de vos CAE permet-il toutes les formes d’appareillage ? etc. etc.
Vous n’avez manifestement pas eu ces services que vous étiez en droit d’attendre, je le déplore. Faites jouer la concurrence.
Mais ne pensez pas non plus l’appareillage en tant que « consommateur »: ce n’est pas un produit « à emporter ». Les termes de « refaire à l’identique », « refaire une empreinte sur un scan existant », « faire un devis d’après l’audiométrie de l’ORL », non, ces demandes ne sont et ne seront pas acceptables par un audioprothésiste qui se respecte ! Le tout au bas mot pour un bilan pré-prothétique de 1 heure minimum…

sab

|

bonjour,
j’ai 43 ans, suis appareillée depuis l’âge de 3 ans…
je suis professionnel de santé et je travaille dans mon cabinet médical +domicile.
je suis actuellement appareillée du côté droit pour convenance personnelle. Ayant besoin d’un deuxième appareil identique au premier pour m’en servir « d’appareil de secours » si le premier tombe en panne, je suis allée voir plusieurs audiopr afin de leur demander des devis. je suis rentrée chez moi bredouille. Aucun devis ne m’a été proposé. ce que l’on m’a proposé :
-une autre marque
-un café
-une empreinte dont je n’ai pas besoin car avec le numéro de série de mon appareil elle est reproduite en 3D par le fabriquant
-un audiogramme car soi-disant le prix varie en fonction de la surdité (ah bon????) que j’ai refusé aussi car je demande le « duplicata de mon premier appareil acquis en sept 2012. Pas besoin d’audiogramme pour en savoir le prix.
Au vu de ces sympathiques rdv qui m’ont fait perdre du temps, je me suis dépêchée de téléphoner au fabriquant, lui expliquant que je ne parvenais pas à obtenir un devis .
L’audio de la marque m’explique ce que je sais : les audiop ont une obligation légale de fournir des devis avant de vendre un appareil. Et qu’il peut me refaire le mien à l’identique, avec le numéro de série et le lieu d’achat du premier exemplaire.
je considère que les malentendants sont pris rééllement pour des imbéciles par ces vendeurs. Car à mon avis ils ne sont plus audioprothésistes mais vendeurs. Les deux que j’ai vus étaient littéralement nuls. Je retourne chez le premier qui m’a vendu le premier appareil . Il était tellement vexé que j’aie pu tel au fabriquant qui lui a demandé pourquoi il ne faisait pas de devis que j’ai obtenu un appareil à 1000 euros, deux fois et demi moins cher que mon premier achat où j’avais considéré être volée.
J’espère que ce commentaire ne sera pas effacé car manifestement lorsqu’un sourd est un peu habile, il est effacé car « gênant ».
je reçois des sourds dans mon cabinet et je vois leur fragilité et leur dépendance face à ces prothèses. Il est vite fait de leur faire avaler n’importe quoi quant à l’achat. Pour les personnes âgées, c’est le même problème, la plupart ont des prothèses très mal adaptées qui finissent dans des tiroirs… avec des audioprothésistes impossibles à joindre dès que l’achat est fait , barrière de secrétariat intéressante dans ce cas….

Hugo

|

Effectivement plus aucun domaine (comme les opticiens ou les audioprothésistes) ne peuvent compter sans internet.
Mais par contre même si le e-commerce présente beaucoup d’avantages, pour les appareils auditifs rien ne vos les conseils en directe de votre audioprothésiste.
Un article très intéressant néanmoins.

Instagram @Audioprothese