Quelques informations complémentaires à propos de la liste de recrutement.

Le Professeur LAFON nous explique comment il a eu l’idée de créer cette liste :
« Après quelques mois d’utilisation, il est devenu évident que certaines surdités présentaient des distorsions phonétiques particulières difficilement explicables. Lorsque les mesures tonales supraliminaires étaient possibles, on constatait dans ces formes de surdité la présence d’un recrutement. Alors que les voyelles sont très résistantes habituellement, l’amputation du champ auditif au-delà de 3000 Hz gênant peu leur identification, lorsqu’il y avait recrutement, à courbe tonale équivalente, le distorsion des /i/ passait de 5 à 20%. Lorsque le recrutement touchait également des fréquences un peu plus graves /ü/ et /e/ se trouvaient singulièrement perturbés et sur les fréquences graves /a/ et /o/. J’ai choisi dans ces listes, par une étude comparative des surdités avec et sans recrutement, une série de mots préférentiellement déformés que j’ai appelée liste de recrutement. »(1)
J’ai constaté que 37 des 40 mots utilisés dans la liste de recrutement, soit 92.5%, le sont déjà dans la liste cochléaire.

« L’identification des mots dépend plus des transitions phonétiques que des phonèmes eux-mêmes. Certaines expressions phonétiques vocaliques déformées dans la cochlée évoque une image phonétique différente lorsque les transitions ne permettent pas de compenser la distorsion. Nous avons remarqué un parallélisme entre la présence d’un recrutement mesuré en audiométrie supraliminaire et l’augmentation des erreurs portant sur les voyelles. »(2)
« Nous avons vu pour les surdités avec recrutement que la distorsion vocalique permet leur diagnostic. »(3)

Le Professeur LAFON nous décrit l’intérêt d’utiliser la liste de recrutement :
« L’intérêt de cette mesure réside dans sa simplicité. L’apprentissage du message test est toujours excellent (exception faite des étrangers et des surdités congénitales), il n’y a donc pas d’interférence des variations individuelles ni de difficulté d’examen. La mesure est plus précise que celle des autres tests tonaux supraliminaires. Elle a, d’autre part, l’avantage d’être rapide et de permettre l’exploration de tout le champ auditif en une seule mesure faite avec quarante mots. »(4)

Précision apportée par le Professeur LAFON :
« le mot « recrutement » pour définir cette liste est impropre. Nous ne mesurons pas le rattrapage d’intensité subjective d’une oreille sourde. Nous l’employons à défaut d’un autre terme mieux adapté à ces distorsions. La liste donne un aperçu analytique de distorsions pathologiques de la cochlée, celle où le phénomène de recrutement apparaît également. Son intérêt est donc semblable: diagnostic positif d’une altération cochléaire… »(5)

Encore une précision :
Dans l’élément noté 1, la zone fréquentielle testée est 500-1200 Hz, elle correspond au formant F2 du /a/ uni à celui du /o/.
Dans l’élément noté 2, la zone fréquentielle testée est 2000-3000 Hz, elle correspond au formant F2 du /e/ uni à celui du /ü/.
Dans l’élément noté 3, la zone fréquentielle testée est 3000-4000 Hz, elle correspond au formant F2 du /i/.
Dans l’élément noté 4, la zone fréquentielle testée est au delà de 4000 Hz, elle correspond à la zone formantique du /f/ unie à celle du /s/.

J’ai gardé le meilleur pour la fin, le voici !

Le Professeur LAFON page 185 de son livre « le test phonétique et la mesure de l’audition » nous dit en quoi la liste de recrutement peut aider l’audioprothésiste dans son travail :
« Nous avons vu que les zones fréquentielles perturbées entraînent une gêne dans l’identification de la parole. Les structures acoustiques sont difficilement reconnaissables et le message correspondant à ces zones se comporte comme du bruit. Il est donc utile de ne pas les amplifier sous peine de voir l’intelligibilité considérablement réduite. D’autre part à ce niveau le seuil douloureux est le plus abaissé, les bruits inopinés risquent d’atteindre une intensité traumatisante si les fréquences correspondantes sont amplifiées.
La courbe donnée par la liste de recrutement indique les modifications à apporter à la courbe de réponse de l’appareil. Le recrutement est le plus souvent présent entre 3000 et 4000 Hz, la courbe de réponse doit être fortement atténuée à partir de 2500 Hz dans ces cas. Nous avons vu que l’identification de la parole pouvait être encore suffisante si l’on ne transmet pas les zones fréquentielles au-delà de 2500 – 3000 Hz.
Un recrutement touchant à la fois les graves et les aigus rend plus difficile une indication d’appareillage. Si le seuil tonal n’est pas élevé au-delà de 50 dB et que l’intensité de recrutement ne dépasse pas 5 à 6 phonèmes sur 10, une prothèse peut rendre de bons services. Ces malades ont une oreille fragilisable et l’on est obligé d’amplifier des fréquences perturbées, la compression doit être suffisamment importante, l’amplification des aigus peu poussée.
En cas, assez rare, de recrutement localisé aux sons graves, on peut envisager d’utiliser une courbe de réponse classique comprimée, le seuil douloureux étant toujours plus élevé pour les graves que pour les aigus. »

Ces mêmes lignes, en langue anglaise, page 188 du livre « the phonetic test and the measurement of hearing », pour une diffusion internationale Emoji :
« We have seen that in recruitment the frequency zones affected cause trouble in the identification of speech. The acoustics structure are difficult to recognize and the message corresponding to these zones behave like noise. These zones should therefore not be amplified, or the intelligibility will be even further reduced. Moreover, the pain threshold is low, so that unexpected noises may cause permanent damage if the frequency zones in question are amplified.
The curve given by the recruitment test indicates what modifications should be made to the response characteristic of the hearing aid. Recruitment is most often found between 3000 and 4000 c/s, in which case the amplification should be strongly reduced above 2500 c/s. We have seen that speech can be quite satisfatorily identified though the frequencies above 2500-3000 c/s are not transmitted.
Recruitment affecting both high and low frequencies makes the choice of a hearing aid more difficult. If the tonal threshold does not exceed 50 dB and the recruitment score does not exceed 5 or 6 phonemes out of 10, a hearing aid may give good service. These patients have a very sensitive ear, and even though one is obliged to amplify the offending frequencies one should use sufficient compression; high frequencies in particular should be little amplified.
If the recruitment should be limited to low frequencies (which does not ofteh happen), one may use a model with a normal compressed response characteristic, as the pain threshold is always higher for low frequencies than for high ones. »

Vous allez sûrement relire plusieurs fois ces phrases écrites par le Professeur LAFON.
Peut-être pour les trouver d’une banalité affligeante, peut-être pour les trouver géniales car elles répondent à une question que vous vous posez depuis longtemps.

JYM

(1) Page 116 du livre du Professeur LAFON « le test phonétique et la mesure de l’audition ».
(2) Page 129 du livre du Professeur LAFON « le test phonétique et la mesure de l’audition ».
(3) Page 175 du livre du Professeur LAFON « le test phonétique et la mesure de l’audition ».
(4) Page 147 du livre du Professeur LAFON « le test phonétique et la mesure de l’audition ».
(5) Page 145 du livre du Professeur LAFON « le test phonétique et la mesure de l’audition ».

Tags: ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenu

Bienvenu chez Blog-Audioprothesiste.fr !

Qui Sommes nous ?

Contactez nous !

Je contacte Sébastien
Je contacte Xavier
Je contacte Jean Michel