You have activated a Bronze+ WP Symposium feature, but you have not entered your Activation Code. Get one on the Membership page on the WP Symposium website.

Schizophrénie ambiante

Written by xavdelerce on . Posted in Audioprothesiste, Coup de gueule, DISTRIBUTEURS, économie, Législation, Revue de presse

Deux sujets, qui n’ont rien à voir, mais révélateurs du grand écart de notre profession entre le médical, le para-médical, le diagnostique, le commercial, la clientèle, la patientèle, etc.

  • Pour relayer un tweet de Sébastien au sujet d’un communiqué de l’académie de médecine:

http://www.cis.gouv.fr/spip.php?article5808

C’est bien… très bien que l’académie de médecine se préoccupe de nous autant que cela. En tout cas, il est toujours agréable (à moi) de lire ce genre de lignes, comme une bouée, une balise à laquelle on se raccroche. Ca soulage les (bonnes) consciences en quelque sorte.

Mais d’un autre côté, nous sommes (malheureusement ?) des commerçants, enregistrés en tant que tels, et je n’ai jamais entendu des représentants de la profession militer en faveur d’un passage à une profession para-médicale. Même, c’est pour dire, la publicité est autorisée, et ce principe a été défendu il y a quelques années au ministère de la santé dirigé à l’époque par X. BERTRAND. Dont acte…Donc aujourd’hui, communiquer sur les malheureuses dérives commerciales, voire commerçantes, de notre profession, c’est un peu vain: le principe de la publicité a été défendu… et autorisé. On peut le regretter, mais c’est fait. Comment dès lors en accepter le principe mais n’en vouloir qu’un peu ? Schizophrénie…

J’expose encore une fois mon point de vue qui n’engage que moi (c’est un blog ici): une solution si l’on veut réellement « moraliser » le secteur de l’audio (car le commerce n’est pas moral, c’est connu) serait de scinder la pratique de l’audioprothèse en deux catégories

  1. une « para-médicale », mais soumise à une régulation stricte de sa pratique (aucune publicité d’aucune sorte), mais dont les prestations seraient soumises à remboursement sur les bases légales actuelles
  2. une « commerçante », qui en gros ferait ce qu’elle veut, mais ne donnerait droit à aucune prise en charge

Bien sûr, en médecine, aucune dérive « commerçante » n’est à déplorer… c’est entendu !

  • Pour enfoncer le clou, je vous recommande la lecture d’Audio Infos 180:

Marisol, au secours ! En effet, nous avons là un exemple édifiant des grands écarts entre les divers « acteurs » de la profession: dans un article, la ministre Marisol TOURAINE fait part de sa volonté de moraliser les rapports entre les audioprothésistes (puisqu’elle est citée dans Audio Infos) et les prescripteurs. Il doit donc y avoir matière à moraliser. Bravo, donc !

Dans le même journal, deux pages avant et deux pages après, Audika annonce fièrement son intention de renforcer son partenariat avec les prescripteurs, et une autre chaîne d’audio, je ne sais plus laquelle, nous explique qu’elle est très fière d’avoir créé ou de subventionner les assises ORL de l’Océanie (et bien sûr aucun prescripteur du continent n’y est invité, et on y bosse 8h/jour…). Oui, moraliser…

Pensons quand même aux malentendants : consommateurs (car vous êtes des clients puisque nous sommes des commerçants), soyez grands, soyez critiques, demandez-vous toujours « Pourquoi veut-on m’envoyer ici, ou là ? » et « Apparaître à la TV plusieurs fois par jour est-il normal dans le domaine de la santé ? », « La publicité pourrait-elle avoir des conséquences sur ma facture ? ». Ces questions et d’autres constitueraient à coup sûr le début d’une démarche très « moralisatrice ».

 

Où trouver « le phare et la balise » aujourd’hui dans ce monde agité ? Tous ces gens et institutions qui nous veulent du bien ou du moins bien, qui nous donnent des conseils ou des leçons sont finalement bien éloignés de notre quotidien: rétablir le lien social. Corriger la surdité, quoi…

DECRYPTAGE (bis repetita placent)

Written by bricedebrest on . Posted in Coup de gueule, Législation, Revue de presse

Que Choisir Janvier 2013 n°510 page 18-19, par Florence Humbert.

 

En haut de cette double page du magazine Que Choisir, on peut lire « décryptage ».

C’est ce que ce billet se propose de faire au sujet à la fois de l’article et du produit qu’il décrit.

Car cet article est malheureusement plus proche du publireportage que de l’enquête impartiale à laquelle on s’attendrait d’un magazine qui passe au crible les produits et défend les consommateurs de manipulations commerciales.

Quels sont les moyens utilisés par l’article ?

 

Sur la forme.

Rédiger des titres qui orientent la lecture.

Seules les conclusions de Que Choisir mettent en garde contre cet « assistant d’écoute » :

« Reste que l’avis d’un ORL est indispensable pour éviter de retarder le diagnostic d’une pathologie grave de l’oreille. »
« Du sur-mesure à un prix à peine plus élevé (qu’un appareil chez l’audioprothésiste) une fois déduites les prise en charge »

Car les titres, sous-titres et caractères en gras de l’article vont à peu près tous dans le même sens. Si on les compile on obtient un résumé surprenant :

 » Audioprothèses trop chères. Prix des prothèses, opacité, opacité… Octave sème le trouble. Un assistant d’écoute tout à fait légal. Cet assistant auditif est 5 à 6 fois moins cher. Octave ne convient pas à tout le monde. Mieux vaut l’essayer. »
Espérons que ce n’est pas ce concentré  que retiendront les lecteurs.

 

Sur le fond. 

Analysons maintenant le corps du texte dont l’attaché de presse de Sonalto pourrait revendiquer être l’auteur.

Jouer sur les termes pour contourner la loi et entrainer la confusion.

« le nouvel appareil, (…) ne nécessite ni prescription médicale, ni empreinte du conduit auditif, ni réglage par un professionnel« .

Cette phrase par laquelle démarre l’article n’a pas étonné plus que cela son auteur puisqu’il ne s’est pas demandé pour quelle raison ce « nouvel » appareil avait droit à un régime spécial. La réponse est pourtant simple : parce que -jouant sur les mots- cet appareil n’est pas vendu selon la législation encadrant les appareils auditifs et l’appareillage auditifs, mais comme un gadget pour des personnes ayant une bonne audition.

Sans grande difficulté le journaliste aurait pu trouver le texte de loi indiquant « est considéré comme audioprothésiste toute personnes qui procède à l’appareillage des déficients de l’ouïe », sans se soucier du type d’appareil utilisé. Et pour cause : l’évolution technologique des appareils ne permet pas de les définir par leurs caractéristiques mais bien par leur finalité. L’appareil des années 30 est bien différent de celui des années 70 ou 2000. De même que la moto des années 30 n’a rien a voir avec celle d’aujourd’hui. On n’irait pas dire qu’un vélo équipé d’un moteur n’est pas une moto et peut se conduire sans permis et sans casque… sauf peut-être d’astucieux « jeunes fondateurs de start-up ».

Ainsi, que fait M. Auguste Laplace lorsqu’il « prête l’appareil au client » « pour vérifier qu’il procure une réelle amélioration de l’audition » ? Il s’intéresse à des consommateurs qui entendent bien ou il s’intéresse, en tant que professionnel de santé, à des patients qui entendent mal ? Il équipe, appareille, vend des aides auditives, ou il ne fait que vendre un jouet pour écouter les oiseaux ? Mais dans ce cas pourquoi le vend-il en pharmacie, y vend-il aussi des Ipod ou des légos ?

Est-ce cette vérité qui « indigne Maxence Petit » ? C’est pourtant simple : un appareil auditif sert à améliorer l’audition des gens qui entendent mal. La mise sur le marché de cet appareil est soumise à des règles afin d’éviter d’appareiller n’importe qui n’importe comment. Comment expliquer les choses autrement ?

Pour être plus clair : l’audioprothésiste travaille sur prescription médicale et après examen audiométrique. L’appareil qu’il vend est réglé au cours de l’adaptation (dirait-on « préréglé sur mesure » ?), puis sera réajusté dans le temps -pendant 5 à 10 ans- selon l’évolution de l’audition et/ou de l’accoutumance du patient.

 

Justifier médicalement ce contournement de la loi

1)  Les fondateurs de Sonalto n’hésitent pas à réviser la classification des surdités et à faire une classe à part des presbyacousies traitables par les « assistants d’écoute » (comme d’autres avaient revisité les catégories d’antidiabétiques afin de laisser leur produit sur le marché…) .

Ce produit  « ne concurrence pas directement les audioprothèses », puisqu’il « ne corrige que les gènes auditives légères ou débutantes » sous entendu : la surdité légère peut être corrigée par n’importe qui, avec n’importe quoi, tandis que l’audioprothésiste n’est utile que pour les surdités moyennes ou sévères.

Dans la même veine, pourquoi ne pas traiter les cancers « débutants » par des plantes chez des végétothérapeutes et seulement les cancers « sérieux » ou métastasés à l’hôpital par des cancérologues… ?

2)  L’absence de prise d’empreinte justifierait une différence ? De nombreux appareils actuellement adaptés sur embouts ouverts sont réalisés sans prise d’empreinte… Et l’on connait d’ailleurs bien les variations acoustiques liées aux variations d’embouts (que l’on peut mesurer et adapter).

3) Le préréglage distinguerait ce produit, qui serait une sorte de « générique » ou de lunette-loupe ? Déjà dans les années 40 les appareils étaient préréglés et il fallait les comparer pour trouver le plus adapté, puis dans les années 70, les intra-auriculaires (anatomiquement sur mesure) l’étaient également et disposaient de peu de possibilité d’ajustement par la suite. Il fallait le cas échéant les renvoyer chez les fournisseurs, Aujourd’hui encore, tous les appareils auditifs sont préréglés en usine (soit à gain maximal, soit à gain linéaire) puis adaptés par l’audioprothésiste en fonction de l’audiogramme. La différence c’est qu’ensuite l’audioprothésiste mesure et adapte le réglage au patient avec l’appareil en place. Vendre un appareil auditif préréglé ce serait juste comme s’arrêter après le premier rendez-vous, voire même avant…

Justifier « moralement » ce contournement de la loi

1) A la façon de Robin des bois ou d’Arsène Lupin on peut enfreindre la loi pour le bien des plus démunis, n’est-ce pas ? Ainsi Sonalto serait la solution pour sauver le pouvoir d’achat des pauvres malentendants contre les vilains fournisseurs trop chers ?

« La France compte plus de six millions de malentendants, mais seulement un million d’entre eux sont appareillés« . Ces chiffres sont simplement faux. Mais c’est surtout la relation de cause à effet prix-taux d’appareillage qui est erronée : « Toutes les enquêtes réalisées ces dernières années montrent que le prix élevé des aides auditives représente le premier obstacle » « Loin devant la honte de montrer son handicap » « .
Sauf que, justement, quand on a honte on ne le dit pas, et il est plus facile d’utiliser le prétexte du prix… La preuve : le taux d’appareillage est à peu près le même quelle que soit la catégorie socioprofessionnelle et les revenus.

Trop chères ? On cite l’Allemagne, le Danemark et l’Angleterre mais les prix des prothèses auditives y est supérieur à celui pratiqué en France. (en revanche le remboursement est meilleur et malgré cela le taux d’appareillage est loin des 100%).

2) Serait-ce le monopole (tout de suite ça fait méchant) qui altère la vision des audioprothésistes et entrave leur capacité d’innovation ?

« Les audioprothésistes qui campaient depuis des années sur une situation de monopole commencent à sentir l’édifice vaciller ». et « découvrent (un peu tard) les besoins d’une clientèle plus vaste à laquelle ils pourraient proposer des modèles bons marché au lieu de les orienter systématiquement vers le dernier cri« .

Laissons de coté le procès d’intention fait à l’audioprothésiste qui vendrait systématiquement du haut de gamme (les patients sont-ils bêtes au point d’accepter systématiquement le plus cher chez l’audioprothésiste ?). Faudra t-il protéger les gens contre eux-mêmes ?
La réglementation est liée à l’histoire de la profession : de 1900 à 1967 les appareils étaient en effet vendus sans consultation médicale et sans prescription par des personnes non obligatoirement diplômées. Ce sont les pouvoirs publics, les caisses d’anciens combattants et les patients eux-mêmes qui ont amené à la création d’une profession régulée. Ce que Sonalto nous propose au nom de la modernité des » start-up » est donc simplement un grand retour cinquante ans en arrière.

3) La satisfaction et l’adhésion populaire sous entendu : puisque ça plait pourquoi ne pas l’autoriser ?

« 3500 utilisateurs » en deux ans en étant « présent dans 2000 pharmacies« . Les chiffres, invérifiables, diffèrent d’un article à l’autre mais représentent environ 2 appareils par pharmacie… et en terme de marché : moins d’1% des ventes en France !  Les « business angels » qui soutiennent cette « start’up » espèrent probablement un retour sur investissement un peu plus rapide nécessitant une com‘ un peu plus directe…
« Après essais le taux de retour de l’appareil est d’environ 50%« . Ces patients seront-ils pour longtemps découragés d’aller vers un appareil auditif bien adapté par un professionnel compétent ?

4) L’argument imparable : d’autres le font, ça se fera de toute façon, alors pourquoi pas nous ?

« D’autres assistants d’écoutes sont sur le marché sous forme de boitiers ou de casques« .
Cet argument, qui n’est pas éthiquement recevable, masque des chiffres ridicules et des appareils bien spécifiques. Quelles quantités sont en jeu et de quoi parle-t-on ? Probablement quelques centaines par an et ils sont soit vendus à des personnes qui entendent bien et veulent entendre des bruits particuliers (mécanicien, ornithologue, détectives…), soit vendus par les audioprothésistes après examen auditif et audiométrique en appoint d’un appareil auditif (casque TV amplifié par exemple).

5) Enfin, si ça ne suffisait pas pour emporter l’adhésion du lecteur : se poser en victime et pointer le complot.

« Une campagne de déstabilisation de la part des audioprothésistes« . Il n’y a que la vérité qui blesse dit-on. Calmoniez, calomniez, il en restera toujours quelques chose…

 

Justifier juridiquement ce contournement de la loi en la ré-interprétant

Le mieux est encore de se mettre du côté des autorités sanitaires :

« une catégorie de DM reconnue par l’ANSM« .

Plus c’est gros plus ça passe… sauf que justement là, c’est trop gros, et ça ne passe plus !!!

Dans le contexte de mise en cause récurrente de l’ANSM, la journaliste aurait pu contacter cette institution pour apprendre qu’au contraire Sonalto est dans le collimateur et que lANSM tente -tant bien que mal- de faire appliquer la législation en vigueur auprès du fabricant.

L’ANSM ne reconnait pas ces appareils comme des DM (Dispositifs Médicaux) spécifiques ou à part, mais bien au contraire, demande au fabricant de faire un choix : soit il s’agit de DM et ils doivent respecter les normes (marquage CE, adaptation selon la législation en vigueur, etc.), soit il s’agit de gadgets (qui doivent respecter d’autres normes et ne peuvent être vendus en pharmacie).

Pour ceux qui en doutent :

  • tout d’abord le mail d’une correspondance privée indiquant  :
    « Je vous informe que l’ANSM n’a reconnu aucun statut spécifique particulier pour ce matériel. » :
  •  puis un courrier officiel en réponse à une association d’audioprothésistes qui demandait le statut précis de ce produit. Ce courrier, comme le corps médical, ne proposa pas de différence de traitement entre une presbyacousie, une surdité légère et tout autre type d’hypoacousie.

 

Quelles sont les conséquences pour les patients :

Espérons que les cadres commerciaux ne suivront pas l’exemple cité par Que Choisir et n’irons pas voir ce pharmacien de Vincennes. En effet, lorsqu’on est salarié et qu’on a moins de 60 ans, il est possible d’obtenir (en faisant certes un dossier, mais sans difficulté) une prise en charge quasi-complète d’aides auditives modernes et performantes, adaptées également à son téléphone portable. Ce patient aurait-il néanmoins préféré un appareil bas de gamme sans prestation pour 299€  à un appareil adapté dans les règles de l’art et sans reste à charge (et pour lequel les piles seront également remboursées) ? On ne peut qu’espérer qu’il a fait son choix en connaissance de cause, que le pharmacien a exercé son devoir de conseil et l’a informé.

On pourrait aussi s’inquiéter pour les patients comme madame X, nonagénaire, atteinte de DMLA, appareillée à l’aide d’Octave d’une seule oreille sur un bouchon de cérumen et une surdité moyenne…
Après avoir détruit son Octave par une manipulation trop hésitante et avoir vu un ORL qui a retiré le bouchon, elle a pu être remboursée intégralement au titre de la cécité, d’un appareillage adapté par un audioprothésiste. (Son Octave est lui définitivement inutile).

On attend maintenant le premier cas de neurinome ou cholestéatome qui n’aura pas été pris en charge à temps… et dont le pharmacien sera responsable des conséquences engendrées par cette perte de chance et ce défaut de conseil.

 

 

 

Pour aller plus loin : 

Quelques bonnes questions qui auraient pu améliorer l’information :

- quelle est la procédure normale de mise sur le marché d’un produit ? en particulier d’un produit de santé ?
- quelles normes doivent respecter ces produits ?
- pourquoi le pharmacien ne vend-il pas de Legos ou d’Ipod ?
-  quels sont les prix pratiqués en Europe ?
- pourquoi l’audioprothésiste affiche-t-il depuis 2009 une prestation indissociable sur ses devis ?
- …

Evolution de notre système de soins

Written by xavdelerce on . Posted in Législation, Mutuelle, Revue de presse

L’avantage de ne pas travailler le lundi, c’est de pouvoir laisser trainer ses oreilles sur des choses que l’on ne peut pas écouter d’habitude (ce qui change donc du 4000Hz en champ-libre tonal !)…

Parmi celles-çi: l’excellente émission de France Inter « Là-bas si j’y suis« .

Podcastez l’émission du lundi 11 juin 2012 et écoutez (entre autres) l’intervention de Mr André GRIMALDI sur l’évolution et l’avenir de notre système de soins, de la libération à demain.

Pour économiser beaucoup d’argent, il suffit de mieux le dépenser… Pour mieux le dépenser, il suffirait d’une volonté politique. La volonté de ne pas prendre pour argent comptant le discours de groupes d’assurances privés affirmant que la santé coûtera moins cher à l’état si elles s’en chargent.

A l’état ce n’est pas sûr que cela revienne moins cher: qu’en sera t-il du coût de la prise en charge hospitalière de pathologies lourdes de patients dé-mutualisées ?

Aux patients: un système ne fonctionnant pas sur la répartition, vous en avez en exemple de l’autre côté de l’atlantique…

Aux armes…

Written by xavdelerce on . Posted in Audioprothese, Coup de gueule, Législation, marketing

Sébastien nous a mis un lien très intéressant vers un mémoire de D.E. traitant de la création d’un conseil de l’ordre: http://t.co/smld9Znn

Je voulais vous faire part, à l’opposé de cette belle et grande idée, d’une « évolution » de notre profession. Magnifique.

Vu sur GROUPON, l’achat de bon de réduction pour aides auditives:

Là oui, ça y est: malentendants, vous allez toucher le fond…

Et cette histoire relance effectivement le débat: entre un syndicat, constitué de bénévoles ayant une activité à temps plein, qui va lancer une action en justice sur tel ou tel sujet avec l’issue longue et incertaine qu’on lui connait et un Conseil de l’Ordre qui aurait pouvoir de jugement et de sanction immédiats, je pense que les deux sont nécessaires et indispensables. Et le second, urgent.

Merci la « loi Médiator adoucie pour audios », car en matière de « communication », je me demande s’il existe la notion de « peu »…

Comme beaucoup d’audios (une majorité), j’ai choisi et j’exerce ce métier pour l’être humain qu’il y a derrière son aide auditive et cet accompagnement représente 80% de notre temps de travail. Certes, nous avons tous, de toutes professions, des impératifs financiers dans la vie. Mais je pense que certaines professions ne peuvent pas se développer uniquement sur une base uniquement financière. La sécurité sociale n’a pas à financer des plans de carrière tournés vers le seul commercial.

Beaucoup de confrères ne se reconnaissent pas dans le tournant de ces dernières années. Il faut qu’ils soient entendus.

Nouvelle réglementation sur les publicités concernant les dispositifs médicaux (décret médiator)

Written by genyseb2 on . Posted in Législation

Les derniers jours de règne d’un gouvernement provoque une hyper activité législative de la part de l’exécutif (quelque soit la coloration politique ! Souvenez vous du remboursement du second appareil auditif en 2002 !).

La loi Médiator ne fait pas exception : un décret stipule que les dispositifs de classe 1 et 2a sont autorisés à réaliser des publicités !

Un décret, paru le 9 mai, limite les possibilités de publicité auprès du public pour les dispositifs médicaux, mais formule des exceptions. Ce texte fait suite à la loi du 29 décembre 2011 relative au renforcement de la sécurité (adoptée suite à l’affaire Mediator). Il sera applicable à compter du 1er janvier 2013. Pour mémoire, les aides auditives sont des DM de classe 2a.

  • Qu’est ce qui est permis ?

- utiliser des stars ou des personnalités pour promouvoir leurs produits : « La publicité ne doit comporter aucun élément qui se référerait à une recommandation de personnes qui, bien que n’étant ni des scientifiques ni des professionnels de santé, peuvent, par leur notoriété, inciter à l’utilisation de dispositifs médicaux, sauf si la publicité concerne un dispositif de classe IIa.

- communiquer sur des offres promotionnelles : « La publicité ne doit comporter aucun élément qui comporterait des offres de primes, objets ou produits quelconques ou d’avantages matériels directs ou indirects de quelque nature que ce soit, sauf si la publicité concerne un dispositif de classe IIa ».

 

  • Qu’est ce qui doit changer ?

Néanmoins, les aides auditives devront respecter de nouvelles règles en matière de communication.

- ne devra pas comporter de mention selon laquelle le dispositif est pris en charge, en tout ou partie, par les régimes obligatoires d’assurance maladie ou par un régime complémentaire
- ne devra pas se référer à une recommandation émanant de scientifiques ou de professionnels de santé
- ne devra pas s’adresser exclusivement ou principalement aux enfants
- ne devra pas assimiler le dispositif médical à un produit de consommation
- ne devra pas présenter de « manière excessive ou trompeuse » l’action du dispositif médical
- ne doit pas insister sur le fait que le dispositif médical a fait l’objet d’une certification

Notons que certaines de ces dernières interdictions ne sont guère précises et peuvent donner lieu à des interprétations différentes : en effet, à partir de quelle limite la présentation de l’efficacité d’un produit est considérée comme « excessive », ou « insiste » sur une certification ? En tout état de cause, ce sera au directeur de l’Agence national de la santé. Celui-ci pourra mettre en demeure la personne « au profit de laquelle la publicité est réalisée » de retirer la publicité jusqu’à sa mise en conformité.

Les commentaires récents

Darron Bassolino

|

What’s upp every one, here every person is sharing suuch knowledge, therefore it’s nice to read this blog,
and I used to visit this website everyday.

explaining hitler

|

Marvelous, what a webpage it is! This web site gives valuable data
to us, keep it up.

Valentin

|

:-) Une très bonne nouvelle tout de même !

Instagram @Audioprothese