Auteur : Jean-Yves MICHEL

Nous avons vu que le Professeur LAFON utilisait dans sa liste cochléaire, comme d’ailleurs dans toutes ses listes, des mots de 3 phonèmes.
Mais pourquoi 3 phonèmes et non pas 2, 4 ou plus ? S’agit-il de n’importe quels mots de 3 phonèmes ? Choisis suivants quels critères ?

Le Professeur LAFON nous en donne la réponse en pages 119-120-121-122 de son livre « le test phonétique et la mesure de l’audition » :
« LE MOT
Nous devons choisir l’échelle unitaire suivante : le mot. Comment choisir les mots ?
… Plus le mot est long, moins la quantité d’information par élément phonétique est grande. On a donc intérêt à choisir des mots dont la structure phonologique est aussi courte que possible et on est conduit aux mots de deux phonèmes qui sont aussi les plus nombreux dans la langue parlée (35% du français parlé).
Mais il faut disposer du maximum de transitions phonétiques possibles puisque ce sont les unités du langage. Plus nous aurons un test riche en transitions, plus l’échantillon qu’il représente sera proche de la réalisation linguistique.
Entre ces deux impératifs nous avons choisi un moyen terme, le mot de trois phonèmes. Il contient une potentialité de phonèmes caractéristiques suffisante donc représente une quantité d’information encore importante. Les transitions phonétiques sont au nombre de quatre puisque l’on compte le passage d’un point d’articulation neutre au point d’articulation phonétique. Dans une liste de mots on peut ainsi atteindre un nombre assez grand de transitions.
La phrase qui contient un échantillonnage de transitions presque idéal a une si pauvre valeur d’information, de telles possibilités de suppléance à des niveaux d’intégration extra auditifs que son utilisation n’est d’aucun secours.
LE CHOIX DES MOTS
Le choix des mots ne peut être laissé au hasard, il est indispensable de préférer ceux qui possèdent la plus grande quantité d’information… Il faut que les phonèmes du mot choisi permettent un grand nombre d’erreurs. Si l’on considère un phonème de ce mot, il est donc nécessaire qu’il y ait le plus de mots possibles n’ayant que ce phonème comme différence. C’est la définition même du phonème caractéristique et surtout de phonème hautement caractéristique. Cette notion doit nous guider dans la sélection des mots du test.
Lorsqu’un mot est mal perçu, celui qui est évoqué est d’abord le mot dont nous avons le plus grand usage, le mot disponible. Sans que celui-ci soit obligatoirement celui que nous utilisons le plus dans la conversation. Un mot comme « table » ne sert statistiquement pas très souvent, c’est pourtant un mot très connu. On peut définir le mot le plus disponible comme étant celui dont nous avons acquis le sens le plus précocement dans notre enfance, celui qui est le mieux gravé dans notre mémoire. Le critère de la disponibilité du mot est donc très important. Parmi le groupe de mots qui peuvent être confondus entre eux il sera préférable de ne pas choisir le plus disponible qui vient le premier à l’esprit… il faut éliminer les mots qui appartiennent au vocabulaire du très jeune enfant…
D’un autre côté il est préférable de ne pas choisir un mot trop peu connu qui risque de ne pas faire partie du vocabulaire du sujet examiné.
L’ÉCHELLE DE RÉFÉRENCE
Suivant quels critères les listes seront-elles construites ? D’après la statistique phonétique de la langue parlée ou un autre critère ?
Nous avons pu constater l’inutilité de l’usage de la fréquence de récurrence des phonèmes de la langue parlée. En effet nous voulons mettre en évidence des difficultés auditives. Celles-ci ont le plus de chance d’apparaître avec des phonèmes peu utilisés donc plus informatifs qu’avec des phonèmes fréquents. Ces phonèmes, bien que peu employés, sont plus utiles que les autres. Leur audition apportant des informations qui, grosso modo, sont au contraire inversement proportionnelles à leur usage. Ceci est surtout valable pour les consonnes. Une étude de la quantité d’information contenue dans les mots de trois phonèmes nous a montré qu’elle reposait pour plus de 72% sur les consonnes bien qu’elles aient une fréquence d’usage d’environ 51% seulement, alors que les voyelles ne dépassent pas 28%.
Choisir des listes de mots phonétiquement équilibrées est donc une double erreur : on préfère délibérément les phonèmes les moins informatifs et on néglige ceux qui sont le plus facilement perturbés dans l’audition, donc ceux qui permettent de déceler le plus facilement une anomalie auditive, les spirantes particulièrement…
En ce qui concerne les transitions phonétiques, l’échantillonnage en découle automatiquement pour les éléments de listes de 50 phonèmes. La variété des phonèmes dans les mots de la liste donne une grande diversité de transitions phonétiques dons un aperçu aussi varié que possible de l’unité de langage.
En conclusion, le test est basé sur un échantillonnage phonétique donnant une diversité de transitions et sur la difficulté d’identification souvent parallèle à la quantité d’information.
Nous avons abandonné la structure syllabique qui n’apporte aucune précision supplémentaire et qui n’est qu’une unité de phonation et surtout l’Equilibre Phonétique qui est une erreur sur le plan théorique lorsqu’il s’agit de mesurer l’audition. »Vous allez sûrement relire plusieurs fois ces phrases écrites par le Professeur LAFON.
Peut-être pour les trouver d’une banalité affligeante, peut-être pour les trouver géniales car elles répondent à une question que vous vous posez depuis longtemps.

Ces mêmes lignes, en langue anglaise, pages 121-122-123-124 du livre « the phonetic test and the measurement of hearing » pour une diffusion internationale Emoji:
« THE WORD
We thus come to the next rug of the ladder, the word. If we are to use words as our test unit, on what basis are we to choose them ?
The longer the word, the less information per phonetic element. It is thus advisable to choose the words which are as short as possible. This would seem to indicate the use of two-phoneme words, which are also the most abundant in the spoken language (35% in French).
But on the other hand we must have as great a variety as possible of phonetic transitions, as these are the real units of the spoken language. The more phonetic transitions (i.e. the more phonemes per word), the better the sample can be made to correspond to the language as spoken.
We have thus made a compromise between these two opposing requirements, and have chosen words of three phonemes. These can be chosen to contain a sufficient proportion of characteristic phonemes, and hence a reasonable amount of information. Each word contains four phonetic transitions, since we count the passage from a neutral point of articulation to an active one. One word lists will thus also contain a reasonable number of phonetic transitions.
The phrase, which is almost ideal regarded as a sample of phonetic transitions, contains so little infromation and offers such a lot scope of the activities of the extra-auditory integration levels that its use is out of the question.

THE CHOICE OF WORDS
The choice of words cannot be left to chance; one must take care to select which contain the largest amount of information… It follows that the phonemes of the words chosen must allow a large number of errors. If we consider a given phoneme of a given word, we should thus try to ensure that there are many words as possible which only differ from this word in this phoneme. But this is simply the definition of the characteristic phoneme. This notion must guide us in the selection of the words used for the test.
When a word is perceived incorrectly, the first word to be evoked in its place is the most common word of those resembling it, the most available word. This need not however be the one which is most often used in conversation. For example, a word like « table » will not come very high up the statistical frequency lists, but it is nevertheless very well known. One may define the most available word as that which we acquired earliest on in our childhood, that which is most clearly graven on our memory. This criterion of the availability of words is very important. Within a group of words which can be confused one with another, one should not choose the most available one, the one which will come first to mind in case of doubt… one should eliminate, not select, the words belonging to the vocabulary of the very young child…
On the other hand, it is advisable not to choose words which are too rare, in case they are entirely unknown to the person being tested.

THE SCALE OF REFERENCE
According to what criteria should the word lists be constructed ? According to the phonetic statistics of the spoken language or according to some other criterion ?
We have found that is not a good idea to use the frequency with which the various phonemes occur in the spoken language. What we are after is a method of detecting hearing difficulties. Now these are more likely to be detected with the aid of the phonemes which are less often used, and which thus carry more information than the more frequent ones. These speech sounds, although less used, are thus in fact more useful than the others; the amount of acoustic information which they carry is broadly speaking inversely proportional to their frequency of use. This is particulary true of the consonants. A study of the amount of information contained in three-phoneme words has shown than more 72% of the information is carried by the consonants although the frequency of occurrence is only about 51%; while the vowels with a frequency of 49% only carry 28% of the information.
Choosing the word lists so as to make them phonetically balanced is thus a double error: one deliberately gives preference to the least informative phonemes, and one neglects those which are most easily distorted by the hearing and which would thus be most useful in detecting a hearing defect, in particular the spirants…
As regards the phonetic transitions, a reasonable sampling of these is obtained automatically in the 50-phoneme lists. The variety of the phonemes in the words of these lists naturally give rise to a wide range of phonetic transitions, and thus as varied a view as possible of this unit element of the individual language.
Summarizing, we may state that the test is based on a phonetic sampling giving a wide variety of transitions, and on the difficulty of identification which is a measure of the amount of information carried. We have abandoned the syllabic structure, which does not increase the precision in any way as the syllabe is merely a unit of phonation, and above all we have given up the idea of phonetic balancing, which is theoretically a great mistake for the purposes of measuring hearing.

Dans le prochain article, je reviendrai à la pratique du test phonétique en évoquant la suite logique de la liste cochléaire : la liste de recrutement.

JYM

Comment utiliser la liste cochléaire ?
1)   Pour l’exploration du champ auditif. On fait varier la netteté en faisant varier l’intensité d’émission de chacun des éléments.Le Professeur LAFON utilisait volontiers des niveaux dégressifs allant, suivant le niveau de surdité de la personne, de 100dB SPL (quelques fois 120 dB SPL) à 70dB SPL (quelques fois 60 dB SPL), par paliers de 10 dB SPL(1).
Pour ma part, j’utilise en champ libre des niveaux dégressifs allant de 90dB SPL à 40dB SPL, comme d’ailleurs le Professeur LAFON l’évoque en page 140 de son livre « le test phonétique et la mesure de l’audition » :
« Exploration du champ auditif
Les mots sont lus par élément (colonne) à des intensités variables entre 40 et 100 dB suivant le type de surdité, le seuil tonal et l’intérêt diagnostique ou technique (recherche) présenté par le sujet ».
Ces mêmes lignes, en langue anglaise, page 143 du livre « the phonetic test and the measurement of hearing », pour une diffusion internationale Emoji :
« Exploration of the auditory field
The words are read a list (column) at a time at various intensities between 40 and 100 dB depending of the type of deafness, the tonal threshold and any other special diagnostic or scientific points of interest presented by the subject. »

Si vous émettez les mêmes éléments au même niveau sans puis avec appareil, oreille après oreille (voire en binaural si vous n’avez pas trop le temps), vous obtenez un gain prothétique vocal diablement intéressant pour valider l’amélioration des « qualités phonétiques(2) » de votre patient dans une situation calme.

Je vous conseille, pour savoir si la différence entre deux scores est « significative » ou « non-significative », l’article de Xavier DELERCE du 1 mai 2014 « LA CONFIANCE RÈGNE… PAR INTERVALLES* » paru sur le site « blog-audioprothésiste ». Son article faisait suite à l’intervention de Xavier BASCLE, audioprothésiste Nîmois, lors de l’atelier N°4 du Congrès des Audioprothésistes mi-avril 2014.

2)   Pour connaître le pourcentage de distorsions supraliminaires.

En page 184 du livre du Professeur LAFON « le test phonétique et la mesure de l’audition » :
« … connaître les erreurs faites à une intensité acoustique élevée permet de savoir quelle forme de distorsions resteront présentes lorsque le sourd utilisera sa prothèse… Le calcul du pourcentage des distorsions au niveau Nm donne le degré de difficulté d’adaptation de la prothèse. Expérimentalement nous avons remarqué qu’en dessous de 20% l’appareillage est facile au prix de quelques précautions. Entre 20 et 40% on est obligé de tenir compte des résultats de la liste de recrutement et de la liste d’intégration qui seules peuvent montrer une contre-indication éventuelle. Entre 40 et 50% il est nécessaire de faire une comparaison entre le pourcentage de distorsions avec lecture labiale seule et avec lecture labiale et amplification Nm. En effet la distorsion est tellement importante…que la présence d’une mauvaise lecture labiale nettement améliorée avec l’amplification justifie seule un appareillage. Au-delà de 50%, sauf cas exceptionnels jugés comme précédemment, tout appareillage est inutile, il n’apportera aucun complément d’information au sourd. »

Précisions :
« On choisira comme niveau maximum que nous appellerons Nm, l’intensité la plus élevée sans distorsion statistiquement apparente. Si l’appareil est de bonne qualité on prend pour Nm la valeur de 90 dB, sinon 85 dB ou même 80 dB. »(3)
Pour ma part j’utilise en champ libre un niveau Nm de 90 dB SPL.
Lorsque le Professeur écrit « en dessous de 20% », cela équivaut à obtenir moins de 10 erreurs phonétiques sur un élément entier (17 mots).
Lorsque le Professeur écrit « entre 20 et 40% », cela équivaut à obtenir entre 10 et 20 erreurs phonétiques sur un élément entier (17 mots).
Lorsque le Professeur écrit « entre 40 et 50% », cela équivaut à obtenir entre 20 et 25 erreurs phonétiques sur un élément entier (17 mots).
Lorsque le Professeur écrit « Au-delà de 50% », cela équivaut à obtenir plus de 25 erreurs phonétiques sur un élément entier (17 mots).

Ces mêmes lignes, en langue anglaise, page 187 du livre « the phonetic test and the measurement of hearing », pour une diffusion internationale Emoji :
« … investigation of the errors made at a high acoustic intensity will tell us about the form of the distorsions remaining when the patient is wearing his hearing aid… Calculation of the percentage distorsion at Nm gives a measure of the unsuitability of the hearing aid. We have found in practice that below 20% the fitting will be easy, if certain precautions are taken. Between 20 and 40%, one must take the results obtained with the recruitment and integration lists into account; only these can give a counter-indication. Between 40 and 50% one must compare the percentage distorsion with lip-reading alone and with lip-reading at an amplification Nm. The distorsion is so large in this case… that in improvement in lip-reading caused by the amplification is enough to justify the use of the hearing aid. Above 50%, except in rare cases where the lip-reading is greatly improved, no hearing aid will greatly increase the amount of information reaching the patient. »

Dans le prochain article, j’évoquerai deux principes du test phonétique : pourquoi n’utiliser que des mots de 3 phonèmes et comment s’est fait le choix de ces mots ?

JYM

(1) Pages 182, 186, 192, 196, 198, 199 et 200 du texte « APPLICATIONS CLINIQUE DU TEST PHONETIQUE » écrit par le Professeur LAFON et paru dans le Volume N°1 de l’année 1972 du Bulletin d’Audiophonologie ayant pour titre « LE TEST PHONÉTIQUE THÉORIE et PRATIQUE ».
(2) Page 188 du livre du Professeur LAFON « Le test phonétique et le mesure de l’audition ».
(3) Page 153 du livre du Professeur LAFON « Le test phonétique et le mesure de l’audition ».

Le Professeur LAFON a nommé une de ses quatre listes :  la liste cochléaire.
Est-ce donc à dire qu’avec cette liste cochléaire, l’on teste la cochlée ?
Eh bien, oui !
« La mesure cochléaire renseigne sur les déformations acoustiques provoquées par la cochlée. »(1)

mais encore :
« La liste contient une série d’éléments de 17 mots, elle est destinée à mesurer les déformations apportées par les surdités. Elle doit donc représenter un large éventail phonétique, chaque élément de liste contient presque tous les phonèmes de la langue. »(2)
Lorsque le Professeur parle d’élément, c’est une des 20 colonnes de la liste cochléaire, chaque colonne/élément comportant 17 mots.

et aussi :
« … 17 mots de trois phonèmes dont la structure et la difficulté sont semblables d’un élément à l’autre. »(3)
On passe d’une liste à l’autre : le nombre d’erreurs phonétiques, à niveau d’émission égal, reste constant.
Formidable, non !

Vous trouverez les mots composants cette liste cochléaire sur http://www.college-nat-audio.fr/fichiers/img85a.pdf Un grand remerciement au Collège National des Audioprothésistes (CNA) pour avoir réalisé 5 CD d’audiométrie vocale: http://www.college-nat-audio.fr/listes-cd-audiometrie-vocale.html
Tout audioprothésiste devrait les posséder.
Sans le CNA, les plus anciens se le rappelleront, nous en serions peut-être encore aux 3 CD diffusés par DAHLBERG dont un, celui de couleur violette, était consacré au test phonétique(4).Comme vous le voyez grâce à ce lien, la liste cochléaire qui se trouve sur le CD 1, comporte 20 éléments de 17 mots chacun.
Chaque mot étant composé de 3 phonèmes, vous avez 17(mots) x 3(phonèmes) = 51 erreurs phonétiques de possibles.
C’est pour cela que si vous savez compter jusqu’à 50…ce dont je ne doute pasEmoji… vous pouvez faire vôtre la liste cochléaire.
On arrondit à 50 au lieu de 51, ce qui permet de facilement passer à un pourcentage en multipliant par 2 le nombre d’erreurs phonétiques commises.Pour bien expliciter le comptage des erreurs phonétiques, prenons le deuxième mot de l’élément 1 de la liste cochléaire : « ride » soit /rid/ en transcription phonétique internationale(5).
Admettons que la personne ajoute quelque chose au mot mais que les 3 phonèmes soient toujours bien présents, il n’y aura aucune erreur phonétique de comptée. Exemple : « bride », « hagrid (Emojipour les amateurs d’Harry Potter) »…
Admettons qu’au lieu de « ride », la personne réponde « ribe ». Seul le /d/ est transformé. Il n’y a donc qu’une seule erreur phonétique à comptabiliser.
Admettons qu’au lieu de « ride », la personne réponde « vive ». Le /r/ et le /d/ sont transformés. Il y a donc deux erreurs phonétiques à comptabiliser.
Admettons qu’au lieu de « ride », la personne dise « vube » ou ne réponde pas. Le /r/, le /i/ et le /d/ sont transformés ou ne sont pas répétés. Il y a donc trois erreurs phonétiques à comptabiliser.
On agit de même pour les 16 autres mots du premier élément.
On additionne, à la fin de l’élément, chaque nombre d’erreurs phonétiques commises sur chacun des 17 mots, admettons X. Ce total est donc du type X/50 soit 2X % d’erreurs phonétiques.

Pour ceux qui aiment parler d’intelligibilité, celle-ci sera égale à (100% – 2X%).
Le Professeur LAFON n’aimait pas trop parler d’intelligibilité, préférant parler de nombre d’erreurs phonétiques car « l’intelligibilité fait intervenir le sens donc un concept. »(6)

Le prochain article donnera des indications sur la manière d’utiliser cette liste cochléaire.

JYM

(1) Page 160 du livre du Professeur LAFON « Le test phonétique et la mesure de l’audition ».
(2) Page 127 du livre du Professeur LAFON « Le test phonétique et la mesure de l’audition ».
(3) Page 140 du livre du Professeur LAFON « Le test phonétique et la mesure de l’audition ».
(4) DAHLBERG « Le test phonétique » DAI 911 (1991).
Anecdote au sujet de la liste cochléaire contenue sur ce CD : le premier mot du premier élément n’est pas buée mais ride. Le mot buée se trouvant relégué entre le mot col et le mot fort. Interrogé à ce sujet, le Professeur LAFON m’avait répondu que c’était volontaire car beaucoup de personnes achoppaient sur le mot buée quand il était en tête de liste, ce qui pouvait fausser le résultat de cet élément. Ce qui n’était pas le cas si le mot ride était placé en tête de liste.
(5) Annexe V page 303 du Précis d’Audioprothèse Tome 1 « L’appareillage de l’adulte » édité par le Collège National d’Audioprothèse.
(6) Page 63 du livre du Professeur LAFON « Le test phonétique et la mesure de l’audition ».

Parler de test phonétique laisse entendre que le test se base sur le phonème.
Mais pourquoi utiliser le phonème ?Le Professeur LAFON nous en donne la réponse en page 108 de son livre « le test phonétique et la mesure de l’audition », dans le paragraphe 1. et la dernière phrase (je me suis permis de les surligner et de les souligner) de :
« Les critères de l’exploration auditive
…Pour les tests faisant entrer en jeu le langage on peut considérer trois niveaux : le symbolisme phonétique (acougramme, tests de logatome, test phonétique), le sens des mots (test de nom, tests d’intelligibilité), les suppléances linguistiques (tests de phrase).
Quand on veut connaître la valeur du système acoustique cochléaire, on est obligé de tester l’ensemble de la fonction, comme dans toute mesure indirecte. Nous mesurons la connaissance du sujet dépendant du fonctionnement de l’organe périphérique.
Pour être précise une méthode de mesure doit :
1. Etre basée sur l’aspect unitaire le plus simple de la connaissance auditive. Les qualités de cette unité servent de paramètres.
2. Il est indispensable que tout sujet susceptible d’être soumis au test possède un excellent apprentissage de l’identification de ce paramètre. Pour pouvoir comparer à une moyenne, il faut que l’apprentissage soit équivalent pour tous les sujets et ne s’améliore pas durant l’examen.
3. Il doit être possible d’atteindre les limites physiologiques de la reconnaissance et de pouvoir les chiffrer.
4. Cette limite chiffrée ne doit pas varier chez l’individu normal ou tout au moins les écarts doivent être connus et assimilés à une marge d’erreur.
C’est ainsi que l’audiométrie tonale liminaire est excellente, elle répond aux quatre critères ; alors que le test de Lüscher ne répond pas aux critères 2 et 4. Le test d’intelligibilité utilisant le mot comme unité et sa signification ne répond pas au critère 1, le phonème étant l’unité de langage la plus simple etc. »

Ces mêmes lignes, en langue anglaise, page 110-111 du livre « the phonetic test and the measurement of hearing », pour une diffusion internationale Emoji
« General criteria for judging hearing tests
…Where language tests are involved, one may distinguish three levels : phonetic symbolism (acougram, nonsense syllabe tests, the phonetic test), the meaning of words (name test, intelligibility tests) and linguistic flexibility (sentence lists).
If one wishes to investigate the functioning of the cochlear system, one is obliged to test the whole auditory system, as in any indirect measurement. What we are in fact measuring is the subject’s knowledge, which depends on the functioning of the peripheral organ.
In order to be precise, a method must :
1. be based on the simplest unitary aspect of auditory knowledge. The properties of this unit serve as parameters.
2. Any subject capable of being tested must have been given a thorough training in the identification of this parameter. In order to be able to compare the results, one must ensure that all subjects receive an equivalent training, and that their skill in identification does not increase during the test.
3. It must be possible to reach the normal levels of the knowledge and to give a numerical measure of these levels.
4. This numerical measure of the limit must be constant in a given individual, or at least the variations must be known, and included in the margin of error.
For example, liminal tonal audiometry is an excellent method, satisfying all four requirements; while the Lüscher (section 4.2.2) does not satisfy requirement 2 and 4. The intelligibility test using the word as unit does not satisfy requirement 1, as the phoneme is the simplest unit of language; and son on. »Le phonème est donc à utiliser car aussi :
« Le phonème, unité de langue, est le plus simple des éléments de référence du langage. »(1)
« L’élément utile pour la mesure des qualités d’identification d’un sujet n’est ni la phrase, ni le mot, mais incontestablement le phonème, élément le moins prévisible. »(2)

Et, si on veut aller plus en avant, qu’est-ce qu’un phonème ?
« Le phonème désigne l’image mentale d’un phénomène acoustique, c’est un concept de langue, unité de mesure du langage. L’idée que nous nous en faisons est proche de celle que s’en font ceux qui ont la même langue que nous. C’est un symbole-étalon d’ordre social, que nous avons toujours à notre disposition mais dont nous ne nous servons pas. »(3)

En effet, lorsqu’on prononce /mât/, on ne prononce pas le /m/, puis le /a/ seulement après la fin du /m/. C’est pour cela que le Professeur LAFON dit que nous ne nous servons pas du phonème /m/ en tant que tel [fondamental laryngé 140 Hz, de F1 300 Hz, de F2 2700 Hz, de F3 3800 Hz] (4) puis du phonème /a/ en tant que tel [fondamental laryngé 170 Hz, de F1 800 Hz, de F2 1100 Hz, de F3 3000 Hz pour une voix féminine] (5).
Il y a, en fait, une transition phonétique entre /m/ et /a/ qui modifie chacune des structures acoustiques des deux phonèmes.

Pour bien montrer l’importance de ces transitions phonétiques :
« …l’on identifie non des phonèmes mais des transitions phonétiques qui sont partiellement perçues même si leur aboutissement au point d’articulation est inaudible : les critères d’identification ne sont pas les mêmes que pour l’entendant…La surdité de sénescence est pour cela bien caractéristique. Elle est apparue très progressivement, le sujet a modifié sans s’en rendre compte son système de référence et l’identification de la parole est peu perturbée par rapport à la courbe tonale. »(6)

Le Professeur ayant parlé de point d’articulation, en voici sa définition :
« La position des organes phonateurs détermine une série de cavités dont les résonances évoquent chez l’auditeur une image phonétique. Sur un enregistrement le point d’articulation se situe aux points d’inflexions des zones acoustiques fréquentielles, il correspond à un changement de direction des mouvements musculaires. C’est le seul repère précis que l’on puisse déceler dans la continuité de l’expression phonétique.
Le passage d’un point d’articulation à un autre, entraîne la formation de transitions acoustiques phonétiques qui constituent les éléments de la syllabe. En considérant des points d’articulation virtuels, le passage d’un point à l’autre contient la totalité de l’expression. Nous appellerons ces passages des transitions phonétiques. L’identification du phonème dépend d’elles: même si le point d’articulation n’est pas parfaitement atteint, ou si les sons émis deviennent imperceptibles, le mouvement vers le point d’articulation permet souvent à l’auditeur d’identifier néanmoins le phonème en extrapolant. »(7)

La dernière phrase :
« … le mouvement vers le point d’articulation permet souvent à l’auditeur d’identifier néanmoins le phonème en extrapolant ».
Voici l’explication de ce que nous rencontrons assez souvent dans notre pratique quotidienne d’audioprothésiste : l’audiométrie tonale est mauvaise et pourtant la personne comprend encore bien lors de l’audiométrie vocale.

Vous allez sûrement relire plusieurs fois toutes ces phrases écrites par le Professeur LAFON.
Peut-être pour les trouver d’une banalité affligeante, peut-être pour les trouver géniales car elles répondent à une question que vous vous posez depuis longtemps.

Dans le test phonétique, il y a quatre listes :
– la liste de balayage.
– la liste cochléaire.
– la liste de recrutement.
– la liste d’intégration.

Dans le prochain article, je commencerai par la liste que je trouve facile pour débuter avec le test phonétique.
Je veux parler de la liste cochléaire que j’ai utilisée seule pendant des années, sans penser utiliser un jour les autres.

JYM

(1) page 55 du livre « le test phonétique et la mesure de l’audition »
(2) page 69 du livre « le test phonétique et la mesure de l’audition »
(3) page 54 du livre « le test phonétique et la mesure de l’audition »
(4) page 120 du livre « message et phonétique »
(5) page 116 du livre « message et phonétique »
(6) page 178 du livre « le test phonétique et la mesure de l’audition »
(7) page 52 du livre « le test phonétique et la mesure de l’audition« 

« Le test phonétique et la mesure de l’audition » est le titre du livre phare, édité en 1964, du Professeur LAFON.

Quand on évoque le Professeur LAFON, on pense tout de suite à son test phonétique.
Mais sachez que lorsque vous utilisez ce test phonétique, vous pouvez aussi accédez à la mesure de l’audition.
Fantastique, non ?
Grâce aux articles précédents « LAFON 1 Qu’est-ce que l’audition ? », puis « LAFON 2 Le mécanisme d’intégration » et enfin  « LAFON 3 Les altérations de l’identification », vous savez ce qu’est l’audition et ce qu’elle englobe : recevoir l’information, l’adapter en un message nerveux et intégrer le message en l’identifiant à une structure déjà mémorisée. L’audition commence à la fenêtre ovale et s’arrête à l’identification.
Précision :
Le mécanisme d’intégration qui mène à l’identification nous est commun, à nous êtres humains.
Les animaux possèdent aussi ce mécanisme d’intégration.

Au-delà de l’acoustique et de l’intégration auditive, c’est le domaine du langage.
Le langage est individuel, chacun d’entre nous possède son propre langage. Le langage est une activité psycho-linguistique qui n’appartient qu’à l’être humain.
Le Professeur, en page 48 du livre « le test phonétique et la mesure de l’audition », précise ce qu’est le langage :
« …langage qui permet la communication et l’élaboration d’une pensée verbale grâce à l’existence d’un système symbolique, la langue ».
Cette même phrase, en langue anglaise, page 49 du livre « the phonetic test and the measuring of hearing » pour une diffusion internationale Emoji
« language, which allows communication and the elaboration of verbal thoughts thanks to the existence of a conventional system of symbols, the (accepted) language ».
Si vous savez compter jusqu’à 50…ce dont je ne doute pas Emoji…vous pouvez, vous ne devez pas hésiter à utiliser le test phonétique du Professeur LAFON.
Suivez-moi !…
JYM

L’article « LAFON 2 Le mécanisme d’intégration » permet de saisir qu’à chaque instant, en comparant le message auditif qui nous arrive avec tout ce que nous avons mémorisé depuis notre enfance, nous l’identifions s’il correspond à quelque chose de déjà mémorisé et nous l’interprétons comme du bruit s’il ne correspond à rien de mémorisé.

Exemple : si vous ne connaissez pas une langue étrangère et que vous entendez des personnes parler cette langue, vous identifiez ce qu’ils disent à du bruit (c’est du « chinois » Emoji) car cela ne correspond à rien de ce que vous avez mémorisé depuis que vous êtes tout petit.
Mais, commencez à apprendre cette langue, vous verrez que petit à petit vous identifierez de plus en plus de formes auditives puisque vous les aurez mémorisées avec le temps, l’habitude, par apprentissage, par conditionnement. En fait, cela va un peu se dérouler de la même façon que lorsque vous avez appris votre langue maternelle.Vous mesurez ainsi l’importance d’acquérir et de conserver une bonne intégration/identification.
Celle-ci est, en général, à son optimum vers l’âge de 9 ans : « Le chiffre identique entre 9 et 10 ans montre que dès l’âge de 9 ans la qualité de l’identification est arrivée à son optimum.. »(1)

Mais on peut se poser la question : où se réalise l’identification ?
Le Professeur LAFON nous en donne indirectement la réponse en page 9 de son livre Le Test Phonétique et la Mesure de l’Audition en nous disant où, pour lui, débutent les altérations de l’identification :
« Les altérations de l’identification
Elles correspondent à ce qu’on appelle les « atteintes centrales de l’audition »
a. Définition d’une atteinte centrale de l’audition
…Aussi, on entend habituellement sous ces termes les atteintes du système nerveux central influant sur l’audition, en somme ce qui est individualisable par l’exploration chirurgicale : l’atteinte centrale est définie par les données anatomiques, elle commence aux noyaux cochléaires.
Par contre, si l’on ne se réfère pas à l’anatomie, cette distinction ne parait pas totalement valable. Pourquoi exclure les lésions de la voie afférente aux noyaux cochléaires, alors qu’on ne distingue pas les voies des autres centres ? Et, puisqu’il s’agit d’une fonction, puisque l’on parle d’audition et non d’un système anatomique, avec quels critères physiologiques peut-on justifier cette distinction ?
Physiologie acoustique pour la cochlée, physiologie nerveuse pour les voies et les centres, sont deux aspects complémentaires de la physiologie de l’audition. Le son ne progresse pas dans les fibres nerveuses, au changement d’organe correspond une modification totale des qualités physiques du signal. Les deux structures anatomiques, oreille et nerf, ne présentent entre elles aucune analogie fonctionnelle.
La distinction anatomique, nerf auditif-centre bulbaire, par contre, ne correspond pas à une frontière physiologique. Il est impossible de distinguer par les méthodes d’exploration auditive ce qui relève d’une atteinte du nerf de ce qui répond à une lésion d’un noyau cochléaire.
L’élément périphérique de la fonction est cochléaire, l’élément central commence aux voies afférentes des premiers noyaux, sans qu’il puisse y avoir de concordance parfaite avec la terminologie anatomique. »

Ces mêmes lignes, en langue anglaise, page 9 du livre The Phonetic Test and the Measurement of Hearing (1966), pour une diffusion internationale Emoji
« Alterations in the identification
These correspond to what are called « central auditory defects »
a. Definition of a central
auditory defect
… Also,
one usually includes in this term any defects of the central nervous system which have an effect on the hearing and which can be located by surgical exploration : the central defect is defined by anatomical data, and starts at the cochlear nuclei.
On the other hand, without reference to anatomy, this distinction does not appear to be completely valid. Why exclude lesions in the pathways leading from the cochlear nuclei when one does not make this distinction with pathways from the other centers? And since we are talking about a function, hearing, and not an anatomical system, what physiological criteria can one use to justify this distinction?
Acoustic physiology for the cochlea and nerve physiology for the various pathways and centers, are two complementary aspects of the physiology of hearing. The sound is not carried along the nervous fibers : the change of organ corresponds to a total modification change of the physical properties of the signal. There is absolutely no functional analogy betwen the two anatomical structures, ear and nerve.
The anatomical distinction between the auditory nerve and the bulbular center, on the other hand, does not correspond to a physiological frontier. It is impossible to distinguish by auditory investigation between damage to the nerve and a lesion of a cochlear nucleus.
The peripheral aspect of the function is cochlear, while the central aspect starts at the afferent pathways of the first nuclei ; this distinction however does not agree perfectly with anatomical terminology. « 

Une autre façon de le dire :
« Les troubles de l’audition sans surdité relèvent donc des processus d’intégration du message nerveux provoqué au niveau des cellules ciliées de l’organe de Corti jusqu’à sa diffusion au niveau des aires corticales »(2).

Vous allez sûrement relire ces phrases plusieurs fois.
Peut-être pour les trouver d’une banalité affligeante, peut-être pour les trouver géniales car elles répondent à une question que vous vous posez depuis longtemps.Jusqu’aux cellules ciliées de l’organe de Corti non comprises, nous sommes dans l’acoustique, activité physiologique. Le son s’arrête là. De suite après, la fonction auditive devient celle de l’intégration auditive, activité neuro-physiologique (voies et centres auditifs) puis physio-psychologique (circuits mémoriels) au fur et à mesure que l’on monte dans les structures. (3)

Qu’entraîne une altération de l’identification ?
Si l’on se retrouve en retrait de toute vie sociale (cas de certaines personne âgées qui ne sortent plus guère de chez elles, reçoivent peu de visite et lisent peu), il se produit un déconditionnement par manque d’attention : « …le sujet perçoit les sons mais identifie mal la parole »(4).
Le trouble d’identification est alors dit fonctionnel.

Une lésion sur les voies auditives aboutit aux mêmes effets : « Ces perturbations peuvent être d’ordre lésionnel sur les voies auditives brouillant la forme neurologique à tel point que le signal n’est souvent plus reconnaissable »(5).
Le trouble d’identification est alors dit lésionnel.

Et c’est pour cela que, comme l’écrit encore le Professeur LAFON :
« Les prothésistes remarquent empiriquement la difficulté qu’ont certains sourds à identifier la parole lorsque les « bruits » sont importants. Cette difficulté provient d’un trouble d’intégration dont le test phonétique peut donner une mesure chiffrée »(6).

Le Test Phonétique évoqué, nous allons l’aborder dans de prochains blogs.

JYM

(1) page 220 du livre Le Test Phonétique et la Mesure de l’Audition.
(2) page 199 du livre Le Test Phonétique et la Mesure de l’Audition.

(3) d’après la figure 33 « De l’audition au langage », figure intercalée entre la page 68 et la page 69 du livre Message et Phonétique.
(4) page 161 du livre Le Test Phonétique et la Mesure de l’Audition.
(5) page 124 du livre Le Test Phonétique et la Mesure de l’Audition.
(6) page 185-186 du livre Le Test Phonétique et la Mesure de l’Audition.

L’article « LAFON 1 Qu’est-ce que l’audition ? » permet de s’interroger sur la signification du verbe intégrer.
Le Professeur LAFON définit le mécanisme d’intégration en page 7 du livre Le Test Phonétique et la Mesure de l’Audition (1964) :

« Le mécanisme d’intégration
…Nous appellerons intégration le fait de la superposition dans un même système et au même moment de deux phénomènes éloignées dans le temps ou l’espace. Reconnaître dans un ensemble de sons un message significatif, c’est comparer cette structure acoustique à une autre dont on a eu connaissance antérieurement. C’est la comparaison au temps présent de deux signaux, l’un mémoriel, l’autre actuel ou passé récemment…L’intégration permet de comparer, donc de connaître : c’est le mécanisme de la fonction gnosique…on superpose la forme reçue à une forme mémorisée à laquelle on l’identifie par opposition à d’autres formes mémorisées. Si elle correspond à quelque chose de connu si elle est significative, elle peut être identifiée comme une forme abstraite, donc correspondre à un déchiffrage du message. Si elle est non significative, elle est refusée, s’identifiant à un bruit… »

Ces mêmes passages, en langue anglaise, page 7 du livre The Phonetic Test and the Measurement of Hearing (1966) pour une diffusion internationale 🙂
« The mecanism of integration
…We will call integration the fact of the superposition in the same system and at the same moment of time of two phenomena which are separated in time or in space. Recognizing a significant message in a combination of sounds involves comparing this acoustical structure with another which one has known previously, i.e. comparing at the present time two signals, one from the memory and the other from the present or the recent past…Integration allows us to compare, that is to know ; it is the mecanism on which all our knowledge is based…the form received is surimposed on a memorized form, with which it is identified in opposition to other memorized forms. If it corresponds to something known, and if it is signifiant, it can be identified as an abstract form, which thus corresponds to deciphering the message. If it is not signifiant, it is rejected, and is identified with noise… ».

J’y ajoute la traduction en espagnol faite par mon fils aîné :

« El mecanismo de integración

…Llamaremos integración el hecho de la superposición en un mismo sistema y al mismo momento dos fenómenos alejados en el tiempo o espacio. Reconocer dentro de un conjunto de sonidos un mensaje significativo, es comparar esta estructura acústica a otro cuya hemos tenido conocimiento anteriormente. Es la comparación presente de dos señales, uno memorial, el otro actual o recién ocurrido…La integración permite comparar pues bien conocer : es el mecanismo sobre aquello está basado nuestro conocimiento…Superponemos la forma recibida a una forma memorizada aquella identificamos por oposición a otras formas memorizadas. Si corresponde a algo conocido, si es significativa, puede estar identificada como una forma abstracta así pues corresponder a un descifrado del mensaje. Si no es significativa, esta rechazada, identificándose a un ruido… »

Vous allez sûrement relire ces phrases plusieurs fois.
Peut-être pour les trouver d’une banalité affligeante, peut-être pour les trouver géniales car elles répondent à une question que vous vous posez depuis longtemps.

Information complémentaire 1 :
Le Professeur Georges STRAKA évoque, dans sa préface au livre du Professeur LAFON Message et Phonétique (1961), l’intégration auditive en ces termes : « … »l’intégration auditive », c’est-à-dire…la prise de conscience des images neurologiques représentatives des faits linguistiques… »
Georges STRAKA était, à ce moment là, Professeur à la Faculté des Lettres et Sciences humaines, Directeur de l’Institut de Phonétique de l’Université de Strasbourg.

Information complémentaire 2 :
Le Professeur LAFON, a collaboré avec le Professeur Georges STRAKA et le Professeur Pierre MOUNIER-KHUN sur Strasbourg avant de rejoindre le Professeur MOUNIER-KHUN à Lyon.
Les Professeurs MOUNIER-KHUN et LAFON ont créé ensemble l’Institut d’Audiophonologie à Lyon en 1958.
Le Professeur LAFON a dédié « A mon Maître Pierre MOUNIER-KHUN » le Bulletin d’Audiophonologie 1996 volume XII N°3&4, qui a comme titre : « transposition & modulation, pour que les sourds entendent ». Je pense évoquer plus tard les recherches du Professeur qui ont abouti à la commercialisation dans les années 1990 de sa prothèse Alpha-Bêta spécialement étudiée pour que « les sourds entendent ».

Dans la suite logique de cet article, j’évoquerai dans le prochain blog ce que le Professeur LAFON appelle « les altérations de l’identification ».

JYM

Bienvenu

Bienvenu chez Blog-Audioprothesiste.fr !

Qui Sommes nous ?

Contactez nous !

Je contacte Sébastien
Je contacte Xavier
Je contacte Jean Michel