Je ne sais combien de mes confrères ont testé le « be » de Resound, mais ce qui m’a bluffé étonné : c’est la capacité de protection contre les effets de vortex créés par le vent ! En effet, j’ai eu la chance de pouvoir écouter le rendu de la protection naturelle de la racine de l’hélix, quand le microphone déporté est placé dans celle-ci ! C’est assez incroyable (en même temps, il faudrait comparer avec les autres aides auditives) !

De plus, l’emplacement est favorable à l’amplification naturelle des hautes fréquences ! Je crois réver… d’une pierre, deux coups !

bravo Resound, ils m’ont convaincu !

Le modèle Canadien

Il est intéressant de comparer avec les pays francophones, nos différents modèles de formations et d’exercices de la profession d’audioprothésiste. Il est intéressant de noter que chaque pays à instaurer un corps paramédical dédié à l’exercice de la correction de l’audition. A mon goût, le plus abouti est celui du Quebec. En effet, cet état fédéral francophone a mis en place une véritable filière de formation, non pas dédié à la réhabilitation de l’ouïe mais regroupant les professionels dédiés à la réhabilitation des troubles de la communication. Ce regroupement a permis de fédérer les ressources de formation.

Il faut rappeler que le modéle québecois est l’ancêtre du système européen LMD. Celui-ci a pour but de rationnaliser les filières universitaires autour de 3 palliers : licence, master et doctorat.

La force du Québec est de l’avoir appliqué à la filière « trouble de la communication » : Ainsi la filière permet de former des audiologiste et orthophonistes au niveau « Master ». A noter : le niveau Licence ne permet pas l’exercice de l’audioprothèse et de l’orthophonie.

Le système canadien a instauré également un niveau doctoral qui permet de créer et d’encadrer la recherche en Audiologie et orthophonie. A l’heure, où l’école Lyonnaise et le GRAEC Parisien relance la recherche en audioprothèse en France, il serait important d’envisager de créer une vrai filière à l’image de ce qui se passe dans un grand pays francophone, tel que le Canada.

Au regard des besoins en audioprothèses en France, il est temps de créer une vrai filière universitaire et industrielle. En effet, il ne persiste en France, après l’échec d’Intrason, qu’une logique de distribution. Quand on connaît les perspectives de croissances mondiales, il semble abérant que la France reste hors-jeu !

NDLR : il est intéressant de souligner que plusieurs pays ont pris en compte le potentiel de l’audioprothèse, en particulier l’Allemagne (dont on vante le nombre de PME de tailles raisonnables !) qui a validé un pôle de compétence autour de l’audioprothèse… en 2003 !

A quand le notre ?

Resound qui nous a proposé sur AZURE et DOT 30, la directionnalité naturelle ! En effet, French hear it proposait un article en Juin sur le traitement différencié par le cerveau lors d’une conversation dans un milieu bruyant.

Ainsi, l’algoritme « directionnalité naturelle », qui différencie le mode de captation de l’oreille droite et de l’oreille gauche en cas d’ambiance bruyante, semble répondre au fonctionnement normal du cerveau, qui permet de transformer la voix en objet acoustique, dans une ambiance bruyante.

A lire absolument.


Aujourd’hui, le poste de chef de produit est une fonction clef des fournisseurs d’audioprothèse. Bien souvent audioprothésiste, ils sont dépositaires de la formation produit, des connaissances techniques, en lien avec la R&D et les clients audioprothésistes. Ils réalisent des études de cas et participent aux essais cliniques. Je vais ressortir mon bouquin de marketing : ils sont la pierre angulaire de la distribution : ils sont à la croisée des chemins entre l’audioprothésiste, le commercial et la recherche et développement. Leur poste est donc essentiel pour une bonne vision globale du marché.

Bref, j’ai eu le plaisir de rencontrer Clément SANCHEZ : dire que j’ai passé un bon moment est un euphémisme : la somme de connaissances et d’informations métiers m’a permis d’actualiser mes informations techniques et mes divers avis sur la profession.

Une expérience à réitérer…. et vite !

Peu d’informations sur les aides auditives arrivent en ce moment… il est vrai que l’après-congrès est pauvre en informations de tout genre sur l’audiologie en général et l’audioprothèse en particulier !

Bref, nous essayerons de capter en deuxième quinzaine de Mai un maximum d’infos sur nous fournisseurs préférés !!!

Compte rendu

En tant qu’indépendant, je trouve l’exercice du compte rendu d’appareillage difficile et surtout
ùfastidieux. De plus, je n’ai pas d' »outils » spécifiques qui permettrait d’augmenter la productivité des rapports Otometrics propose une solution qui mutualise les différents tests qui ont été réalisés. Le résultat est spetaculaire : un logiciel qui permet une présentation claire et concise du compte rendu. On peut y insérer les résultats standards (audiométries, impédancemétrie..) et les résultats des dispositifs estampillés otometrics (visualspeech et otocam). La démonstration semble éloquente et on retrouve un point d’entrée unique dans NOAH ce qui facilité l’accès aux données cliniques.

Je n’ai pas eu l’occasion de tester ce logiciel :dès que j’ai l’occasion de pouvoir tester je vous en dis plus.

Les 2 Liens suivants permettent de parcourir des démonstrations :

Bienvenu

Bienvenu chez Blog-Audioprothesiste.fr !

Qui Sommes nous ?

Contactez nous !

Je contacte Sébastien
Je contacte Xavier
Je contacte Jean Michel