Posts Tagged ‘Méthodologie’

Le seuil d’inconfort statistique : Pascoe a toujours raison !

Written by xavdelerce on . Posted in Audiologie, Audiométrie tonale, Audioprothese, BELTONE, BERNAFON, GN RESOUND, Investigations audiologiques, La compression, Le niveau de sortie Max., Marques, Mesure de la sonie, Méthodologie, OTICON, PHONAK, Réglages des appareils, SIEMENS AUDIOLOGIE

C’est l’histoire d’un « serpent de mer » de l’audioprothèse : les fabricants utilisent-ils les seuils subjectifs d’inconfort que nous prenons la peine de mesurer ?

Et je pense que beaucoup de monde a fait la même chose : saisir un audiogramme tonal à 60dB HL plat à droite, sans inconfort, et le même à gauche avec un SSI (Seuil Subjectif d’Inconfort) à 90dB HL sur toutes les fréquences. On rentre dans un logiciel d’adaptation, on choisi le même appareil des deux côtés, et on regarde ce qui se passe avec la formule par défaut du fabricant…

Et là, trois possibilités :

  • Aucune différence de réglages entre les deux oreilles (assez courant)
  • Aucune différence dans le réglage des compressions MAIS le niveau de sortie maximum, si le réglage existe, est corrélé au SSI (a tendance à se développer)
  • L’oreille présentant la dynamique réduite a des réglages adaptés en compression et niveau maximum de sortie (assez rare par défaut)

Donc on peut en déduire que majoritairement, les fabricants n’utilisent pas les seuils d’inconfort mesurés par les audioprothésistes, en tout cas pour leur calcul des compressions et autres points d’enclenchements.

Ce n’est pas tout à fait surprenant car la formule de calcul utilisée est souvent NAL-NL1 ou une adaptation « maison » de NAL-NL1. Or la formule australienne utilise un seuil d’inconfort statistique. Un peu vexant pour les audios qui pratiquent la mesure du SSI !

L’apparition de systèmes de gestion des bruits impulsionnels en entrée a modifié un peu cette approche puisque certains fabricants proposant ces systèmes proposent des « mix » entre un calcul des compressions basé sur la dynamique statistique et un MPO ou « pseudo-écrêtage » basé sur le SSI. C’est mieux, mais on ne nous laisse pas encore toutes les clés de la maison…

Par contre, il est toujours possible d’utiliser des formules de calcul intégrant le SSI mesuré dans le calcul des compression et MPO, c’est le cas de DSL I/O par exemple, souvent proposée par défaut lors des appareillages pédiatriques, bien qu’il ne soit pas évident d’obtenir un SSI avant 10ans.

Il faut reconnaître aussi que la mesure d’un seuil d’inconfort est très subjective (c’est le cas de le dire) : elle dépend presque autant du patient, de sa peur ou au contraire de sa bravoure (!), que du testeur et de sa limite posée (douleur ? limite du supportable ? réflexe cochléo-palpébral ?…). Pour ma part, après une consigne assez sommaire type « limite du supportable », je trouve que l’observation du visage est assez précise, et un re-test quelques années après donne souvent des résultats assez proches. Le seuil d’inconfort n’évoluerait donc pas trop avec le temps, ce qui n’est pas le cas du seuil de confort (que je ne mesure pas) mais qui semble évoluer à mesure que les patients nous demandent plus de gain « pour les voix », donc à niveau « moyen ». Ce fameux passage de courbes de transfert « concaves » à « convexes » qui rendait difficile il y a quelques années un renouvellement du Siemens Prisma 4D (courbes de transfert « convexes » à l’époque), et qui fait que les Widex sont très confortables au début (courbes de tranfert très « concaves ») mais un peu « mous » après quelques semaines (il faut redonner du gain à niveau moyen).

Mais le « grand maître » du seuil d’inconfort statistique est toujours sur son trône depuis les années 80 : c’est PASCOE la plupart du temps qui décide du seuil d’inconfort de votre patient. Ses recherches ont donné en 1988 des abaques de corrélation entre seuil d’audition et seuil d’inconfort par mesures de progression de la sensation sonore (tests LGOB). Et depuis, beaucoup de fabricants utilisent ces tables si vous ne rentrez pas de seuil d’inconfort, et même si vous en rentrez un d’ailleurs (pour certains) !!

Des études plus récentes ont affiné ce « seuil d’inconfort statistique » de Pascoe, et je suis surpris du « nuage statistique » dans lequel on fait passer ces droites de régression qui serviront de base à ces inconforts statistiques…

Et ces fameux « nuages statistiques », nous les voyons tous les jours : les patients sans aucun inconfort, ceux aux aigus insupportables, aux graves très gênants (ça arrive), etc… et pour des seuils HL finalement pas si éloignés. Alors au final, c’est vrai, il doit bien exister une « droite » qui passe par le centre de gravité de tous ces cas particuliers. Et ce que cherchent les fabricants qui utilisent ces statistiques n’est peut-être pas dénué de fondement : il vaut mieux une statistique 70% du temps juste plutôt qu’un inconfort 70% du temps mal mesuré (= aide auditive 100% mal réglée pour son porteur !).

Et si même, ne seraient-ce que 90% de nos évaluations du SSI étaient assez bonnes (pas moins bonnes que celles de Mr Pascoe en tout cas), je crois que de toutes façons nous n’avons rien à perdre à « individualiser » l’adaptation.

Vous trouverez en téchargement ici une étude sur l’utilisation des seuils d’inconforts saisis pour différents logiciels de réglages. Plusieurs choses ont été analysées: si un seuil d’inconfort est trouvé par le logiciel, l’utilise t-il pour le calcul des compressions ? juste pour le calcul du MPO/PC/SSPL90 ? pas du tout ? quelques surprises…

Article et étude rédigés conjointement par Thibaut DUVAL (pour l’étude des logiciels et tableau), Sébastien GENY et Xavier DELERCE.

Oups, j'ai oublié mon rinne…

Written by Sébastien GENY on . Posted in Astuces sur les appareils, Audiométrie tonale

Les seuils en conduction osseuses sont souvent oubliés dans les informations entrées dans les logiciels fabricants… et pourtant, en étant réducteur à l’extrême, il modifie fortement les préconisations d’adaptation des méthodologies usuelles : NALNL1, DSL v5.0 et les méthodes propriétaires des fournisseurs : CONNEXXFIT, Audiogram+ et consorts !

On est loin des ajouts bruts des valeurs de rinne du temps des méthodes type LIBBY ou BERGER. Les compensations dues aux rinnes audiométriques sont fortement pondérées, mais représentent dans l’ensemble entre 20 et 50 % de la valeur du Rinne. Une petite vidéo toujours sous CONNEXX 6.0 pour vous permettre d’apprécier les différences de préconisation du NALNL1 (modifié pour connexx 6.0) et de la méthode propriétaire (assez « douce ») Connexxfit. L’oreille droite est une surdité de percpetion pure, celle de gauche a un rinne sur les fréquences graves. La preuve par la vidéo ! C’est évident désormais, je n’oublierai plus ma courbe osseuse !

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=j6swRi_4SoA&hl=en&fs=1&color1=0x3a3a3a&color2=0x999999]

Les commentaires récents

fly mobile games

|

Excellent post but I was wondering if you could write a litte more
on this subject? I’d be very grateful if you could elaborate a little bit more.
Thank you!

camping in kiffisia

|

Hi there, just wanted to mention, I enjoyed this post.

It was helpful. Keep on posting!

xavdelerce

|

MAJ

xavdelerce

|

Merci, c’est vrai que ce serait pas mal de traduire ce document. Il faudrait mettre en place un groupe de traduction collaboratif comme ça se fait pour certains journaux type Linux Mag.

Des « volunteers » ?

Instagram @Audioprothese