You have activated a Bronze+ WP Symposium feature, but you have not entered your Activation Code. Get one on the Membership page on the WP Symposium website.

Posts Tagged ‘Audiologie’

Books

Written by xavdelerce on . Posted in Audiologie, Audioprothese, Investigations audiologiques, Livres, mémoire, Revue de presse

Quelques ouvrages que je trouve très intéressants et qui pourraient s’avérer précieux pour des audios(logistes ?) désireux de cultiver leurs neurones.

Certes, ils sont en anglais, mais écrits de façon très simple et limpide. C’est la force de leurs auteurs, très pointus dans leurs domaines (Valente, Moore et Dillon), mais vraiment « accessibles ». Et on s’aperçoit une fois encore que l’audiologie anglo-saxonne, Amérique, Grande-Bretagne et Australie, nous en met plein la tête !

B.C.J. Moore: An Introduction to the Psychology of Hearing (6th Edition) – 01/2012. Moore en est à la sixième édition de ce livre, et avant de me lancer à l’achat, un petit tour sur Google Books m’a rassuré quant au côté abordable de la chose. « Psychology of Hearing » fait le tour de différentes notions de psychoacoustique, et cette piqûre de rappel de plus de 400 pages (tout n’est pas compréhensible par mon petit cortex…) fait vraiment du bien. Pas à pas, on en arrive à des notions très actuelles et pointues (concept des ERB, intégration cochléaire normale et pathologique du signal, enouveau modèle de progression de sensation sonore à la base de celle utilisée par NAL depuis 2004, phénomènes de masquage, démasquage, localisation spatiale, etc.). Les 160 premières pages sont absolument à connaître pour bien appréhender le fonctionnement des filtres cochléaires, les phénomènes de perte de sélectivité, zone cochléaires déficientes, démasquage, etc.

Ca fait du bien quelques années après la fac !

M. Valente: The Audiology Capstone: Research, Presentation, and Publication – 06/2011. Justement, après la fac: la fac, le retour ! Capstone pourrait se traduire par « mémoire de fin d’études », « publication d’un mémoire recherches ». Il s’agit d’une boîte à outils pour étudiants, de notre équivalent D.E. à +++, et qui doivent se lancer dans la rédaction d’un travail de recherche. Tous les sujets sont abordés, là aussi pas à pas, sur la recherche biblio, la revue de littérature, l’élaboration d’un test, constitution d’un échantillon représentatif et robuste, analyse statistique et graphique, rédaction. Très formaté, très carré, très US quoi… On comprend pourquoi ils publient tant !

H. Dillon: Hearing Aids – 07/2012 .

Hearing Aids

Seconde édition entièrement remaniée de juillet 2012. La première était géniale, la seconde est une encyclopédie ! Par le format (un bon kilo et-demi) et la somme de connaissances… Il ne s’agit pas d’une simple mise à jour: tout a été ré-écrit et des sujets d’actualité sont également traités. On citera une énorme partie sur la mesure in-vivo et tout ce qui concerne l’audiométrie aux inserts, le RECD sous toutes ses coutures et pourquoi cette technique audiométrique est particulièrement utile à l’audioprothésiste. Vaut-il mieux mesurer un REAG ou un REIG (gain d’insertion) ? réponse argumentée, vous saurez enfin (!). Un intéressant chapitre sur la déprivation sensorielle, sur l’appareillage de l’enfant et ses spécificités, sur l’historique et le choix actuel d’une formule de calcul, etc, etc., etc. Et aussi, un impressionnant chapitre sur « La compression » et ses effets/méfaits.

Un incontournable pour tous les audios et les étudiants.

Voilà, après tout ça, on ne pourra plus dire « Je ne savais pas ! »…

Beautiful Graphs

Written by xavdelerce on . Posted in Audiologie, formation, Formation initiale, mémoire

 

 

 

Un problème souvent posé par les étudiants préparant un mémoire est l’exploitation statistique et graphique de leurs données.

Les logiciels du commerce, commençant par E et finissant par L, chers (malgré les « offres étudiants), ne permettent pas toutes les analyses parfois nécessaires à l’étude des résultats d’un échantillon, et les graphiques produits se ressemblent tous et sont limités. Et vous ne voulez pas pirater MATLAB (c’est vilain !), et en plus il faut apprendre à s’en servir (c’est compliqué !)…

Le logiciel R mérite vraiment qu’on s’y plonge. Il permet des analyses statistiques ultra-puissantes, rapides (une seule commande pour un t-test contre 15 clics dans E…L), il est gratuit, configurable à l’infini, et cerise sur le gâteau, permet des graphiques « professionnels » et de toute beauté.

Un pense bête, en chantier, pourra vous aider dans l’approche graphique. Une partie consacrée à l’analyse statistique est à venir. Des exemples basiques et revenant 90% du temps y sont détaillés et les codes que vous pouvez copier/coller, pourvu que vous les adaptiez à vos fichiers de données, vous permettront de ne pas (trop) vous prendre la tête dès le départ. On n’a rien sans rien…

R est téléchargeable sur le site du CRAN. Evidemment, à l’ouverture du logiciel, se retrouver devant la ligne de console, ça peut effrayer… Pas de panique, la lecture de quelques manuels très bien faits devrait, pas à pas, vous débroussailler la chose. Parmi ceux-ci, je vous conseille les incontournables « R pour les débutants » et « R pour les statophobes« .

Au final, la maîtrise des bases de R en vaut la chandelle: exploitation rapide des données et possibilités graphiques infinies. Quelques aperçus:

 

Ce pense bête est disponible et détaille pas à pas les procédures permettant d’aboutir à quelques graphiques de base les plus couramment utilisés. SI vous êtes intéressés, contactez-moi, je vous le ferai parvenir en version 0.00. Mais faites auparavant un petit tour sur le site du CRAN et téléchargez le joujou et les B.A.-BA pour voir à quoi tout ça ressemble.

Une seule chose: donnez nous des idées, vos avis, vos suggestions en retour afin de faire évoluer tout celà. Merci.

Temps mort – Le TEN-Test

Written by xavdelerce on . Posted in Affinity, Audiométrie tonale, Aurical, Chaînes de mesure, Etude de cas, Investigations audiologiques, Physiologie, TEN-Test

En 2000, B.C.J. Moore présentait un nouveau test audiométrique tonal, le TEN-Test, censé être aussi efficace  que l’utilisation des courbes psycho-acoustiques d’accord (85% environ aussi précis, selon ses travaux) dans la détection de « Zones Mortes cochléaires ». Une « Zone Morte » étant définie par l’absence ou une importante raréfaction des cellules cilliées internes (CCI) dans la cochlée, rendant toute amplification prothétique inutile, voire nuisible à l’intelligibilité selon certains auteurs à l’époque.

Ce test est un test d’audiométrie tonale, d’abord effectuée dans le silence (classique…), puis ré-effectuée dans un bruit envoyé de manière ipsilatérale. On demande alors au sujet testé de déterminer son seuil de perception au milieu de ce bruit, appelé « TEN ». TEN= « Threshold-Equalising Noise », ou « Bruit Egalisateur de Seuil ».

C’est justement dans ce « bruit » que réside tout  le test. Son élaboration repose sur des fondements psycho-acoustiques relativement récents. Son but est donc « d’égaliser/équaliser » le seuil à son niveau. Par exemple pour une surdité en pente régulière:

L’audiométrie a d’abord été réalisée au casque (ronds rouges) sans le bruit, par pas de 2dB. Elle est ensuite refaite avec présente du TEN, ici envoyé à 70dB/ERB. Les seuils « tombent » alors à l’intensité d’émission du TEN, et devraient s’aligner aux environs de 70dB HL pour chaque fréquence testée. Aucun autre signal masquant ne permet cela, ni le bruit blanc, ni le bruit rose. Le TEN est en effet élaboré de telle sorte qu’il a un pouvoir masquant égal dans chaque ERB, son intensité n’est pas donnée strictement en dB HL, mais en dB/ERB.

ERB ?

Si vous vous faites le test et que vous utilisez un TEN à 70dB/ERB, vous vous apercevrez que c’est fort et à 80dB/ERB vraiment très fort. ERB signifie « Equivalent Rectangular Bandwidth » ou en gros, « Bande de largeur rectangulaire équivalente ». Sous-entendu: « équivalente à un filtre auditif ».

Ces « filtres auditifs » sont en fait les « Bandes critiques » (mais pas exactement pour Moore), décrites par Fletcher dans les années 1940, au nombre de 24 (échelle des Barks). Elles correspondent à des « filtres cochléaires » présentant de nombreuses particularités. Par exemple, pour un son pur à 1000Hz dans la bande critique 1000Hz (qui fait 160Hz de large); l’ajout d’un second son pur de même intensité à une fréquence proche du premier (ex: 1010Hz) mais dans la même bande critique (compris dans cette bande de 160Hz) ne provoquera pas d’augmentation de sonie. Si le second son pur « sort » de la bande critique 1000Hz, il provoquera un changement de sonie. Ces propriétés (et d’autres encore) ont été étudiées et affinées depuis Fletcher et Zwicker, et il est apparu plus simple de modéliser ces « filtres auditifs » qui ont une forme de cloche (sommet en pointe et extrêmes aplatis), par leur « équivalent rectangulaire » (équivalent rectangulaire de la surface ou aire du filtre auditif):

Filtre auditif et ERB. C. Jurado, D. Robledano - 2007

Filtre auditif et ERB. C. Jurado, D. Robledano - 2007

Mais B.C.J. Moore dans les années 80 a entrepris (avec d’autres) de re-mesurer la largeur des filtres cochléaires en utilisant une technique dite du « bruit à encoche », donnant une meilleure précision dans la détermination de leur largeur en fonction des fréquences. Je précise qu’il n’y a bien entendu ni « 24 bandes critiques », ni « emplacements ERB » fixes et bien délimités dans la cochlée, mais un continuum chevauchant de filtres cochléaires. Si l’on prend une fréquence quelconque, par exemple toujours 1000Hz, on s’aperçoit que la bande critique suivante (voir propriétés plus haut) est à 1770Hz, le filtre précédent à 840Hz, etc. Ceci est valable pour les bandes critiques et les ERB (fréq. centrales différentes pour ces dernières).

Les ERB (échelle en « Cams », par opposition aux « Barks ») sont un peu plus étroites que les bandes critiques, notamment dans les aigus:

BC, ERB et 1/3 d'octave. XD 2012.

Pour une revue détaillée du concept de « filtres cochléaires » et de leurs propriétés (la machine humaine et son oreille en particulier sont incroyables…), la dernière édition de Psychology of Hearing de BCJ Moore est extrêmement détaillée, très didactique et progressive dans l’approche de concepts psycho-acoustiques pas toujours évidents (il appelle ça « Introduction » mais ça fait plus de 400 pages…). Vous trouverez également dans ce document libre (p. 421 à 427) divers développements sur les BC et ERB.

Donc lorsque l’on utilise le TEN à 70dB, il s’agit donc de 70dB dans chaque ERB, d’où le niveau ressenti: fort !

Le but décrit par Moore avec l’utilisation du TEN est d’éviter « l’écoute hors fréquence » (« Off Frequency Listening »). En présumant qu’une zone cochléaire est « morte » selon les critères décrits plus haut, l’augmentation du niveau du son pur de test entraîne un « pattern d’excitation » qui s’élargit sur la membrane basilaire, permettant au final à des cellules cilliées situées plus loin de la zone testée, de « répondre » à la place de la fréquence testée. On obtient alors un « faux-positif » audiométrique faisant penser à une perception réelle dans la zone. En réalité, le patient aura perçu un stimulus plus large bande (type bruit filtré), mais pas le son pur envoyé.

Le but du TEN-Test est donc d’utiliser un bruit masquant (le TEN), étudié spécifiquement pour donner la même intensité de masque dans chaque ERB. En présence du bruit masquant, les seuils doivent donc « tomber » au niveau du bruit puisqu’en saturant chaque ERB, il empêche « l’écoute hors fréquence ». Et ça fonctionne (l’égalisation du seuil au niveau du TEN), validant au passage de manière indirecte le concept d’ERB face au concept de bandes critiques.

Imaginons maintenant qu’une zone cochléaire ne possède plus de CCI. Nous testons (sans bruit masquant) en augmentant le signal de test, le pattern d’excitation augmente et les régions « saines » les plus proches finissent par répondre. Faux-positif. Le re-test en présence du TEN empêche la détection hors fréquence: le seuil masqué « tombe ». Exemple (réel, on en reparle plus bas):

 

TEN-Test

TEN-Test 70dB/ERB

 

Sans masque, le seuil de ce patient est représenté par les croix. Le TEN est ensuite appliqué à 70dB/ERB. Les fréquences 500 à 1000Hz tombent à 76 et 74dB HL, la fréquence 1500Hz tombe à 80dB HL (TEN + 10dB). La fréquence 2000Hz tombe à 86dB HL (TEN + 16dB). Les fréquences 3 et 4KHz ne « bougent » pas (mais elles auraient pu…).

B.C.J. Moore défini le critère de zone morte ainsi:

  • Pour les seuils dans le calme (sans TEN) inférieurs au TEN (ici, inférieurs=meilleurs que 70dB, donc de 500 à 2000Hz compris): Zone Morte Cocléaire (ZMC) si le « seuil masqué » est au moins 10dB au dessus du seuil « non-masqué » et 10dB au-dessus du bruit. Ici, le 1500Hz est « limite » et le 2000Hz est « positif » (ZMC @ 2KHz).
  • Pour les seuils dans le calme (sans TEN) supérieurs au TEN (ici le 3 et 4KHz): ZMC si le « seuil masqué » est juste supérieur au « seuil non-masqué » (ici si le 3KHz était passé de 86dB à 88dB HL et le 4K de 98 à 100dB HL). En réalité, il est conseillé dans ce cas d’utiliser pour ces deux fréquence un TEN plus élevé (80dB/ERB) pour voir si l’on obtient un décalage plus important des seuils masqués…
Et donc dans ce cas, on utiliserait uniquement la bande jusqu’à 1500Hz pour corriger, toute information apportée à partir de 2000Hz étant jugée inutile, voire nuisible à l’intelligibilité.
Voir pour plus de détails le PHONAK Focus 38 (PHONAK fait des trucs très bien ;-) )sur le sujet.

« Mais ça, c’était avant… » (Nous interrompons notre programme par une page de pub !).

Le TEN-Test est facile et rapide à administrer. Ses conclusions, binaires (Mort/Pas mort). Une littérature surabondante sur le sujet a été produite ces dix dernières années. Passé la première période de doute sur les résultats du test, de nombreux audiologistes ont tenté de dégager une règle d’amplification pour les sujets présentant une ZMC ou un TEN-Test positif. La » règle du 1.7Fe » a semblé s’imposer: si une zone morte est dépistée à xHz (appelé Fe), la bande passante de l’amplification ne devra pas dépasser 1.7*Fe.

Cette règle (les anglo-saxons aiment bien ce genre de trucs…) se basait aussi sur des travaux ayant mis en évidence une dégradation de l’intelligibilité chez des patients présentant des ZMC et chez qui la bande passante d’amplification n’avait pas été réduite (Vickers, Moore, Baer, 2001).
Des études plus récentes, et notamment l’article de Cox et al. en 2011, tendent cependant à minimiser l’impact négatif de l’amplification HF chez des sujets présentant des TEN-Tests positifs dans ces régions cochléaires. Une amplification HF maintenue resterait bénéfique dans ces cas. Ces auteurs réitèrent d’ailleurs dans un article à paraître bientôt: il n’est pas si évident que la réduction de bande passante d’amplification soit une bonne solution lors de TEN-Tests positifs.
Un résumé de leurs articles est disponible sur le blog Starkey.

Alors quoi ?

On fait un TEN-Test, il est positif. Certains auteurs disent « Pas d’amplification sur une supposée ZMC ! » et d’autres « Allez-y. Au pire ça ne fera que légèrement baisser le confort, au mieux, améliorer l’intelligibilité ! ».

Faire ou ne pas faire de TEN-Test ? That is the question !

J’enfonce le clou: certaines équipes de neuro-physiologie françaises sont très dubitatives sur le résultat immédiat du TEN-Test et son interprétation très « on/off » si je puis dire.

Je m’explique. En reprenant le patient précédent (oreille gauche). Ce monsieur a été testé lors du premier RDV de bilan pré-prothétique. Donc TEN-Test douteux à 1.5K et positif à 2K. Puis ce patient a été re-testé après deux mois d’appareillage (et donc de stimulation):

Là, on ne joue plus: les carrés gris = premier test, carrés bleus = second test (post-app. 2 mois). Le 1.5K est passé « négatif », le 2K est passé « limite ». TEN-Test en gros « négatif », amplification jusqu’à 2.5/3K environ supportée sans aucun problème.

Certes, le premier TEN-Test aura permis de démarrer une correction réduite en bande passante et s’élargissant ensuite. Le second TEN-Test n’aura fait que confirmer une sensation d’utilité d’une zone qui n’avait plus été stimulée depuis bien longtemps, mais qui était dans une moindre mesure certes, fonctionnelle. Je ne suis pas neuro-biologiste, mais sans trop m’avancer, le premier TEN-Test aura certainement mis en évidence une désafférentation de cette zone cochléaire, et le second, l’effet de la simulation sur la même zone et au-delà. J’attends avec impatience l’audiologiste qui pourra mener un test/re-test en pré/post-appareillage sur un échantillon conséquent et significatif…

Le TEN-Test est aujourd’hui disponible en routine sur le Nouvel Aurical, Affinity, et c’est tant mieux. Il est un outil de diagnostique irremplaçable pour l’audioprothésiste, permettant un accompagnement progressif dans la correction. L’adaptation prothétique reprend tout son sens: un acte professionnel sur le long terme. Pas un « objet ». Mais il doit être interprété avec prudence, notamment sur des résultats peu marqués.

XD.

PS: @ Maëlgad: j’y aurais mis le temps, mais je n’avais pas oublié que je devais t’envoyer ces infos ;-)

Comportement acoustique du conduit auditif à tympan perforé

Written by xavdelerce on . Posted in appareillage de l'enfant, Audiologie, Audioprothese, Investigations audiologiques, mesure in-vivo, Oreille

Si dans la majorité des cas, un drain transtympanique ou une petite perforation tympanique n’ont aucun effet sur le comportement acoustique du conduit auditif ouvert (gain étymotique) ou fermé (RECD), il arrive cependant que des perforations plus larges ou la présence de drains type « T-tubes » génèrent des déviations nettes par rapport aux résonances « standards » qui sont fonction de la longueur du conduit.

On retrouve ce phénomène pour les perforations souvent supérieures à celles provoquées par un drain, bien qu’il n’y ait rien de systématique en la matière, comme semblent confirmer les diverses études faites sur le sujet.

A la mesure in-vivo, on retrouve généralement une anti-résonance vers 1 à 2KHz:

GNO conduit tympan perforé 1800Hz

REUG tympan perforé: anti-résonance 1900Hz

Mais ce n’est pas systématique, car des perforations plus larges peuvent induire la disparition du pic primaire:

REUR et REUG tympan perforé: anti-résonance 3,5KHz

GNO et REUR CAE tympan percé: anti-résonance 3,5KHz

La plupart des études sur le sujet expliquent ce phénomène par une modification d’admittance du tympan (inverse de la résistance et qui s’exprime en … Siemens) pour certaines fréquences; ceci en relation avec la grandeur de la perforation et son emplacement sur la membrane tympanique.

Sur le plan prothétique, si l’on fait des mesures in-vivo, on s’apercevra d’une difficulté à donner de l’amplification dans la zone fréquentielle concernée, donc à effectuer une sur-correction pour être efficace. Sans MIV, le champ libre tonal appareillé donnera une sous-correction de la zone qu’il faudra mettre en rapport avec l’examen otoscopique. A noter: le RECD présente les mêmes anomalies.

Une étude sur le sujet.

XD.

La vieille dame n'était pas folle !

Written by xavdelerce on . Posted in Audiologie, Audioprothese, bruit, Débruiteur, Investigations audiologiques, La compression, SIEMENS AUDIOLOGIE

Dans son livre « La machine à écouter » (Masson, 1977), l’acousticien E. LEIPP décrivait un cas (p. 166) rapporté par un certain RADAU en… 1867:
(je cite) « Une dame, assez sourde pour ne pas comprendre la parole normale, se faisait accompagner par sa bonne qui jouait du tambourin pendant qu’on lui parlait: elle percevait alors chaque mot ! ». A l’époque, cette dame passait au mieux, pour une « originale », au pire, pour une folle !
Le cas avait cependant intrigué ce monsieur RADAU, au point qu’il le cite dans son ouvrage « Acoustique », en 1867 donc.
A partir des années 60, quand l’usage des sonagrammes s’est répandu, il est devenu possible de « voir » la parole et du même coup, l’effet du bruit sur la perception de la parole. LEIPP à cette époque décrit la perception dans le bruit qui dégrade le message vocal, mais se demande si dans certains cas, notamment pour les sujets présentant une baisse du seuil d’audition, le bruit de fond, à faible niveau, ne « comblerait pas les vides entre les syllabes », évitant à ces personnes une perception hachée quasi-inintelligible.
Je m’explique: l’enchainement des syllabes, très variable en intensité se situe tantôt au-dessus du seuil, tantôt au-dessous, créant ainsi des « micro-interruptions » du signal; très pénalisantes pour le malentendant. LEIP se demandait alors si le tambourin de la vieille dame, avec son spectre large, ne comblait pas ces vides, le cerveau se chargeant de faire le reste…
Sans aller jusqu’à rajouter du bruit, on pourrait obtenir le même phénomène d’interruptions (temporelles) avec des compressions agissant dans la gamme énergétique du signal vocal. On ferait alors plus de mal que de bien !
Bien entendu, on ne connaissait pas encore à l’époque l’importance des transitions de formants, permettant de percevoir certains phonèmes même sans les entendre, mais l’hypothèse audacieuse s’est révélée juste: la vieille dame n’était pas folle !
Pourquoi je vous dis tout ça: car je viens de recevoir « Essentiel D6″ n° 22 – juin 2009 de SIEMENS (bientôt téléchargeable sur France Audiologie), et oh, surprise ! en page 2 on y parle des effets néfastes de l’interruption syllabique par des réducteurs de bruit inappropriés.
Merci, vieille dame inconnue !

Xavier DELERCE.

Les commentaires récents

xavdelerce

|

Bonjour madame,

Je farfouillais dans les entrailles du blog pour les MAJ et je vois votre commentaire… dans les indésirables ! Juré, ce n’est pas moi ou Sébastien GENY, c’est le moteur Askimet (trie les indésirables).
Donc votre commentaire n’est pas indésirable, bien que le blog ne soit pas un espace pour ce genre de commentaires de malentendants, mais plutôt tourné vers les professionnels. Vous l’aurez compris, notre démarche à travers ce blog est d’élever, dans la mesure de nos petits moyens intellectuels, l’intérêt de nos confrères pour des sujets que nous jugeons importants pour l’audioprothésiste et donc en retour, pour son patient.
Son PATIENT, oui, ce nom n’est pas choisi au hasard. Vous êtes certes un consommateur (puisque nous sommes des commerçants..), mais nous sommes également des paramédicaux avec nos obligations. Autant je ne supporte pas en tant que professionnel d’avoir à fournir un devis sur un coin de bureau quand un malentendant me tend l’audiométrie de l’ORL en me demandant « Combien ? », autant, comme vous le décrivez, un devis ne doit pas se faire à la légère.
Pour faire simple, l’audioprothésiste se doit de faire des tests COMPLEMENTAIRES à ceux de l’ORL (ne s’y substituent pas, mais les enrichissent): tests vocaux différents des FOURNIER disyllabiques, recherche d’inconfort vocal et tonal, mesure audiométrique largement préférable aux inserts (et pas au casque), REUR, RECD, empreintes (ne serait-ce que pour avoir l’orientation des CAE et la faisabilité de tel ou tel couplage auriculaire). Et avant tout, une anamnèse sérieuse: qui êtes-vous ? que recherchez-vous ? que pouvez-vous/voulez-vous financièrement (n’oubliez pas que ce choix vous appartient) ? Quels sont vos possibilités de prise en charge (vous êtes en activité, vous avez peut être droit à l’AGEFIPH) ? L’état/la taille de vos CAE permet-il toutes les formes d’appareillage ? etc. etc.
Vous n’avez manifestement pas eu ces services que vous étiez en droit d’attendre, je le déplore. Faites jouer la concurrence.
Mais ne pensez pas non plus l’appareillage en tant que « consommateur »: ce n’est pas un produit « à emporter ». Les termes de « refaire à l’identique », « refaire une empreinte sur un scan existant », « faire un devis d’après l’audiométrie de l’ORL », non, ces demandes ne sont et ne seront pas acceptables par un audioprothésiste qui se respecte ! Le tout au bas mot pour un bilan pré-prothétique de 1 heure minimum…

sab

|

bonjour,
j’ai 43 ans, suis appareillée depuis l’âge de 3 ans…
je suis professionnel de santé et je travaille dans mon cabinet médical +domicile.
je suis actuellement appareillée du côté droit pour convenance personnelle. Ayant besoin d’un deuxième appareil identique au premier pour m’en servir « d’appareil de secours » si le premier tombe en panne, je suis allée voir plusieurs audiopr afin de leur demander des devis. je suis rentrée chez moi bredouille. Aucun devis ne m’a été proposé. ce que l’on m’a proposé :
-une autre marque
-un café
-une empreinte dont je n’ai pas besoin car avec le numéro de série de mon appareil elle est reproduite en 3D par le fabriquant
-un audiogramme car soi-disant le prix varie en fonction de la surdité (ah bon????) que j’ai refusé aussi car je demande le « duplicata de mon premier appareil acquis en sept 2012. Pas besoin d’audiogramme pour en savoir le prix.
Au vu de ces sympathiques rdv qui m’ont fait perdre du temps, je me suis dépêchée de téléphoner au fabriquant, lui expliquant que je ne parvenais pas à obtenir un devis .
L’audio de la marque m’explique ce que je sais : les audiop ont une obligation légale de fournir des devis avant de vendre un appareil. Et qu’il peut me refaire le mien à l’identique, avec le numéro de série et le lieu d’achat du premier exemplaire.
je considère que les malentendants sont pris rééllement pour des imbéciles par ces vendeurs. Car à mon avis ils ne sont plus audioprothésistes mais vendeurs. Les deux que j’ai vus étaient littéralement nuls. Je retourne chez le premier qui m’a vendu le premier appareil . Il était tellement vexé que j’aie pu tel au fabriquant qui lui a demandé pourquoi il ne faisait pas de devis que j’ai obtenu un appareil à 1000 euros, deux fois et demi moins cher que mon premier achat où j’avais considéré être volée.
J’espère que ce commentaire ne sera pas effacé car manifestement lorsqu’un sourd est un peu habile, il est effacé car « gênant ».
je reçois des sourds dans mon cabinet et je vois leur fragilité et leur dépendance face à ces prothèses. Il est vite fait de leur faire avaler n’importe quoi quant à l’achat. Pour les personnes âgées, c’est le même problème, la plupart ont des prothèses très mal adaptées qui finissent dans des tiroirs… avec des audioprothésistes impossibles à joindre dès que l’achat est fait , barrière de secrétariat intéressante dans ce cas….

Hugo

|

Effectivement plus aucun domaine (comme les opticiens ou les audioprothésistes) ne peuvent compter sans internet.
Mais par contre même si le e-commerce présente beaucoup d’avantages, pour les appareils auditifs rien ne vos les conseils en directe de votre audioprothésiste.
Un article très intéressant néanmoins.

Instagram @Audioprothese