[humeur] Valoriser l’image et la profession d’audioprothésiste.

De toute manière avant de commencer ce billet, je sais d’avance que je vais me faire des ennemis… m’étais je dit ce matin ! En même temps, j’en ai déjà quelques uns alors un de plus ou un de moins ;-(…

Je suis effaré (à ce sujet, je remercie sincérement les journalistes de l’ouie magazine et d’audition infos de nous rapporter les nouvelles de la vie économique de l’audioprothèse, qui sont très instructives) de voir qu’on parle de plus en plus de l’audioprothésiste comme d’un vendeur de matériel high-tech… la main sur sa souris, le clic facile, le job facile.

Parler de la profession d’audioprothésiste, c’est parler d’appareillage auditif évidemment, de surdités compliquées, de presbyacousie, d’implantologie, de 4 ème âge, de l’enfant, de rééducation, d’ingénierie de l’audition, de suivi du patient/client !

Force est de constater qu’on nous a cantonné à notre rôle de « commercant de la santé », un peu réducteur mais aussi un peu vrai ! Et je ne renie pas ce rôle qui malgré tout est important, il faut savoir vendre une technique, une méthodologie, une façon de travailler !

Il m’arrive de rencontrer des ergothérapeutes dans le cadre de la MDPH et que vois je… des spécialistes de la réadaptation qui s’occupe de conseiller des malentendants sur la façon de communiquer, elle évalue le poste de travail, elles font des mesures (si si ! je vous assure), elles (ils aussi ;-)) agrémentent le poste de travail de multiples systèmes pour faciliter la vie des malentendants en entreprise. Et là, j’ai un moment de solitude (si si !)… mais enfin, ne serait ce pas mon job quelque part ? Qui mieux qu’un audioprothésiste peut conseiller le malentendant pour lui faciliter sa communication de tous les jours ?

Il m’arrive de rencontrer des orthophonistes qui aident les malentendants dans l’apprentissage de la lecture labiale ou (sic) dans le suivi de la réhabilitation auditive. Mais bon sang ne serait ce pas une part de mon job ?

Voici 2 exemples, mais il y en a tellement d’autres ! Certains diront « mais vous êtes tellement peu nombreux qu’il vous faut vendre un maximum d’aides auditives pour satisfaire tout le monde, donc ne commencer à vous disperser dans la lecture labiale, la prise en charge globale « réglage+réhabilitation du sourd sévère/profond », les mesures en entreprise des postes de travail des malentendants équipés pour les intégrer dans les aides auditives. Et puis la surdité de l’enfant, c’est bien trop sérieux pour vous, il n’y a rien de paramédical la dedans et puis c’est chronophage… (je m’emballe un peu mais on en est là). Bref, c’est facile de nous cantonner à notre rôle de « marchand d’audition » (=voleurs dans la tête de pas mal de personnes), ça arrange tout le monde surtout les pouvoirs publiques !

Il est si simple de nous voir comme des vendeurs d’aides auditives en minimisant un maximum notre valeur ajoutée. Il nous faut faire feu de tout bois pour maximiser la satisfaction de nos clients/patients et également valoriser une prise en charge globale digne d’un audioprothésiste. La prise en charge à domicile en est le meilleur exemple…

Je termine ce post un peu décousu sur le réveil de nos syndicats. Bref, on sent qu’au moins il y a débat : c’est bon signe au moins les idées font débats !

Que l’on ne se trompe pas l’avenir de l’audioprothèse se joue maintenant. Nous pouvons proposer une prestation forte en terme de service paramédical rendu pour peu que l’on nous laisse faire pour le bien de toute la filière, en respectant le travail de chacun des intervenants (Médecin ORL (évidemment initiateur de l’appareillage), orthophoniste (rééducateur de la parole)) ! La réhabilitation auditive et l’évaluation des besoins du patient font parti de notre travail à nous de proposer le meilleur à nos clients/patients !

Tags: , ,

Comments (3)

  • Je pense qu’aujourd’hui, le débat s’envenime sur le futur leader du nouveau syndicat… je trouve ça assez idiot… Ceci dit un rassemblement c’est un concensus avec des gages pour les 3 « partis » non ?

  • Vous préchez un convaincu (au passage, je suis très honoré d’accueillir sur notre blog, un des leaders syndicaux de la SAF), néanmoins, ne pensez vous pas que le débat et les idées qui foisonnent en ce moment de ci de là ne sont pas dus à la volonté de chacun de prendre « le pouvoir » ? J’avoue que je n’ai pas vu une telle activité syndicale depuis quelques années ! Bravo à vous tous ! Ne nous décevez pas ! Quid de l’UNSAF ?

  • Bonjour,
    Je pense qu’aujourd’hui l’importance de notre rôle fait consensus. Je vous rappelle la citation suivante :
    « Il est indéniable que le rôle de l’audioprothésiste dans la réussite de l’appareillage est déterminant » (Que Choisir, octobre 2009).
    Par contre, je suis tout à fait d’accord que l’avenir de notre profession se joue maintenant. Pour des raisons d’efficacité, nous ne pouvons plus nous permettre le luxe d’avoir 3 syndicats d’audioprothésistes.
    Le Syndicat des audioprothésistes français (SAF) s’est clairement prononcé pour la réunion en un syndicat unique des 3 entités actuelles.
    J’espère que le bon sens prévaudra…
    Luis Godinho – Vice-président du SAF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.