You have activated a Bronze+ WP Symposium feature, but you have not entered your Activation Code. Get one on the Membership page on the WP Symposium website.

WYSIWYG, enfin !!

Written by xavdelerce on . Posted in mesure in vivo, STARKEY

WYSIWYG est l’acronyme de « What You See Is What You Get » ce qui donne à peu près « Ce que vous voyez (à l’écran) est ce que vous obtenez (en réalité) ».

Ce terme s’appliquait en informatique des années 80/90 sur les « ordinausores », quand un logiciel (Word par exemple) n’affichait pas à l’écran (un vilain mode texte) ce qui sortirait à l’impression.

On peut considérer que (sans forcément le savoir) l’audio a travaillé longtemps comme ça… En effet, ce qu’affichent les logiciels est rarement ce qui va se passer réellement en dB SPL au tympan, d’où des séances de réglages, des fois interminables, quand on était tombé sur un « os » acoustique !

Solution pour échapper à ce problème: faire de la mesure in-vivo, condition nécessaire mais pas suffisante, car on ne connait toujours pas le seuil du patient en dB SPL au tympan. Pour ce dernier point, deux matériels sur le marché français: Aurical (REDD par insert) et Fonix (REDD par le casque). Le cas échéant, mesure de l’audition aux inserts EAR et ajout du RECD. Tout ça est certes chronophage, mais on perd/prend du temps une fois, et on en gagne tout le temps ensuite !

De leur côté, les fabricants ont essayé d’affiner dans leurs labos les niveaux de sortie au tympan, mis en corrélation les audiométries par les apareils et les niveaux résultants au tympan, bref, l’écart entre le niveau affiché par le logiciel et le niveau réel atteint dans le conduit s’est minimisé, les séances de réglages ont atteint plus vite leur but.

Parade ultime: le RECD (Starkey puis Widex) et enfin la mesure in-vivo du niveau de sortie (REAR) par l’appareil (Starkey). On allait vraiment savoir ce qui se passait au tympan, les courbes affichées par le logiciel seraient vraiment représentatives de la réalité.

Un gadget ?

Vite fait, je vous propose une copie d’écran d’une mesure in-vivo faite avec un intra Starkey S-Série iQ. Comme vous le savez peut-être, cet appareil intègre la mesure in-vivo directe en connectant la sonde de mesure sur le micro de l’appareil.

Les seuils du patient (seuil et UCL) ont été mesurés aux inserts, les cibles DSL 5a de l’Affinity sont en conséquence; également, le logiciel Inspire est configuré en DSL 5, sur des seuils obtenus aux inserts, affichage en signal vocal:

On le voit, la mesure in-vivo par les aides auditives donne quasi-exactement les bons niveaux in-vivo à quelques dB près, rendant presque inutile la mesure in-vivo « standard », le tout en 2 minutes chrono. Donc:

  • la mesure in-vivo par les appareils n’est pas un gadget
  • et ça marche…

Donc là, vraiment aucune raison de ne pas faire très vite du travail précis.

Starkey: « T2 on demand »

Written by xavdelerce on . Posted in STARKEY

Je découvre une fonctionnalité apparue sur les aides auditives Série S de Starkey et qui se poursuit sur la nouvelle gamme IQ : T2 on demand (T2 à la demande in french !).

Ce principe n’est pas nouveau et avait déjà été expérimenté par Philips (décidemment ils avaient tout inventé avant les autres chez Philips !), il s’agit de la programmation de l’aide auditive par téléphone.

L’activation de la fonction « T2 on demand » est nécessaire dans le logiciel :

Activation de la fonction "T2 on demand"

Ensuite, le patient et l’audio doivent avoir des téléphones DTMF (qui font des bips de tonalités différentes quand on appuie sur les touches).

L’audio saisit un code d’activation du système (par défaut, #99, mais il est recommandé de le changer), puis la patient colle son aide auditive au téléphone (ça tombe bien, un Starkey ça ne larsenne pas !!) et enfin la saisie par l’audio de différents codes permet d’ajuster « grossièrement » les réglages (+/-2dB, moins de MPO, etc…) :

Les codes téléphone "T2 on demand"

Ensuite, envoyer les changements (#01), programmer (#09)… et c’est fait !

Là, je vous entends déjà grogner…

Analysons cette fonction à sa juste valeur et sa juste utilité :

Est-ce une séance d’adaptation = non !

Est-ce précis = non !

Cela ouvre t-il la porte à des dérives du type « je l’achète sur internet et je le fais régler par téléphone » = non, bien sûr ! (et en plus vous avez un code d’activation)

Imaginons que vous avez fait un réglage type augmentation de gain et 3 jours après votre patient vous téléphone (avec son téléphone DTMF !) pour vous dire que c’est insupportable… Et bien j’ai dû voir midi à ma porte, car le département des Landes est le plus grand de France, et il n’est pas rare du tout que les gens fassent plus de 40kms (aller) pour venir en rendez-vous.

Alors, pourquoi-pas ?

Les commentaires récents

xavdelerce

|

Bonjour madame,

Je farfouillais dans les entrailles du blog pour les MAJ et je vois votre commentaire… dans les indésirables ! Juré, ce n’est pas moi ou Sébastien GENY, c’est le moteur Askimet (trie les indésirables).
Donc votre commentaire n’est pas indésirable, bien que le blog ne soit pas un espace pour ce genre de commentaires de malentendants, mais plutôt tourné vers les professionnels. Vous l’aurez compris, notre démarche à travers ce blog est d’élever, dans la mesure de nos petits moyens intellectuels, l’intérêt de nos confrères pour des sujets que nous jugeons importants pour l’audioprothésiste et donc en retour, pour son patient.
Son PATIENT, oui, ce nom n’est pas choisi au hasard. Vous êtes certes un consommateur (puisque nous sommes des commerçants..), mais nous sommes également des paramédicaux avec nos obligations. Autant je ne supporte pas en tant que professionnel d’avoir à fournir un devis sur un coin de bureau quand un malentendant me tend l’audiométrie de l’ORL en me demandant « Combien ? », autant, comme vous le décrivez, un devis ne doit pas se faire à la légère.
Pour faire simple, l’audioprothésiste se doit de faire des tests COMPLEMENTAIRES à ceux de l’ORL (ne s’y substituent pas, mais les enrichissent): tests vocaux différents des FOURNIER disyllabiques, recherche d’inconfort vocal et tonal, mesure audiométrique largement préférable aux inserts (et pas au casque), REUR, RECD, empreintes (ne serait-ce que pour avoir l’orientation des CAE et la faisabilité de tel ou tel couplage auriculaire). Et avant tout, une anamnèse sérieuse: qui êtes-vous ? que recherchez-vous ? que pouvez-vous/voulez-vous financièrement (n’oubliez pas que ce choix vous appartient) ? Quels sont vos possibilités de prise en charge (vous êtes en activité, vous avez peut être droit à l’AGEFIPH) ? L’état/la taille de vos CAE permet-il toutes les formes d’appareillage ? etc. etc.
Vous n’avez manifestement pas eu ces services que vous étiez en droit d’attendre, je le déplore. Faites jouer la concurrence.
Mais ne pensez pas non plus l’appareillage en tant que « consommateur »: ce n’est pas un produit « à emporter ». Les termes de « refaire à l’identique », « refaire une empreinte sur un scan existant », « faire un devis d’après l’audiométrie de l’ORL », non, ces demandes ne sont et ne seront pas acceptables par un audioprothésiste qui se respecte ! Le tout au bas mot pour un bilan pré-prothétique de 1 heure minimum…

sab

|

bonjour,
j’ai 43 ans, suis appareillée depuis l’âge de 3 ans…
je suis professionnel de santé et je travaille dans mon cabinet médical +domicile.
je suis actuellement appareillée du côté droit pour convenance personnelle. Ayant besoin d’un deuxième appareil identique au premier pour m’en servir « d’appareil de secours » si le premier tombe en panne, je suis allée voir plusieurs audiopr afin de leur demander des devis. je suis rentrée chez moi bredouille. Aucun devis ne m’a été proposé. ce que l’on m’a proposé :
-une autre marque
-un café
-une empreinte dont je n’ai pas besoin car avec le numéro de série de mon appareil elle est reproduite en 3D par le fabriquant
-un audiogramme car soi-disant le prix varie en fonction de la surdité (ah bon????) que j’ai refusé aussi car je demande le « duplicata de mon premier appareil acquis en sept 2012. Pas besoin d’audiogramme pour en savoir le prix.
Au vu de ces sympathiques rdv qui m’ont fait perdre du temps, je me suis dépêchée de téléphoner au fabriquant, lui expliquant que je ne parvenais pas à obtenir un devis .
L’audio de la marque m’explique ce que je sais : les audiop ont une obligation légale de fournir des devis avant de vendre un appareil. Et qu’il peut me refaire le mien à l’identique, avec le numéro de série et le lieu d’achat du premier exemplaire.
je considère que les malentendants sont pris rééllement pour des imbéciles par ces vendeurs. Car à mon avis ils ne sont plus audioprothésistes mais vendeurs. Les deux que j’ai vus étaient littéralement nuls. Je retourne chez le premier qui m’a vendu le premier appareil . Il était tellement vexé que j’aie pu tel au fabriquant qui lui a demandé pourquoi il ne faisait pas de devis que j’ai obtenu un appareil à 1000 euros, deux fois et demi moins cher que mon premier achat où j’avais considéré être volée.
J’espère que ce commentaire ne sera pas effacé car manifestement lorsqu’un sourd est un peu habile, il est effacé car « gênant ».
je reçois des sourds dans mon cabinet et je vois leur fragilité et leur dépendance face à ces prothèses. Il est vite fait de leur faire avaler n’importe quoi quant à l’achat. Pour les personnes âgées, c’est le même problème, la plupart ont des prothèses très mal adaptées qui finissent dans des tiroirs… avec des audioprothésistes impossibles à joindre dès que l’achat est fait , barrière de secrétariat intéressante dans ce cas….

Hugo

|

Effectivement plus aucun domaine (comme les opticiens ou les audioprothésistes) ne peuvent compter sans internet.
Mais par contre même si le e-commerce présente beaucoup d’avantages, pour les appareils auditifs rien ne vos les conseils en directe de votre audioprothésiste.
Un article très intéressant néanmoins.

Instagram @Audioprothese