You have activated a Bronze+ WP Symposium feature, but you have not entered your Activation Code. Get one on the Membership page on the WP Symposium website.

Posts Tagged ‘Audioprothesiste’

Constitution de nouveaux réseaux de soins.

Written by Sébastien GENY on . Posted in DISTRIBUTEURS, économie

« Harmonie Mutuelles et Malakoff Méderic donnent naissance à Kalivia, le plus gros réseau d’opticiens jamais constitué en France

Harmonie Mutuelles et Malakoff Méderic s’allient pour créer Kalivia, un réseau d’opticiens qui doit permettre d’offrir des tarifs avantageux. Le nouveau né compte bien devenir un acteur incontournable.

Le but est simple : avec 6 millions de clients potentiels (4 millions chez Harmonie, 2 millions chez Malakoff Médéric), Kalivia veut agréer, à terme, entre un quart et un tiers des 11 500 opticiens de France. Soit un objectif de 3 000 à 3 500 enseignes.

Un objectif qui n’est pas limité : le réseau se voudra ouvert à tout opticien qui satisfera à une charte qualité très stricte. Les clients de l’opticien agrée Kalivia se verront offrir des avantages conséquents qui visent à réduire leur reste à charge. Ceux de Malakoff Médéric pourront ainsi bénéficier de 30% de réduction sur les verres et 10% sur les montures. Ceux d’Harmonie Mutuelles, de 25 à 30% de réduction chez les opticiens libéraux, un peu moins pour les opticiens mutualistes qui pratiquent des prix moins élevés.

Kalivia cherche à avoir une couverture du territoire optimale : « notre engagement est d’avoir un opticien agrée Kalivia dans chaque ville ou chaque campagne dans un rayon de 20 kilomètres », explique aux Echos Guillaume Sarkozy, délégué général de Malakoff Médéric.

Un réseau opérationnel en 2011

L’appel d’offres a commencé aujourd’hui auprès de tous les opticiens de France. Le réseau s’appuiera sur les outils développés par Viamédis, dont Malakoff Méderic est actionnaire. Kalivia devrait être opérationnel dès les 15 mai pour les clients de Malakoff Méderic, et en janvier 2011 pour ceux d’Harmonie Mutuelles, qui regroupe Prévadiès, Harmonie Mutualité, Mutuelle Existence et la Mutuelle Nationale Aviation Marine.

La naissance de Kalivia s’inscrit dans un mouvement général de plateformes de service. Les Echos rappellent que si elles ont longtemps été mal perçues par les professionnels de la santé, leur cote est aujourd’hui bien meilleure. Notamment depuis que l’Autorité de la concurrence a estimé, en septembre dernier, que ces plateformes favorisaient la concurrence et les intérêts des patients. Comme pour accentuer cette tendance, Kalivia devrait d’ailleurs être étendue au domaine de l’audioprothèse d’ici fin 2010, et au domaine dentaire en 2011. »

Source: LeFigaro.fr

Quid de l’avenir pour les professionnels de soin ? Vont ils pouvoir adhérer à un ou plusieurs réseaux ? Les nouveaux réseaux de soins vont ils se substituer au régime général ? Va-t-on s’orienter vers des réseaux complets où la filière entière sera représentée (ORL, audioprothésiste, orthophoniste) ? Les réseaux seront ils toujours aussi ouverts qu’annoncés ?

J’avoue être complétement dubitatif… Faut il y aller ou pas ? J’ai l’impression que les mutuelles fédératrices ressemblent plus à un organisme de contrôle à priori (indication d’un référentiel précis à suivre) et à un organisme sanctionneur (contrôle à postériori de la satisfaction des clients).

Pour preuve, les formulaires SANTECLAIR distribués au client :

C’est assez stressant. Et vous, où en êtes vous dans votre réflexion sur les réseaux de soins ? Quid de votre protocole ? Et si celui ci ne correspond pas à celui de votre réseau soin ? J’attends vos commentaires. J’ai l’impression que c’est une partie de notre système de soin qui est écorné, la fin des indépendants : audio, opticiens, pharmaciens, dentistes. Si on regarde ce qui s’est passé en optique, le marché est très concurrentiel et les prix ont nettement baissé sans intervention des mutuelles…. Alors quel est le but exact de tout ça…  Je me demande si l’objectif n’est pas pour les mutuelles de valoriser leur contrat de protection santé sur le dos des professionnels de santé… Je peux me tromper mais cela y ressemble beaucoup. A terme, je vois se dessiner un réseau où le patient ne pourra plus sélectionner son audioprothésiste, sera mieux rembourser dans le réseau. déjà certaine aide auditive, non pris en charge par les réseaux, ne sont pas distribuable si elles ne sont pas référencées…

Vos commentaires !

"Ouverture d'une école d'audioprothèse" par le groupe Audition Santé

Written by Sébastien GENY on . Posted in Astuces sur les appareils

Un des acteurs de l’audioprothèse, Audition Santé, qui a débuté sa croissance par un réseau d’indépendants, se transforme depuis quelques années en un réseau mélant centres en propre et indépendants sous enseigne. Confronté au manque de diplômé, le groupe propose avec la CCi de Cahors (selon l’Ouie magazine) d’ouvrir un école. Selon l’une des responsables, des freins existent…

Qu’on se comprenne, le groupe ainsi que nombre d’audioprothésistes ont pu se développer en jouant de cette pénurie. A ce jour, l’ouverture d’une nouvelle école alors que seul 150 audioprothésistes sortent des 5 écoles relèvent d’une hérésie économique, en ces temps de disette budgétaire pour les établissements consulaires que sont les CCI. En effet, ouvrir une énième école augmente significativement le coût de formation des audioprothésistes (je parle de valeur marginale, évidemment).

Je comprends aisément les motivations du groupe audition Santé ! En effet, créer une école permet :

1. de créer un vivier de jeunes diplômés
2. de baisser les salaires à terme en inversant la tension sur le marché de l’emploi des audioprothésistes.

Néanmoins, certaines choses me gênent :
1. une entreprise privée peut désormais influencer la création d’école à visée paramédicale…
2. Audition Santé crée un précédent, chacun voudra ouvrir son école d’audioprothésistes avec pour finalité, comme en optique, le déclassement des audioprothésistes salariés (et non ceux qui sont installés) qui finiront dans 10 ans avec un salaire de technico-commercial limité.
3. Ca risque de donner des idées à LECLERC, AUCHAN and CO….

En même temps, je m’interroge effectivement, on sent une tension sur les diplômés… Alors… laissez le privée dicter un droit régalien de l’état… j’attends vos commentaires sur cette initiative !

PS : Je n’attaque pas le groupe audition santé, on pourrait remplacer le nom du groupe par d’autres concurrents. Le débat est ouvert. Ne serait-ce pas à la profession de s’autoréguler ?

SG

Mes prévisions pour 2009 !

Written by Sébastien GENY on . Posted in Astuces sur les appareils

C’est lamentable quand je regarde ce que j’avais prévu l’année dernière… En fait, j’ai vu un peu trop grand…

Bon on va donc essayer d’être plus réaliste cette année :
1. De moins en moins de place pour les jeunes audios : là je pense pas me planter les grandes villes arrivent à saturation… Et le fameux effet « volume » tarde à arriver ce qui n’entraîne une chute des prix. Les villes que je vais qualifier de secondaires commencent à être saturées (moins de 30k habitants). Un effet pervers de la réduction de marché pour les jeunes est la démultiplication des centres dans la mesure où le principal ne suffit à se payer… Ce qui provoque une augmentation des charges à chiffre d’affaire égal.

2. Les nouveaux entrants auront du mal à créer leur réseau pour la même raison que les jeunes diplômés qui s’installent. En effet, la vague des papyboomers se fait attendre. La crise prévue en 2009 verra un marché croitre de 5 % au lieu des 13 % prévu.

3. Le bluetooth sera la vrai star de l’année. Il est différenciant au niveau de l’achat pour le patient et de plus, il est efficace et simple à l’usage ! A suivre.

Les commentaires récents

xavdelerce

|

Bonjour madame,

Je farfouillais dans les entrailles du blog pour les MAJ et je vois votre commentaire… dans les indésirables ! Juré, ce n’est pas moi ou Sébastien GENY, c’est le moteur Askimet (trie les indésirables).
Donc votre commentaire n’est pas indésirable, bien que le blog ne soit pas un espace pour ce genre de commentaires de malentendants, mais plutôt tourné vers les professionnels. Vous l’aurez compris, notre démarche à travers ce blog est d’élever, dans la mesure de nos petits moyens intellectuels, l’intérêt de nos confrères pour des sujets que nous jugeons importants pour l’audioprothésiste et donc en retour, pour son patient.
Son PATIENT, oui, ce nom n’est pas choisi au hasard. Vous êtes certes un consommateur (puisque nous sommes des commerçants..), mais nous sommes également des paramédicaux avec nos obligations. Autant je ne supporte pas en tant que professionnel d’avoir à fournir un devis sur un coin de bureau quand un malentendant me tend l’audiométrie de l’ORL en me demandant « Combien ? », autant, comme vous le décrivez, un devis ne doit pas se faire à la légère.
Pour faire simple, l’audioprothésiste se doit de faire des tests COMPLEMENTAIRES à ceux de l’ORL (ne s’y substituent pas, mais les enrichissent): tests vocaux différents des FOURNIER disyllabiques, recherche d’inconfort vocal et tonal, mesure audiométrique largement préférable aux inserts (et pas au casque), REUR, RECD, empreintes (ne serait-ce que pour avoir l’orientation des CAE et la faisabilité de tel ou tel couplage auriculaire). Et avant tout, une anamnèse sérieuse: qui êtes-vous ? que recherchez-vous ? que pouvez-vous/voulez-vous financièrement (n’oubliez pas que ce choix vous appartient) ? Quels sont vos possibilités de prise en charge (vous êtes en activité, vous avez peut être droit à l’AGEFIPH) ? L’état/la taille de vos CAE permet-il toutes les formes d’appareillage ? etc. etc.
Vous n’avez manifestement pas eu ces services que vous étiez en droit d’attendre, je le déplore. Faites jouer la concurrence.
Mais ne pensez pas non plus l’appareillage en tant que « consommateur »: ce n’est pas un produit « à emporter ». Les termes de « refaire à l’identique », « refaire une empreinte sur un scan existant », « faire un devis d’après l’audiométrie de l’ORL », non, ces demandes ne sont et ne seront pas acceptables par un audioprothésiste qui se respecte ! Le tout au bas mot pour un bilan pré-prothétique de 1 heure minimum…

sab

|

bonjour,
j’ai 43 ans, suis appareillée depuis l’âge de 3 ans…
je suis professionnel de santé et je travaille dans mon cabinet médical +domicile.
je suis actuellement appareillée du côté droit pour convenance personnelle. Ayant besoin d’un deuxième appareil identique au premier pour m’en servir « d’appareil de secours » si le premier tombe en panne, je suis allée voir plusieurs audiopr afin de leur demander des devis. je suis rentrée chez moi bredouille. Aucun devis ne m’a été proposé. ce que l’on m’a proposé :
-une autre marque
-un café
-une empreinte dont je n’ai pas besoin car avec le numéro de série de mon appareil elle est reproduite en 3D par le fabriquant
-un audiogramme car soi-disant le prix varie en fonction de la surdité (ah bon????) que j’ai refusé aussi car je demande le « duplicata de mon premier appareil acquis en sept 2012. Pas besoin d’audiogramme pour en savoir le prix.
Au vu de ces sympathiques rdv qui m’ont fait perdre du temps, je me suis dépêchée de téléphoner au fabriquant, lui expliquant que je ne parvenais pas à obtenir un devis .
L’audio de la marque m’explique ce que je sais : les audiop ont une obligation légale de fournir des devis avant de vendre un appareil. Et qu’il peut me refaire le mien à l’identique, avec le numéro de série et le lieu d’achat du premier exemplaire.
je considère que les malentendants sont pris rééllement pour des imbéciles par ces vendeurs. Car à mon avis ils ne sont plus audioprothésistes mais vendeurs. Les deux que j’ai vus étaient littéralement nuls. Je retourne chez le premier qui m’a vendu le premier appareil . Il était tellement vexé que j’aie pu tel au fabriquant qui lui a demandé pourquoi il ne faisait pas de devis que j’ai obtenu un appareil à 1000 euros, deux fois et demi moins cher que mon premier achat où j’avais considéré être volée.
J’espère que ce commentaire ne sera pas effacé car manifestement lorsqu’un sourd est un peu habile, il est effacé car « gênant ».
je reçois des sourds dans mon cabinet et je vois leur fragilité et leur dépendance face à ces prothèses. Il est vite fait de leur faire avaler n’importe quoi quant à l’achat. Pour les personnes âgées, c’est le même problème, la plupart ont des prothèses très mal adaptées qui finissent dans des tiroirs… avec des audioprothésistes impossibles à joindre dès que l’achat est fait , barrière de secrétariat intéressante dans ce cas….

Hugo

|

Effectivement plus aucun domaine (comme les opticiens ou les audioprothésistes) ne peuvent compter sans internet.
Mais par contre même si le e-commerce présente beaucoup d’avantages, pour les appareils auditifs rien ne vos les conseils en directe de votre audioprothésiste.
Un article très intéressant néanmoins.

Instagram @Audioprothese