Le but de cette liste d’intégration me semble être de situer, le long des voies auditives, le lieu de la lésion provoquant un trouble d’intégration : « Lorsque l’identification par les voies auditives droite et gauche est significativement différente, il ne s’agit plus d’un trouble fonctionnel mais d’une atteinte lésionnelle… »(1)

Dans le droit fil de la liste cochléaire et de la liste de recrutement, il me semble utile de diffuser ces phrases issues des pages 187 – 188 du livre du Professeur LAFON « le test phonétique et la mesure de l’audition » :
« Le raisonnement qui fait intervenir la compensation d’une perte tonale est entièrement erroné pour la plupart des surdités…

Grâce à la liste cochléaire (voir « LAFON 7 la liste cochléaire (2) »), si l’on fait varier l’intensité d’émission au fur et à mesure des éléments utilisés, on trouve les déformations acoustiques générées par la cochlée.
Il est raisonnable de penser, l’amplification améliorant normalement l’audibilité, que les déformations acoustiques donc le nombre d’erreurs phonétiques puissent alors diminuer avec l’aide d’un appareillage auditif.