Catégorie : Système FM/Bluetooth

La semaine dernière, APPLE a déposé 2 brevets concernant la connectivité des aides auditives à ses iDevices, mais aussi un brevet sur une synoptique d’aide auditive. Après PANASONIC, les géants de l’électronique grand public investissent le marché de l’aide auditive, à petits pas… Autre évènement qui prouve qu’un mouvement de fond s’amorce du coté des fournisseurs d’aides auditives, c’est la création d’un consortium de recherche entre les BIG 6 (http://bit.ly/RR794l) ! En effet, pour continuer à avoir un temps d’avance, les grands fabricants proposent de subventionner la recherche fondamentale et opérationnelle. On peut penser que cela permettra un nouveau bond en avant dans le développement de prothèses auditives performantes.

Revenons à la firme de Cupertino, et surtout aux brevets déposés :

Le premier brevet APPLE cherche à résoudre les difficultés de compréhension quand un interlocuteur a une mauvaise diction ou si la conversation a lieu d’un environnement sujet à des artefacts nuisant à la bonne interprétation de la conversation.

Le deuxième brevet permettrait via un iphone ou un ipad une conversion écrite en temps réel de la conversation. waaaaaaaaaaah !

Bref, moi, tout ça me met en appétit !

Des chercheurs de l’université de Houston aux Etats-Unis ont mis au point un programme capable d’analyser les signes qu’utilisent les sourds et malentendants pour communiquer.

Pour les sourds et malentendants, il est souvent difficile de communiquer et pour cause, tout le monde ne maîtrise pas le langage des signes. Pour pallier à ces difficultés, des chercheurs américains du pôle technologique de l‘Université de Houston ont imaginé un appareil de traduction.

Il s’agit d’un petit outil de poche, composé d’un microphone, d’une caméra et d’un moniteur posé sur une surface proche d’un malentendant. Ce petit gadget capture les signes  de la personne malentendante, les transfère puis les traduit en voix électronique.

Le véritable challenge lors de la conception est la retranscription des images décomposées de chaque signe. Il faut compter entre 200 et 300 images par signe, ce qui représente un travail de d’échantillonnage colossal! Encore à l’état expérimental, l’appareil pourrait permettre de briser les barrières entre malentendants et non malentendants.

Cette initiative rappelle sans conteste celle de Links, ce service en ligne qui fournit aux particuliers comme aux employés sourds ou malentendants un service d’interprète en ligne. Des projets qui soulignent l’essentielle intégration des personnes sourdes ou malentendantes dans le monde du travail mais aussi dans leur quotidien.

Je vous ai fait « mariner » avec mes bêtises, mais le marinais moi-même !

Bravo Sébastien, tu as trouvé: il s’agit d’une antenne VLBI (radio-astronomie): interdiction d’approcher à moins de 20kms avec des émetteurs/récepteurs à 2,4GHz (Bluetooth, Wifi… et appareils auditifs nouvelle génération !!).

Devinez quels appareils ? les nouveaux Resound Alera. En effet, en lisant les modes d’emploi vous verrez cet avertissement « ne pas approcher à moins de 20kms du centre de Ny-Ålesund », sans plus d’explications ! J’ai bataillé pour trouver l’existence de cette antenne là-bas !

Et il est vrai que l’on peut considérer ces appareils comme les premiers récepteurs BT à part entière: connectique impressionante (la TV à 10m sans collier, pas mal !) et performance de l’algorithme qui semble à la hauteur de la connectivité.

Et pour prouver que ces aides auditives ouvrent une nouvelle époque: c’est la première fois à ma connaissance que l’on trouve un « mode avion » sur des appareils, si, si !!

L’apport de la FM était, auparavant, trop important dans les situations calmes et insuffisant dans les situations bruyantes. Une étude sur des implantés cochléaires met en évidence une amélioration de 40 % de l’intelligibilité dans le bruit, avec l’algortihme Dynamic FM.

Qui a déjà du recul sur ce matériel ?

L’évolution de la technologie Bluetooth permet d’envisager des applications nouvelles dans le domaine des aides auditives. Les dernières annonces du Bluetooth Special Interest Group (en date du 17 décembre 2009) affirment l’adoption d’une nouvelle norme Bluetooth, la version 4.0.

L’objectif principal de cette norme est la diminution de la consommation d’énergie. Actuellement, le besoin de puissance de la technologie est la principale limite à son intégration dans les aides auditives. La « parade » actuelle consiste à utiliser un relais extérieur à l’aide auditive, sous forme d’une télécommande ou d’un boîtier en fonction des choix des industriels. En imaginant que les composants nécessaires à la mise en place d’une fonction Bluetooth soient suffisamment miniaturisés pour s’intégrer dans le design d’une aide auditive, une diminution drastique de la consommation de cette technologie pourrait permettre aux industriels de s’affranchir de l’utilisation d’un accessoire tiers.

Parmi les améliorations proposées, une augmentation de la portée de transmission à 100 mètres ou plus, un temps de latence de transfert de données estimé à 3 millisecondes, un débit porté à 1 Mbit par seconde … Ces nouvelles caractéristiques laissent imaginer des applications étendues par rapport à ce que nous connaissons aujourd’hui. En « single mode », l’information est acheminée en sens unique, un des éléments assurant le rôle d’émetteur, et le second celui de récepteur. La mise en place d’un réseau « point to multi-point » permettrait alors d’établir un émetteur et plusieurs récepteurs. Nous ne serons pas loin de pouvoir remplacer les systèmes FM coûteux par cette technologie beaucoup plus abordable et offrant plus de possibilités de paramétrage, sécurisée et sans interférence.

Si nous allons plus loin, la portée, le débit et la latence pourraient permettre aux aides auditives de se connecter à l’ordinateur de la maison. Serait-il impossible que la puissance de calcul de l’ordinateur soit exploité pour le traitement du signal sonore dès qu’il est à portée ? Nous sommes certainement dans le domaine du fantasme, mais qui vivra verra … et entendra ! Espérons simplement que la complexité grandissante de la technologie soit également synonyme de simplicité pour l’utilisateur. La technologie Bluetooth reste à mon goût encore trop souvent difficile à paramétrer, avec des incompatibilités matérielles fréquentes.

Source : http://www.siliconrepublic.com/news/article/14735/new-media/a-low-power-bluetooth

Les fabricants d’aides auditives mettent sur le marché de plus en plus d’interfaces de réception Bluetooth entre leurs aides auditives compatibles et les divers systèmes audio-vidéo domestiques. C’est notamment le cas de Phonak (iCom et accessoires) et Siemens (TEK et accessoires).

Il m’a semblé intéressant de parler du système ConnectLine de Oticon, et plus particulièrement du système ConnectLine Téléphone.

ConnectLine téléphone
ConnectLine Téléphone

En effet à ma connaissance, il s’agit du seul système compatible avec tous les téléphones fixes (à fil ou sans fil). Le système Siemens exige un téléphone fixe compatible Bluetooth, ce qui ne court pas encore les rues… Le système ConnectLine Oticon se branche sur les prises téléphone et secteur, puis on branche le téléphone sur le boîtier ConnectLine, et ce, quel que soit le téléphone. Tous les appels seront transmis en Bluetooth vers la télécommande Streamer qui transmet aux appareils (Epoq).

Entendre son portable en Bluetooth dans ses aides auditives, c’était déjà bien, mais entendre son fixe, c’est encore mieux !

Cerise sur le gâteau, et c’est un scoop du blog : le ConnectLine Téléphone est aussi compatible avec le récepteur iCom de Phonak !!! Ca, ce n’était sûrement pas prévu par les ingénieurs Oticon ! J’ai testé personnellement et c’est fonctionnel après appairage classique (merci à AD pour son info).

Ce n’est pas cher, c’est ultra-simple à mettre en marche, c’est multi-marque  😉  : bref, un super système qui a tout pour devenir universel !

XD.

Bienvenu

Bienvenu chez Blog-Audioprothesiste.fr !

Qui Sommes nous ?

Contactez nous !

Je contacte Sébastien
Je contacte Xavier
Je contacte Jean Michel