Étiquette : mesure in-vivo

Une difficulté rencontrée lors de la mesure in-vivo est de faire coïncider le ratio de compression affiché par le logiciel de réglage et celui, réel, mesuré in-vivo.

Si vous effectuez une mesure in-vivo avec un signal de balayage, une mesure à 65 puis à 75dB SPL vous donnerons une lecture quasi-immédiate de CR par un calcul simple. Mais il est bien dommage, voire impossible d’effectuer aujourd’hui une MIV avec un tel signal. L’ISTS est pour cela hautement recommandé.

Le problème avec un signal de parole, fluctuant par nature, est qu’il devient très délicat d’associer le CR affiché et l’action (bonne ou mauvaise) de ce taux de compression sur le signal vocal. En effet, si le logiciel dit CR=4.0 entre 65dB SPL et 80dB SPL, malgré l’énormité d’une telle compression, il y a de fortes chances que la « voix moyenne » (65dB SPL) et même la voix forte (75dB SPL) ne soient pas impactées par cette compression. Pourquoi ? car même à niveau « moyen », l’énergie par bande de tiers d’octave d’un signal vocal ne dépasse pas 60dB SPL, y compris en crêtes:

Une telle compression (CR de 4.0 à TK=65dB SPL) n’aurait quasiment aucun effet à voix moyenne et à voix forte. Les points d’enclenchement nécessaires à une action sur un signal de parole sont situés entre 30 et 60dB SPL.

Cette difficulté de relier « CR affichés » et « CR réels » lors de l’utilisation d’un signal vocal avait été exploré dans ce très bon article.

Mais cela n’empêche pas la dégradation de la dynamique vocale par les compressions de bas niveau d’entrée et autres expansions dont on ne sait en général pas où elles agissent… Si l’on considère la dynamique vocale non-déformée, on retrouvera une valeur d’environ 30dB, correspondant au LTASS +12dB et LTASS -18dB:

Tout facteur de compression excessif positionné à un TK de 55dB SPL aurait tendance à dégrader les crêtes du signal, et à l’opposé, tout TK de la première compression, situé trop haut (ex: 40dB SPL) aurait pour conséquence de ne pas amplifier les « vallées » de la parole.

De retour du congrès, j’ai donc découvert la possibilité, en temps réel, d’analyser la facteur de compression sur la dynamique de la parole, le tout in-vivo.

Du percentile 30 (vallées) au percentile 99 (crêtes), la chaîne de mesure Affinity calcule en temps réel le ratio de compression, et dans chaque bande de tiers d’octave vous affiche le CR:

Cette analyse est intéressante pour les niveaux élevés de parole (ex: 75dB SPL) et peut être effectuée, au choix, sur la dynamique perc. 30/perc. 99 ou bien perc. 60/perc. 99:

Le taux de compression utilisé reflète donc le traitement du signal appliqué mais peut prendre des valeurs inhabituelles: par exemple, un CR de 0.85 reflèterait un premier TK trop haut, une mauvaise amplification des informations de faible niveau (percentiles 30). Un ratio de compression de 1.0 indique donc une dynamique vocale préservée (30dB en entrée, 30dB en sortie amplifiée). Il va sans dire que cet affichage est TRES intéressant lorsque l’on utilise des appareils censés utiliser un « gain linéaire flottant ». S’il est vraiment « linéaire » ce « gain flottant », la dynamique vocale ne devra pas être détériorée, donc Affinity devrait afficher un CR de 1.0, ou en tout cas décorrélé du CR « classique » ou « affiché »…

Cette fonctionnalité est présente dans la version 2.3 d’Affinity et peut être réalisée in-vivo (exemple précédent) ou au coupleur (exemple ci dessus). Elle correspond à la norme IEC 60318-5.

Je trouve cette mesure extrêmement utile: au-delà de s’assurer qu’il y a « in-vivo » une amplification suffisante, nous allons pouvoir vérifier qu’il n’y a pas de dégradation de la dynamique du signal et que les algorithmes nous assurant un traitement spécifique pour la parole, le font bien.

Pour les puristes, cette version d’Affinity, par simple clic-droit sur le « label » (niveau) de la courbe dans le bandeau de droite, vous donne accès à l’analyse statistique complète des niveaux d’énergie du signal au cours du temps. Preuve en est que nous avons à disposition de bien beaux joujoux !

On progresse toujours…

Les futures ou très récentes mises à jour logicielles d’Affinity (Interacoustics), mais je pense aussi de toutes les bonnes chaînes de mesure qui se respectent, vont intégrer dans leur module de mesures in-vivo la possibilité d’activer le microphone de référence controlatéral lors de la mesure, à la place du micro ipsilatéral habituellement activé.

Continue reading

Lorsque l’on règle un appareil selon la méthode DSL 5.0a et que l’on souhaite visualiser les cibles ou les courbes de réponse avec entrée en signal vocal (ISTS par exemple), on se rend compte que certains (mais pas tous !) logiciels affichent deux courbes de « saturation » :

La plus haute correspond bien à notre inconfort mesuré point par point puis transposé en dB SPL au tympan, la seconde, plus basse, est appelée « cible BOLT ».

En fouinant chez mon ami Google, on trouve : BOLT = record du 100m en 9’58 … non, Xavier, recommence !

Bref, en fouillant mieux, on trouve BOLT = Broadband Output Limiting Target, ou Cible de Limitation de Sortie pour Signaux Large Bande (sous entendu « large bande fréquentielle », la parole par exemple).

Il s’agit donc d’une cible lorsque l’on travaille, ou souhaite visualiser le niveau de saturation avec signaux vocaux.

Cette cible est environ 13dB en-dessous du seuil d’inconfort transposé en dB SPL :

Elle correspond en fait à la mesure LTASS d’un signal vocal, pondéré en 1/3 d’octave (pourquoi le 1/3 d’octave pour la voix), qui serait émis à 82dB SPL (ça crie, mais ce n’est pas pire qu’un balayage à 90dB SPL…), sachant que les crêtes d’un tel signal doivent se situer quelques dB en-dessous de l’inconfort mesuré en sons purs.

La précision de ces tests est toute anglo-saxonne, sachant qu’il y a chez eux une forte notion de responsabilité juridique : pouvoir prouver à tout moment que tous les moyens ont été utilisés pour réhabiliter l’audition au mieux, sans risquer détériorer l’audition non plus.

Mais enfin, il ne nous est pas interdit de faire, nous aussi, du travail correct et précis, sans tomber dans quand même dans la paranoïa, sachant qu’un seuil d’inconfort est des fois très subjectif, c’est le cas de le dire.

Vous trouverez dans cet article, pages 181 à 183, l’explication de cette cible BOLT.

PS: bonnes fêtes de fin d’année à tous !!

On commençait à bien le connaître ce bon vieux NAL NL1 (peu de gain à 250 Hz ; gain max entre 1 et 2 KHz ; peu de gain au delà de 4 KHz ; un ratio de compression entre 1.8 et 2.5 de moyenne) ! Depuis 1991/1992, il a supplanté toutes les autres méthodologies généralistes pour l’appareillage auditif de l’adulte.

Après quelques manipulations, je commence tout doucement à découvrir NAL NL2 qui brise certains dogmes établis par NAL NL1, en particulier le gain au delà de 3/4 KHz et le niveau de la compression du signal (en gros, NL1 n’a jamais été en faveur d’un gain substantielle quand la perte dépasse 65 dB au delà de 4 KHz).

Il est très important de manipuler NAL NL1 & NAL NL2 pour bien comprendre les différences. NAL NL2 étant multi-factorielles, il est important de bien renseigner le logiciel d’une part et de bien connaître la pondération apportée par chaque critère à la modification de la cible (prise en compte du niveau de perte auditive ; du SSI ; de l’âge ; du genre ; de l’expérience ; modèle de préfèrence de compression en fonction du niveau de la perte auditive ; de la présence de zones mortes ; des mesures OEAP et  PEA). Ainsi, les 2 méthodologies peuvent afficher un écart important en fonction des différents critères. Des généralités sont difficiles à définir, et l’élaboration de la cible varie selon chaque cas. Néanmoins, on peut évoquer que :

  • la sensation sonore perçue par le malentendant est moins importante avec NAL NL2, y compris en cas de renouvellement.
  • L’accélération du gain dans les hautes fréquences en cas de perte auditive importante et d’expérience de l’appareillage auditif (sauf en cas de zones mortes cochléaires).

Celles-ci sont faibles dans le cas de surdité légère à moyenne : un niveau de sortie équivalent à 50 dB d’entrée et une compression plus importante dans les hautes fréquences. Par contre, en cas de surdité importante et de renouvellement (>70 dB au delà de 2 KHz), les différences s’inversent : Le gain dans les hautes fréquences devient supérieurs, tout en étant jumelé à un ratio de compression important.

fig 1 : niveaux de sortie obtenus en suivant les courbes proposées par NAL/NL1 et NAL/NL2 sous connexx

Le critère « expérience antérieure d’une aide auditive » est évidemment l’élément qui modifie fortement le gain de l’appareil, ainsi que l’âge du patient.

Dans le cas précis, le seul petit regret est que je n’ai pas pu renseigner sous connexx si il y avait ou pas une zone inerte cochléaire. Le gain prescrit aurait alors grandement changé (Cf la figure 2).

C’était un sondage récent de ce blog.

C’est (j’espère) un encouragement donné par le blog.

Je voulais juste vous faire découvrir une tout récente (c’est encore chaud !!) présentation de Gabrielle Filips au AAA 2010 de San Diego. Il s’agit d’une revue de détail de tous les freins à la mesure in-vivo, préjugés, peur de l’inconnu, etc… mais aussi ce que l’on risque (ou rate) à ne pas en faire.

Sur tous ces points, les américains ont les mêmes réticences que les européens, alors même que l’on pourrait penser que chez eux, tout est fait pour être performant sur ce point. Cette communication met également en parallèle les pratiques des audiologistes et des HIS (équivalent des audioprothésistes), et aborde point par point les différents aspects de la MIV.

Quelques chiffres glanés dans ce document:

  • une étude de consommateurs de 2009 a conclu que 2/3 des AA sont mal adaptées et pourraient mieux l’être après mesure in-vivo (très puissantes associations aux USA)
  • 40% des audiologistes (oui, des audiologistes !!) font de la mesure in-vivo « toujours » ou « souvent » (seulement…)
  • de 1995 à 2010, le nombre de « pratiquants » n’a pas augmenté
  • les cibles sont atteintes à 35% sans mesure (réglage logiciel direct), à 85% avec mesure in-vivo
  • les audiologistes ne pratiquent quasiment pas plus l’in-vivo que les audios (HIS)
  • etc…

Tout y passe… pour démythifier cette procédure, et même, soyons fous, donner envie !!!

Un lien sur l’article du Hearing Journal de mai 2010 abordant ce sujet (Cl. SANCHEZ)

Progressivement, cet article va évoluer, par mise en ligne de divers documents sur la mesure in-vivo. Revenez faire un tour régulièrement…

L’atelier (fr) « La mesure in-vivo d’efficacité de l’appareillage auditif » du congrès UNSAF 2010.

Le (fr) document fil directeur de l’atelier.

Une (fr) synthèse (toute personnelle) du processus réglages et mesures.

A la demande de certain(e)s, (fr) un fichier .iax de configuration de test REM pour Affinity (version logicielle 2.0.4 minimum): à télécharger et importer comme test dans votre Affinity.

Concernant les diverses sources de renseignements au sujet de la mesure in-vivo:

Terminologie:

  • On commence en Français (!) par (fr) un document établi par Marco TORREANI (Widex), avec humour parfois, sur les principaux termes de la mesure in-vivo (juste un point de détail: RETSPL ne signifie pas « real ear threshold… » mais « reference equivalent threshold… », voilà, c’est dit !)
  • toujours du même auteur, (fr) un descriptif des bruits ICRA, mais ces derniers vont être supplantés par l’utilisation de l’ISTS (voir plus bas)

Les sites internet:

Concernant les bases de la MIV, c’est à dire acoustique et psychoacoustique (intégration des sons complexes type parole):

  • un chouette site (fr) sur les ondes stationnaires et résonateurs 1/2 onde (le conduit auditif ouvert)… des révisions !
  • … et un conduit fermé par un embout avec évent, ça devient un (fr) résonateur de Helmoltz, ce que l’on mesure en in-vivo appareil arrêté et en place sur l’oreille (le REOR/REOG)
  • Un cours très intéressant sur (fr) la sonie des sons complexes, en français (!), abordable et qui donne une bonne compréhension de la perception par l’oreille humaine de la parole, de la largeur des bandes critiques ou des ERB (B.C.J. Moore) et du pourquoi de l’analyse en 1/3 d’octave de la parole par les chaînes de mesure in-vivo et des cibles de REAR pour un signal de parole
  • Concernant la résonance du CAE chez l’enfant, ainsi que le phénomène de « noeud à 6000Hz »: « MAGERA P., LURQUIN P. Evolution de la résonance du conduit auditif externe chez le nouveau-né et le jeune enfant ». Cahiers de l’audition n°88.
  • Les (fr) effets produits par un mauvais placement de la sonde

La transposition des données de l’audiométrie (dB HL) en dB SPL au tympan (SPLoGramme):

Le SPLoGramme est un terme initialement utilisé par le groupe DSL.

La difficuté en appareillage auditif est de connaître la quantité d’énergie au tympan, en dBSPL, nécessaire à déclencher la sensation auditive, alors que l’on travaille en dB HL sur des bases coupleurs (6cc pour le casque, 2cc pour les inserts). Des moyens existent pour « approcher » ces valeurs du SPLoGramme, soit par estimation à partir des normes ISO, extrapolation du MAP (voir plus loin), Inserts et RECD, …

  • Quelques exemples de dérivation des données HL vers le SPLoGramme récapitulées (fr) dans ce pdf
  • L’usage du SPLoGramme pour DSL (fr), tirée du (en) site DSL
  • Le passage HL–>SPL est régit par (en) différentes normes ISO selon les transducteurs de mesure utilisés…
  • … mais formules de calcul et fabricants utilisent fréquemment le MAP (Minimum Audible Pressure) pour leurs estimations des niveaux sonores au tympan: un article de (en) Killion (1978) et (en) plus récent, du même
  • Vous trouverez dans ce document Interacoustics les (en) dérivations utilisées pour passer du champ libre aux dB SPL au tympan, tableaux de conversions tirés de BENTLER et PAVLOVIC
  • Des dérivations HL–>SPL individualisées sont possibles (souhaitables ?), comme l’usage (en) du REDD, du (en) RECD, voire la (fr) mesure directe en dB SPL dans le conduit
  • En général, l’usage des (en) inserts (EAR 5A) en audiométrie et l’utilisation des RECD,(fr) mesurés ou (fr) statistiques, outre les avantages inhérents à ce type de matériel, permettent une bonne approche de la réalité acoustique en fond de conduit, en restant facilement utilisables en usage quotidien
  • Vous trouverez dans (fr) cet article une approche de la problématique des transformations (dérivations) HL->SPL(tympan) et les solutions pour approcher au mieux le SPLoGramme.

Bref, la MIV, réputée comme « juge de paix » de l’appareillage se base (cibles et SPLoGramme) sur des approximations parfois importantes. Il faudra accepter cette erreur ou chercher à la réduire par les moyens cités plus haut.

Mesure in-vivo de signaux de parole:

La mesure in-vivo de la parole, surtout en niveaux de sortie est appelée à (en) devenir une mesure incontournable (attention: document CONFIDENTIEL, c’est marqué dessus!!!!), notamment avec les évolutions logicielles des chaînes de mesure actuelles permettant le calcul de la dynamique du signal (crêtes et autres niveaux d’énergie). De plus la mise au point de nouveaux signaux vocaux, standardisés, permet une utilisation universelle et réaliste des performances des AA, toujours dans le but de ne pas désactiver les réducteurs de bruit.

  • l’article incontournable de ce genre de mesure est en français (chouette!!): « Spectre à long terme de la parole en valeurs crêtes » de Hilaire, Renard, De Bock, Vervoort, Lurquin, et Lefevre, paru dans les cahiers de l’audition Vol. 4, N°3, mai-juin 2002. Ne boudons pas notre plaisir pour une fois qu’un tel article est disponible en français. Il permet de bien appréhender la difficulté de travailler en REAR à la voix et de bien cerner l’apport des informations de crêtes.
  • concernant les nouveaux signaux vocaux, on citera l’ISTS (fr) décrit dans ce blog, et téléchargeable sur le (fr) site de l’EHIMA
  • La visualisation de signaux vocaux dans le champ dynamique du malentendant porte le nom de Speech Mapping, Visible Speech, etc., vous trouverez dans (en) ce document Audioscan la description de cette mesure et le pourquoi de l’analyse par 1/3 d’octave. La dynamique du signal par analyse percentile est également très intéressante.
  • l’analyse percentile du signal permet d’en visualiser l’énergie dans la dynamique souhaitée. En général, on représentera la zone d’énergie +12/-18dB par rapport au niveau moyen, ce qui correspond aux percentiles 99 (niveau dépassé 1% du temps= les crêtes) et 30 (dépassé 70% du temps= -18dB). Vous trouverez dans ce document quelques grandes lignes sur la lecture des zones d’énergies de la parole mesurée in-vivo.
  • La norme IEC 60118-15 (en) (http://shop.bsigroup.com/en/ProductDetail/?pid=000000000030206924), détaille la façon dont l’analyse percentile doit être conduite: soit par analyse FFT sur 1024 points , soit la prise en compte de 50 mesures conduites sur une fenêtre de temps de temps de 100ms (sources et détails: A. GAULT, Widex)
  • De l’émergence du niveau moyen (analyse FFT par 1/3 d’octave) par rapport au seuil (SPLoGramme point par point en 1/2 octave), on définira l’intelligibilité de la parole: le (en) SII (Speech Intelligibility Index). Ce SII noté en %, représente les « chances » d’intelligibilité. Par exemple, le niveau moyen de la parole juste sur le seuil donne un SII de 33%,on attendrait donc un SRT (50% d’intelligibilité) à ce niveau. Pourcentages obtenu par tests sur des normoentendants… mais ce SII est certainement utilisé par les AA récentes afin de maximiser l’intelligibilité en situations bruyantes (le petit programme téléchargeable sur le site SII).
  • Lors d’une mesure in-vivo d’un signal de parole en niveau de sortie (REAR), ce dernier, analysé en FFT par 1/3 d’octave (par exemple), est affiché sur le SPLoGramme qui lui, représente le seuil au tympan mesuré point par point… Cette superposition  est rendu possible par l’utilisation de pondérations spécifiques.
  • Pour une revue technique des différents signaux utilisés en MIV depuis les débuts jusqu’à l’ISTS, voir l’article d’ A. GAULT et X. DELERCE.

Mesure in-vivo et appareillages « ouverts »:

L’appareillage ouvert, sans occlusion ou occlusion partielle du conduit auditif, le plus souvent sur des surdités légères à moyennes, n’est pas anodin sur le plan de la correction. D’une part, chez ces sujets peu gênés, la moindre erreur est vite fatale (rejet de l’appareillage), d’autre part, tous les facteurs acoustiques propres au conduit ouvert sont réunis pour rendre compliquée la mesure. En effet, si le conduit est totalement ouvert, la MIV risque se faire dans un noeud de longueur d’onde à proximité du tympan (voir premiers docs de cet article); également, qui dit conduit ouvert dit fuite acoustique du signal amplifié vers le micro de référence (voir idem); enfin, pour des patients peu malentendant, la perte de résonance du conduit auditif par occlusion partielle ou totale peut s’avérer être une perte d’identité acoustique. Vous trouverez ci-dessous quelques articles sur ces aspects:

  • Tout d’abord, il est incontournable de lire l’article de Clément SANCHEZ sur la mesure in-vivo d’appareillage ouvert, tout en considérant bien que cette méthode de mesure concerne (et concernera de plus en plus) TOUS les appareillages dont l’anti-larsen est performant, et l’appareil, puissant.
  • un article très intéressant sur  l’appareillage ouvert et les méthodes de mesure (GI ou REAR ?), l’occlusion, la fuite acoustique… bref, en (en) « 10 conseils à emporter », Mueller et Ricketts dressent un tableau de la MIV de l’appareillage ouvert très clair (merci Clément).
  • concernant la notion de « perte d’insertion » liée à l’introduction d’un appareillage auditif dans le conduit, totalement ou peu occlusif, cet (en) article intéressant de Wang, qui rejoint le précédent.
  • « Mythes et réalités » (en) concernant la mesure électroacoustique des AA open
  • Un « technical topic » de Bernafon qui se demande (en) « Où est allé mon gain ? » et pose le problème des fuites acoustiques propres aux appareillages ouverts et des phénomènes acoustiques en résultant (opposition de phase entre signal « sortant » et « entrant » par l’aération, impossibilité de correction des graves dès 2mm d’aération, etc…)
  • Où va le gain sur un GROS évent ? (fr) là !!, ou ailleurs (fr), voir les effets moyens d’évents courts (RIC et autres) et longs (embouts « classiques »)

Mesure in-vivo et appareillage de l’enfant:

Voilà pour un premier tour d’horizon des possibilités actuelles de la mesure in-vivo. Si vous avez des documents intéressants, c’est avec grand plaisir qu’il seront ajoutés à la bibliothèque en ligne. Je l’enrichirai progressivement de mon côté au fil de mes « découvertes ».

Merci à Alexandre GAULT et Jean-Baptiste DELANDE (Widex), Nadège DURAND, Clément GEORGET, Matthieu FOURNIER (pour son oreille !), Catherine CATELIN (idem !), Ph. MICHEL-POISSON (pour ses remarques), Philippe GADAUD, Sébastien GENY.

XD.

Pour les possesseurs d’Affinity (avec l’option REM) en version 1.x ou 2.0x, il est possible d’importer un test déjà prédéfini sous la forme d’un fichier .iax .

Si vous êtes intéressés, à la fois par les mesures in-vivo (c’est un minimum !) et par le fait de tester in-vivo les aides auditives sans avoir à désactiver les algoritmes de traitement du signal ou sans utiliser les fonctions type « test-REM » des logiciels fabricants, il est possible pour celà d’utiliser le Signal Vocal International de Test (ISTS).

Ce signal est téléchargeable sur le site de l’EHIMA sous la forme d’un fichier .wav que vous copierez ensuite dans le dossier « Mes documents ». L’avantage énorme d’Affinity est de pouvoir utiliser comme signal de mesure n’importe quel fichier .wav que vous lui fournirez (le meilleur comme le pire, donc !), mais justement, l’ISTS est calibré, son spectre est connu, c’est de la voix « réelle », bref, un excellent candidat pour la mesure in-vivo ou chaîne de mesure (caisson).

Sur Affinity 1.x, on peut mesurer le niveau de sortie oreille nue (REUR), le gain étymotique (GNO ou REUG) sera automatiquement calculé. Le calcul du gain d’insertion est fait dès la mesure avec appareil, mais le niveau de sortie appareillé (REAR) n’est pas de lecture aisée, d’une part car sur cette version logicielle d’Affinity le seuil en dB SPL n’est pas représenté (c’est pour le moins gênant…), également, cette version logicielle ne permet pas la visualisation des crêtes et creux du signal. On travaillera essentiellement en gain d’insertion (REIG) sur cette version et c’est bien dommage.

Sur Affinity 2.0x, le logiciel a été totalement refondu et permet la visualisation des niveaux de sortie avec appareil (REAR) avec signal vocal en entrée, notamment grace à l’excellente possibilité d’affichage de la dynamique du signal (fonction « display peaks and valleys »). Sur Affinity 2.0x l’ ISTS est inclus dans la liste des signaux, pas besoin d’aller le récupérer dans les fichiers sons comme dans la version 1.x.

Après plusieurs mois de tatonnements, essais en tous genres, recherche de différents modes de lissage, étalonnages, etc… je suis arrivé sous Affinity 2.0 à créer un test qui me semble tenir la route, assez exhaustif (REUR, REUG, REAR, REIG, RECD, y’en aura pout tout le monde !!), et uniquement au signal vocal.

Surtout, je le redis, rien que pour l’affichage des niveaux de sortie (REAR) à la voix (ISTS) et affichage de la dynamique, on ne peut pas mieux faire pour savoir ce que le patient entend vraiment (pour le « comprend vraiment », c’est autre chose…):

Niveau de sortie appareillé ISTS
Niveaux de sortie avec AA et ISTS en entrée 62/75dB SPL

Si ça vous dit, vous pouvez télécharger ce test (fichier .iax) et l’importer sur votre Affinity 2 (voir plus bas).

Description et « trucs et astuces »:

  • L’étalonnage des sondes doit se faire face au HP, en dehors de la tête du patient, en tenant le casque REM à 40cm du HP (pour avoir testé, cette méthode donne de meilleurs résultats sur l’émission du signal)
  • Le test commence par la mesure du REUR (réponse du conduit nu). Avant cette mesure, une équalisation en fréquence se fera une fois pour toutes et le micro de référence s’arrêtera ensuite pour le reste des tests: pendant cette équalisation, veillez à ce que le patient regarde le HP, ne bouge pas et soit TRES silencieux.
  • Le REUG (gain naturel de l’oreille) est calculé automatiquement à partir de la mesure précédente.
  • Si ça vous dit, vous pouvez ensuite effectuer les mesures de gain d’insertion (un seul niveau prédéfini à 62dB SPL, mais vous pouvez faire varier l’intensité d’entrée).
  • Et surtout, la mesure des niveaux de sortie appareillé (REAR) avec affichage de la dynamique vocale vous renseignera sur la perception de votre patient pour trois niveaux: 55, 62 et 75dB SPL d’entrée (image plus haut).
  • Eventuellement, mesure Visible Speech (attention, moyenne obtenue après 8sec et facteur de lissage 7)
  • Et RECD si besoin…

Quelques précautions:

  • Tous les tests sont en mode « continu »: vous devez les arrêter vous-même, idéalement après un 10aine de secondes (après le mot « poderos » par exemple, bon courage 😉 ) pour qu’une intégration correcte puisse se faire (y compris pour le REUR).
  • Ma sortie son est définie sur FF2, si vous utilisez une autre sortie, veuillez la renseigner.
  • Le calque d’impression est créé.
  • J’utilise DSL V. 5 adulte et signal voix, je ne discuterai pas politique… mais vous pouvez changer la formule.
  • Téléchargez ce test, copiez le dans « mes documents » ou ailleurs et dans le module REM faites « Menu »–> » »Configuration »–> »Configuration REM440″–> »Importer » et allez chercher le fichier REM ISTS.iax.

Voilà, aucune excuse maintenant pour ne pas utiliser la fonction REM de ce merveilleux joujou !

XD

Bienvenu

Bienvenu chez Blog-Audioprothesiste.fr !

Qui Sommes nous ?

Contactez nous !

Je contacte Sébastien
Je contacte Xavier
Je contacte Jean Michel