LAFON 83 EN DIRECT DE 1994 (11)

Nous sommes fin mai 1994. Je suis tout heureux car j’ai réussi à obtenir du Professeur Jean-Claude LAFON qu’il intervienne durant deux jours au siège parisien de l’entreprise pour laquelle je travaille. Une petite dizaine d’Audioprothésistes est là pour l’écouter. J’enregistre ses paroles sur cassettes à bande magnétique. Ce que je vous propose en est une retranscription écrite, non in extenso car malheureusement certaines cassettes s’avéreront de mauvaise qualité et donc inaudibles à l’écoute. Je m’en veux encore !

Professeur Jean-Claude LAFON :

« La parole a une dynamique : le « a » c’est dort, « i » c’est faible, « v » c’est très faible. Cette différence de niveau donne la prosodie de la phrase mais aussi une irrégularité importante dans l’intensité des structures phonétiques.

Vous discriminez mieux lorsque vos deux oreilles reçoivent l’information dans l’espace. Lorsque c’est la même information qui arrive aux deux oreilles (cas du boîtier avec cordon Y), on a une somme acoustique et pas une somme de discrimination.

On prend plusieurs bandes de bruit masquant  : de 500 à 4000 Hz, de 1000 à 3500 Hz, de 2000 à 3500 Hz, autour de 4000 Hz, bruit blanc. La bande de 500 à 4000 Hz est de très loin la plus masquante. Puis ensuite vient la bande 1000 à 3500 Hz (elle inclut pratiquement l’ensemble du 2ème formant des voyelles et d’un certain nombre de formants des consonnes). Puis ensuite la bande 2000 à 3500 Hz (beaucoup d’éléments formantiques graves sont hors du masque). Puis ensuite 2500 à 4500 Hz. Puis ensuite de 3000 à 4500 Hz. On augmente le signal par rapport au bruit. Toutes les courbes de masque partent du même point. Autrement dit le masque commence à agir quelque soit la structure masquante. Seule la progression change, elle est beaucoup plus lente avec les bandes aiguës et très rapide avec les bandes graves, le bruit blanc est intermédiaire entre les deux.

Courbes de voyelles et de consonne en fonction de l’intensité : le « s » est le plus touché, le « f » est très proche, le « r » ensuite… le « ch » le plus facile. Le « a » est le plus facile chez les voyelles puis ensuite « o », « é », « ou », « i » du plus facile au moins facile.

Système égaliseur = système qui permet une prosodie constante = quelque soit le niveau d’entrée on a une sortie de voix tout à fait égale à elle-même d’une structure phonétique à l’autre. On s’aperçoit là qu’il y a masque dès que le niveau de bruit est égal au niveau du signal. Autrement dit, le fait que l’on puisse entendre en dessous avec un bruit supérieur au signal tient à la dynamique de la parole (et pas à d’autres phénomènes) »

 

JYM

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bienvenu

Bienvenu chez Blog-Audioprothesiste.fr !

Qui Sommes nous ?

Contactez nous !

Je contacte Sébastien
Je contacte Xavier
Je contacte Jean Michel