Décryptage

Décodage du reportage de Capital :

on ne parlera pas du ton tantôt dramatique, tantôt rassurant… restons sur le synopsis :

1 La jungle
Les contrats complémentaires santé c’est la jungle on ne s’y retrouve pas (même quand on est à son compte et qu’on maitrise le marketing et la pub). La sécurité sociale rembourse de moins en moins. La santé coute de plus en plus cher.

2. Les débrouillards dans la jungle
On peut s’y retrouver avec :
a) des courtiers mais il faut les connaitre et leur faire confiance
b) des comparateurs de contrats en ligne (environ 200) mais ils oublient environ 1000 assureurs et en fait ne sont que des apporteurs d’affaires que les 15 compagnies payent environ 15€ par mise en relation

3. La fatalité, même les gentils doivent être durs
Les petites mutuelles sont obligées d’augmenter leur tarif selon l’âge car sinon elles feraient faillite.
exemple d’une mutuelle gérée par des gens bénévoles, responsables, etc.. donc gentils qui ont raison de segmenter les tarifs.

4. Les statistiques qui départagent les bons des mauvais clients
Un spécialiste des tarifs, sur la base de statistiques, peut calculer le prix en fonction du groupe de population dont fait partielle patient (âge bien sûr mais aussi genre, profession, lieu et peut-être plus encore).
Puisque certains dépensent plus, c’est normal qu’ils paient plus. Grace à ces savants calculs, le client de l’assureur paie au plus proche de ce qu’il reçoit (ni plus ni moins merci les statistiques).

5. C’est encore trop cher, il faut un justicier
Alors arrive M. Borella, à qui il faudra dire merci : grâce à lui les professionnels de santé vont baisser leurs tarifs et vous paierez encore moins cher.
Et pour le choix de l’assureur allez-y, avec 6 Millions d’assurés il sait ce qu’il fait et il a du poids pour négocier. D’ailleurs il a déjà gagné contre les opticiens.
Vous avez un peu mauvaise conscience : n’ayez crainte le professionnel n’y perd pas car il gagne « un afflux de clients ».

Conclusion :
Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, tout le monde y gagne, d’ailleurs les assureurs ont augmenté de 8% leur bénéfice en 2010. (Serait-ce en embryon de début de critique ?)

 

Si vous avez compris le synopsis, inutile de regarder le film, la réalisation est correcte mais n’apporte rien de plus.

Si vous aimez les enquêtes et les reportages, voila quelques bémols et questions qu’un (vrai) journaliste aurait pu (du) poser :

-La SMI avait un tarif unique de 50€ par mois soit 600€ par an. Si on regarde dans le détail ses graphiques : seule la tranche de plus de 70 ans perçoit plus de 600€ par an. Donc avant cet âge il vaut mieux la quitter rapidement… pas sympa pour la compléentaire qui a ouvert ses portes au « reporter ». Mais surtout, la solidarité pour les soins de santé n’existe plus c’est donc uniquement de l’assurance individuelle au plus près du risque qui est envisagée. Pourquoi n’évoque-t-on pas le désengagement de la sécu et ne dis-t-on pas que passer de la sécu à l’assurance c’est faire un autre choix de société ?

– Si certaines catégories dépensent plus que d’autres est-ce de leur faute ou est-ce leur conditions de vie qui les pénalisent ? Ils seraient alors doublement pénalisés.

– De nombreux salariés n’ont pas à réfléchir à leur contrat, c’est l’employeur qui décide et impose un contrat collectif. Mais où est la liberté de choix de l’assureur par le client/salarié ?

– Les clients des assureurs « sont très fortement incités » à aller chez tel professionnel, sur un critère uniquement tarifaire. Quelle est la liberté du patient d’avoir des soins de qualité ?

– Kalivia adresse ses clients à un professionnel qui baisse ses tarifs pour l’occasion. En somme le professionnel paie (par la remise qu’il doit faire) l’arrivée d’un nouveau client (plus qu’un contact, c’est un client complet). Il s’agit en fait de rémunérer « un apporteur d’affaire » (Kalivia) de façon indirecte par la publicité qu’il en retire.

– On montre un opticien qui peut, sans raison apparente, proposer 40% de remise sur des verres (soit 130€) et ensuite encore 42€ pour Kalivia. Quel est le vrai prix ? Le prix soit-disant normal de cet opticien aurait été de 920€ pour des lunettes ! Sans aucun suivi. Et on trouve qu’une aide auditive, électronique pleine de brevets, avec 5 à 10 ans de suivi est chère ?

– L’exemple de l’audioprothèse ne se base que sur la vente du produit et oublie totalement le suivi et la qualité de la prestation de réglage de l’aide auditive. Qu’en sera-t-il pour les soins dentaires et plus tard pour les hospitalisations ?

– Les assureurs sont très forts et peuvent faire plier les professionnels « comme un patron de la grande distribution » … quelles seront les professions touchées et jusqu’où iront ils ? La santé est-elle un secteur « marchand » comme les autres ?

– Quand vous allez sur internet comparer les contrats puis que vous allez réclamer votre remise, vous avez fait perdre 15€ à l’assureur puis 84€ à l’opticien et ils vous disent qu’il en sont contents …. y’aurait pas anguille sous roche ? Puisqu’on parle de chiffres, pourquoi ne pas calculer et indiquer les répartitions par assureur entre Bénéfices/Frais de Gestion/Frais de ventes/Remboursement aux patients ? Finalement choisir une complémentaire ce devrait être simple, une cotisation indexée uniquement sur l’age (et encore) et une réponse sur 100€ versés par les clients combien reviennent aux patients ?

Tags:

Comments (18)

  • Salut BRICE DE BREST, franchement, je suis satisfait que tu arrives à la même conclusion que moi lors de mes premiers billets brûlots sur le sujet il y a déjà 2 ans… je devrais pour l’occasion les faire remonter à la surface… Rien n’a changé et hélas rien ne changera…. une autre de mes réflexions puisque j’adhère totalement avec toi sur le sujet de l’intermédiation mutualiste ; sortir de ce système, passera par une négociation paritaire avec les mutuelles. On ne peut pas laisser un audioprothésiste seul se battre contre l’assureur, il perdra… Je crois qu’il faut qu’on laisse le temps (comme dirait Luis Godhino) à nos institutions syndicales de trouver le ton juste et les mots pour défendre l’audioprothésie. Maintenant, je pense que plus on est nombreux plus on dire stop à ce chantage !

    • Mais finalement en résumé:
      les assureurs sont mutuelles santé,les banques sont assurances,les assurances sont banques,la poste devient banque,mon épicerie devient la poste,les opticiens sont audioprothésistes, les audioprothésiste sont opticiens ( Grand A.)
      Rien d’anormal… mais tout le monde se dit encore professionnel.

  • Petite stat’ toute bête mais qui résume à elle seule la qualité d’un suivi à -40%:
    4ème audio en 2ans et 3 mois d’existence pour plusieurs de ces « corners » dans le sud de la france (Stansolo saura reconnaitre les corners en question…)

    Je trouve (et cela n’engage que moi) que c’est se foutre de la gueule de ses adhérents quand on les « oblige » à se rendre chez ce type de « professionnels » …

    • Sans provocation aucune: le suivi, je le vois même à 60%. L’objet appareil, même s’il est mis en avant comme nécessaire ET suffisant par la publicité ou les fabricants, n’est rien sans notre intervention tout au long de sa vie. L’audio ne se résume pas à cet objet (l’aide auditive) mais à tout le reste.
      Jamais nous ne nous ferons reprocher un suivi, s’il est réel, prouvé et de qualité.

      • vos commentaires sont tous deux intéressants et non contradictoires mais appellent quelques précisions pour les non initiés :

        1- Jonathan parle de la « remise » sur la prestation qui semble être de 40% chez certains… en réalité la remise est de 40% sur l’appareil dont le prix a préalablement été gonflé et il n’y a pas chez ce fournisseur de remise sur la prestation.
        2- Xavier parle de 60% pour le suivi : il s’agit de la répartition du travail de l’audioprothésiste entre l’appareil / la prestation initiale de réglages et d’accompagnement à l’accoutumance / le suivi technique et l’évolution des réglages dans le temps. Cette répartition de temps de travail donc de coût est variable mais grosso-modo dans les prix moyens du marché on se situe entre 2/3 – 1/3 et 1/2 – 1/2 pour répartir le coût global entre appareil et prestation. Ladite prestation pouvant à son tour être différenciée entre initiale et suivi à 40 – 60 %.
        3- Nous sommes tous trois totalement HORS SUJET dans ces commentaires : le billet de blog visait à dénoncer des méthodes « journalistiques » peu sérieuse et non à traiter le sujet des tarifs et pratiques en audioprothèse.

        Conclusion : sur un autre forum ou commentaires de billet, je vous ferai volontiers part de ma vision très très très … proche de celle de Xavier.

      • A 400 % d’accord avec toi Xavier, la publicité fabricant met l’accent sur le travail de l’aide auditive et non sur celle de l’audioprothésiste !!!! Je rappelle à tous les lecteurs hors audio de ce site que une aide auditive sans audio restera dans le tiroir !

    • Gaffe Big John !
      A te lire on croirait que je suis ou j’étais membre de ces vilains centres d’optique (quoi ! j’ai pas dis le nom de l’enseigne en question…) alors que c’est TOI qui a gouté au fruit défendu !!!!!
      Heureusement que tu es repassé du bon côté de la Force…

    • Xavier tu as tout à fait raison concernant l’importance du suivi… je ne faisais que pointer du doigt le fait qu’avec un tel turn-over et des audios qui travaillent sur 3 à 5 centres en moyenne il est IMPOSSIBLE d’assurer un suivi de qualité…
      Brice tu as raison aussi concernant la remise qui ne porte QUE sur l’ACA (dont le prix est artificiellement gonflé en amont) et non sur la prestation. Et tu as encore une fois raison de souligner que nous sommes hors-sujet complet….
      Alex: oui j’ai vendu mon âme au diable fut un temps mais il fallait bien nourrir la famille 😉 Depuis je m’efforce de faire de mon mieux pour assurer des prestations de qualités (bientôt ISO 9001 le Big Jonh!)
      Et pour finir, Seb je veux bien lâcher tous les noms en MP 😉

      • le « fallait bien nourrir la famille » est de trop…. la « faim » (!) ne justifie pas les moyens. Une erreur de jeunesse serait une excuse plus acceptable…

        C’est encore hors sujet, il faudrait vraiment faire un autre billet ou forum sur le sujet : doit-on même provisoirement vendre son âme au diable (en tant que salarié avec certains « distributeurs » ou en tant qu’indépendant avec les nouveaux régulateurs non démocratiquement choisis)

  • Je me demande si on n’accorde pas plus d’intelligence ou de perversité que n’en méritent ces émissions. Certes, il y a toujours des « rôdeurs » prêts à vendre leur soupe (le monsieur qui veut « faire plier les méchants »), mais les médias cités font leur beurre depuis quelques années sur le thème « regardez comme on vous arnaque ! ». C’est du poujadisme journalistique, de la surenchère dans le sensationnel, en résumé: de l' »info-tainment ». Ce n’est pas là que vous obtiendrez un débat contradictoire et éclairé sur un sujet de société tel que la mutualisation du risque santé, retraite, etc.
    Vous cherchez une analyse en profondeur, passez donc votre chemin… ou alors faites comme « Stansolo », supprimez les touches multiples de 6, en partant de 1, de votre télécommande. Si, si, essayez, virez le 1, le 6, le 12 et le 18 et vous verrez à nouveau les neurones de toutes les générations repousser !!

    • +1 !

      Seulement voilà, le « consommateur » a changé… sous l’impulsion des médias prompts à se transformer en redresseur de « faux-tords » et de l’internet ! Les mentalités ont vraiment changé ! Il faut dénoncer les pratiques journalistiques qui ne sont jamais « jugées » !

  • Et … que reste-t-il de journalisme dans les reportages ?

    Je me demande où est la frontière entre l’information (les faits commentés) et la propagande.
    Car il y a un message (sub)liminal dans ce « reportage » avec cette progression du scénario vers l’unique solution de l’assureur à poigne qui va faire plier les méchants professionnels trop chers.

    … au moins la publicité ne s’avance pas masquée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenu

Bienvenu chez Blog-Audioprothesiste.fr !

Qui Sommes nous ?

Contactez nous !

Je contacte Sébastien
Je contacte Xavier
Je contacte Jean Michel