Une formule non-linéaire bientôt au catalogue : CAMFIT (CAMEQ, CAMREST et CAM2)

 

On connaissait NAL NLx, DSL i/o, sans oublier nos nationales CTM et Préréglage, et bien une petite nouvelle s’était glissée dans le lot ces dernières années : CAMFIT.

En fait, CAMFIT (CAMbridge FITting) est un logiciel regroupant des formules de prescription de gain pour le réglage d’aides auditives.

CAMFIT propose trois formules de prescription de gain:

  1. CAMREST censée donner un gain restaurant des différences normales d’intensité, le but principal n’est pas l’efficacité mais le confort d’utilisation
  2. CAMEQ qui donne un gain nécessaire pour placer le spectre vocal au-dessus du seuil, de 500 à 6000Hz, chaque bande devant donner une égale sensation d’intensité
  3. CAMEQ-2HF, la toute dernière (2010), développée pour les appareillage à large bande passante (jusqu’à 10KHz), elle diffère également  de CAMEQ dans le fait qu’elle suppose que les porteurs de ces aides auditives se trouvent en champ diffus (évents ouverts), ce qui a une incidence pour l’estimation des niveaux au tympan.

Développée par l’inventeur du TEN-Test (test de zones mortes), B.C.J. Moore, en 2001, la formule de calcul CAMFIT est censée générer une sensation égale dans chaque ERB (Equivalent Rectangular BandWith).

Les ERB sont à peu près l’équivalent des bandes critiques, « portions cochléaires » dans lesquelles la sensation d’intensité est équivalente. Cette notion d’ERB a d’ailleurs servi à la mise au point du TEN (Threshold Equivalent Noise) ou bruit égalisateur de seuil. Et en effet, ce bruit utilisé pour le test de « zones mortes » fait baisser le seuil de manière égale en fréquence, ce que ne ferait pas un bruit rose par exemple.

B.C.J. Moore tient beaucoup à cette notion d’ERB et effectivement, la mise au point du TEN, distribuant une quantité d’énergie égale dans chaque bande, a prouvé le bien-fondé de cette notion.

Ce que j’en ai lu, c’est que CAMFIT donne des cibles proches de NAL NL. Doit-on en déduire que le seuil d’inconfort pris en compte est statistique ? Une approche par la sensation est-elle vraiment supérieure à une approche 1/3 d’octave (ça ne doit pas se jouer à grand chose) ? Si elle est en concurrence avec NAL NL ou DSL aujourd’hui, les résultats de CAMFIT sont-ils supérieurs sur le plan de la sonie, du confort, de la performance ?

Dans un article de 2004, Moore comparait ses méthodologies CAMREST et CAMEQ avec DSL (version 4.1 à l’époque), et en retirait beaucoup moins d’ajustement post-premier réglage qu’avec DSL qui nécessitait une réduction ultérieure des aigus. On sait maintenant que cette suramplification des HF pour DSL 4.1 était son gros inconvénient, disparu maintenant avec la version 5.

Dans un article à paraître, Moore et son équipe compare la dernière version de sa formule de calcul en version HF (CAM2) avec NAL-NL2.

Et d’ailleurs, sur leur site, l’équipe DSL indique que c’est en partie sur les recommandation de l’article précédent, que des cibles « plus appropriées aux adultes » ont été élaborées.

Guéguerre des labos, les formules de calcul sont aussi un marché… Et BCJ Moore d’ailleurs vient de communiquer sur le sujet (merci à L. AUBIN pour l’info).

Les fabricants ont semble t-il tranché : je n’ai jamais vu à ce jour CAMFIT en formule de calcul proposée par un logiciel, sauf je crois sur les chaînes de mesure AudioScan (non distribuées en France). Mais ça va venir, on peut le parier, dans les mois qui viennent.

Tags: ,

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenu

Bienvenu chez Blog-Audioprothesiste.fr !

Qui Sommes nous ?

Contactez nous !

Je contacte Sébastien
Je contacte Xavier
Je contacte Jean Michel