You have activated a Bronze+ WP Symposium feature, but you have not entered your Activation Code. Get one on the Membership page on the WP Symposium website.

Diverses constantes de temps d’une mesure in vivo

Written by xavdelerce on . Posted in Affinity, Astuces sur les appareils, Chaînes de mesure, mesure in vivo, mesure in-vivo, SPLoGramme

La mesure in vivo est souvent vue comme une mesure du spectre à long terme d’un signal après son amplification par l’appareil auditif. Donc une mesure spectrale.

Les cibles de gain ou de niveau de sortie nous donnent des indications afin, dans chaque bande de tiers d’octave, de fournir tel ou tel gain ou niveau de sortie.

Mais si un bruit blanc ou rose est constant dans le temps (que son spectre soit mesuré sur 1 ou 30″, il est le même), cela fait bien longtemps que l’on ne teste plus les appareils avec ce genre de signal. Aujourd’hui, le signal de test le plus utilisé est l’ISTS, au caisson ou in vivo. Ce signal est un signal de parole, très fluctuant dans le temps et dont le spectre dans les premières secondes n’est pas forcément représentatif du spectre à long terme (sur 1 minute par exemple) :

istsLorsque l’on regarde ce signal, plusieurs interrogations :

  • Combien de temps mesurer ? la minute complète du signal ou 5 secondes ?
  • Comment avoir une idée de la répartition de l’énergie dans le temps ? (en clair, est-il possible d’avoir une représentation temporelle et non spectrale du signal)
  • Doit-on faire la mesure sur la moyenne des derniers événements acoustiques qui se sont passés dans la seconde ? Des 5 dernières secondes ? Plus ?

 

  • La mesure du spectre à « long » terme :

En mesure in-vivo du niveau de sortie appareillé (REAR) la cible (DSL ou NAL) correspond au spectre moyenné sur le long terme. Mais « long terme » combien ? Si vous mettez « 1 seconde », le spectre va changer en permanence en fonction de la composition fréquentielle au cours du temps, et si vous mettez « 30 secondes » votre courbe sera certes être très stable, mais après un changement de réglage pendant la mesure, il vous faudra 30 secondes pour en voir l’effet…

L’astuce consiste alors à effectuer une moyenne glissante : la mesure se fait en continu (case « Mesure continue » cochée), mais, par exemple ici, seuls les événements des 8 dernières secondes comptent dans la moyenne (« Temps de mesure » = temps d’intégration sur 8 secondes) :

RéglagesREAR65

  • Combien de temps mesurer :

Là, ce n’est pas paramétrable, ou alors il faut définir le paramètre « Temps de mesure » et décocher « Mesure continue » : la mesure s’arrêtera quand le temps sera atteint. Dans ce cas, le spectre à long terme serait intégré sur 8 secondes puis la mesure s’arrêterait.

Une autre solution consiste à laisser le signal tourner en boucle avec « Mesure continue », et à arrêter ni trop tôt ni trop… quoi ? J’en avais déjà parlé : il est important de laisser la mesure en niveau de sortie appareillé (REAR) se faire au moins 10 secondes, et laisser passer le phonème /ch/ présent dans l’ISTS et qui fait littéralement exploser le niveau de sortie à 2/4KHz avec certains appareils; il est présent vers 12/15 secondes.

En conséquence, une mesure sur 15 à 20 secondes semble bien et permet de modifier un ou deux réglages et d’avoir le temps d’en visualiser l’effet (8 secondes après dans l’illustration ci-dessus). Le temps de mesure se fait au jugé par l’audioprothésiste, et en général, on peut se fixer un repère d’arrêt, par exemple vers ce qui ressemble à « poderos » dans l’ISTS (env. 18 secondes).

AN: bien sûr, en mesure de gain d’insertion, le temps n’est pas aussi important puisqu’en général le REIG est le même au cours du temps (à 1 ou 2dB près). Les premières secondes de la mesure donnent la « bonne » mesure. Compter donc 5 à 10 secondes de mesure en REIG pour laisser à l’appareil le temps de se stabiliser.

  • Analyse temporelle « de base » = min/max :

Jusqu’à maintenant c’est du spectral (niveau/fréquence), mais la chaîne de mesure peut analyser, dans le temps et dans chaque tiers d’octave, les événements les plus forts (les crêtes du signal, niveaux dépassés seulement 1% du temps) et de plus faibles intensités (les vallées du signal, niveaux dépassés 70% du temps).

Case à cocher: « Afficher min. -max », sans cocher aucune des autres cases (très important). Vous obtiendrez alors la dynamique du signal de parole (à environ +12/-18dB du spectre à long terme). Cette dynamique n’est pas calculée avec la même moyenne que « Temps de mesure » (ici les 8 dernières secondes du signal mesuré en sortie), mais elle a sa propre constante de mesure, qui est de 5 secondes, non modifiable. Donc vous pouvez avoir une constante de mesure pour le spectre à long terme, alors que les événements « min/max » (vallées/crêtes) ont leur propre constante de temps de 5 secondes. Pourquoi 5 secondes ? parce que la fenêtre temporelle d’analyse est de 23ms, mais que le câble USB ne pouvant pas transporter autant d’informations, deux blocs d’analyse de 23ms sont moyennés, ce qui donne une fenêtre globale de 46ms (information reprise brute d’Interacoustics). Et comme il faut faire au minimum 100 mesures pour faire une analyse percentile correcte, on a donc 100*43ms= environ 5 secondes, temps minimal d’intégration.

Cet affichage vous donne la dynamique du signal avec une résolution fréquentielle de 43Hz.

  • Analyse temporelle « renforcée » :

Au lieu de cocher « Afficher min. _max », qui correspond à des valeurs « percentile 30<–>percentile 99″, vous souhaitez définir vous même l’analyse percentile du signal. Vous allez donc cocher et définir les zones qui vous intéressent dans « Analyse percentile ». En passant, si vous cochez 30% et 99%, ça revient au même que «  »Afficher min. _max »…

Donc à réserver à ceux d’entre nous qui veulent plus… pointu, genre analyse du 39ème percentile !

Cette analyse se fait sur les mêmes constantes que « min/max. »= 5 secondes, quelle que soit la constante de temps utilisée pour l’intégration du LTASS, et pour les mêmes raisons citées précédemment.

Cet affichage vous donne la dynamique du signal avec une résolution fréquentielle de 43Hz.

  • Analyse percentile « idéale » (normalisée) :

Toutes les chaînes de mesure analysent le signal par fenêtres temporelles successives. Certaines par fenêtres de 125ms, d’autres par fenêtres plus courtes. C’est le cas de l’Affinity qui peut réaliser une analyse toutes les 23ms, mais dont le port USB limite en réalité la vitesse. Comme son nom ne l’indique pas vraiment, l’analyse percentile analyse le signal dans le temps (ce n’est plus du spectral) afin d’en donner la répartition des différents niveaux en pourcentage, par tranches de 1%.

Après une analyse percentile en règle, la chaîne de mesure sera capable de vous dire que 37% du temps, le signal a dépassé telle valeur; que 2% du temps il a dépassé telle valeur, etc.

Donc, pour faire une analyse percentile correcte, il faut faire 100 mesures, au minimum. C’est ce à quoi correspond la case à cocher « Centiles pour mesure complète ». Certes, vous le remarquerez, la chaîne de mesure affichera bien la dynamique du signal sous forme de petits rectangles dans chaque bande de tiers d’octave (voir graphique ci-dessous pour analyse percentile 30/99) avant d’avoir atteint 15 secondes, mais cette analyse percentile ne sera complète (et donc fiable) qu’à partir de 15 secondes (après 200 mesures environ) , mais dans certains cas (plusieurs zones percentiles analysées), cette intégration pourra prendre jusqu’à 45 secondes (les crêtes et vallées se figent alors progressivement au cours de la mesure):

REAR65

Ce qui implique que si vous décidez de cocher cette option (recommandée…), vous avez alors deux constantes de temps en jeu: le spectre à long terme qui évolue ici dans une fenêtre glissante de 8 seconde, et l’analyse percentile qui elle, évolue dans un autre espace-temps (Igor et Grichka BOGDANOV, sortez de ce corps !!!!!), de 15 à 45 secondes. Vous l’avez peut être expérimenté: vos changements de réglages se voyaient relativement vite sur le LTASS, mais très lentement sur les crêtes/vallées en cochant « Centiles pour mesure complète ». Mais peut être n’aviez-vous pas osé…

AN: sans cocher cette option, il ne sera pas possible de cocher et donc d’obtenir la valeur suivante « Ratio de compression de la dynamique vocale ».

A l’écran, la zone dynamique donne progressivement la sensation de se « figer » au fur et à mesure que le test progresse. Une modification de réglage ne se visualisera alors quasiment pas sur la dynamique (à moins de refaire une mesure) alors qu’elle se visualise plus rapidement sur le spectre à long terme.

  • 1/3 octave and overlapping time windows:

Paramètre modifiant la zone temporelle d’analyse, en l’élargissant sur une fenêtre de 92ms, ce qui correspond à la norme de mesure IEC 60118-15. Cette norme définit les paramètres de mesure permettant une analyse percentile standardisée, mais également, pour ce qui suit, le calcul du ratio de compression de la dynamique vocale.

Vous trouverez des informations sur ces points dans ce document de travail qui a précédé la norme IEC 60118-15.

Cet affichage vous donne la dynamique du signal avec une résolution fréquentielle d’un tiers d’octave (et non plus 43Hz).

  • Ratio de compression de la dynamique vocale:

Ca c’est encore une autre histoire et je vous en avais déjà parlé.

Il s’agit de la case à cocher « Show dynamic compression ratio » qui vous donne dans chaque tiers d’octave la compression de la dynamique vocale entre l’entrée et la sortie sous forme de chiffres de 0.xx à plus de 2 (mais rarement plus de 2 quand même). Ce calcul n’est pas possible sans avoir modifié la fenêtre temporelle d’analyse à 92ms par le paramètre « 1/3 octave and overlapping time window ».

Afin de pouvoir mesurer la compression entre le signal à l’entrée de l’appareil et le signal à la sortie, il va falloir que la chaîne de mesure les aligne temporellement de façon très précise (précision du décalage inférieure à 10ms):

T_shift_speech_signalSans cet alignement, les mêmes zones temporelles (et donc spectrales) ne seraient pas analysées avant/après, ne permettant pas un calcul fiable du ratio de compression de la dynamique vocale.

AN: ce calcul de ratio nécessitant de connaître le signal à l’entrée pour le comparer au signal de sortie (d’où l’alignement des deux signaux), la chaîne de mesure crée alors un fichier .spectra avant la mesure. Il n’est donc pas possible d’effectuer ce calcul « à la volée », c’est à dire en live avec le Visible Speech.

 

Bons paramétrages !

Et bon WE à tous !!

Merci à Dennis Mistry (Interacoustics) pour ses explications.

REMFit Bernafon – Le fait-il bien ?

Written by xavdelerce on . Posted in Affinity, BERNAFON, Chaînes de mesure, Etude de cas, Marques, mesure in vivo, mesure in-vivo, RECD, SPLoGramme, TEN-Test, transposition fréquentielle

RemFit désigne la passerelle entre le logiciel Bernafon Oasis (version 19) et Affinity (version maxi 2.3).

Bernafon et les autres (sauf Starkey et Widex…) récupèrent déjà les données REM type REUR et RECD, mais le concept va plus loin en pilotant directement la mesure in-vivo d’Affinity par le logiciel de réglage. A noter que Siemens fait déjà ça et même Widex, il y a très lontemps pilotait Aurical depuis Compass (et ça marchait !).

Le but: appuyez sur le bouton « Start » et le logiciel vous met l’appareil sur cibles. Magnifique !

Test !!

Le patient test:

image1

Bien sûr, comme tout le monde, quand on teste un nouvel appareil ou une nouvelle fonctionnalité, on prend le pire de nos patients (le pire des audiogrammes). C’est de bonne guerre !

Dans ce cas précis, les appareils choisis sont des Acriva 7 Rite adapté en dômes ouverts. Le TEN-Test est positif dès 3KHz, donc la correction se fera jusqu’à 2KHz et transposition fréquentielle (pardon « Frequency Composition » !) sur l’intervalle de mon choix (voir post sur le sujet plus bas).

Que fait RemFit:

REMFit

Un conseil: faire la calibration anti-larsen avant la MIV, le gain disponible réel étant bien supérieur des fois à l’estimation logicielle.

Il faut d’abord mettre des sondes in-vivo sur le casque REM et les calibrer par le logiciel Oasis:

Calib Sondes

Les sondes sont calibrées comme en MIV « classique »: sonde de mesure devant le micro de référence, le tout face au HP.

La MIV par le logiciel se fait par défaut à 65dB SPL d’entrée, mais on peut ajouter les intensités 50 et 80dB SPL par défaut dans le logiciel ou à la demande:

REAG cible

Le petit côté magique: en fait à Berne, des milliers de marmottes, au moment où vous appuyez sur « Droit », « Gauche » ou « Les deux », prennent le contrôle de votre PC et vont faire les mesures, plusieurs fois s’il le faut, automatiquement, jusqu’à ce que les cibles soient atteintes au mieux !

Ah non, les marmottes qui plient le papier d’alu, c’est un autre truc Suisse…

Bref ! Ca marche effectivement tout seul et vous voyez de façon miraculeuse les appareils se régler seuls en plusieurs étapes automatiques. Pour peu que vous ayez fait votre audiométrie aux inserts, que le logiciel ait récupéré un RECD, et donc que vos cibles soient précises au tympan, tout devrait donc coller au mieux:

REMFit ajustés

Ici, le niveau 80dB n’a pas pu être émis (c’est trop fort, il faudrait plutôt 75dB SPL max.), et il faut le décocher pour ne pas bloquer le test. Le logiciel n’est pas content car il n’est pas « sur cibles » (à 3K et plus), et c’est là que l’on voit la différence entre un cerveau humain (« Mais c’est ce que je voulais ! ») et la machine (« J’ai pas pu taper le 3 et 4KHz dans les cibles. End of message ! »), donc avertissement. Mais nous savons, nous les humains, que c’est mort/désafférenté au-delà de 3KHz, et qu’il n’est pas important d’aller y mettre de l’information ! Rage against the machine !

Et ça marche ?

REAR REMFit

Et oui ! Pile poile ce que je voulais.

Avouons quand même: une MIV avec ISTS et calcul des CR de la dynamique vocale, vous avez plus d’information qu’avec REMFit, non ?

Donc oui, ça marche, mais quitte à mettre une sonde, pourquoi ne pas passer directement sur la chaîne de mesure avec toutes les subtilités et les informations apportées par les signaux vocaux réels.

D’autant plus qu’ici, la transposition était proposée par le logiciel à partir de 2.9KHz, en plein dans la zone inaudible pour le patient, et seule une « vraie MIV » pouvait mettre en évidence qu’il fallait rabaisser son point de départ:

FC REMFit

Pour ce qui est de la mesure in-vivo de l’énergie transposée, voir ce post.

Bravo quand même à Bernafon, beau travail d’interface Oasis/Affinity. Seul regret: les courbes de MIV ne sont pas stockées dans Noah.

Prochain test: Oticon et sa MIV intégrée, qui, elle, permet l’utilisation de signaux vocaux. A suivre…

Sibilabit ergo metior

Written by xavdelerce on . Posted in anti larsen, Audiologie, Audiométrie tonale, Investigations audiologiques, Logiciels de réglage, Marques, mesure in-vivo, PHONAK, RECD, Réglages des appareils, SPLoGramme

Toi aussi, viens sur le Blog audioprothésiste et améliore ton latin(*) !

Un brevet vient d’être déposé (fin 2011) par notre fabricant helvète préféré (…): le shmilblick consiste à mesurer (ou plus exactement « estimer ») le RECD par l’appareil auditif, sans mesure directe par sonde en fond de conduit, mais par seuil d’apparition du larsen.

La technique n’est pas nouvelle chez ce fabricant, et elle ne semblait pas donner de résultats précis, en l’ayant testée sur des sujets très « déviants ». Mais ça, c’était avant semble t-il, et les audiologistes de la marque y croient vraiment: à tel point qu’ils ont mené des recherches en labo afin de tenter de mettre en évidence une corrélation entre seuil d’apparition du larsen et RECD:

 

Bon, le 1500Hz et sup. à 5000Hz semblent récalcitrants (????) mais pour le reste ça semble assez bien corrélé (même le RECD de la zone 160 à 480Hz est corrélé fortement à l’apparition du larsen dans les aigus !).

Certes, ça reste une estimation statistique sur un nombre x de sujets, jamais étudiée auparavant (à ma connaissance, je n’ai rien trouvé sur le sujet), mais qui semble justifier un dépôt de brevet.

Que penser de tout ceci:

  • Génial, il y a encore des choses à découvrir en audiologie prothétique ! Il fallait y penser.
  • Partant du principe que les audios travaillent en grande majorité au casque, et donc ne mesurent pas de RECD, voire ne font pas de MIV, les fabricants veulent éviter au maximum de « prendre des risques » en mettant sur le marché des aides auditives toujours plus performantes, mais dont les performances seraient totalement annihilées par une adaptation médiocre (mauvaise estimation des seuils au tympan, donc des niveaux appareillés atteints au tympan). On les comprend.
  • Partons du principe que les audio(logiste)s du monde entier font leur maximum pour satisfaire leurs patients: les aides auditives fonctionnant de mieux en mieux et s’adaptant nettement plus précisément qu’il y a 20 ans, pourquoi ne pas envisager dans les prochaines années travailler SANS professionnels de l’adaptation, en tout cas pour une « gamme grand public » ? « Ah bè non alors ! » (voix de Bourvil).
  • Nous travaillons aux inserts, nous mesurons le RECD, nous faisons de la MIV: quel est l’intérêt de cette recherche ? On sait déjà ce qui se passe au tympan.

Merci à CG pour l’info.

 

*Merci Google Traduction quand même…

R & D: mesurer les seuils auditifs en dB SPL au tympan

Written by xavdelerce on . Posted in Audiométrie tonale, Chaînes de mesure, Investigations audiologiques, mesure in-vivo, RECD, REDD, SPLoGramme

Vous avez été intéressés par ça.

Mais malgré cette extraordinaire « invention », cette fonction de mesure en dB SPL des seuils au tympan, ce système simple de mesure du SPLoGramme n’a pas été implémenté sur les matériels actuels.

Et vous pensez (et vous avez raison) qu’une partie du succès d’une adaptation passe par une connaissance précise du SPLoGramme.

Il reste donc la solution audiométrique des inserts EAR, rendue encore plus robuste par la mesure du RECD.

Tout ça pour quoi ?

Pour éviter ça:

Régression des MIV réalisées sur 50 patients, base audiométrique casque - X. DELERCE, JB BARON - 2012

Et ça, c’est ce qui se passe en fond de conduits, lorsque vous mesurez vos seuils au casque, et que vous effectuez ensuite le pré-réglage de vos aides auditives. Dans un monde idéal, si nous (les audios), ou eux (les fabricants), connaissions le seuil en dB SPL au tympan de nos patients, tous les petits points jaunes (mesures sur 50 patients/50 oreilles/de 500 à 4000Hz/5 fabricants) devraient être alignés sur la ligne noire en pointillés (la cible) ou jaune. A ce moment là, ce qu’indiquent les logiciels correspondrait à ce qui se passe réellement dans le conduit. Les aides auditives seraient « sur cibles » et le réglage (accompagnement) pourrait commencer sur de bonnes bases. Pour rattraper, cette énorme imprécision, il va falloir passer de nombreux RDV en tâtonnements divers, mesures en champ libre, etc. Je précise quand même que dans ce lot, certains fabricants s’en tirent un (tout petit) peu mieux que d’autres, mais d’un « chouia ».

Vous pensez qu’en mesurant les seuils avec l’aide auditive (audiométrie in-situ), on obtiendra une meilleure « adaptation » à la cible, donc que le fabricant arrivera mieux à estimer le seuil au tympan ?

On reprend les mêmes:

Régression des MIV réalisées sur 50 patients, base audiométrique in-situ. X.DELERCE, JB BARON - 2012

 « Caramba ! Encore raté ! »* (* »L’oreille cassée », pour les connaisseurs…). Les pointillés verts (et jaunes pour le casque) donnent l’intervalle de confiance 95%. En gros, à 30dB SPL, vous ne savez pas où vous êtes… ! On est loin des 2 à 3dB (doublement de sonie) de tolérance.

Pas de mystères, pour savoir précisément se qui se passe en fond de conduit, il faut, soit y mettre une sonde, soit délivrer le signal (audiométrique) au plus près du tympan lors de l’audiométrie.

  • Dans le cas de la sonde, un des deux fabricants proposant une MIV par l’aide auditive ne proposera plus cette fonction sur ses prochains contours d’oreille. Pourquoi, alors que cela s’avère une technique redoutable de précision ? Parce que seulement 10% des audios l’utilisent au niveau mondial… (stats retours SAV). Très très dommage pour tout le monde.
  • Dans le cas de l’audiométrie, les choses semblent bouger si j’en crois un article de recherche récent: Behavioral Hearing Thresholds Between 0.125 and 20 kHz Using Depth-Compensated Ear Simulator Calibration.

Ne fuyez pas ! Sous le nom barbare de « Calibration sur simulateur d’oreille avec compensation de profondeur », semble se cacher le futur de nos audiométries. Les auteurs explorent une piste de calibration « in-vivo » permettant lors de l’utilisation d’inserts classiques (type EAR + mousses), d’estimer la profondeur d’insertion dans le conduit, et donc le volume résiduel entre l’extrémité de la mousse et le tympan, ce qui permettrait de connaître avec précision le RECD du patient lors de l’audiométrie. Tympans « sains » et conduits propres de rigueur !

Cet article ne semble pas financé par un fabricant d’aides auditives ou d’audiomètres, mais on peut penser que si nous, audioprothésistes, ne nous emparons pas de la rigueur et de la précision des mesures au tympan, d’autres le feront à notre place.

XD – JBB.

Faut-il (encore) avoir peur de DSL ?

Written by xavdelerce on . Posted in Chaînes de mesure, mesure in-vivo, Méthodologie, SPLoGramme

La méthodologie de calcul de cibles de niveau de sortie in-vivo (REAR) ou de gain d’insertion (REIG) de l’UWO (University of Western Ontario), connue sous le nom de DSL i/o (Desired Sensation Level input/output), a longtemps été considérée comme une méthodologie d’appareillage des enfants. Ce n’est pas entièrement faux et a été longtemps revendiqué par Richard SEEWALD et ses collaborateurs.

En parallèle, la méthodologie « concurrente » NAL (du nom des laboratoires australiens d’acoustique, ou National Acoustic Laboratories), a été considérée comme la formule de calcul la plus appropriée à l’appareillage des adultes.

Screencast du site de DSL

Nous nous sommes contentés longtemps de cet état de fait sans vraiment se poser la question valable « Pourquoi ? ». Et d’ailleurs, la frontière est-elle toujours aussi nette aujourd’hui ? Car ces deux méthodologies ont réellement évolué depuis leur création: DSL est passé de 4.1 à 5.0a puis 5.0b en quelques années, NAL, de NL1 à NL2 sur la même durée. Juste un changement de numéro ? Pas vraiment. Et je pense que le plus gros changement (en terme de public visé) a été celui de DSL, en passant de la version 4.1 à la version 5.0a.

Ce billet fait donc écho à un article de Polonenko, Scollie, Moodie, Seewald et Coll. dans l’IJA et dont vous trouverez un résumé sur le blog STARKEY.

Certes, cela ne coûte pas grand chose de dire « on a changé » et « nous sommes au top pour les adultes maintenant », il est intéressant de rechercher ce qui a évolué chez DSL pour se prévaloir aujourd’hui d’être une formule également adaptable à l’adulte.

DSL (et notamment la version 4.1) a toujours eu comme principe assumé de « placer la dynamique de la parole dans le champ auditif du malentendant ». En respectant scrupuleusement ce principe, on se retrouvait dans les versions inférieures à 5.0, avec des cibles de niveau de sortie in-vivo (REAR) complètement utopiques, dans le sens où ni les appareils ne sont capables d’un niveau de sortie de 100dB SPL à 6000Hz, ni les cochlées ne sont prêtes à l’encaisser ! Et pourtant, il n’était pas faux de dire que pour faire passer le /s/, il fallait ce qu’il fallait…

L’équipe de DSL s’est même prêtée de bonnes grâces à l’époque à une étude en double aveugle avec le NAL qui concluait, sans surprises, que DSL était supérieure à NAL-NL pour les voix faibles, mais trop forte au-delà, surtout en environnements bruyants. Les versions testées étaient 4.1 pour DSL et NL1 pour NAL.

Donc cette fameuse version 4.1 de DSL a été considérée pendant longtemps comme une formule hyper correctrice, pas franchement réaliste dans l’amplification des sons aigus (4KHz et plus) et des sons graves et faibles (nécessité d’une occlusion, quelle que soit la perte, pour y parvenir). Elle a donc été classée « spécifique enfants ». Ce n’est pas tout à fait faux. Mais l’apparition de la nouvelle version il y a quelques années (la version 5.0a) est à mon goût passée trop inaperçue. De très nombreux changements ont été opérés, avec principalement l’apparition d’une correction spécifique à l’adulte, mais aussi des changements (certes légers) des fonctions de transfert HL–>SPL tympan, la prise en compte de l’inconfort pour le calcul d’une cible (BOLT) utilisable avec des signaux large bande (ISTS par exemple), etc. Grosso modo, cette version 5.0 de DSL i/o est de 8 à 10dB moins correctrice que la précédente pour les adultes. Elle est donc quasi l’équivalente de NAL-NL (1 ou 2), voire moins correctrice que NAL.

La confusion demeure cependant, notamment en raison de l’utilisation du libellé « DSL i/o » dans certains logiciels fabricants qui ne spécifient pas s’il s’agit de la version 4.1 ou 5.0a/b. Dommage…

Mais qu’est-ce qui différencie aujourd’hui NAL-NL de DSL 5.0 ?

NAL-NL:

  • a longtemps été une formule de prescription de gain d’insertion (REIG). On avait donc pour « telle perte HL, tel gain d’insertion en fonction du niveau d’entrée« .
  • NAL a évolué et propose désormais des cibles de niveau de sortie, et donc permet l’usage du SPLoGramme, pour les audios (de plus en plus nombreux) qui souhaitent analyser in-vivo un signal de parole en niveau de sortie (REAR). Il était temps ! Mais c’est un peu bancale encore, car la fonction de transfert HL–>SPL au tympan est statistique (REDD NAL, détaillé et étudié dans cette thèse) et ne permet pas aussi précisément d’approximer le SPLoGramme. MAIS NAL accepte les seuils directs en SPL au tympan, pour les chaînes de mesure qui ont cette fonction (ancien Aurical, par exemple).
  • Pour les utilisateurs d’inserts (EAR 3A ou 5A), la mesure du RECD permet d’obtenir des courbes de gain d’insertion (au coupleur) mais pas de recalculer le SPLoGramme (d’approximer les seuils au tympan pour les utilisateurs du niveau de sortie in-vivo appareillé).
  • utilise un inconfort statistique pour le calcul des cibles, même si vous lui fournissez le votre (!!!!!!!). Et ça, pour une formule qui se prévaut de restaurer la sensation d’intensité, ne pas utiliser l’inconfort du patient, c’est bien dommage.
  • dans sa version NL2, redonne un peu plus de compression à niveaux modérés et forts (suite reproche point précédent).
  • dans sa version NL2, s’intéresse aux gains à faibles niveaux d’entrée (DSL like ?).
  • dans sa version NL2, ne dit pas « faire entrer la parole dans la dynamique du malentendant » (ça, c’est DSL), mais dit « maximiser le SII » (index d’intelligibilité), ce qui en gros revient au même (voir sur le .ppt précédent).
  • permet de saisir précisément le nombre de canaux des AA et calcul les cibles en conséquence afin d’éviter la sommation des bandes (mais s’arrête à 5). Idem pour les TK.
  • plus… (ZMC, langues tonales, etc.)

DSL 5.0:

  • a longtemps été une formule exclusive de prescription de niveau de sortie (REAR), et a pour cela popularisé le concept de SPLoGramme (seuils en dB SPL mesurés au tympan). Récemment, la version 5.0 a introduit la possibilité d’obtenir des cibles de gain d’insertion (REIG).
  • est toujours, et clairement, une formule qui préfère l’utilisation des inserts que du casque. C’est logique quand on cherche à obtenir un SPLoGramme précis.
  • Utilise (toujours) le seuil d’inconfort mesuré par l’audio pour l’établissement des cibles, et donc des compressions calculées. Sinon, un inconfort statistique est utilisé. introduit le concept de cible MPO pour les signaux large bande (BOLT).
  • cherche à placer les informations de parole dans la dynamique du malentendant, mais en minimisant ses cibles « illusoires » dans les aigus.
  • introduit une correction spécifique adulte. La correction « enfant » progressivement décroissante en fonction de l’âge n’est pas modifiée.
  • est toujours une formule très correctrice des niveaux faibles d’entrée, et donc pas forcément adaptée à la lettre aux pertes légères.
  • etc. (mais sans les grandes « révolutions » annoncées par NAL-NL2).

Donc en résumé, les reproches faits à NAL (pas assez de sons faibles, trop d’amplification à forts niveaux, pas de cibles de niveau de sortie, etc.) ont été pris en compte dans la version NL2. Les reproches faits à DSL (trop correctrice, pas applicable à l’adulte, pas de cibles de gain d’insertion, etc.) ont été pris en compte dans la version 5.0.

Des gens plus calés que moi ont disséqué dans cette très intéressante présentation les différences historiques et actuelles entre les deux concepteurs.

DSL s’est « NAL-isé » et NAL s’est « DSL-isé » ! A tel point aujourd’hui, que si vous prenez une chaîne de mesure récente et que vous éditez des cibles de niveau de sortie pour un signal de parole (ISTS par exemple) pour NAL-NL1/2 ou DSL 5.0a/b, vous serez très surpris, et pas forcément dans le sens où vous l’attendez…

Alors, aujourd’hui, il n’est pas aussi évident de différencier les deux méthodologies. Il n’y a plus de manière aussi nette le camp « enfant » et le camp « adulte ». DSL i/o 5.0a s’avère très intéressante pour un audio souhaitant travailler aux inserts (les cibles sont nettement moins sur-correctrices avec ce transducteur) et souhaitant affiner sa précision au tympan par la mesure du RECD. A tester, donc…

Mais on parle cibles, dB SPL, ça reste très théorique tout ça. A l’usage cependant, on se rend compte que la rigueur de la détermination dans les seuils au tympan et le réglage favorisant la meilleure émergence possible/souhaitable de la parole  dans la dynamique du malentendant, donne très vite les meilleurs résultats, très peu retouchés.

Une cible reste une cible. Qui est au bout ? Vous savez… le patient ! Lui seul nous guide, les méthodologies de correction nous permettent de mieux l’accompagner !

PS: tous les documents téléchargeables sont disponibles en toute légalité sur le net (j’ai rien volé !).

PS2: suite à un tweet de Sébastien, vous constaterez que le NAL travaille activement sur quelque chose comme « l’audiométrie par les AA et les patients » ou « l’auto fitting ». De nombreux docs et articles circulent sur le net, avec notamment une collaboration avec un fabricant. Ce n’est pas le sujet de ce post, mais on peut se demander si c’est vraiment de DSL qu’il faut avoir peur…

Les commentaires récents

José SCANDELLA

|

Ce style de vente est à déconseiller sincèrement. Surtout pour de l’appareillage auditif qui est malgré tout encore coûteux Siemens I pure à 1290 euros pièce! cela fait quand même 16000,00 F, (gym euro /francs)
par ailleurs, impossible de laisser des commentaires sur le site.
Egalement, vous ne rencontrez le vendeur qu’à la commande et 8 jours après pour l’achat ! ensuite pour des problèmes de panne au bout de 8 jours! une bonne dizaine de mails,des messages sur répondeur, bref j’ai attendu 3 mois! je ne suis pas le seul dans ce cas. je recommande plutôt l’achat chez un audioprothésiste, que vous pouvez rencontrer en passant au magasin. le cas présent, ce sont des permanences qui doivent être assurées suivant des jours précis, mais la grille est toujours baissée (avenue très commerçante à Toulon) ( les autres boutiques témoignent) et on prétexte être en déplacement ! je regrette d’être passé par ce système. Je suis ancien correspondant de la mutuelle hospitalière la MNH. Mieux vaut aller chez un audioprothésiste qui est présent et qui vous suit, c’est essentiel .

xavdelerce

|

Non, DSL n’est pas une méthodologie assez mature encore…
Oeufs, farine, sucre vanillé, vin blanc, pastis: lou pastis Gascoun… boudiou ! Voilà une méthodologie qui marche !

xavdelerce

|

Marrant de voir qu’en 5 ans, tous les liens sont « morts »… Le net a la mémoire bien courte et bien longue à la fois !

MOREL

|

Bonjour, je réalise mon mémoire de fin d’étude d’audioprothese sur les piles rechargeables et votre article m’a beaucoup intéressé …
Je peux vous poser quelques questions par mail si possible ?
en vous remerciant et dans l’attente de vous lire

bien cordialement

Instagram @Audioprothese