Pas grave…

J’ai classé ce post dans la catégorie « étude de cas », mais c’est plus une constatation qu’une étude de cas.

Il s’agit d’une dame présentant de otites chroniques avec période de rémission de quelques semaines à (rarement) quelques mois.

Des drains trans-tympaniques ont été posés des deux côtés, à plusieurs reprises. Le droit est tombé depuis 2 mois laissant une perforation (bien utile, finalement) tympanique ; le gauche se trouvait dans le conduit le jour des tests, le tympan refermé.

Voici le seuil à gauche : petit Rinne dans les graves.

Le seuil à droite :

Cette dame possède des appareils depuis plusieurs années, et à droite, son embout présente une aération « spiralée », sorte de rainurage en colimaçon tout le long du conduit, permettant une aération minimale tout en évitant trop de fuites acoustiques.

Cela étant, ses derniers appareils, après calibration du système anti-larsen, indiquent « l’effet d’évent », c’est à dire non seulement le diamètre de l’évent mais aussi les fuites acoustiques sur les bords de l’embout. A droite, cet effet d’évent est mesuré à 1mm.

Depuis qu’elle est appareillée, cette patiente n’a jamais pu avoir d’amplification des graves à droite, quasiment jusqu’à 750Hz, quand bien même les appareils le permettaient.

Certes, il est impossible d’avoir une amplification correcte de cette zone fréquentielle (250/750Hz) avec un évent de plus de 1.5mm. Mais ce n’est pas le cas ici, l’amplification de cette zone, quel que soit le gain apporté, se « perd ». Je ne retrouve rien à la mesure in-vivo (même avec gel autour de la sonde, pour ne pas créer un effet d’évent lors de la mesure).

Voici la mesure du niveau de sortie in-vivo (REAR ISTS à 65 et 75dB SPL d’entrée) :

Aucune correction des graves, quel que soit le réglage, quel que soit l’appareil…

Pour info, j’ai pratiqué une mesure RECD (différence de comportement acoustique entre le coupleur et l’oreille) et REUG (gain naturel de l’oreille).

Le REUG :

Le RECD :

La mesure du REUG met en évidence une anti-résonance vers 750Hz, même si elle est légère. Cet aspect d’un comportement acoustique d’un conduit à tympan perforé avait été évoqué ici, mais il est peu marqué dans ce cas présent.

Par contre, le RECD (mesuré à la base pour calculer le SPLoGramme) est assez particulier. Il a été mesuré avec mousse occlusive, pré-étalonné sur coupleur intra (appelée mesure RECD HA1 « mousse ») et ne devrait normalement en aucun cas être négatif (moins de puissance dans l’oreille que dans le coupleur), puisque l’oreille est totalement occluse. Or ici, on est entre -10 et -15dB selon les fréquences dans les graves. Il y a bien « fuite », mais pas vers l’extérieur (perte d’étanchéité), mais vers l’oreille moyenne, par la perforation. Fuite ? défaut d’admittance du tympan ? autre ?

Bref, ce genre de mesure met en évidence une impossibilité quasi-physique d’amplification des graves, au-delà de tout problème d’étanchéité ou de puissance de l’appareil: il faut renoncer à cette zone fréquentielle, sous peine de trop fermer un conduit déjà fragile, ou de « fatiguer » un écouteur qui au final n’apportera quasiment rien de mieux.

A la rigueur, cette dame aurait un évent plus gros (sous réserve de ne pas présenter de larsen), celà ne changerait rien.

Comments (2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenu

Bienvenu chez Blog-Audioprothesiste.fr !

Qui Sommes nous ?

Contactez nous !

Je contacte Sébastien
Je contacte Xavier
Je contacte Jean Michel