Qui sommes nous ?

Nous sommes un collectif d'audioprothésistes, depuis 2006, qui cherchent à améliorer l'image et la diffusion de connaissances techniques à destination des audioprothésistes ! L'exercice nous permet de commenter et également d'améliorer nos connaissances. Il faut bien le dire ce blog bouillonne de bonnes idées !!!! Si toi aussi tu as envie de partager ton expérience ! Alors rejoins nous !

100 ans de progrès. Ou presque…

A ma gauche, papy, en pure galalithe, rétractable en 3 parties, garanti 100% analogique. Période environ début XXème :

cornet On peut estimer qu’à l’époque (autour de la 1ère guerre mondiale), ce cornet était vendu autour de 20 francs (anciens francs donc), ce qui donne aujourd’hui un prix équivalent de 60 à 70€.
Voici le gain d’insertion obtenu avec cet accessoire (ah! le bon temps où l’on pouvait tester les appareils avec un bruit rose, sans avoir rien à désactiver !) :
gain-dinsertion-cornet
Un gain d’insertion de quasiment 30dB à 1500Hz et 10dB à partir de 3kHz. Pas mal pour l’objet préféré du Professeur Tournesol ! Notez au passage la bande passante jusqu’à 8000Hz (au moins !) : impossible aujourd’hui…
Voici le gain total, quand même, de l’engin :
3_cornet_mes_stereo_snr0_speech_third_oct_gain
Ca résonnait certainement un peu, mais qualité du son garantie pure 100% analogique !

A ma droite, pur produit d’un nouveau genre : le PSAP (alias « assistant d’écoute »), fabrication 100% en RPC, tout numérique :

Un SONETIK Go Hear acheté par correspondance (copie d’écran du 14/10/2016). Comme le dit leur site, « Focalisé sur le langage, étouffe les bruits parasites (deux micros) » :
sonetik-web
Nous allons bien voir cela… Soyons fous, tentons de le proposer à ce patient présentant cette surdité :
ks100
Voici le résultat in vivo de son programme 3 (il n’est pas réglable, mais il a 4 programmes…) :
sonetik-p3
Pas mal, pas mal… Vous noterez au passage que cet amplificateur atteint 100 et 102dB SPL à 1 et 2kHz; on est totalement hors de la légalité à ces niveaux.
Il n’a pas d’aigus, bien moins que son ancêtre le cornet, mais au moins pas de larsen !
Il a même un micro directionnel fixe :
sonetik_p3_fbr_snr0db
3 à 4dB de FBR (Front to Back Ratio), le minimum syndical.
Il a un réducteur de bruit (si, si !!!) :
sonetik_rb30s_p3
10 dB de RB après 30 secondes de babble à 70dB SPL. Mazette ! Mais alors, ce serait la qualité à prix low cost ? La quadrature du cercle en fin de compte ?
Voici son comportement dans le bruit, de -10dB à +10dB, NFIMfrench (voix française de l’ISTS) à 0° et Babble ISTS à 180° :
sntk
Cet appareil n’améliore en aucune façon le RSB, en tout cas dans une condition de test Voix devant et Bruit derrière, puis extraction du RSB par méthode de séparation Hagerman&Olofsson. Il dégrade même le RSB, ce qui est très classique pour un pur traitement numérique du signal. Ce qui est plus surprenant, c’est qu’il n’améliore rien malgré la directivité fixe et le réducteur de bruit. Son traitement du signal (s’il en a un), ou plus probablement sa compression ou son réducteur de bruit, sont très délétères.

Revenons à notre ancêtre le cornet, 100 ans plus tôt :

Quitte à être joueurs, soyons joueurs jusqu’au bout et testons cet engin dans les mêmes conditions que le Sonetik.
cornet_test
Son ouverture à la Professeur TOURNESOL bien en face du locuteur (signal = NFIMfrench) et tournant le dos au bruit (babble de 4 ISTS) sur les 2 HP arrières : inutile d’avoir fait polytechnique pour imaginer que l’on a un système directionnel de chez directionnel !
Oui, mais me direz-vous, le Sonetik lui aussi était directionnel, avec en plus un réducteur de bruit… ça n’est pas juste ! ça n’est pas équitable !
Le test du cornet :
cornet-ho
Vous avez bien vu, vous avez bien lu : ce cornet de la première guerre mondiale, avec sa grosse amplification et son « hyper-directivité » améliore le RSB de 3,8dB !!!! Ce pur produit d’avant-guerres est donc supérieur de 4dB en amélioration du RSB à l’assistant d’écoute SONETIK !!!!!

Ecoute, à RSB -5dB en entrée (fichiers .ogg) :

Le Sonetik :
Le cornet :   Il est clair que le réducteur de bruit, associé à une compression totalement destructrice, écrête totalement l’information potentiellement émergente du bruit dans le cas de l’assistant d’écoute SONETIK.

Conclusion(s)

  • La galalithe est un produit « plastique » à base de caséine (extrait du lait). Un siècle après elle est toujours de bonne qualité. Ma question : il y a un siècle on pouvait se passer de pétrole pour faire du plastique, et pas aujourd’hui ? Vous me direz aussi : sur le guide Michelin 1905, on trouvait des garages spécialisés dans la réparation des véhicules électriques… 100 ans de progrès là aussi !
  • Cet assistant d’écoute SONETIK est vendu quelques 100aines d’euros. Le prix équivalent du cornet avant la première guerre mondiale était de quelques 10aines d’euros. L’un n’améliore pas (dégrade même) le RSB, l’autre l’améliore. Ma question : quel est le bon rapport qualité/prix à votre avis ? Le marketing a t-il un coût ?
  • Un réducteur de bruit, plus un micro directionnel suffisent-ils à faire un « bon » appareil auditif, ou un assistant d’écoute « de luxe » ? La preuve que non…
  • Le « numérique » a 20 ans cette année 2016. Cette technologie suffit-elle, à elle seule, à améliorer l’écoute dans le bruit ? Oui peut-être, mais…
  • … une bonne directionalité donne mécaniquement un avantage de 3 à 4dB d’amélioration du RSB. Un appareil auditif analogique peut faire cela. Les bons appareils auditifs actuels en sont (seulement) à +6/+8dB d’amélioration du RSB : la R&D a un coût et un prix. On ne peut pas s’émerveiller (moi le premier) des performances des appareils auditifs actuels, et vouloir tout « low cost », service compris. Cet assistant d’écoute en est un exemple flagrant.
  • Quitte à mettre 300 ou 400€ dans un amplificateur, sans remboursements, multiplié par deux oreilles, et sans amélioration du RSB, autant se tourner vers un audioprothésiste, un « vrai » appareillage avec un vrai suivi, et dont les modèles améliorant de 4dB ou plus le RSB démarrent vers 1200€ avant remboursements. A bons entendeurs…
  • Ce SONETIK me trouble… Sa sonorité me rappelle celle d’une gamme de 7/8ans en arrière d’un fabricant bien connu… Son anti-larsen aussi, son circuit aussi, son coude aussi. Bah ! je dois me faire des idées !

FRAMATRIX… RE-LOADED*

*elle est nulle celle là, j’en suis conscient ! Le test FRAMATRIX, ou FRench MATRIX test est un test d’intelligibilité clinique, dans le bruit. Il est « clinique », car il n’est pas « drôle », c’est à dire qu’il doit être administré de manière stricte, que le bruit masquant correspond au spectre à long terme des phrases, que sa calibration doit faire l’objet d’une procédure de calibration approuvée par l’institut Hörtech, etc.
Le FRAMATRIX n’est pas un test dans le bruit censé placer le patient dans de multiples situations sonores proches de la vie réelle. Il comptabilise et compare les performances du sujet testé, éventuellement en fonction de moyennes européennes, mais surtout en fonction des performances de traitement du signal de son appareillage auditif.
Donc si avec tout ça vous avez encore envie d’administrer ce test, ces lignes peuvent vous intéresser. Le FRAMATRIX peut être considéré, blague à part, comme « re-loaded » car il est sorti assez récemment de sa version pure laboratoire. Il a été repensé pour être administré de façon plus conviviale, et sa passation est quasi-automatisée bien que tout soit très paramétrable.

Matériel vocal

Il s’agit de listes de phrases, que vous pouvez configurer par 10 ou 20 phrases (recommandé). Contrairement au HINT ou la phrase est juste ou fausse dans son ensemble, le FRAMATRIX compte chaque mot juste dans chaque phrase :
framatrix-deroul
On a donc un test qui va comptabiliser 5 mots dans chacune des 20 phrases = 100 items, ce qui est très robuste statistiquement pour un test en une passe.
Il est également possible de tester en 10 phrases, bien que ce ne soit pas la procédure recommandée. La structure des phrases est toujours de type Prénom/Verbe/Nombre/Complément/Couleur.
Les phrases peuvent être « fermées », c’est à dire toujours identiques d’une session à l’autre, ou bien construites de manière aléatoire.

Configuration

Tout est paramétrable :
  • angles du bruit (bruit vocal stationnaire) et de la voix
  • Adaptativité du niveau des phrases ou du bruit
  • Rapport signal/bruit progressif croissant ou décroissant
  • Recherche automatique du SRT (50% d’intelligibilité)
framatrix-select
Vous pouvez créer, en plus des tests existants, vos propres tests pour les retrouver ensuite das votre liste de tests les plus courants (ici, les deux derniers ont été créés).

Entraînement et durée du test

Il est vivement conseillé de procéder à (au moins) une liste complète d’entraînement avant de comptabiliser réellement la performance. Ici, la première liste administrée au patient : le RSB nécessaire à 50% était médiocre au départ (entre 0 et 5dB), pour diminuer progressivement au cours du test. Le SRT est obtenu pour cette liste à un RSB moyen de -5,9dB, ce qui est très bon :
framatrix-l1
La deuxième liste :
framatrix-l2
On voit que le patient, avec entraînement, améliore encore son score : il passe à un SRT à -7,5dB de RSB… les aides auditives fonctionnent quand même bien aujourd’hui !
Vous remarquerez la variabilité des réponses en début de test, effet de surprise qui s’estompe après quelques phrases.
La synthèse : framatrix-l3

Configuration des niveaux d’émission et de variation du RSB

  • paramétrage du type de signal fixé et variable : choix du bruit ou des phrases
  • paramétrage du niveau de départ et du RSB de départ : ici la voix est fixée à 68dB SPL, et le RSB de départ est de 0dB
  • test dans le bruit ou sans le bruit
  • recherche de pente de courbe psychomotrice
  • etc.

Recherche de SRT automatique

A mon humble avis, c’est la fonction la plus intéressante du test : si le patient répète plus de 2 mots justes, le RSB se dégrade de moins de 5dB; s’il ne répète rien, il s’améliore, et tout ceci en permanence. On obtient donc en permanence une fluctuation du RSB autour de 50% d’intelligibilité. Au final, le logiciel calcule automatiquement le SRT (Speech Reception Threshold = 50% d’intelligibilité) à un RSB moyen calculé lui aussi.

Durée

Une liste d’entraînement puis une liste de comptage durent au total 4min 57s… Si vous effectuez une liste d’entraînement + 1 liste en programme automatique et enfin 1 liste en programme dédié bruit, la durée est d’environ 8min. Ca reste très raisonnable, mais fatiguant sur 3 listes. Sachez quand même que l’idéal se situe à trois listes.

 Consignes et public visé

  • Les consignes doivent être explicites : le patient doit savoir à quoi s’attendre, autant sur le plan syntaxique (« Sophie attrape deux vélos bleus ») que sur le plan de la difficulté du test, qui ne sera jamais facile (si recherche du SRT). Il faut bien l’expliquer au patient avant de débuter, sous peine de très rapidement se retrouver face à une sensation d’échec bloquant.
  • Tous les patients, a priori, s’ils peuvent maintenir une attention soutenue de 5 à 8′, sont testables, à condition aussi que leur appareillage ou leur surdité permettent une amélioration de l’intelligibilité dans le bruit
  • Le vocabulaire très simple des phrases en fait un test administrable aux enfants

Comparaison par rapport à la normale statistique

Hörtech fournit une courbe psychomotrice normale des résultats au FRAMATRIX. Le SRT est atteint à -6dB de RSB (ici en rouge, une recherche de SRT avec pente de courbe psychomotrice) : psychomotrice-framatrix Attention cependant : cette courbe normale n’est fournie par Hörtech que pour la situation « Phrases + Bruit de face ». Il est tout à fait possible (plus logique ?) d’administrer le test avec phrases en face et bruit arrière, mais dans ce cas, Hörtech se refuse à fournir une courbe d’intelligibilité moyenne, car la diversité des locaux de test est alors trop importante pour obtenir une moyenne raisonnable. Rigueur germanique…

Installation(s)

  • Le test est proposé à l’achat (ce n’est pas un abonnement)
  • Une calibration du champ libre, du casque et des inserts (possibilité de le faire autrement qu’en champ libre) est OBLIGATOIRE et exigée par HörTech afin de garder un agrément « clinique »
  • S’installe en module complémentaire pour les possesseurs d’Affinity
  • Peut s’installer en module StandAlone sous Windows pour ceux qui n’ont pas Affinity
  • Distribution : Interacoustics France
Voilà, je pense qu’un test dans le bruit de plus, robuste et clinique, et en français, n’est pas inutile. Il est très simple en usage quotidien et montre très rapidement les performances de tel ou tel programme ou réglage de réduction du bruit. Je vous mets en lien la description du test. Je mettrai régulièrement à jour ce billet pour rajouter quelques unes des innombrables publications sur le sujet (le MATRIX Test existe dans une multitude de langues).

Chauchettes d’archiducheche chèches et autres bidouillages : les décalages fréquentiels sont-ils utiles aux frenchies ?

J’avais déjà abordé ce sujet dans un ancien billet. L’éventualité d’avoir à apporter la preuve de l’efficience d’un appareillage auditif n’est pas exclue dans le futur; de même que la justification du choix d’un modèle face à un financeur (les temps sont durs…). Il faudra donc peut être un jour démontrer l’efficacité des divers systèmes de décalages fréquentiels et d’argumenter nos choix prothétiques. Mais sans y être contraints par qui que ce soit, nous pouvons (simple curiosité) avoir envie de constater l’efficacité de ces systèmes, ou de les démontrer à nos patients.
DSLi/o (laboratoire d’audiologie de l’UWO pour University of Western Ontario), a créé récemment dans ce but des fichiers sons permettant de mesurer l’efficacité des différents systèmes de décalages fréquentiels (transposition, duplication, compression fréquentielle).
Il s’agit de signaux sonores reproduisant le phonème /s/ et /sh/(anglais) ou /ch/(français) noté /∫/ en alphabet phonétique international. Le /∫/ présente un pôle de bruit constant dans la zone 2000-8000Hz; le /s/ présente un pôle de bruit constant dans la zone 4500-10000Hz.
Ces signaux ont été créés à partir de l’ISTS, par extraction des zones fréquentielles respectives du /s/ et du /∫/ dans le signal d’origine, puis filtrage d’un bruit blanc par un filtre issu de ces zones fréquentielle : ISTS_SH_S Si vous regardez les spectres de ces fichiers, vous constaterez que ces phonèmes ont un facteur de crête très faible (normal pour ces phonèmes), et qu’en conséquence leur niveau moyen dans les aigus coïncide avec le percentile 99 de l’ISTS dans les zones fréquentielles concernées. C’est un bruit constant, avec les précautions d’usage qui s’imposent avec ce genre de signal.
Hélas, les fichiers .wav mis à disposition par DSL sur leur site (voir lien en début de ce billet), ne sont pas utilisables par les chaînes de mesure distribuées en France, pour des raisons de fréquence d’échantillonnage : ils ont été créés pour la Verifit 2 d’Audioscan.
Mais la maison GENY-DELERCE-MICHEL, qui ne recule devant aucun sacrifice, a créé une StartUp domiciliée au Panama, et alimentée à hauteur de 153,4 millions de dollars par un fonds de pension de retraités de Floride. Et donc :
  • vous les offre en cadeau Bonux et téléchargement dans une fréquence d’échantillonnage adaptée aux chaînes de mesure les plus distribuées chez nous !! Ce sont les deux fichiers NBN S.wav et NBN SH.wav
  • en deuxième cadeau Bonux, avec les 47 millions de $ qui nous restaient, et avant que le fisc nous tombe dessus, vous a créé à partir du spectre des deux fichiers précédents, deux ISTS filtrés : ISTS_SH.wav et ISTS_S.wav. Pour cela, NBN S et NBN SH ont été analysés, et un filtre a été créé correspondant à leurs spectres. Puis ces filtres ont été appliqués à l’ISTS pour créer deux fichiers distincts. Why ? (comme on dirait dans la langue du secoueur d’épieu…..) Parce qu’il est probable que certaines aides auditives prennent les deux premiers signaux comme du bruit. Je vous laisse apprécier le risque, j’attends vos retours, mais vous aurez mon avis sur la question en lisant un peu plus loin… Voici l’analyse spectrale et percentile (puisqu’ils ont une dynamique) de ces signaux maison:
ISTS_filt_SH-S
Vous l’avez compris : dans les deux cas (ISTS filtré ou « bruit phonémique »), on va utiliser le principe de la « zone fréquentielle tronquée » qui va servir de zone « réceptacle » afin de visualiser l’énergie transposée/compressée/dupliquée. Il est donc facile, en deux mesures « décalage pas activé »/ »activé », de vérifier et régler l’effet d’un décalage fréquentiel.

Niveaux d’émission du /∫/ et du /s/ :

En analysant l’ISTS, on peut extraire le /∫/ et le /s/ à respectivement 8,74  et 12,65 secondes du début du signal. On obtient ces niveaux : CH12_65_S8_74_ISTS
  • Pour le  /∫/ :
  • Pour le /s/ (plusieurs segments mis bout à bout = cigale, peuchère !) :
Le niveau est légèrement plus important pour le /∫/ que le /s/, mais la Sonie est nettement plus importante pour le /∫/, de bande passante plus large.

Précautions d’emploi :

  • Pour arriver au « niveau équivalent de crête » des spectres des fichiers NBN S.wav et NBN SH.wav par rapport à l’ISTS, il ne faudra pas émettre en MIV ces signaux à 65dB SPL, mais :
    • pour le /∫/, 65dB SPL – 6dB = 59dB SPL
    • pour le /s/, 65dB SPL – 10dB = 55dB SPL
  • Pour les fichiers ISTS_S.wav et ISTS_SH.wav, le niveau d’émission « équivalent voix moyenne » sera :
    • pour le /∫/, 65dB SPL – 15dB = 50dB SPL
    • pour le /s/, 65dB SPL – 15dB = 50dB SPL
Vous pouvez enregistrer NBN S.wav, NBN SH.wav, ISTS_S.wav et ISTS_SH.wav dans vos dossiers de fichiers sons REM ad hoc selon votre configuration matérielle, télécharger les tests suivants prédéfinis pour Affinity ou FreeFit, et techter tout cha ! Attention, tests basés sur une audiométrie obtenue aux inserts (à modifier si vous travaillez au casque).

Où enregistrer ces fichiers sons dans vos PC ?

  • Pour Freefit, dans ce dossier :
Chemin Freefit
  • Pour Affinity, dans ce dossier :
Chemin AffinityAttention pour Affinity, le dossier Windows « ProgramData » est un dossier caché. Il faut autoriser Windows dans certains cas à afficher ces dossiers cachés. Penser également à demander à Affinity à rechercher ces nouveaux fichiers dans le répertoire REMSoundFiles.

Questions pratiques

  • DSL fournit un document très exhaustif, à la base pour l’adaptation pédiatrique, mais dont les pages 44 à 62 détaillent l’utilisation de ces signaux en pratique quotidienne.
  • Utiliser plutôt le test REM avec les fichiers bruités de DSL ou l’ISTS filtré ? Pour avoir testé les premiers (de DSL), vous constaterez peut être comme moi que le gain, après quelques secondes d’émission, se met radicalement à diminuer : c’est bien du bruit… C’est pourquoi, sans être présomptueux, je trouve plus intéressant d’utiliser les deux fichiers d’ISTS filtrés par la maison !
  • Le fichier ISTS_S.wav émis à 45dB SPL est-il trop faible ? Vous serez peut être surpris de la faiblesse d’émission (surtout ISTS_S.wav), mais pédagogiquement, il est très intéressant de se rendre compte du très faible niveau du /s/ dans la réalité (45dB SPL). Le /∫/ est moins surprenant. C’est également là que l’on se rend compte du côté un peu illusoire de la perception à 6kHz, même avec une transposition fréquentielle !
  • Freefit permet-il d’utiliser ces fichiers dans PMM « Réponse Avec Aide Auditive » ? Non, ces signaux n’apparaîtront pas dans la liste des signaux de test disponibles. Il faut utiliser le mode « Freestyle » pour y avoir accès dans la banque de données de signaux.
  • Ces signaux sont-ils disponibles d’origine sur les chaînes de mesure ? Pour être précis, les deux fichiers « bruités » de DSL NBN S et NBN SH seront présents dans l’Affinity version 2.8 à partir de juin 2016. Dans Freefit, ils sont déjà présents sous les noms Ling6 S et Ling6 SH. Les fichiers ISTS_S et ISTS_SH, eux, n’existent nulle part : exclusivité du blog !

Exemple

Voici un patient pour qui le seuil à 6kHz en dB SPL au tympan ne permet pas la perception du /s/ (courbe rose-violet). L’activation d’une duplication fréquentielle ici (Bernafon Saphira 5 CPx) permet de visualiser le décalage apporté à la zone 6kHz : la perception devient possible (à défaut d’être souhaitable…).
Dupli_S
On s’aperçoit également que cette duplication est proposée par défaut à un niveau « moyen » par le logiciel, et qu’elle est peut être un peu forte, car supérieure en intensité à la zone d’origine. Un réglage plus léger sera peut être mieux supporté (mais le patient ici vit très bien avec ce réglage depuis maintenant un an).

Conclusion

A l’usage, je pense que le fichier /∫/ est peu utile; on est encore dans la bande passante « utile » de l’appareillage. Le cas de /s/ est plus intéressant pour diverses raisons :
  • le fichier NBN S.wav s’avère quasiment inutilisable chez certains fabricants, le gain lors de l’émission diminuant drastiquement
  • Si on utilise ISTS_S.wav, la mesure devient possible, mais on s’aperçoit qu’il est illusoire de faire percevoir ce phonème dans une grande majorité des cas (surdité trop importante dans la zone d’émission et la zone adjacente)
  • Toujours en utilisant le signal ISTS_S.wav, le niveau d’émission est plutôt faible, et on est en permanence en limite de point d’expansion chez certains fabricants. Vous serez peut être surpris de voir que quelques aides auditives n’appliquent aucun gain à ce signal (la majeure partie du temps sous le point d’expansion), ou des variations de gain « explosives » (à des moments au dessus du point d’expansion, à d’autres en dessous), ou une amplification normale (le signal est en permanence au dessus du point d’expansion, réglé assez bas). Ce phénomène avait été décrit sur le blog Starkey à la suite d’un article de 2009 de Brennan et Souza (la figure 6 montre bien l’effacement de la consonne par la hauteur croissante du point d’expansion).
Bref, pour nous français, chez qui le pluriel et le possessif sont muets, la perception du /s/ n’a pas la même importance que chez les anglo-saxons, puisque l’article donne le plus souvent l’indication d’un pluriel, la suppléance mentale faisant le reste. De plus, toujours pour le /s/, son identification n’est pas du tout la même s’il est en dernier phonème d’un mot (le pluriel anglais) ou au milieu d’un mot. Dans ce dernier cas, sa perception sera facilitée par les transitions formantiques, rendant inutile un décalage fréquentiel.
Le décalage fréquentiel serait-il un réglage adapté aux anglo-saxons en priorité ? Allez savoir… Bons tests aux plus téméraires !

LAFON 32 LE TEMPS ET L’OREILLE : 17 VÉRITÉS (VÉRITÉ N°9)

Je viens donc de redécouvrir un texte qui devrait plaire à beaucoup d’entre nous. Ce texte s’intitule « le temps et l’oreille : dix sept vérités ». Il fait partie d’un recueil de 34 textes compilés par le Professeur J.C. LAFON, écrits par lui ou parfois en collaboration, édité par la Faculté Mixte de Médecine et de Pharmacie de Besançon, service d’Audiophonologie. Ce recueil se nomme « Échantillonnage de textes ». Il n’a pas de date d’édition, mais d’après les années données pour chacun des textes, j’en déduis qu’il n’a pas pu être édité avant 1992.
Ce thème « Le temps et l’oreille : dix sept vérités », page 71 à 87 du recueil, a été exposé par le Professeur J.C. LAFON à MADRID en novembre 1982. A noter qu’on peut le trouver, grâce au travail de synthèse de Monsieur Paul VEIT, dans les CAHIERS DE L’AUDITION Volume 11 de novembre/décembre 1998 N°6 pages 25 à 31. Monsieur Paul VEIT était un de nos remarquables aînés et ami du Professeur J.C LAFON.
Voici ce texte, vérité par vérité. Les parties soulignées le sont également dans le texte du Professeur J.C. LAFON :
« 9. Le champ auditif des intervalles devient un champ fréquentiel, on le montre par les sons de battement.
Cette possibilité extraordinaire que l’oreille est seule capable de réaliser, va permettre à l’individu d’avoir une sensation du temps qui n’est plus de la durée mais une hauteur. Cette propriété de l’oreille va être possible pour des intervalles situés entre 0.06 milliseconde, soit 60 us, et 60 millisecondes, avec une très grande finesse. C’est le champ auditif fréquentiel de l’oreille correspondant à la transformation d’intervalle en lieu d’excitation, le temps en espace. (figure 4) Ces propriétés se remarquent très bien expérimentalement avec le battement. Deux sons de fréquence proche produisent une modulation régulière d’intensité dont la périodicité dépend de l’écart en fréquence des sons. Lorsqu’on éloigne leur fréquence, le battement s’accélère. Il arrive un moment où l’on entend simultanément le battement et un son grave dont la hauteur correspond à la périodicité du battement. Je l’ai appelé son de battement c’est un son différentiel en physique acoustique. »

temp field

temp field texte

Page 80, le Professeur J.C. LAFON a écrit en espagnol l’intitulé de cette VÉRITÉ N°9 : «El campo auditivo de los intervalos se vuelve campo de frecuencia. Esto se demuestra a traves de los sonidos de pulsacion» ainsi que le titre générique de son texte « El tiempo y el oído : 17 verdades ».
A bientôt pour la VÉRITÉ N°10.

JYM

Sorry… we’re Open ! *

*Ca aurait pu s’appeler « Revue de presque », mais le nom était déjà utilisé par Canteloup ! « Presque », pour presque bien, presque fini, presque réglé, presque achevé, presque satisfait. La frontière entre « presque bien » et « bien » est ténue.
Revue de deux communications tirées :
  1. du International Journal of Audiology : Speech recognition in noise using bilateral open-fit hearing aids: The limited benefit of directional microphones and noise reduction. Vous pouvez le télécharger ici également.
  2. d’une présentation d’un mémoire de master que vous pouvez télécharger ici.
En voici un petit résumé :
Le premier article date de deux ans, mais je pense que sur le fond, l’état de fait est le même. Les auteurs se sont intéressés aux performances subjectives d’intelligibilité dans le bruit avec une aide auditive « performante », c’est à dire dotée d’un nombre de canaux suffisant et nécessaire, et d’un mode microphonique évolué, le tout couplé à un réducteur de bruit. Si avec tout ça…
Nous le ressentons bien aujourd’hui, les appareils récents sont tout à fait aptes à améliorer de 5, 6 ou 8dB le rapport signal/bruit. Mais ces mesures de séparation du signal dans le bruit sont des mesures objectives (mathématiques), difficilement transposables au malentendant. Car utilisera t-il intégralement les 8dB d’amélioration du RSB ? ou alors une partie de cette amélioration objective se perdra t-elle dans la diminution de ses capacités périphériques et centrales, ce qui est très probable à des degrés divers ? Sur ce plan, nous n’y pourrons rien. Par contre, il est un facteur à ne pas négliger : le couplage acoustique aide auditive/oreille. C’est un fondamental de l’audioprothèse. Nous avons des responsabilités sur ce point, et c’est ce qu’ont cherché à tester les auteurs de cet article.
Ils ont pour cela mesuré l’intelligibilité dans le bruit, dans trois conditions (non-appareillé, appareillage open, appareillage avec micro-embout) et trois modalités d’appareillage (Omni, directionnel adaptatif et directionnel+réducteur de bruit). Les patients (qui avaient déjà porté un appareillage auditif) ont été testés en audiométrie vocale dans le bruit, avec un test de type HINT (phrases dans le bruit). Afin d’éviter les effets de « plateau » en audiométrie vocale, les audiologistes ont effectué une recherche de SRT (50% d’intelligibilité), méthode beaucoup plus robuste pour mesurer et comparer inter-sujets l’intelligibilité dans le bruit qu’une recherche de 100% : srt Pour résumer :
  • les auteurs révèlent une perte de directivité dans les basses fréquences, passant de 4,2dB en fermé, à 1,9dB avec évent de 2mm et -2dB en open
  • la baisse d’efficacité moyenne du micro directionnel est de 1,6dB en open
  • en open, le réducteur de bruit n’a quasiment aucun effet sur l’intelligibilité
  • en open, les modalités « micro directionnel » et « micro directionnel+réducteur de bruit » ne sont quasiment pas meilleures que sans appareillage (à peine 1dB de gagné en SRT…)
  • avec embout plus fermé, l’amélioration du SRT est de plus de 4dB en condition « micro directionnel » par rapport à « sans appareil »
  • et enfin, le réducteur de bruit (qui a été largement amélioré ces dernières années) n’est efficace qu’à la seule condition « embout + micro directionnel », soit 5dB de mieux en SRT que sans appareil, et 4dB de mieux qu’en appareillage open dans les mêmes modalités.
Tout cela fait réfléchir à la facilité apparente de l’appareillage open. Ce type de couplage ne devrait-il être qu’une étape dans le suivi patient, vers l’occlusion progressive (type « tulipe » par exemple), même en pertes légères/moyennes. L’anti-larsen efficace est-il un piège ? Je vous laisse juges…
La seconde publication peut sembler ne pas avoir de lien avec l’article cité précédemment, mais ce serait oublier que ce qui différencie un PSAP (pour Personal Sound Amplification Product outre-atlantique) ou « assistant d’écoute » in french, et une aide auditive, en dehors du fait que le premier est vendu sans aucun suivi ni réglage, c’est aussi l’algorithme de traitement du signal (j’y inclus aussi le micro directionnel adaptatif). Donc comme on le sait, ces PSAP malgré leurs promesses alléchantes en terme de prix et d’efficacité (« comme les grands »), n’ont aucun réglage, aucun algorithme de traitement du signal, aucune adaptation en fonction de la perte auditive, etc, mais promettent tout de même de « filtrer automatiquement les bruits parasites pour un rendu haute-définition ». Mazette ! Moi-même après quelques années de pratique, je n’oserais pas en promettre autant à mes patients !
Et si c’était vrai ?
C’est ce qu’à cherché à déterminer l’audiologiste américaine Danielle Breitbart en comparant les préférences de patients utilisant alternativement un assistant d’écoute et une aide auditive « conventionnelle ». Pour info, voici les audiogrammes de ces gens, et vous remarquerez que l’on est parfois loin de la « surdité légère ». Je dirais même plus que l’on est à la limite de la « perte de chance » médicale : Sans titre Pour résumer :
  • un « PSAP » coûte aux US environ 350$ en moyenne contre 1250$ pour une aide auditive. Des prix somme toute communs sur la planète
  • les MIV faites avec tous les modèles d’appareils auditifs, y compris les plus basiques, sont correctes (corrigent de manière adéquate la perte)
  • les MIV faites avec les PSAP ne corrigent pas les aigus correctement, on s’en serait douté. C’est également normal : en corrigeant normalement les HF, ils enfreindraient la loi sur les niveaux maximums sonores admissibles…
  • l’amélioration de la conversation dans le calme est très inférieure avec les PSAP par comparaison à tous les modèles d’aides auditives conventionnelles testés
  • revers de la médaille : comme ils corrigent peu, les PSAP ne sont pas mal tolérés face aux bruits de la vie quotidienne par rapport aux AA
  • l’écoute de la musique ne montre pas de différences
  • En conclusion, les PSAP ou « assistants d’écoute » améliorent nettement moins l’intelligibilité qu’une aide auditive « conventionnelle », dans le calme. Encore fallait-il le prouver, même si cela pouvait paraître évident !
Donc en conclusion, la « frontière » existe bel et bien entre un assistant d’écoute et une aide auditive. Par contre, elle peut drastiquement se réduire dans le bruit en ne recherchant qu’une solution à court terme ou de confort, c’est à dire en open pur. L’essai d’un couplage auriculaire plus efficace à moyen terme semble très important. Cela s’appelle l’accompagnement (ou le suivi) du patient appareillé, et c’est finalement ce qui nous différencie de ces solutions « toutes prêtes à l’emploi ». Trop privilégier le confort du patient à court terme, ou pire, faire preuve d’une recherche de « facilité » dans l’adaptation prothétique, risque se payer cher (c’est le cas de le dire…).