Catégorie : Capacités cognitives

Terminons par le volume.

………. 3) RÉVERBÉRATION / VOLUME :

Jusqu’à 5 millisecondes entre l’émission vocale et le retour à l’oreille, on entend une réverbération. Ce qui correspond, dans l’air, à environ 2 mètres de parcourus par le son. Donc à un objet situé à 1 mètre.

Exemple : prenons 6 millisecondes (pour être supérieur à 5 millisecondes et faciliter le calcul). Dans l’air, la vitesse du son est d’environ 340 m/s. Comme x = vt (distance x, vitesse v, temps t), on trouve x = 340 x 0.006 donc x = 2 mètres. Pour que le son parcourt au total aller/retour ces 2 mètres, la paroi réverbérante est située à 1 mètre.

Continue reading

Continuons par la distance.

………. 2) ÉCHO / DISTANCE :

Quand on est en montagne et que l’on crie, on entend un écho qui nous revient. Si le temps entre le moment de l’émission vocale et le retour à nos oreilles est supérieur à 60 millisecondes, on perçoit un écho.

« Nous entendons le temps qui sépare deux signaux acoustiques. S’il est supérieur à 60 millisecondes on entend un écho : il y a séparation auditive, intervalle, entre un son et son renvoi. Cette distance dans l’air est de vingt quatre mètres, elle correspond donc à une paroi réverbérante située à 12 mètres et plus »(1).

Continue reading

L’audition PRIMAIRE c’est ce qui nous permet d’être alerté, d’avoir la notion de direction, la notion de distance, la notion de volume. Ouaouhhhh, tout ça ? 😉 La fonction primaire de l’oreille « … est celle de la perception de l’environnement »(1).

Commençons par la direction.

………. 1) ALERTE / DIRECTION :

Dès que nous avons dans notre environnement une variation brusque du volume sonore, nous allons nous tourner automatiquement vers le lieu de cette variation brusque.

Cette alerte induit l’attention, automatiquement.

Continue reading

On peut faire varier la voix, c’est ce qui donne la mélodie.

Cette mélodie se déroule dans le temps.

Il faut donc être capable de penser à ce que l’on va dire avant de le dire.

Parce que c’est un déroulement dans le temps de quelque chose.

Ce quelque chose, il faut être capable de le concevoir.

Continue reading

Je vais, sans doute, être amené à utiliser souvent les termes : voix, parole. Ces termes sont-ils équivalents, autrement dit : est-ce que voix = parole ?

La voix, ce sont les impulsions produites par le larynx, on les appelle les impulsions laryngées. La voix c’est « le son émis par le larynx »(1). La voix « … possède des qualités d’intensité, de hauteur tonale et de timbre, le timbre correspondant à l’abondance et à la proportion relative des harmoniques »(2).

La parole « est constituée de sons émis par des rétrécissements placés sur le trajet du souffle et modulés par le jeu de l’articulation »(1). Cette modulation de la voix « en fait le support d’un message en provoquant des variations de timbres évocatrices des phonèmes »(1). Ce « timbre représente plus précisément la parole »(1).

« Le son est nécessaire pour donner une structure acoustique à la parole, la voix est le support des informations de la parole »(3).

Continue reading

Librement inspiré d’un article dans la langue de Shakesp… Churchill (Shakespeare en a marre 🙂 même si l’article émane d’une fac Américaine…)

On s’en douté, on le supputait… Que dis je … on le subodorait ! et oui, notre bon vieux cerveau ose se rabougrir avec l’âge… Glups me direz vous ! Vous avez raison ! Mais ce qui est nouveau (enfin depuis le 22 Janvier dernier), c’est qu’une équipe Américaine de Baltimore, spécialiste du vieillissement (), a découvert, au travers d’une étude longitudinale sur une décade, que le cerveau se rétrécit d’autant plus vite que vous n’avez pas pris la décision de compenser votre perte auditive ! Stupéfiant !

Comme je le disais plus haut, on l’avait reniflé, c’était dans l’air… Mais les résultats de cette étude sont troublants, voir inquiétants… 126 participants ont été étudiés de fond en comble (IRM, audiogrammes et que sais je encore :-)). Au départ, la cohorte comportait 75 « bienentendants » et 51 malentendants, ayant une perte auditive moyenne d’au moins 26 dB.

cerveau cognitif perte auditif audioprothésisteLes résultats sont cinglants :

  • les malentendants ont vu une accélération du taux d’atrophie corticale par rapport aux normo-entendants.
  • il a été reporté que les malentendants perdaient 1 cm3 (sic !) de tissus cérébrales par an de plus que les normo-entendants… re glups.
  • les zones corticales les plus touchées chez le malentendant se situait au niveau du gyrus temporal (inférieur, médian et supérieur), soit la zone qui encode la parole et les sons.

Les scientifiques, menés par le Docteur Frank Lin, expliquent que ces événements sont dus à un appauvrissement/atrophie (re re glups) du cortex auditif, suite à un manque de stimulations sensorielles. Ils embrayent en nous expliquant que cette réduction corticale du lobe temporal inférieur se retrouve dans les premiers moments des déficits cognitifs du sujet âgé (y compris dans le cadre d’une maladie d’Alzheimer…).

impact de la perte auditive

 

figure 2 | conséquences de la perte auditive, Dr Frank Lin http://bit.ly/1fU657w

Frank lin explique, à l’aune de ses découvertes, qu’il est URGENT de traiter la perte auditive au lieu de l’ignorer… Avant d’ajouter que si la perte auditive contribue potentiellement à des différences visibles à l’IRM, il est préférable de traiter l’audition avant que les structures du cerveau se modifient irrémédiablement… A bon entendeur.

C’est quand même la première fois que le mot atrophie est évoqué (assez effrayant d’ailleurs !). Un argument supplémentaire qui plaide en faveur de l’appareillage précoce !

Article source  (en) http://bit.ly/1eO0pdh

Bienvenu

Bienvenu chez Blog-Audioprothesiste.fr !

Qui Sommes nous ?

Contactez nous !

Je contacte Sébastien
Je contacte Xavier
Je contacte Jean Michel