Catégorie : Humour

Le nain sourd de Bilbo le Hobbit en mode « super-directionnel »

 

Devant l’apparition ces derniers temps de « solutions auditives non-prothétiques » comme leurs distributeurs aiment à les appeler, sortes d’amplificateurs en accès direct en pharmacies ou par correspondance, vendus sans bilan, sans adaptation, sans suivi… et sans honte (!), je voulais vous relater une étude assez récente du NAL.

On présente souvent la baisse d’audition légère comme une baisse d’audition également « légère à corriger »; c’est à dire « simple » à corriger et donc ne nécessitant finalement qu’une amplification de faible niveau pour être « compensée ». Mais alors, pourquoi dépenser 300€ en pharmacie et s’acheter un S…..O, alors que pour beaucoup moins cher (24,95€) chez Nature et Découvertes, vous avez le canon à sons (et en semi-stéréo s’il vous plait !):

Là c’est clair, vous allez briller en société. Finalement, c’est vrai, vous ne serez plus gêné par les conversations dans le bruit, car celles ci cesseront dès que vous paraîtrez avec l’engin au poing, en même temps que les regards se porteront sur vous !

Bref ! J’ai découvert cette étude du NAL (Mild Hearing Loss is  Serious Business) pour un tout autre sujet, mais l’analyse de fond (faut-il une réponse simple à un problème « léger » ?) est très intéressante.

Car au final, la surdité légère est-elle un problème simple ? Une « banale » amplification suffira t-elle ? Les tenants de la solution « péri-prothétique », vous dirons que ces amplificateurs sont une solution de démarrage, un « pied à l’étrier » en quelque sorte, en attendant de passer le pas vers le « vrai » appareillage auditif. Et même (c’est un comble…), le BUCODES a publié ces derniers mois un communiqué de presse vantant les mérites des amplificateurs de sons pour les surdités débutantes ! Là, pour un organisme censé apporter un éclairage informé sur l’audition à destination du grand public, cela dénote une connaissance très « 19éme siècle » de la physiologie cochléaire !

Non: la perte auditive, même légère, n’est pas assimilable à la presbytie. La perte auditive, dès son apparition, n’est que le reflet apparent d’une somme de dérèglements physiologiques. Je vous laisse lire cette présentation du NAL pour une revue (non-exhaustive) des atteintes neuro-physiologiques présentes dès la perte auditive légère.

  1. Sur le dégénérescence « légère » du système auditif: je pense que le mot « dégénérescence » n’est pas exagéré. On emploierait le même s’il s’agissait de la rétine subissant les mêmes phénomènes (DMLA). Perte des cellules sensorielles, cellules ciliées externes, et même dans certains cas, des cellules ciliées internes. Si la perte des secondes interdit toute intervention, la surdité légère est surtout le résultat d’une réduction du nombre de CCE. Dans ce cas, il va falloir, on pourrait le penser, « mettre le son plus fort », ce sera au détriment de la sélectivité fréquentielle.
  2. Augmentation du temps de traitement temporel des informations auditives, et également (lié ?), augmentation de l’intervalle de temps minimal perceptible (quasiment doublé).
  3. Perte des informations de structure temporelle fine.
  4. Dégradations de l’intelligibilité dans le bruit.
  5. Etc.

Juste un rappel: on parle ici de surdité LEGERE….

Le NAL, pour cette étude aura mis à contribution toute une région de l’Australie, les Blue Mountains, et des milliers de patients appareillés, centralisation du secteur audiologique oblige, et s’est surtout intéressé à ce qui touche en premier lieu les patients présentant une surdité légère: l’intelligibilité en milieu bruyant. Ils ont mesuré pour cela les apports respectifs:

  1. d’une correction et captation par micro omnidirectionnel
  2. d’une correction et captation par micro directionnel (adaptatif, j’imagine)
  3. d’une correction et captation par réseau de micro super-directionnels (du pays de la vache violette…)
  4. et enfin d’une correction, captation par micro super-directionnel avec adaptation « spéciale NAL » (du suspens !!!!)
  5. … le tout comparé à l’intelligibilité dans le bruit de sujets normo-entendants

Correction d’une surdité légère par des moyens classiques (appareillage open, comparatif des micro omni. et dir.:

Surdité légère corrigée en mic. omni. et dir. (reprise données NAL)

 

Petites surdités, mais déjà perte conséquente en milieu bruyant. Par rapport à la normale, de 10 à 50% d’intelligibilité en moins ! L’apport de la captation directionnelle est relativement limité, au maximum 1dB de S/B gagné. Et la différence entre le mode microphonique omni. et directionnel est insignifiante. Comme dirait Bashung, « Y’a un truc qui fait masse ! », mais les lecteurs de Dillon savent déjà quoi…

Donc, sortons la grosse artillerie et tentons la captation « Super-directionnelle », disponible depuis quelques années.

Correction d’une surdité légère par des moyens classiques (appareillage open, comparatif des micro omni., directionnels et super-directionnels:

Surd. légère et trt par micro super-directionnel (reprise données NAL)

 

Comme dirait Bertrand dans « Des Chiffres et des Lettres » (j’ai ma culture !): « Pas mieux ! ». Mais enfin, toute cette technologie pour rien ? N’oublions pas que les sujets testés ont une surdité légère, appareillée en open (gros indice, là…).

Et donc les gens du NAL ont repris les mêmes patients, en appareillage « Super-directionnel », mais ont juste modifié, non pas le réglage, mais un « petit quelque chose », et là:

 

Surd. légère et appareillage super-directionnel « spécial » (reprise données NAL)

 

Ca y est ! Là, nos patients pourraient vraiment penser qu’ils ont retrouvée une audition « normale » dans le bruit.

Comment a fait le NAL pour arriver à ce résultat ? En réalité, ils ont trouvé le moyen d’utiliser cette super-directivité dans les basses fréquences, mais vous en saurez plus en lisant ce ppt de 120 dias environ ! Le premier qui trouve gagne un abonnement à « Teckel magazine ». (AN: CG, tu es hors-concours !).

 

C’était aussi un clin d’oeil du NAL: la surdité légère, « Serious Business » = « Affaires florissantes » ou « Sujet sérieux » ?

Un peu d’humour !

Lors d’un séminaire sur le cholestéatome en Belgique, le conférencier, fidèle aux techniques d’animation d’une présentation, nous invitait à réfléchir sur les innovations technologiques au travers d’une image humoristique : L’ensemble de la salle a applaudi ! J’avoue que j’ai trouvé ça assez rigolo.

Cette iconographie date des années 90. Il est intéressant de constater que depuis 2006/2007, nous proposons des options similaires via les interfaces suivantes telles que la TEK, la UNITE REMOTE ou le STREAMER.

Comme le célèbre Chat de Geluck (tiens une BD Belge ?!), nous cherchons à étoffer notre équipe de trouveurs, Xavier, Brice et moi, en infos techniques sur les fabricants et sur les techniques de mesure des aides auditives (RECD, in vivo, sound box et j’en passe !). Nous laissons les chercheurs à notre éminent Collège National (gloire à lui) ! Alors, si tu te sens l’âme d’un pigiste : tu as en tête un « tip » à divulguer, une manoeuvre dans un logiciel fabricant, n’hésite pas à nous envoyer à nos adresses respectives ton draft ! Nous prendrons le plus grand soin à le publier et te faire devenir un trouveur 🙂

Etudiant angoissé par le grand puzzle de l’audioprothèse, Sénèque de la babasse électro-acoustique, Géo trouvetou de l’aide auditive, collectionneurs de vieux cornets (mince, on en a déjà un !) et autres lecteurs de ce blog, qui souffle tout de même ses 6 ans ; venez déposer vos idées, vos coups de gueules (évitez les caricatures par les temps qui courent !) et autres trouvailles ! We will you !

PS : peur d’une présence exacerbée sur le net via ce blog, n’hésitez pas à publier sous un pseudo (par exemple, frelon_noir59 ou PPCL4lover…) dans la mesure où l’équipe du blog connaît votre identité (qui ne sera jamais transmise, croix de bois…)

A bientôt !

Connaissiez vous le Phonon ?

Emporté par le doodle google symbolisant le 155ème aniversaire de Monsieur HERTZ, je continuais mes tribulations sur le portail « sciences physiques » de wikipedia. Et la paf, je découvre le PHONON*. Attiré par la racine grecque de ce mot qui résonne comme quelque chose de connu et l’étrange ressemblance avec le célèbre photon, je subodore rapidement que ce terme à un lien évident avec l’acoustique !

Voila la définition du phonom :

Un phonon (du grec ancienφονη, la voix) désigne, en physique de la matière condensée, un quantum de vibration dans un solide cristallin, c’est-à-dire un « paquet élémentaire de vibration » ou « paquet élémentaire de son » : lorsqu’un mode de vibration du cristal, de fréquence définie ν, cède ou gagne de l’énergie, il ne peut le faire que par paquets d’énergie ,h étant la constante de Planck.

Ce paquet est considéré comme une quasi-particule, à savoir une particule fictive associée au son. Le cristal est alors réputé échanger des phonons lorsqu’il perd ou gagne de l’énergie. Le concept permet une analogie avec la lumière qui possède des propriétés similaires : elle se manifeste tantôt comme une onde, tantôt comme un paquet d’énergie , qui correspond à une particule élémentaire — non fictive cette fois — appelée photon.

Ca y est, on l’a aussi notre quantum ; notre équivalent photon ! Quand on s’est que c’est Albert Einstein qui a conceptualisé le photon pour expliquer sa théorie de la relativité… L’acoustique gagne désormais ses lettres de noblesse !

* le premier qui arrive à le placer** dans une soirée gagne un lot de 10 tubes tygons (chauffés par mes soins ;-))

**Evidemment, je croirais sur parole le commentaire qui narrera la phrase savamment placée lors d’une joute verbale à bâtons rompus !

**********************************************

Plus d’infos ? http://fr.wikipedia.org/wiki/Phonon

Petite histoire: en 2007 (environ), j’ai participé avec quelques audios français à une réunion d’un fabricant américain. Le sujet de cette table ronde était le nouvel logiciel de ce fabricant qui rompait nettement avec la version précédente. Deux personnes étaient venues de la maison mère, dont le chef de projet « logiciel », spécialement pour nous demander à nous, petits « frenchies », ce que nous aimerions avoir dans un logiciel « idéal ». Là, grave erreur… 15 audios, 400 demandes ! Après deux heures de discussions, les deux informaticiens se sont fait rhabiller leur logiciel pour l’hiver. Très courtoises, ces deux personnes ont gentiment noté nos demandes, et le soft de ce fabricant, qui était déjà très bien, est resté proche de ce qu’il était, sauf gros oublis, réparés (du style: pas de label sur la zone fréquentielle en cours de modification).

En « off », c’est à dire après la réunion, ces deux personnes nous ont dit que peu de temps avant, elles avaient eu la même réunion avec des audios allemands. Ces audios s’étaient réunis entre eux, avaient discuté un moment, un « leader » était sorti du groupe et leur avait tendu un papier avec 15 propositions écrites. Fin de la réunion.

Ouai, mais eux, ils ont encore leur triple A !

Tout ça pourquoi ? car c’est devenu un argument commercial « fumeux » au sujet des logiciels de réglage: « Fait par des audios, pour des audios ». Ca fait deux ou trois fois que j’entends ce slogan qui a été lancé à l’origine par un fabricant. Ca veut dire quoi au juste ? « C’est le top, car c’est fait par des gens comme vous ! » ou « Si c’est merdique, ce n’est pas de notre faute; ça répond à vos demandes au niveau mondial ! ».

J’ai parfois l’impression d’être une « click machine » face à certains logiciels récents. Un blanc s’installe alors en cabine…

Pour exemple, mettons-nous dans la situation où vous voulez augmenter de 2dB (pas 3, ni 1 !) le niveau global d’une AA. Combien de clics, à partir du moment où vous cliquez sur la ligne Noah et le moment ou vous avez programmé l’appareil, vous faudra-t-il ?

  • STARKEY: 5 clics (pas trouvé mieux !!!)
  • WIDEX: 8 clics
  • UNITRON U-FIT: 9 clics
  • PHONAK i PFG: 9 clics
  • PHONAK TARGET: 14 clics (avec « l’alerte aux 132dB SPL » qu’il a fallu… cliquer !)

Pas eu le temps de tester SIEMENS, BERNAFON, OTICON. RESOUND, je suis preneur…

Bref, la prochaine fois, ne demandez pas leur avis aux audios !

* »Les vrais mecs ne cliquent pas ! »: expression pleine de testostérone utilisée en son temps dans le monde Unix (Linux, Mac/BSD, etc.). Par opposition aux Windowsiens, les « vrais mecs » du monde Unix ne cliquaient pas, ils « codaient » !

Je ne peux résister au plaisir de vous faire partager cette perle sur l’histoire des aides auditives.

C’est une séquence vidéo de 2 minutes 34 mettant en situation des cornets acoustiques dans un style très British. Bien sûr c’est en anglais mais il n’est pas nécessaire de comprendre l’anglais, ni même de bien entendre pour en profiter.

hearing aid museum

http://www.britishpathe.com/record.php?id=2297

Vous pouvez également regarder les deux ou trois autres vidéos moins riches mais aussi amusantes sur le même site, nottamment celle-ci de1957 faisant la réclame des dernières nouveautés en la matière (2’20 ») :

Hearing aids

http://www.britishpathe.com/record.php?id=286

Enfin, si vraiment ca vous plait vous pouvez même les acheter en ligne pour 30£.

 

 

PS : Je n’arrive malheureusement pas à insérer la vidéo sur le blog donc j’ai mis les liens.

Bienvenu

Bienvenu chez Blog-Audioprothesiste.fr !

Qui Sommes nous ?

Contactez nous !

Je contacte Sébastien
Je contacte Xavier
Je contacte Jean Michel