You have activated a Bronze+ WP Symposium feature, but you have not entered your Activation Code. Get one on the Membership page on the WP Symposium website.

Posts Tagged ‘Affinity’

Ratio de compression in-vivo

Written by xavdelerce on . Posted in Affinity, Chaînes de mesure, La compression, mesure in-vivo

Une difficulté rencontrée lors de la mesure in-vivo est de faire coïncider le ratio de compression affiché par le logiciel de réglage et celui, réel, mesuré in-vivo.

Si vous effectuez une mesure in-vivo avec un signal de balayage, une mesure à 65 puis à 75dB SPL vous donnerons une lecture quasi-immédiate de CR par un calcul simple. Mais il est bien dommage, voire impossible d’effectuer aujourd’hui une MIV avec un tel signal. L’ISTS est pour cela hautement recommandé.

Le problème avec un signal de parole, fluctuant par nature, est qu’il devient très délicat d’associer le CR affiché et l’action (bonne ou mauvaise) de ce taux de compression sur le signal vocal. En effet, si le logiciel dit CR=4.0 entre 65dB SPL et 80dB SPL, malgré l’énormité d’une telle compression, il y a de fortes chances que la « voix moyenne » (65dB SPL) et même la voix forte (75dB SPL) ne soient pas impactées par cette compression. Pourquoi ? car même à niveau « moyen », l’énergie par bande de tiers d’octave d’un signal vocal ne dépasse pas 60dB SPL, y compris en crêtes:

Une telle compression (CR de 4.0 à TK=65dB SPL) n’aurait quasiment aucun effet à voix moyenne et à voix forte. Les points d’enclenchement nécessaires à une action sur un signal de parole sont situés entre 30 et 60dB SPL.

Cette difficulté de relier « CR affichés » et « CR réels » lors de l’utilisation d’un signal vocal avait été exploré dans ce très bon article.

Mais cela n’empêche pas la dégradation de la dynamique vocale par les compressions de bas niveau d’entrée et autres expansions dont on ne sait en général pas où elles agissent… Si l’on considère la dynamique vocale non-déformée, on retrouvera une valeur d’environ 30dB, correspondant au LTASS +12dB et LTASS -18dB:

Tout facteur de compression excessif positionné à un TK de 55dB SPL aurait tendance à dégrader les crêtes du signal, et à l’opposé, tout TK de la première compression, situé trop haut (ex: 40dB SPL) aurait pour conséquence de ne pas amplifier les « vallées » de la parole.

De retour du congrès, j’ai donc découvert la possibilité, en temps réel, d’analyser la facteur de compression sur la dynamique de la parole, le tout in-vivo.

Du percentile 30 (vallées) au percentile 99 (crêtes), la chaîne de mesure Affinity calcule en temps réel le ratio de compression, et dans chaque bande de tiers d’octave vous affiche le CR:

Cette analyse est intéressante pour les niveaux élevés de parole (ex: 75dB SPL) et peut être effectuée, au choix, sur la dynamique perc. 30/perc. 99 ou bien perc. 60/perc. 99:

Le taux de compression utilisé reflète donc le traitement du signal appliqué mais peut prendre des valeurs inhabituelles: par exemple, un CR de 0.85 reflèterait un premier TK trop haut, une mauvaise amplification des informations de faible niveau (percentiles 30). Un ratio de compression de 1.0 indique donc une dynamique vocale préservée (30dB en entrée, 30dB en sortie amplifiée). Il va sans dire que cet affichage est TRES intéressant lorsque l’on utilise des appareils censés utiliser un « gain linéaire flottant ». S’il est vraiment « linéaire » ce « gain flottant », la dynamique vocale ne devra pas être détériorée, donc Affinity devrait afficher un CR de 1.0, ou en tout cas décorrélé du CR « classique » ou « affiché »…

Cette fonctionnalité est présente dans la version 2.3 d’Affinity et peut être réalisée in-vivo (exemple précédent) ou au coupleur (exemple ci dessus). Elle correspond à la norme IEC 60318-5.

Je trouve cette mesure extrêmement utile: au-delà de s’assurer qu’il y a « in-vivo » une amplification suffisante, nous allons pouvoir vérifier qu’il n’y a pas de dégradation de la dynamique du signal et que les algorithmes nous assurant un traitement spécifique pour la parole, le font bien.

Pour les puristes, cette version d’Affinity, par simple clic-droit sur le « label » (niveau) de la courbe dans le bandeau de droite, vous donne accès à l’analyse statistique complète des niveaux d’énergie du signal au cours du temps. Preuve en est que nous avons à disposition de bien beaux joujoux !

On progresse toujours…

Le training vidéo sur Affinity

Written by xavdelerce on . Posted in Affinity, Chaînes de mesure

Pré-requis:

  1. vous êtes l’heureux (ou pas !) possesseur d’un Affinity
  2. paramétrer l’engin vous fait peur mais vous aimeriez l’exploiter au mieux
  3. vous avez du temps à y consacrer (mais du temps à gagner au final…)
  4. vous adorez qu’on vous parle anglais (ne partez pas !!! ;-) )
  5. et enfin, vous n’avez pas… RTFM !

Affinity est un merveilleux joujou mais encore faut-il bien paramétrer ses tests d’usage quotidien, car ceux proposés par défaut sont trop anglo-saxons (à mon goût) et par forcément adaptés à votre pratique quotidienne.

Mais seulement, autant vous pourrez demander à cette machine de faire tout ce que vous voulez, et comme vous voulez, autant créer ses propres tests et les impressions qui vont avec peut s’avérer délicat. Et je ne parle pas de la maîtrise de l’engin et de l’interprétation des données… on ne dompte pas une bête de course du jour au lendemain !

Interacoustics a dû avoir des échos sur ces points car il propose sur son site des vidéos d’entrainement sur des aspects très variés de la machine:

Tout celà est tiré de la section « Resources » d’Interacoustics, allez y faire un tour de temps en temps, de nombreux articles intéressants sur de nombreux sujets audiologiques s’y trouvent.

Intégration du TEN-Test sur Affinity 2.04

Written by xavdelerce on . Posted in Audiologie, Audiométrie tonale, Audioprothese, Investigations audiologiques, TEN-Test

Le TEN (Threshold Equivalent Noise = bruit égalisateur de seuil) est le signal utilisé  pour effectuer un TEN-Test, ou test de zones mortes cochléaires.

Mis au point par B.C.J. Moore en 2000, ses caractéristiques spectrales (spectre et densité) permettent de pratiquer un masquage ipsilatéral qui va faire « tomber » le seuil à la valeur d’émission du TEN (voire plus bas si une zone morte est présente): c’est à dire que si vous avez un seuil à 10dB HL sur toutes les fréquences (on présume que vous n’avez pas de ZMC !) et que vous envoyez le TEN à 70dB HL par exemple, votre seuil en présence de ce bruit va tomber à 70dB HL sur toutes les fréquences (500 à 4000Hz).

Ce type de masquage n’est ABSOLUMENT pas possible avec un bruit blanc ou même un Speech Noise (de spectre pourtant proche).

Spectre du TEN(HL)

Spectre du TEN(HL)

Le TEN-Test était jusque là disponible en CD de test, l’un en HL, l’autre en SPL.

Pour la première fois (à ma connaissance), le TEN est disponible sur une chaîne de mesure (Affinity, à partir de la version 2.04) au même titre q’un WN ou SN !

Il faut faire activer cette fonction (payant, environ 200€ en MAJ) et surtout calibrer ce signal (donc retour à la case étalonnage) pour pouvoir l’utiliser.

Il va donc pouvoir être possible de faire « en routine » des tests de zones mortes (ou « inertes », « désafférentées »… avant d’être déclarées définitivement perdues, après période de stimulation par appareillage !).

L’intégration du TEN(HL) Test sur Affinity 2.0.4 (par B.C.J. Moore).

Pour en savoir un peu plus sur la procédure, vous trouverez des détails sur le résumé des conférences et ateliers du Congrès 2004: pages 20 et suivantes, la conférence de Moore, et pages 51 et suivantes, l’atelier.

Mesures in-vivo avec le Signal Vocal International de Test (ISTS) sur Affinity 2.0x

Written by xavdelerce on . Posted in Audioprothese, Investigations audiologiques, Le gain, Le niveau de sortie Max., mesure in vivo, mesure in-vivo, Réglages des appareils

Pour les possesseurs d’Affinity (avec l’option REM) en version 1.x ou 2.0x, il est possible d’importer un test déjà prédéfini sous la forme d’un fichier .iax .

Si vous êtes intéressés, à la fois par les mesures in-vivo (c’est un minimum !) et par le fait de tester in-vivo les aides auditives sans avoir à désactiver les algoritmes de traitement du signal ou sans utiliser les fonctions type « test-REM » des logiciels fabricants, il est possible pour celà d’utiliser le Signal Vocal International de Test (ISTS).

Ce signal est téléchargeable sur le site de l’EHIMA sous la forme d’un fichier .wav que vous copierez ensuite dans le dossier « Mes documents ». L’avantage énorme d’Affinity est de pouvoir utiliser comme signal de mesure n’importe quel fichier .wav que vous lui fournirez (le meilleur comme le pire, donc !), mais justement, l’ISTS est calibré, son spectre est connu, c’est de la voix « réelle », bref, un excellent candidat pour la mesure in-vivo ou chaîne de mesure (caisson).

Sur Affinity 1.x, on peut mesurer le niveau de sortie oreille nue (REUR), le gain étymotique (GNO ou REUG) sera automatiquement calculé. Le calcul du gain d’insertion est fait dès la mesure avec appareil, mais le niveau de sortie appareillé (REAR) n’est pas de lecture aisée, d’une part car sur cette version logicielle d’Affinity le seuil en dB SPL n’est pas représenté (c’est pour le moins gênant…), également, cette version logicielle ne permet pas la visualisation des crêtes et creux du signal. On travaillera essentiellement en gain d’insertion (REIG) sur cette version et c’est bien dommage.

Sur Affinity 2.0x, le logiciel a été totalement refondu et permet la visualisation des niveaux de sortie avec appareil (REAR) avec signal vocal en entrée, notamment grace à l’excellente possibilité d’affichage de la dynamique du signal (fonction « display peaks and valleys »). Sur Affinity 2.0x l’ ISTS est inclus dans la liste des signaux, pas besoin d’aller le récupérer dans les fichiers sons comme dans la version 1.x.

Après plusieurs mois de tatonnements, essais en tous genres, recherche de différents modes de lissage, étalonnages, etc… je suis arrivé sous Affinity 2.0 à créer un test qui me semble tenir la route, assez exhaustif (REUR, REUG, REAR, REIG, RECD, y’en aura pout tout le monde !!), et uniquement au signal vocal.

Surtout, je le redis, rien que pour l’affichage des niveaux de sortie (REAR) à la voix (ISTS) et affichage de la dynamique, on ne peut pas mieux faire pour savoir ce que le patient entend vraiment (pour le « comprend vraiment », c’est autre chose…):

Niveau de sortie appareillé ISTS

Niveaux de sortie avec AA et ISTS en entrée 62/75dB SPL

Si ça vous dit, vous pouvez télécharger ce test (fichier .iax) et l’importer sur votre Affinity 2 (voir plus bas).

Description et « trucs et astuces »:

  • L’étalonnage des sondes doit se faire face au HP, en dehors de la tête du patient, en tenant le casque REM à 40cm du HP (pour avoir testé, cette méthode donne de meilleurs résultats sur l’émission du signal)
  • Le test commence par la mesure du REUR (réponse du conduit nu). Avant cette mesure, une équalisation en fréquence se fera une fois pour toutes et le micro de référence s’arrêtera ensuite pour le reste des tests: pendant cette équalisation, veillez à ce que le patient regarde le HP, ne bouge pas et soit TRES silencieux.
  • Le REUG (gain naturel de l’oreille) est calculé automatiquement à partir de la mesure précédente.
  • Si ça vous dit, vous pouvez ensuite effectuer les mesures de gain d’insertion (un seul niveau prédéfini à 62dB SPL, mais vous pouvez faire varier l’intensité d’entrée).
  • Et surtout, la mesure des niveaux de sortie appareillé (REAR) avec affichage de la dynamique vocale vous renseignera sur la perception de votre patient pour trois niveaux: 55, 62 et 75dB SPL d’entrée (image plus haut).
  • Eventuellement, mesure Visible Speech (attention, moyenne obtenue après 8sec et facteur de lissage 7)
  • Et RECD si besoin…

Quelques précautions:

  • Tous les tests sont en mode « continu »: vous devez les arrêter vous-même, idéalement après un 10aine de secondes (après le mot « poderos » par exemple, bon courage ;-) ) pour qu’une intégration correcte puisse se faire (y compris pour le REUR).
  • Ma sortie son est définie sur FF2, si vous utilisez une autre sortie, veuillez la renseigner.
  • Le calque d’impression est créé.
  • J’utilise DSL V. 5 adulte et signal voix, je ne discuterai pas politique… mais vous pouvez changer la formule.
  • Téléchargez ce test, copiez le dans « mes documents » ou ailleurs et dans le module REM faites « Menu »–> » »Configuration »–> »Configuration REM440″–> »Importer » et allez chercher le fichier REM ISTS.iax.

Voilà, aucune excuse maintenant pour ne pas utiliser la fonction REM de ce merveilleux joujou !

XD

La réalisation d’un SPLoGram sur Affinity 2

Written by xavdelerce on . Posted in Affinity, Astuces sur les appareils, Chaînes de mesure, mesure in-vivo, RECD, REDD, SPLoGramme

Le SPLoGram est la transformation en décibels SPL d’une audiométrie réalisée en dB HL, dans le but d’une utilisation pour la mesure des niveaux de sortie avec appareils auditifs. Ca c’est le côté « logiciel », effectué par les fabricants pour convertir nos audiométries HL.

Le SPLoGramme est censé représenter l’énergie sonore au tympan, en dB SPL, déclenchant une sensation auditive (seuil, inconfort, etc…)
Contrairement à l’Aurical qui propose la mesure par ME-intra donnant un résultat direct en dB SPL (par REDD), Affinity, comme la plupart des chaînes de mesure, propose des mesures audiométriques à l’insert EAR 3/5A, en dB HL.
Mais pour passer en dB SPL, il ne suffit pas d’utiliser les tableaux de conversion HL–>SPL, car le SPLoGram « idéal » est une représentation graphique des seuils en dB SPL dans le conduit auditif de votre patient, avec les phénomènes acoustiques propres à son volume, car les conduits auditifs font rarement 2cc (volume du coupleur servant à étalonner les inserts).
Deux solutions existent en fait pour effectuer cette conversion:
Le REDD (Real Ear Direct Dial) qui consiste à pratiquer une audiométrie en mesurant simultanément le niveau en dB SPL atteint au fond du conduit par une sonde in-vivo lorsque le patient répond. Cette technique est peut-être plus délicate au casque, mais elle est en revanche simplissime avec inserts sur Aurical (voir post sur ce blog « l’audiométrie en dB SPL sur Aurical »).
Le RECD (Real Ear to Coupleur Difference), utilisé ici: différence entre un signal mesuré au fond du conduit et au coupleur.
Sur Affinity, vous avez deux façons de mesurer le RECD: par l’embout ou par « tétine » en silicone de type tympanométrique reliée à un porte-sondes appelé « SPL60″. L’avantage de ce dernier matériel est que vous n’avez pas à placer la sonde (elle est intégrée dans le matériel), l’inconvénient est de ne pas utiliser l’embout… à vous de voir. Si on utilise ce porte-sondes SPL60, il faudra alors utiliser un coupleur particulier SPL60 pour l’étape coupleur.
Vous sélectionnez une audiométrie réalisée aux inserts EAR 5A et vous passez dans l’onglet REM: la mesure RECD vous demandera ensuite si vous souhaitez réaliser la mesure par l’embout, par le SPL60 ou bien utiliser des valeurs RECD « standards ». Vous voudrez peut-être aussi transposer une mesure faite sur une oreille à l’autre oreille (dans le cas où ça bouge en cabine…).

Donc vous avez réalisé un RECD d’une session précédente et vous voulez l’intégrer à votre session de REM actuelle pour avoir des courbes personnalisées en dB SPL au tympan (SPLoGramme), il suffit de faire un clic droit sur le RECD du patient et de sélectionner « transfert sur actuel »:

 

Le SPLoGramme statistique (issus d’un RECD moyen) sera recalculé en fonction du RECD de votre patient:


Une fois la mesure RECD réalisée, les mesures REAR (Real Ear Aided Response) seront proposées soit en mesure in-vivo classique, soit au coupleur pondéré par le RECD. Le SPLoGramme lu est donc bien le rsultat du seuil en dB HL + RETSPL 2cc (pour passer du HL au SPL coupleur) + RECD mesuré: vous avez un SPLoGramme individualisé, et non plus estimé.

Attention toutefois à passer en mode « oreille » plutôt que « coupleur » si vous voulez faire une MIV sur le patient plutôt que simulée au coupleur (S-REM):


C’est maintenant aussi facile qu’avec Aurical…
C’était peu clair: ils vous le diront mieux que moi…

XAVIER DELERCE

Les commentaires récents

xavdelerce

|

Bonjour madame,

Je farfouillais dans les entrailles du blog pour les MAJ et je vois votre commentaire… dans les indésirables ! Juré, ce n’est pas moi ou Sébastien GENY, c’est le moteur Askimet (trie les indésirables).
Donc votre commentaire n’est pas indésirable, bien que le blog ne soit pas un espace pour ce genre de commentaires de malentendants, mais plutôt tourné vers les professionnels. Vous l’aurez compris, notre démarche à travers ce blog est d’élever, dans la mesure de nos petits moyens intellectuels, l’intérêt de nos confrères pour des sujets que nous jugeons importants pour l’audioprothésiste et donc en retour, pour son patient.
Son PATIENT, oui, ce nom n’est pas choisi au hasard. Vous êtes certes un consommateur (puisque nous sommes des commerçants..), mais nous sommes également des paramédicaux avec nos obligations. Autant je ne supporte pas en tant que professionnel d’avoir à fournir un devis sur un coin de bureau quand un malentendant me tend l’audiométrie de l’ORL en me demandant « Combien ? », autant, comme vous le décrivez, un devis ne doit pas se faire à la légère.
Pour faire simple, l’audioprothésiste se doit de faire des tests COMPLEMENTAIRES à ceux de l’ORL (ne s’y substituent pas, mais les enrichissent): tests vocaux différents des FOURNIER disyllabiques, recherche d’inconfort vocal et tonal, mesure audiométrique largement préférable aux inserts (et pas au casque), REUR, RECD, empreintes (ne serait-ce que pour avoir l’orientation des CAE et la faisabilité de tel ou tel couplage auriculaire). Et avant tout, une anamnèse sérieuse: qui êtes-vous ? que recherchez-vous ? que pouvez-vous/voulez-vous financièrement (n’oubliez pas que ce choix vous appartient) ? Quels sont vos possibilités de prise en charge (vous êtes en activité, vous avez peut être droit à l’AGEFIPH) ? L’état/la taille de vos CAE permet-il toutes les formes d’appareillage ? etc. etc.
Vous n’avez manifestement pas eu ces services que vous étiez en droit d’attendre, je le déplore. Faites jouer la concurrence.
Mais ne pensez pas non plus l’appareillage en tant que « consommateur »: ce n’est pas un produit « à emporter ». Les termes de « refaire à l’identique », « refaire une empreinte sur un scan existant », « faire un devis d’après l’audiométrie de l’ORL », non, ces demandes ne sont et ne seront pas acceptables par un audioprothésiste qui se respecte ! Le tout au bas mot pour un bilan pré-prothétique de 1 heure minimum…

sab

|

bonjour,
j’ai 43 ans, suis appareillée depuis l’âge de 3 ans…
je suis professionnel de santé et je travaille dans mon cabinet médical +domicile.
je suis actuellement appareillée du côté droit pour convenance personnelle. Ayant besoin d’un deuxième appareil identique au premier pour m’en servir « d’appareil de secours » si le premier tombe en panne, je suis allée voir plusieurs audiopr afin de leur demander des devis. je suis rentrée chez moi bredouille. Aucun devis ne m’a été proposé. ce que l’on m’a proposé :
-une autre marque
-un café
-une empreinte dont je n’ai pas besoin car avec le numéro de série de mon appareil elle est reproduite en 3D par le fabriquant
-un audiogramme car soi-disant le prix varie en fonction de la surdité (ah bon????) que j’ai refusé aussi car je demande le « duplicata de mon premier appareil acquis en sept 2012. Pas besoin d’audiogramme pour en savoir le prix.
Au vu de ces sympathiques rdv qui m’ont fait perdre du temps, je me suis dépêchée de téléphoner au fabriquant, lui expliquant que je ne parvenais pas à obtenir un devis .
L’audio de la marque m’explique ce que je sais : les audiop ont une obligation légale de fournir des devis avant de vendre un appareil. Et qu’il peut me refaire le mien à l’identique, avec le numéro de série et le lieu d’achat du premier exemplaire.
je considère que les malentendants sont pris rééllement pour des imbéciles par ces vendeurs. Car à mon avis ils ne sont plus audioprothésistes mais vendeurs. Les deux que j’ai vus étaient littéralement nuls. Je retourne chez le premier qui m’a vendu le premier appareil . Il était tellement vexé que j’aie pu tel au fabriquant qui lui a demandé pourquoi il ne faisait pas de devis que j’ai obtenu un appareil à 1000 euros, deux fois et demi moins cher que mon premier achat où j’avais considéré être volée.
J’espère que ce commentaire ne sera pas effacé car manifestement lorsqu’un sourd est un peu habile, il est effacé car « gênant ».
je reçois des sourds dans mon cabinet et je vois leur fragilité et leur dépendance face à ces prothèses. Il est vite fait de leur faire avaler n’importe quoi quant à l’achat. Pour les personnes âgées, c’est le même problème, la plupart ont des prothèses très mal adaptées qui finissent dans des tiroirs… avec des audioprothésistes impossibles à joindre dès que l’achat est fait , barrière de secrétariat intéressante dans ce cas….

Hugo

|

Effectivement plus aucun domaine (comme les opticiens ou les audioprothésistes) ne peuvent compter sans internet.
Mais par contre même si le e-commerce présente beaucoup d’avantages, pour les appareils auditifs rien ne vos les conseils en directe de votre audioprothésiste.
Un article très intéressant néanmoins.

Instagram @Audioprothese