Toujours vaillant, toujours fringuant, même s’il court moins vite que les jeunes Noahlink et ses clones (voir billet précédent), HIPRO est encore là !
Bon, même s’il sert une ou deux fois par semaine (par mois ?), il faut avouer que c’est du bon matériel. Jamais une panne (juste un petit fusible de temps en temps !), jamais il ne plante (essayez de débrancher une clé bluetooth/Noahlink et de la rebrancher sur un autre port USB…), il a tranquillement évolué au fil de ses firmwares successifs.

Il y a très longtemps, à une époque préhistorique de l’audioprothèse (pour vous dire, ça datait au moins de la première guerre… du Golfe !), sont arrivés les premiers appareils auditifs « programmables». Chaque fabricant livrait alors sa petite console permettant de programmer ses merveilles. Il y a eu d’abord Bernafon (système PHOX) que j’ai découvert avec émerveillement en TP, puis très vite SIEMENS, WIDEX, PHONAK, toujours avec leurs valisettes de programmation qui commençaient à faire lourd et désordre sur nos étagères !

3

Je viens d’apprendre par mon syndicat que la Direction Générale des Finances Publiques, dans un courrier du 17.06.2009, venait de donner son accord à un taux de TVA à 5.5% sur les piles et accumulateurs bénéficiant d’une technologie Zinc/Air (seraient donc exclus les accumulateurs rechargeables?). Ceci au motif que la technologie Zinc/Air était propre au seul usage dans les aides auditives.

Nous parlons souvent dans ce blog de formules de calcul de gains, de mesures in-vivo, de fonctions extraordinaires d’appareils sophistiqués, etc… et je crois qu’il le faut, car nous avons tous une forte demande de savoir ; il suffit de voir le monde présent aux EPU…
Mais pour une fois, je vais vous parler de « pifomètre », d’ à-peu-près et d’expérience de l’audioprothésiste (les uns n’entraînant pas l’autre !).