Catégorie : Le microphone directionnel

*FBR = « Front to Back Ratio », que l’on pourrait traduire par « différence de captation entre l’avant et l’arrière »

Une (très) grande part des aides auditives adaptées aujourd’hui sont mutidirectionnelles, c’est à dire pourvues de deux micros (au moins) et donc capables de capter préférentiellement devant l’auditeur ou bien dans toute autre axe déterminé par l’algorithme ou l’utilisateur.

Ca, c’est dans la théorie, c’est à dire le jour de l’adaptation (et encore…) de ce petit bijou de technologie, voire les quelques semaines ou quelques mois qui suivent. Mais après des dizaines de manipulations, « pollenisation », « dépoussiérisation », averses, transpiration, etc… qui pourrait dire si la minuscule grille qui le recouvre, ou le micro lui-même n’est pas bouché ? Et si rien n’est apparent, est-il efficace ce micro arrière (car c’est souvent lui le fautif)?

Très peu de logiciels fabricants sont capables de vous dire aujourd’hui si tout est OK de ce côté sans retour au SAV. Et côté patient, on pourrait bien avoir un « Il me semble que j’entendais mieux au début… », toujours délicat à interpréter.

Le prix élevé de certaines aides auditives repose pourtant en grande partie sur ce dispositif directionnel et il serait dommage de ne pas le voir fonctionner correctement, car toute cette technologie serait caduque. Après un an sans entretien, il est quasiment certain que le micro arrière sera atténué, voire bouché. Quelques appareils compensent cette perte de sensibilité, mais jusqu’à un certain point.

Certaines chaînes de mesure proposent aujourd’hui des tests de « directionnalité » afin de tester ce fameux FBR.

  • Il suffit de placer l’aide auditive en mode directionnel.
  • Le stimulus choisi est émis vers l’avant, puis vers l’arrière
  • Une courbe de directionnalité est mesurée. Dans le cas ci-dessous, l’appareil capte 10dB de plus environ vers l’avant que vers l’arrière.
Mesure de directionnalité microphonique

Evidemment, ce n’est pas un super diagramme polaire, mais serait-ce bien utile ? Chrono en main, ce test prend 10 secondes, pourquoi s’en priver ?

Pour aller plus loin sur le sujet, je vous propose en téléchargement la conférence de Jean-Baptiste DELANDE sur le sujet, lors de l’EPU 2009.

Il est utile aujourd’hui de tester la performance des aides auditives possédant plusieurs microphones. Aujourd’hui près de 30 % des aides auditives vendues possèdent plus d’un microphone ! Il est simple de déterminer si les microphones sont compensés ou pas.

Pour ce faire placer le patient à 0° de l’enceinte de votre champs libre, mesurer et enregistrer la réponse in situ appareillée (REAR)en mode omnidirectionnel avec un niveau d’entrée de 65 dB SPL. Puis sans modifier les réglages passer en mode directionnel. Si au même niveau de stimulation les REAR sont superposables alors l’aide auditive dispose d’un microphone à compensation des basses fréquences.

Dans le cas de surdités supérieures à 40 dB HL dans les graves, le manque de compensation peut provoquer une baisse de l’audibilité. A vérifier absolument pour les surdités de type II et plus !

Dans le cas d’un appareil à microphone directionnel non compensé, il semble bon pour les surdités importantes de créer un deuxième programme avec un réglage améliorant le manque de basses fréquences.