LAFON 31 LE TEMPS ET L’OREILLE : 17 VÉRITÉS (VÉRITÉ N°8)

Je viens donc de redécouvrir un texte qui devrait plaire à beaucoup d’entre nous. Ce texte s’intitule « le temps et l’oreille : dix sept vérités ». Il fait partie d’un recueil de 34 textes compilés par le Professeur J.C. LAFON, écrits par lui ou parfois en collaboration, édité par la Faculté Mixte de Médecine et de Pharmacie de Besançon, service d’Audiophonologie. Ce recueil se nomme « Échantillonnage de textes ». Il n’a pas de date d’édition, mais d’après les années données pour chacun des textes, j’en déduis qu’il n’a pas pu être édité avant 1992.

Ce thème « Le temps et l’oreille : dix sept vérités », page 71 à 87 du recueil, a été exposé par le Professeur J.C. LAFON à MADRID en novembre 1982. A noter qu’on peut le trouver, grâce au travail de synthèse de Monsieur Paul VEIT, dans les CAHIERS DE L’AUDITION Volume 11 de novembre/décembre 1998 N°6 pages 25 à 31. Monsieur Paul VEIT était un de nos remarquables aînés et ami du Professeur J.C LAFON.

Voici ce texte, vérité par vérité. Les parties soulignées le sont également dans le texte du Professeur J.C. LAFON :

« 8. L’intégration cochléaire localise les intervalles de temps. L’oreille est un calculateur du temps.

Si une deuxième impulsion survient à l’oreille lorsque la première n’est pas encore effacée, il se produit nécessairement des interférences. Il est logique de penser que le lieu de ces interférences est fonction du temps qui sépare les deux impulsions. Cette sommation nous l’avons appelé un phénomène d’intégration du temps.

Si les impulsions se répètent périodiquement ce mécanisme aboutit à exciter un endroit de la membrane basilaire déterminé par l’intervalle c’est-à-dire la période. L’énergie ne présente plus de période d’arrêt, il y a continuité, pour une partie de l’énergie tout au moins. Cette partie est d’autant plus importante que les impulsions sont plus proches l’une de l’autre. Il y a donc effacement du caractère impulsionnel qui devient complet à 1 milliseconde.

Cette intégration avec localisation d’interférences sur la membrane basilaire correspond à ce qu’on appelle la perception de la fréquence. On la calcule en estimant le nombre de périodes par seconde. Cette fréquence est d’autant plus élevée que la période est courte.

L’oreille est ainsi un calculateur. Elle calcule la fréquence à partir de la période, donnant une image spatialisée dans des fibres nerveuses déterminées pour une fréquence donnée.

 

Page 80, le Professeur J.C. LAFON a écrit en espagnol l’intitulé de cette VÉRITÉ N°8 : « La integration coclear localiza los intervalos de tiempo. El oido es un calculator del tiempo» ainsi que le titre générique de son texte « El tiempo y el oído : 17 verdades ».

 

A bientôt pour la VÉRITÉ N°9.

JYM

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bienvenu

Bienvenu chez Blog-Audioprothesiste.fr !

Qui Sommes nous ?

Contactez nous !

Je contacte Sébastien
Je contacte Xavier
Je contacte Jean Michel