Catégorie : Revue de presse

(1) « Le Professeur Jean-Claude LAFON nous a quittés le samedi 14 novembre au matin, au terme d’une longue et cruelle maladie, à laquelle il a fait face avec lucidité, courage et détermination jusqu’à ses dernières heures.

Professeur émérite de l’Université de Franche-Comté, il avait enseigné l’oto-rhino-laryngologie et la phoniatrie.

Avec son Maître, Pierre Mounier-Kuhn, il avait créé, en 1958 à Lyon, une nouvelle spécialité, pluridisciplinaire,  l’audiophonologie. Il en fut, disait le doyen Mandrin en ouvrant en 1969 à Besançon le Colloque International, la « Surdité du premier âge » : « la cheville ouvrière, la cheville dynamique, qui a entraîné l’audiophonologie dans les voies d’avant-garde où elle se trouve » et de poursuivre : « Je tiens à saluer les mérites particuliers de cet homme, à saluer son courage, son dynamisme et également cette part de lui-même qui fait qu’en aucune façon il n’est orthodoxe et que, de toute façon, il reste un pionnier« .

Continue reading

Bonjour à tous, un post de début d’année pour vous faire découvrir ou re-découvrir l’excellent article de Luis GODHINO (non, le canon de son Python 357 n’est pas braqué sur ma tempe) qui dans un article paru en Septembre 2015 nous avise du modèle optimal de prise en charge des prothèses auditives. Le document est riche de données sur les remboursements d’appareils auditifs partout en Europe, du nombre d’appareillés par pays, de la prévalence de la surdité selon les nations.

Ce travail a le mérite de positionner la France en terme de satisfaction, de remboursement et de mode de distribution. A lire !

http://bit.ly/tribunelibreluisgodhinounsaf

Un court billet pour vous parler rapidement de lectures qui peuvent sembler ne pas avoir de rapports mais qui se rejoignent sur un point : la fonction centrale de l’audition, le cerveau et ses capacités d’apprentissage; et indirectement, les conséquences de la privation sensorielle.

Jean-Yves MICHEL vous fait découvrir depuis plusieurs mois les tests de LAFON, dont certains ont la particularité de tester les fonctions auditives largement au-delà de la cochlée. Je pense que ces deux lectures peuvent nous faire prendre conscience de notre rôle d’audioprothésiste va beaucoup plus loin que le simple fait d’appareiller.

 

  1. Vous avez peut-être dû entendre parler, de congrès en EPU, d’études récentes prouvant que l’appareillage auditif aurait une influence sur le déclin cognitif. Vous avez alors peut-être entendu prononcer, entre autres, le nom de « Lin » dont les études récentes établissent le lien entre baisse d’audition et déclin cognitif. J’ai été amené à lire, sur un conseil de l’UNSAF, la récente thèse de Séverine LEUSIE : « Privation sensorielle auditive et réhabilitation chez le sujet âgé : conséquences sur le fonctionnement cognitif ». Vous pouvez la consulter et la télécharger (50Mo…) directement à cette adresse. Elle y expose notamment une méthode d’acoumétrie (audiométrie à voix nue) et décrit les effets d’une prise en charge tardive de la surdité, son coût pour la société. C’est un très beau travail. Si vous n’avez pas le courage d’en lire les 300 pages, ce que je peux comprendre, j’en ai fait une synthèse de quelques points pour le syndicat, et je trouve important d’en faire part à notre profession.
  2. Chaque année, la revue Ear&Hearing attribue le prix du meilleur article dans le domaine… de l’audition (vous l’auriez deviné !). Cette année, il s’agit de l’article « Benefits of Phoneme Discrimination Training in a Randomized Controlled Trial of 50- to 74-Year-Olds With Mild Hearing Loss ». Vous pouvez le télécharger ici. Les sujets testés ici présentent une baisse d’audition et ne sont pas appareillés. Les chercheurs ont voulu savoir s’il était possible d’améliorer leur discrimination phonétique par un entraînement cognitif (concentration, mémorisation, etc.) et auditif. Je vous résume grossièrement le travail, mais il a été mis en évidence chez un certain nombre de sujets que l’entraînement améliorait la discrimination, mais plus surprenant, que l’entraînement cognitif semblait encore plus efficace que l’auditif…
  3. Enfin, je vous renvoie vers le blog STARKEY qui régulièrement met en lumière quelques articles marquant. Le dernier post aborde la relation entre audition, appareillage et déclin cognitif.

Voilà donc des lectures qui mènent à penser que notre rôle dépasse largement celui que l’on imagine.

  • Le « simple » fait d’appareiller, et d’appareiller tôt, va avoir des conséquences sur la vie du patient. A court terme (quelques mois) mais aussi à beaucoup plus long terme. Les pouvoirs publics doivent en être conscients. L’appareillage auditif a peut être un coût s’il est correctement fait, mais il sera certainement à l’origine d’économies en santé pour la société.
  • La prise en charge de la surdité peut s’assimiler à une rééducation fonctionnelle. L’appareillage est un point de départ, et la part la plus importante du travail va se faire dans les semaines, voire les mois qui suivent. Seul ? Séverine LEUSIE insiste beaucoup sur une prise en charge pluri-disciplinaire et ses effets très positifs.
  • Dernier point en forme de clin d’œil : ne déduisez rien d’une audiométrie vocale post prothétique avant au moins 4 semaines d’appareillage !

 

Le phénomène « infographie » date du début du web 2.0. Partout sur la planète, des designers ont essayé, au travers des dernières tendances graphiques, de faire passer des messages en mettant en avant les idées et les chiffres clefs d’un événement, d’un secteur d’activité et/ou d’une nouvelle tendance !

Depuis peu, on peut trouver sur le web des infographies de belles factures au sujet de l’audioprothése et de l’audiologie.

On ouvre le bal avec la magnifique infographie de la semaine du son réalisée par @leelydessin. Très didactique, cette infographie permet de bien comprendre les enjeux/risques du port prolongé des écouteurs MP3. On retrouve sur cette infographie l’avatar de l’incontournable Jean Louis Horvilleur, l’audioprothésiste guitariste au manette du mouvement « les oreilles » qui clame haut et fort que le son, c’est bon… mais qu’il faut savoir se protéger, avec des règles de bases, à la portée de tous ! Il s’exprime surtout auprès de la communauté des musiciens.

semaine du son

 

Amplifon aux états unis s’est également lancé dans l’aventure  en proposant une infographie de toute beauté dédiée aux acouphènes

acouphène audition geny blog audioprothesiste

 

Pour le lancement de Linx, GN Hearing propose des infographies assez généralistes sur la malaudition aux US (on attend des infographistes pour produire l’équivalent Français :-))

population de malentendants aux US

 

 

 

 

 

 

 

 

 

GN Resound Infographic_Rd11_02

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

nombre de malentendants dans le monde

 

 

Qui n’a jamais compulsé ces pages de savoir absolu sur l’audition ? Hein qui ? Déjà, jeune étudiant, je parcourais les articles écris par les plus grands et qui détricotaient les mystères de la communication : de la production vocale à sa réception, jusqu’à la conscientisation du signal sonore ! J’en ai copié collé des bouts de phrases savantes…

Bref, grâce au site du CNA, vous pouvez retrouver les anciens OPUS. les premiers téléchargeables datent de 2003 ! le lien direct c’est ici : http://bit.ly/1kXxGeE

college_nationale_d'audioprothèse_blog_audioprothésiste

Ils ont même pensé à indexer articles et auteurs dans un moteur de recherche 😎 Bravo !

moteur de recherche cahier de l'audition !

Le Rock’R, c’est le nom de ce dispositif permettant de transmettre un message sonore par vibration:

 

 

Et ses concepteurs cherchent de généreux donateurs pour la version 2.

Au-delà de l’objet, ce qui ne manquera pas d’étonner les audioprothésistes, c’est le retour de la conduction « vibratoire », voire « osseuse ». Alors que cette technique est tombée en désuétude dans notre spécialité (malgré un retour très intéressant de Bruckhoff), ce procédé de transmission semble bénéficier d’un avenir radieux.

Radieux ? Oui, et vous risquez bien porter un jour un dispositif à conduction osseuse…

Pour vous en convaincre. Il s’agit de ça.

Merci à Cécile GOBLET pour ses infos sur le Rock’R, ça tombait à pic avec les Google Glasses.

Deux sujets, qui n’ont rien à voir, mais révélateurs du grand écart de notre profession entre le médical, le para-médical, le diagnostique, le commercial, la clientèle, la patientèle, etc.

  • Pour relayer un tweet de Sébastien au sujet d’un communiqué de l’académie de médecine:

http://www.cis.gouv.fr/spip.php?article5808

C’est bien… très bien que l’académie de médecine se préoccupe de nous autant que cela. En tout cas, il est toujours agréable (à moi) de lire ce genre de lignes, comme une bouée, une balise à laquelle on se raccroche. Ca soulage les (bonnes) consciences en quelque sorte.

Mais d’un autre côté, nous sommes (malheureusement ?) des commerçants, enregistrés en tant que tels, et je n’ai jamais entendu des représentants de la profession militer en faveur d’un passage à une profession para-médicale. Même, c’est pour dire, la publicité est autorisée, et ce principe a été défendu il y a quelques années au ministère de la santé dirigé à l’époque par X. BERTRAND. Dont acte…Donc aujourd’hui, communiquer sur les malheureuses dérives commerciales, voire commerçantes, de notre profession, c’est un peu vain: le principe de la publicité a été défendu… et autorisé. On peut le regretter, mais c’est fait. Comment dès lors en accepter le principe mais n’en vouloir qu’un peu ? Schizophrénie…

J’expose encore une fois mon point de vue qui n’engage que moi (c’est un blog ici): une solution si l’on veut réellement « moraliser » le secteur de l’audio (car le commerce n’est pas moral, c’est connu) serait de scinder la pratique de l’audioprothèse en deux catégories

  1. une « para-médicale », mais soumise à une régulation stricte de sa pratique (aucune publicité d’aucune sorte), mais dont les prestations seraient soumises à remboursement sur les bases légales actuelles
  2. une « commerçante », qui en gros ferait ce qu’elle veut, mais ne donnerait droit à aucune prise en charge

Bien sûr, en médecine, aucune dérive « commerçante » n’est à déplorer… c’est entendu !

  • Pour enfoncer le clou, je vous recommande la lecture d’Audio Infos 180:

Marisol, au secours ! En effet, nous avons là un exemple édifiant des grands écarts entre les divers « acteurs » de la profession: dans un article, la ministre Marisol TOURAINE fait part de sa volonté de moraliser les rapports entre les audioprothésistes (puisqu’elle est citée dans Audio Infos) et les prescripteurs. Il doit donc y avoir matière à moraliser. Bravo, donc !

Dans le même journal, deux pages avant et deux pages après, Audika annonce fièrement son intention de renforcer son partenariat avec les prescripteurs, et une autre chaîne d’audio, je ne sais plus laquelle, nous explique qu’elle est très fière d’avoir créé ou de subventionner les assises ORL de l’Océanie (et bien sûr aucun prescripteur du continent n’y est invité, et on y bosse 8h/jour…). Oui, moraliser…

Pensons quand même aux malentendants : consommateurs (car vous êtes des clients puisque nous sommes des commerçants), soyez grands, soyez critiques, demandez-vous toujours « Pourquoi veut-on m’envoyer ici, ou là ? » et « Apparaître à la TV plusieurs fois par jour est-il normal dans le domaine de la santé ? », « La publicité pourrait-elle avoir des conséquences sur ma facture ? ». Ces questions et d’autres constitueraient à coup sûr le début d’une démarche très « moralisatrice ».

 

Où trouver « le phare et la balise » aujourd’hui dans ce monde agité ? Tous ces gens et institutions qui nous veulent du bien ou du moins bien, qui nous donnent des conseils ou des leçons sont finalement bien éloignés de notre quotidien: rétablir le lien social. Corriger la surdité, quoi…

Bienvenu

Bienvenu chez Blog-Audioprothesiste.fr !

Qui Sommes nous ?

Contactez nous !

Je contacte Sébastien
Je contacte Xavier
Je contacte Jean Michel