Catégorie : OTICON

Découvrez Oticon Ria, la nouvelle famille d’aides auditives, qui redéfinit le segment entrée de gamme grâce à une qualité sonore remarquable, et des fonctions de personnalisation jusqu’ici non disponibles dans ce segment.

RIA BLOG AUDIOPROTHESISTE

La nouvelle famille d’aides auditives Oticon Ria redéfinit ce que les patients peuvent attendre d’appareils entrée de gamme. Oticon Ria Pro et Oticon Ria viennent compléter la gamme Performance qui propose déjà des solutions Premium avec Oticon Alta, et des solutions Avancées avec Oticon Nera. Les trois familles sont bâties sur la puissante plateforme de traitement Inium et offrent ainsi les meilleures caractéristiques technologiques et audiologiques dans leur segment respectif.

« Oticon Ria ajoute de nouvelles fonctions audiologiques exclusives au segment entrée de gamme » indique Christophe Aubert, Directeur Oticon France. « Alta et Nera ont relevé le niveau des attentes des patients en matière de performances, de personnalisations et de qualité sonore, et à présent, Ria confère ces « must have » dans ce segment « Essentiel » du marché. »

Pour une meilleure compréhension de la parole

Disponible pour la première fois dans ce segment entrée de gamme, la Synchronisation Binaurale garantit que deux aides auditives Ria Pro fonctionnent ensemble pour permettre aux patients de participer plus facilement aux conversations. Associée à des micros directionnels, la Synchronisation Binaurale confère une image sonore plus équilibrée permettant aux patients de comprendre plus facilement la personne avec qui ils parlent, tout spécialement dans les situations d’écoute difficiles.

La directivité Free Focus Essentiel est également proposée dans Oticon Ria afin que les patients se concentrent davantage sur les sons qu’ils doivent entendre, et ce, même dans les environnements sonores plus complexes.

Le profil par défaut de YouMatic Essentiel comprend 3 positions de personnalisation qui permettent d’ajuster les paramètres automatiques de base. Ainsi, les audioprothésistes peuvent ajuster la programmation des appareils en prenant en compte les préférences sonores de vos clients, afin de personnaliser au mieux les aides auditives. L’avantage est que les clients obtiennent une solution auditive personnalisée et bénéficient d’une expérience auditive plus confortable et plus satisfaisante.

RIA oticon bte intra

Réduire le Larsen pour optimiser l’audibilité

Oticon Ria délivre une qualité sonore remarquable, avec un signal clair et non déformé, affichant ainsi des performances inégalées à ce niveau de gamme « Essentiel ». Ce sont les fonctions et le traitement de la puissante plateforme Inium qui rendent cela possible. Le feedback shield d’Inium et le processeur Quad Core Inium maintiennent la netteté du signal sonore et réduisent considérablement les sifflements. Le feedback shield d’Inium réduit efficacement le Larsen tout en préservant les détails les plus fins des sons. Oticon Ria offre ainsi une qualité sonore remarquable avec moins d’artéfacts, ce qui permet à vos clients de se concentrer sur les sons du monde réel. Vos clients sont donc en mesure d’entendre plus clairement, sans effort, et ce même dans les environnements difficiles.

Une connectivité sans limite…

Avec le développement rapide des technologies de communication et de divertissement, l’importance de la connectivité ne cesse d’augmenter chaque jour. Notre système ConnectLine est la solution qui offre le plus d’opportunités de connectivité réunies en un seul système intégré.

Fonctionnant en toute transparence avec les 3 familles – Alta, Nera et Ria – ConnectLine permet à vos clients de communiquer avec leur téléphone portable ou fixe, d’écouter de la musique, de regarder la télévision, de profiter des systèmes à boucle magnétique, de la FM et bien plus encore. Ils peuvent également bénéficier d’une communication en face à face dans les situations sonores délicates. ConnectLine offre un maximum de possibilités de connexion au travers d’un seul dispositif simple à utiliser : le Streamer Pro.

Des styles pour répondre aux besoins de chacun

Robustes et fiables, les solutions auditives Oticon Ria sont certifiées IP 57. Ainsi, les styles mini RITE, RITE, mini BTE et BTE possèdent une conception unique et intelligente qui les protège de l’eau, de la poussière et des débris les plus petits.

Ceci n’est pas un publi-communiqué, mais blog-audioprothesiste ne pouvait pas passer à coté de la sortie de SONALTOA (ok, elle est super nulle celle-là !). Nous ne pouvions pas passer à côté de la magnifique prestation de C. AUBERT et E. BOUGEROLLES… qui ont quand même l’air de souffrir un tout petit peu (j’espère qu’ils me pardonneront :-)). En tout cas, bravo à l’équipe #OTICON pour leur dynamisme, leur goût du risque 🙂 et pour ALTOA, dont le concept « holistique » semble plein de promesses !

Le site #OTICON a, pour l’occasion, fait peau neuve au niveau de la zone professionnelle ; plusieurs copies d’écran du logiciel de réglages m’ont mis l’eau à la bouche… en particulier  la partie réglage du « profil auditif » qui semble très ergonomique !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une copie d’écran, qui réveillerait une armée de geek mort 🙂

 

PS : La brochure ALTOA à destination des audioprothésistes : http://bit.ly/SeFwSq

PS2 : Mille excuses à l’équipe OTICON pour l’erreur sur le nom de leur produit !

 

 

 

OTICON a lancé un nouveau concept d’approche du malentendant souhaitant porter des aides auditives : l’instant critique ! Une méthode pour bien comprendre les besoins de votre interlocuteur malentendant !

Quelques extraits choisis :
Comment créer l’envie ? Créer l’envie consiste à recueillir les meilleurs techniques pour aider le client qui souhaite agir contre sa perte auditive à se préparer pour optimiser la réussite de sa première adaptation. Mais souhaiter s’appareiller ne veut pas dire que l’on est prêt !
Mieux vous comprendrez dans quel état d’esprit est votre client, plus vous détecterez quel est son comportement face à sa difficulté auditive, et plus vous personnaliserez vos conseils et votre approche pour lui donner confiance et l’aider à franchir ce pas décisif.
4 types de comportements, combinables avec différents facteurs de motivation et/ou de préoccupations émergent de cette étude très complète :

  • Comportement VOLONTAIRE
  • Comportement de NORMALISATION
  • Comportement MEFIANT
  • Comportement CONTRADICTOIRE

 

Découvrez, en 8 minutes dans cette vidéo, comment les détecter, et comment vous adapter pour chacun d’entre eux. Et souvenez vous, ce n’est que lorsque l’adaptation réussit, que la motivation de votre client restera intacte et qu’il sera satisfait…

Pour compléter cette vidéo, vous trouverez sur le site www.linstant-decisif.fr un dossier très complet sur les conseils d’acceptation de vos futurs clients, en perspective avec cette étude.

 

Help !

Je ne taris pas d’éloge pour le logiciel d’OTICON dénommé très intelligemment GENIE ! (hum, hum…). Hélas, j’ai relevé un petit bug (de rien du tout, à moins que je n’ai pas tout bien compris depuis le début ;-))… En effet, le fait de mesure le REUG du client produit une courbe RECD… Exemple :

Vous remarquerez que la première étape se déroule correctement puisque que les données mesurées sont importés directement via le module de mesure REM. Etrangement, la mesure RECD apparaît alors qu’aucune mesure aux inserts n’a été effectuée…

De plus, l’encoche qui apparaît est signe d’un problème d’insertion des inserts (manque de profondeur dans l’insertion de la sonde)… glups.

Help, quelqu’un a-t-il compris pourquoi (est il si méchant ;-)) ? Alors vrai bug ou mauvaise compréhension de la mesure ?

Ah oui, j’utilise AURICAL+, merci d’avance

C’est l’histoire d’un « serpent de mer » de l’audioprothèse : les fabricants utilisent-ils les seuils subjectifs d’inconfort que nous prenons la peine de mesurer ?

Et je pense que beaucoup de monde a fait la même chose : saisir un audiogramme tonal à 60dB HL plat à droite, sans inconfort, et le même à gauche avec un SSI (Seuil Subjectif d’Inconfort) à 90dB HL sur toutes les fréquences. On rentre dans un logiciel d’adaptation, on choisi le même appareil des deux côtés, et on regarde ce qui se passe avec la formule par défaut du fabricant…

Et là, trois possibilités :

  • Aucune différence de réglages entre les deux oreilles (assez courant)
  • Aucune différence dans le réglage des compressions MAIS le niveau de sortie maximum, si le réglage existe, est corrélé au SSI (a tendance à se développer)
  • L’oreille présentant la dynamique réduite a des réglages adaptés en compression et niveau maximum de sortie (assez rare par défaut)

Donc on peut en déduire que majoritairement, les fabricants n’utilisent pas les seuils d’inconfort mesurés par les audioprothésistes, en tout cas pour leur calcul des compressions et autres points d’enclenchements.

Ce n’est pas tout à fait surprenant car la formule de calcul utilisée est souvent NAL-NL1 ou une adaptation « maison » de NAL-NL1. Or la formule australienne utilise un seuil d’inconfort statistique. Un peu vexant pour les audios qui pratiquent la mesure du SSI !

L’apparition de systèmes de gestion des bruits impulsionnels en entrée a modifié un peu cette approche puisque certains fabricants proposant ces systèmes proposent des « mix » entre un calcul des compressions basé sur la dynamique statistique et un MPO ou « pseudo-écrêtage » basé sur le SSI. C’est mieux, mais on ne nous laisse pas encore toutes les clés de la maison…

Par contre, il est toujours possible d’utiliser des formules de calcul intégrant le SSI mesuré dans le calcul des compression et MPO, c’est le cas de DSL I/O par exemple, souvent proposée par défaut lors des appareillages pédiatriques, bien qu’il ne soit pas évident d’obtenir un SSI avant 10ans.

Il faut reconnaître aussi que la mesure d’un seuil d’inconfort est très subjective (c’est le cas de le dire) : elle dépend presque autant du patient, de sa peur ou au contraire de sa bravoure (!), que du testeur et de sa limite posée (douleur ? limite du supportable ? réflexe cochléo-palpébral ?…). Pour ma part, après une consigne assez sommaire type « limite du supportable », je trouve que l’observation du visage est assez précise, et un re-test quelques années après donne souvent des résultats assez proches. Le seuil d’inconfort n’évoluerait donc pas trop avec le temps, ce qui n’est pas le cas du seuil de confort (que je ne mesure pas) mais qui semble évoluer à mesure que les patients nous demandent plus de gain « pour les voix », donc à niveau « moyen ». Ce fameux passage de courbes de transfert « concaves » à « convexes » qui rendait difficile il y a quelques années un renouvellement du Siemens Prisma 4D (courbes de transfert « convexes » à l’époque), et qui fait que les Widex sont très confortables au début (courbes de tranfert très « concaves ») mais un peu « mous » après quelques semaines (il faut redonner du gain à niveau moyen).

Mais le « grand maître » du seuil d’inconfort statistique est toujours sur son trône depuis les années 80 : c’est PASCOE la plupart du temps qui décide du seuil d’inconfort de votre patient. Ses recherches ont donné en 1988 des abaques de corrélation entre seuil d’audition et seuil d’inconfort par mesures de progression de la sensation sonore (tests LGOB). Et depuis, beaucoup de fabricants utilisent ces tables si vous ne rentrez pas de seuil d’inconfort, et même si vous en rentrez un d’ailleurs (pour certains) !!

Des études plus récentes ont affiné ce « seuil d’inconfort statistique » de Pascoe, et je suis surpris du « nuage statistique » dans lequel on fait passer ces droites de régression qui serviront de base à ces inconforts statistiques…

Et ces fameux « nuages statistiques », nous les voyons tous les jours : les patients sans aucun inconfort, ceux aux aigus insupportables, aux graves très gênants (ça arrive), etc… et pour des seuils HL finalement pas si éloignés. Alors au final, c’est vrai, il doit bien exister une « droite » qui passe par le centre de gravité de tous ces cas particuliers. Et ce que cherchent les fabricants qui utilisent ces statistiques n’est peut-être pas dénué de fondement : il vaut mieux une statistique 70% du temps juste plutôt qu’un inconfort 70% du temps mal mesuré (= aide auditive 100% mal réglée pour son porteur !).

Et si même, ne seraient-ce que 90% de nos évaluations du SSI étaient assez bonnes (pas moins bonnes que celles de Mr Pascoe en tout cas), je crois que de toutes façons nous n’avons rien à perdre à « individualiser » l’adaptation.

Vous trouverez en téchargement ici une étude sur l’utilisation des seuils d’inconforts saisis pour différents logiciels de réglages. Plusieurs choses ont été analysées: si un seuil d’inconfort est trouvé par le logiciel, l’utilise t-il pour le calcul des compressions ? juste pour le calcul du MPO/PC/SSPL90 ? pas du tout ? quelques surprises…

Article et étude rédigés conjointement par Thibaut DUVAL (pour l’étude des logiciels et tableau), Sébastien GENY et Xavier DELERCE.

Les fabricants d’aides auditives mettent sur le marché de plus en plus d’interfaces de réception Bluetooth entre leurs aides auditives compatibles et les divers systèmes audio-vidéo domestiques. C’est notamment le cas de Phonak (iCom et accessoires) et Siemens (TEK et accessoires).

Il m’a semblé intéressant de parler du système ConnectLine de Oticon, et plus particulièrement du système ConnectLine Téléphone.

ConnectLine téléphone
ConnectLine Téléphone

En effet à ma connaissance, il s’agit du seul système compatible avec tous les téléphones fixes (à fil ou sans fil). Le système Siemens exige un téléphone fixe compatible Bluetooth, ce qui ne court pas encore les rues… Le système ConnectLine Oticon se branche sur les prises téléphone et secteur, puis on branche le téléphone sur le boîtier ConnectLine, et ce, quel que soit le téléphone. Tous les appels seront transmis en Bluetooth vers la télécommande Streamer qui transmet aux appareils (Epoq).

Entendre son portable en Bluetooth dans ses aides auditives, c’était déjà bien, mais entendre son fixe, c’est encore mieux !

Cerise sur le gâteau, et c’est un scoop du blog : le ConnectLine Téléphone est aussi compatible avec le récepteur iCom de Phonak !!! Ca, ce n’était sûrement pas prévu par les ingénieurs Oticon ! J’ai testé personnellement et c’est fonctionnel après appairage classique (merci à AD pour son info).

Ce n’est pas cher, c’est ultra-simple à mettre en marche, c’est multi-marque  😉  : bref, un super système qui a tout pour devenir universel !

XD.

Bienvenu

Bienvenu chez Blog-Audioprothesiste.fr !

Qui Sommes nous ?

Contactez nous !

Je contacte Sébastien
Je contacte Xavier
Je contacte Jean Michel