LAFON 82 EN DIRECT DE 1994 (10)

Nous sommes fin mai 1994. Je suis tout heureux car j’ai réussi à obtenir du Professeur Jean-Claude LAFON qu’il intervienne durant deux jours au siège parisien de l’entreprise pour laquelle je travaille. Une petite dizaine d’Audioprothésistes est là pour l’écouter. J’enregistre ses paroles sur cassettes à bande magnétique. Ce que je vous propose en est une retranscription écrite, non in extenso car malheureusement certaines cassettes s’avéreront de mauvaise qualité et donc inaudibles à l’écoute. Je m’en veux encore !

Professeur Jean-Claude LAFON :

 » Mes listes de mots dissyllabiques sont phonétiquement équilibrées ce qui n’était pas le cas de celles de FOURNIER. Les résultats ne furent guère meilleurs qu’avec FOURNIER. Un phonéticien me conseilla d’utiliser le phonème = unité phonologique de base.

Il faut avoir les mots les plus courant possible pour qu’il y ait le moins de suppléance possible. Les mots de 2 phonèmes : il n’y en avait pas assez. De 3 : cela allait

Exemple : « mare ». Si on change de voyelles, il y a 6 mots différents. Si on change de consonne terminale, il y a 7 mots différents. Si on change de consonne initiale, il y a 14 mots différents. Il y a donc 28 possibilités de choix au 1er degré (plus si on change de structure phonétique). Si une partie du mot est mal perçue, on a une probabilité que le sujet choisisse un autre mot. D’autant plus que l’on va trier les mots suivant leur difficulté. « faine » est très peu disponible, il se confond facilement avec « saine » et « chêne ». Il faut vraiment percevoir le « f » pour dire ce mot. Il suffit de définir le « phonème caractéristique » du mot : dans un mot il doit y avoir 3 « sosies » pour chacune des structures.

J’ai éliminé les mots trop faciles et ceux trop difficiles à reconnaître (avec l’aide d’entendants et de sourds) et j’ai construit des listes de mots en partant des structures phonétiques les plus rares (exemple : le « gne », le « ieu »). Si vous la percevez, vous avez toute chance de comprendre le mot qui la contient. J’ai fait ensuite de même avec des structures de moins en moins rares. J’ai monté 20 listes de 17 mots.

On note les erreurs phonétiques. On connait ainsi le nombre et quelles sont les structures perturbées = audiométrie qualitative et quantitative. Ces listes sont équivalentes (en acoustique, en phonétique) et équilibrées.

En cas de recrutement il y a des erreurs de voyelles : « u » en « i », le « o » en « e », « ou » en « u », « o » en « a », « é » en « e ».

Signal + bruit : vers -10 dB de rapport signal/bruit = 100% d’erreurs. La courbe de progression dans le bruit est la même que celle obtenue sans bruit. »

 

JYM

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bienvenu

Bienvenu chez Blog-Audioprothesiste.fr !

Qui Sommes nous ?

Contactez nous !

Je contacte Sébastien
Je contacte Xavier
Je contacte Jean Michel