LAFON 39 LE TEMPS ET L’OREILLE : 17 VÉRITÉS (VÉRITÉ N°16)

Je viens donc de redécouvrir un texte qui devrait plaire à beaucoup d’entre nous. Ce texte s’intitule « le temps et l’oreille : dix sept vérités ». Il fait partie d’un recueil de 34 textes compilés par le Professeur J.C. LAFON, écrits par lui ou parfois en collaboration, édité par la Faculté Mixte de Médecine et de Pharmacie de Besançon, service d’Audiophonologie. Ce recueil se nomme « Échantillonnage de textes ». Il n’a pas de date d’édition, mais d’après les années données pour chacun des textes, j’en déduis qu’il n’a pas pu être édité avant 1992.

Ce thème « Le temps et l’oreille : dix sept vérités », page 71 à 87 du recueil, a été exposé par le Professeur J.C. LAFON à MADRID en novembre 1982. A noter qu’on peut le trouver, grâce au travail de synthèse de Monsieur Paul VEIT, dans les CAHIERS DE L’AUDITION Volume 11 de novembre/décembre 1998 N°6 pages 25 à 31. Monsieur Paul VEIT était un de nos remarquables aînés et ami du Professeur J.C LAFON.

Voici ce texte, vérité par vérité. Les parties soulignées le sont également dans le texte du Professeur J.C. LAFON :

« 16. Le geste se construit à l’oreille dans une dynamique séquentielle.

Il apparait de plus en plus que la motricité, dans l’élaboration des gestes est fortement marquée par l’oreille. On le constate chez l’enfant sourd. Il a de grandes difficultés à imaginer le geste, à éxécuter une tâche précise. L’apprentissage est laborieux, c’est la succession des échecs qui progressivement l’amène à réaliser ce que l’entendant découvre sans effort. Il en est de même de l’équilibre et du déplacement. L’appareillage stéréophonique précoce fait disparaitre ces difficultés.

La perception du temps dans la construction d’une pensée séquentielle peut être réalisée dans la surdité profonde par l’utilisation des restes auditifs. Dans la surdité totale, lorsque rien n’est perçu à moins de 100 dB dans le champ grave de l’audiogramme, elle peut être réalisée par l’utilisation d’une traduction tactile des espaces temporels possible jusqu’à des intervalles de deux millisecondes. La discrimination tactile est très pauvre dans la captation de la quantité d’énergie et il existe aucune possibilité d’intégration. L’oreille même lorsque le champ auditif résiduel est minime conserve des possibilités discriminatives de l’intensité meilleure que celles de la perception tactile, et un reliquat de capacité intégrative.»

Page 80, le Professeur J.C. LAFON a écrit en espagnol l’intitulé de cette VÉRITÉ N°16 : « El gesto se construye en el oido, dentro de una dinamica secuencial.» ainsi que le titre générique de son texte « El tiempo y el oído : 17 verdades ».

A bientôt pour la VÉRITÉ N°17, la dernière !

JYM

 

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenu

Bienvenu chez Blog-Audioprothesiste.fr !

Qui Sommes nous ?

Contactez nous !

Je contacte Sébastien
Je contacte Xavier
Je contacte Jean Michel