Catégorie : Livres

Quelques ouvrages que je trouve très intéressants et qui pourraient s’avérer précieux pour des audios(logistes ?) désireux de cultiver leurs neurones.

Certes, ils sont en anglais, mais écrits de façon très simple et limpide. C’est la force de leurs auteurs, très pointus dans leurs domaines (Valente, Moore et Dillon), mais vraiment « accessibles ». Et on s’aperçoit une fois encore que l’audiologie anglo-saxonne, Amérique, Grande-Bretagne et Australie, nous en met plein la tête !

B.C.J. Moore: An Introduction to the Psychology of Hearing (6th Edition) – 01/2012. Moore en est à la sixième édition de ce livre, et avant de me lancer à l’achat, un petit tour sur Google Books m’a rassuré quant au côté abordable de la chose. « Psychology of Hearing » fait le tour de différentes notions de psychoacoustique, et cette piqûre de rappel de plus de 400 pages (tout n’est pas compréhensible par mon petit cortex…) fait vraiment du bien. Pas à pas, on en arrive à des notions très actuelles et pointues (concept des ERB, intégration cochléaire normale et pathologique du signal, enouveau modèle de progression de sensation sonore à la base de celle utilisée par NAL depuis 2004, phénomènes de masquage, démasquage, localisation spatiale, etc.). Les 160 premières pages sont absolument à connaître pour bien appréhender le fonctionnement des filtres cochléaires, les phénomènes de perte de sélectivité, zone cochléaires déficientes, démasquage, etc.

Ca fait du bien quelques années après la fac !

M. Valente: The Audiology Capstone: Research, Presentation, and Publication – 06/2011. Justement, après la fac: la fac, le retour ! Capstone pourrait se traduire par « mémoire de fin d’études », « publication d’un mémoire recherches ». Il s’agit d’une boîte à outils pour étudiants, de notre équivalent D.E. à +++, et qui doivent se lancer dans la rédaction d’un travail de recherche. Tous les sujets sont abordés, là aussi pas à pas, sur la recherche biblio, la revue de littérature, l’élaboration d’un test, constitution d’un échantillon représentatif et robuste, analyse statistique et graphique, rédaction. Très formaté, très carré, très US quoi… On comprend pourquoi ils publient tant !

H. Dillon: Hearing Aids – 07/2012 .

Hearing Aids

Seconde édition entièrement remaniée de juillet 2012. La première était géniale, la seconde est une encyclopédie ! Par le format (un bon kilo et-demi) et la somme de connaissances… Il ne s’agit pas d’une simple mise à jour: tout a été ré-écrit et des sujets d’actualité sont également traités. On citera une énorme partie sur la mesure in-vivo et tout ce qui concerne l’audiométrie aux inserts, le RECD sous toutes ses coutures et pourquoi cette technique audiométrique est particulièrement utile à l’audioprothésiste. Vaut-il mieux mesurer un REAG ou un REIG (gain d’insertion) ? réponse argumentée, vous saurez enfin (!). Un intéressant chapitre sur la déprivation sensorielle, sur l’appareillage de l’enfant et ses spécificités, sur l’historique et le choix actuel d’une formule de calcul, etc, etc., etc. Et aussi, un impressionnant chapitre sur « La compression » et ses effets/méfaits.

Un incontournable pour tous les audios et les étudiants.

Voilà, après tout ça, on ne pourra plus dire « Je ne savais pas ! »…

Kocmoc

Mars 1873

« Le cornet acoustique« , écrivit Adolphe Ganot dans son Traité élémentaire de physique expérimentale, « sert aux personnes qui ont l’oreille dure. C’est un tube conique, en métal, dont l’une des extrémités, terminée en pavillon, est destinée à recevoir le son, tandis que l’autre extrémité est introduite dans l’oreille. Le pavillon sert ici d’embouchure, c’est-à-dire qu’il reçoit les sons venant de la bouche de la personne qui parle. Ces sons se transmettent par une suite de réflexions dans l’intérieur du cornet, en sorte que des ondes qui eussent pris un grand développement se trouvent concentrées dans l’appareil auditif, et y produisent un effet beaucoup plus sensible que ne l’eussent fait des ondes divergentes. »

Avril 1873

Même par rapport à son aspect coutumier, Edouard Ignatyevitch semblait ce jour-là sombre et soucieux. Depuis le décès de son épouse, trois ans et demi plus tôt, il s’était rabougri, tel un sapin tellement tordu par le vent et courbé par la neige qu’il ne parvient même plus à retrouver sa forme d’antan au cours de brefs étés radieux. Le teint blafard, les yeux rougis, Edouard Ignatyevitch examinait à la lumière quasi-estivale, qui entrait à flots par la fenêtre sud du petit salon, un courrier officiel, à travers la fumée pestilentielle de sa sempiternelle cigarette.

Non sans hésitation, Konstantin se leva du bureau en orientant son cornet acoustique dans la direction de son père.

« Qu’est-ce que c’est Konstantin ? »

La voix de son père lui parut aussi limpide que s’il lui avait parlé au creux de l’oreille.

« Un… cornet acoustique, père.

– Un « cornet acoustique » répéta ce dernier, d’une voix blanche.

-Oui, père. »

Constantin Tsiolkovsky est né en 1857. Une scarlatine dans l’enfance le laissera sourd. Publié en 1903, son livre « L’exploration de l’espace cosmique par des engins à réaction » et les suivants, seront à la base de l’exploration spatiale russe et de l’aventure des pionniers du Cosmos (Kocmoc) dans les années 50.

Un beau roman de Tom Bullough, Mécaniques du ciel raconte sa vie et les débuts de la conquête spatiale qu’il n’aura pas pu voir.

Devinette: le « Konstantin Tsiolkovsky » apparaît dans une saga de bande dessinée très célèbre. Laquelle ? (Y’a pas que l’audio dans la vie !).

Bienvenu

Bienvenu chez Blog-Audioprothesiste.fr !

Qui Sommes nous ?

Contactez nous !

Je contacte Sébastien
Je contacte Xavier
Je contacte Jean Michel