Je discutais il y a quelques temps avec un éminent représentant des fournisseurs (il se reconnaîtra ! ;-)), au sujet des aides à l’écoute. Et il remarquait (à juste titre ?) que les aides à l’écoute (Octave & Co.) pouvaient  être une menace pour le marché de l’audioprothèse. En effet, le trouble pourrait s’emparer des clients/patients et futurs appareillés : en effet, à quoi bon acheter une aide auditive (chère !) chez l’audioprothésiste alors que le pharmacien du coin m’en vend une, 5 fois moins cher (bon, il n’est pas réglable, il n’y pas de prise en charge, il n’y a pas de suivi… mais bon !). Encore une fois, l’audioprothèse est « audioprothésiste-dépendant », mais cette dimension n’est perceptible qu’une fois l’aide auditive acquise…

Les plus anciens syndicats dataient d’avant la création du diplôme d’état d’audioprothésiste par la loi de 1967. A cette époque les aides auditives étaient distribuées dans les campagnes, par des représentants de commerce (les « itinérants »), par des pharmaciens (ayant parfois suivi une formation), par des opticiens, par des « acousticiens » (les « exclusifs »), par des commerçants de matériel électronique (TV radio etc..) dans leur magasin.

Sur fond de loi HPST, Voici le rapport HENART, parlementaire de Meurthe et Moselle, qui propose de rémèdier à la crise démographique annoncée de la population médicale, par la création de professions paramédicales intermédiaires à BAC + 5. La lecture du rapport met en évidence une connaissance approfondie des relations entre professionnels de santé et des relations de pouvoir au sein de l’organisation des soins. Le rapport fait preuve de beaucoup de diplomatie et propose une approche métier et de consolider les métiers déjà existants (métiers dits « socles ») par le biais d’une délégation de compétences (de façon très précises). Le rapport rappel que des initiatives locales, appelées « Coopération entre professionnels de santé : Élaboration d’un protocole de coopération » prévu par l’article 51* de la loi HPST et validées par les ARS, seront à l’origine des futurs délégations de compétence et nouveaux métiers. A noter, que le rapport s’intéresse à notre profession (page 48). SG ______________________________________________________________________________________________ Le rapport HENART – coopération entre les professionnels de la santé. [download id= »1″]
N’hésitez pas à revenir visiter cette page. De nouvelles infos seront ajoutées relatives à l’article « 51 ».