Auteur : Jean-Yves MICHEL

L’article « LAFON 1 Qu’est-ce que l’audition ? » permet de s’interroger sur la signification du verbe intégrer.
Le Professeur LAFON définit le mécanisme d’intégration en page 7 du livre Le Test Phonétique et la Mesure de l’Audition (1964) :

« Le mécanisme d’intégration
…Nous appellerons intégration le fait de la superposition dans un même système et au même moment de deux phénomènes éloignées dans le temps ou l’espace. Reconnaître dans un ensemble de sons un message significatif, c’est comparer cette structure acoustique à une autre dont on a eu connaissance antérieurement. C’est la comparaison au temps présent de deux signaux, l’un mémoriel, l’autre actuel ou passé récemment…L’intégration permet de comparer, donc de connaître : c’est le mécanisme de la fonction gnosique…on superpose la forme reçue à une forme mémorisée à laquelle on l’identifie par opposition à d’autres formes mémorisées. Si elle correspond à quelque chose de connu si elle est significative, elle peut être identifiée comme une forme abstraite, donc correspondre à un déchiffrage du message. Si elle est non significative, elle est refusée, s’identifiant à un bruit… »

Ces mêmes passages, en langue anglaise, page 7 du livre The Phonetic Test and the Measurement of Hearing (1966) pour une diffusion internationale 🙂
« The mecanism of integration
…We will call integration the fact of the superposition in the same system and at the same moment of time of two phenomena which are separated in time or in space. Recognizing a significant message in a combination of sounds involves comparing this acoustical structure with another which one has known previously, i.e. comparing at the present time two signals, one from the memory and the other from the present or the recent past…Integration allows us to compare, that is to know ; it is the mecanism on which all our knowledge is based…the form received is surimposed on a memorized form, with which it is identified in opposition to other memorized forms. If it corresponds to something known, and if it is signifiant, it can be identified as an abstract form, which thus corresponds to deciphering the message. If it is not signifiant, it is rejected, and is identified with noise… ».

J’y ajoute la traduction en espagnol faite par mon fils aîné :

« El mecanismo de integración

…Llamaremos integración el hecho de la superposición en un mismo sistema y al mismo momento dos fenómenos alejados en el tiempo o espacio. Reconocer dentro de un conjunto de sonidos un mensaje significativo, es comparar esta estructura acústica a otro cuya hemos tenido conocimiento anteriormente. Es la comparación presente de dos señales, uno memorial, el otro actual o recién ocurrido…La integración permite comparar pues bien conocer : es el mecanismo sobre aquello está basado nuestro conocimiento…Superponemos la forma recibida a una forma memorizada aquella identificamos por oposición a otras formas memorizadas. Si corresponde a algo conocido, si es significativa, puede estar identificada como una forma abstracta así pues corresponder a un descifrado del mensaje. Si no es significativa, esta rechazada, identificándose a un ruido… »

Vous allez sûrement relire ces phrases plusieurs fois.
Peut-être pour les trouver d’une banalité affligeante, peut-être pour les trouver géniales car elles répondent à une question que vous vous posez depuis longtemps.

Information complémentaire 1 :
Le Professeur Georges STRAKA évoque, dans sa préface au livre du Professeur LAFON Message et Phonétique (1961), l’intégration auditive en ces termes : « … »l’intégration auditive », c’est-à-dire…la prise de conscience des images neurologiques représentatives des faits linguistiques… »
Georges STRAKA était, à ce moment là, Professeur à la Faculté des Lettres et Sciences humaines, Directeur de l’Institut de Phonétique de l’Université de Strasbourg.

Information complémentaire 2 :
Le Professeur LAFON, a collaboré avec le Professeur Georges STRAKA et le Professeur Pierre MOUNIER-KHUN sur Strasbourg avant de rejoindre le Professeur MOUNIER-KHUN à Lyon.
Les Professeurs MOUNIER-KHUN et LAFON ont créé ensemble l’Institut d’Audiophonologie à Lyon en 1958.
Le Professeur LAFON a dédié « A mon Maître Pierre MOUNIER-KHUN » le Bulletin d’Audiophonologie 1996 volume XII N°3&4, qui a comme titre : « transposition & modulation, pour que les sourds entendent ». Je pense évoquer plus tard les recherches du Professeur qui ont abouti à la commercialisation dans les années 1990 de sa prothèse Alpha-Bêta spécialement étudiée pour que « les sourds entendent ».

Dans la suite logique de cet article, j’évoquerai dans le prochain blog ce que le Professeur LAFON appelle « les altérations de l’identification ».

JYM

Je me rends compte combien il est difficile de présenter une information parmi toutes celles transmises par le Professeur LAFON.

Prenons celle-ci qui devrait susciter votre intérêt : en page 4 du livre le Test Phonétique et la Mesure de l’Audition (1964), le Professeur LAFON pose la question suivante (et y répond de suite après) :
« Qu’est-ce que l’audition?
Faculté d’entendre, réception des phénomènes sonores, ouïr est à la fois recevoir une information du plan physique à partir de variations d’intensité acoustique, l’adapter en un message qu’on appelle nerveux et intégrer ce message en l’identifiant à une structure dont on a eu conscience par conditionnement. »

Ce même passage, en langue anglaise, page 4 du livre The Phonetic Test and the Measurement of Hearing (1966) pour une diffusion internationale 🙂
« What is hearing?
The faculty of hearing, the reception of sonic phenomena, is at one and the same time the reception of information conveyed on the physical plane by variations in the acoustic intensity, the conversion of this into what one calls a nervous message and the integration of this message by identifying it with a structure of which one has knowledge via conditioning ».

J’y ajoute la traduction en espagnol faite par mon fils aîné 🙂
« Que es la audición?
Facultad de escuchar, recepción de los fenómenos sonoros, oír es a la vez recibir una información traducida del plan físico a partir de variaciones de la intensidad acústica, adaptarla en un mensaje llamado nervioso e integrar este mensaje identificándole a una estructura cuya tenemos conciencia por condicionamiento. »

Vous allez sûrement relire cette phrase plusieurs fois.
Peut-être pour la trouver d’une banalité affligeante, peut-être pour la trouver géniale car elle répond à une question que vous vous posez depuis longtemps.

La partie la plus délicate me semble en être celle-ci : « …intégrer ce message en l’identifiant à une structure dont on a eu conscience par conditionnement ».
Et plus spécialement le verbe : « …intégrer… »
Intégrer : qu’èsaquo ?
Je mettrai dans le prochain blog ce que le Professeur LAFON appelle « le mécanisme d’intégration ».

JYM

Avant tout, je désire remercier Xavier DELERCE et Sébastien GENY qui m’ouvrent leur talentueux Blog-Audioprothésiste. Ils y font honneur à la profession.

Si je me suis permis de les contacter, c’est dans la seule idée de faire mieux connaître les écrits et dires du Professeur Jean-Claude LAFON, né en 1922 et décédé fin 1998. A un rythme périodique j’envisage donc de diffuser, dans un article dénommé LAFON, ce que j’ai retenu de son enseignement.

Les travaux du Professeur LAFON, Docteur en Médecine, Docteur en Phonétique, Docteur es Sciences, Professeur d’ORL et de Phoniatrie (*), méritent d’être transmis aux jeunes audioprothésistes qui n’ont pas eu la chance, comme moi, de le rencontrer. J’ai en effet, suivi par correspondance et obtenu, trois des cinq Attestations d’Etudes Complémentaires (équivalents de nos D.U. actuels) qu’il proposait à la Faculté de Médecine et de Pharmacie de Besançon. Lors de nos regroupements à Besançon, il nous distribuait des numéros du Bulletin d’Audiophonologie, revue trimestrielle dont il était le créateur et le rédacteur en chef. En 1972, on trouvait dans le conseil scientifique de cette revue 22 éminentes personnalités dont certaines font encore écho dans nos mémoires : Pr. ORL Gabriel DECROIX, Pr. ORL Yves GUERRIER, Pr. ORL Michel PORTMANN, M. Paul VEIT Audioprothésiste.

Il est aussi l’auteur de trois livres, dont le plus connu a été publié en 1964 : Le Test Phonétique et la Mesure de l’Audition. Mais les deux autres sont aussi d’un vif intérêt : Message et Phonétique (1961), Les Enfants Déficients Auditifs (1985). J’ai la chance de tous les avoir sur mon bureau. Sur Internet, on trouve encore assez facilement celui de 1985 (réédité en 1997), plus rarement celui de 1961 et encore plus rarement celui de 1964.

Alors, bien sûr, cela fait 50 ans. Mais, j’ai la faiblesse de penser que l’oreille n’a pas changé depuis et que ce que le Professeur LAFON a pu écrire ou dire est toujours digne d’attention.

(*) C’est ainsi que le Professeur LAFON commençait son Curriculum Vitae en 1991.On trouvera ce C.V., avec d’autres excellents documents rassemblés pour la plupart par Monsieur Paul VEIT Audioprothésiste, dans le Vol.11 Nov/Déc.98 N°6 que les Cahiers de l’Audition consacraient au Professeur Jean-Claude LAFON suite a son décès. Ce Cahier de l’Audition mériterait d’ailleurs d’être réédité.

Jean-Yves MICHEL (JYM) Audioprothésiste Nîmes

Bienvenu

Bienvenu chez Blog-Audioprothesiste.fr !

Qui Sommes nous ?

Contactez nous !

Je contacte Sébastien
Je contacte Xavier
Je contacte Jean Michel